Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2019 2 07 /05 /mai /2019 17:32

Les élections européennes se rapprochent puisque le premier tour arrive ce 26 mai. L'occasion pour moi de donner mon avis sur évolutions extrêmement discutables des partis dits d'opposition. Alors que la France est dans une situation dramatique, aucune alternative au néolibéralisme délirant ne semble apparaître. Pire que ça, même le principal parti d'opposition qu'est le RN semble s'être engouffré dans la course au néant libéral en faisant un concours avec les idiots du parti républicain. Cependant comme l'a rappelé Giscard d'Estaing lui même cette élection ne sert pas à grand-chose puisque le parlement européen n'a aucun réel pouvoir. Pour autant, il s'agit de faire surtout du bruit sur les questions essentielles et notamment sur la question de l'euro et de la sortie de l'Union européenne. Évidemment cette question n'est jamais naturellement mise en avant dans le débat sur les questions européennes. Les médias font d'ailleurs énormément d'effort pour éluder cette question en l'ignorant totalement. Le débat politique se résumant à faire plus ou moins de libéralisme. Et cela sans jamais se poser de question sur la pertinence qu'est l'idéologie libérale associée à son cadre qu'est la structure européenne. Il faut faire des réformes structurelles, point. Pourquoi? Au fond, on n’en sait rien, mais puisque tout le monde le dit, notamment la presse bourgeoise, c'est donc forcément vrai. Le niveau du débat politique en est là en France et la crise des Gilets jaunes loin d'avoir fait bouger la cervelle des dirigeants les a au contraire renfermés encore plus sur eux-mêmes. Macron et son groupuscule ressemblant de plus en plus à un groupe d'autistes enfermés dans leur univers à part.

 

Les faux opposants FI et RN

 

Je n'ai jamais porté Jean Luc Mélenchon dans mon cœur pour de nombreuses raisons. La première c'est qu'il est un mitterrandien dans l'âme et qu'il n'a jamais vraiment rompu avec son passé même s'il a pu de temps en temps affirmer le contraire. Mélenchon reste un homme qui a pleinement soutenu la construction européenne pendant ses jeunes années et qui a voté pour le oui à Maastricht. Mais les dernières dérives autocratiques au sein de son parti ont fini de me convaincre . La chasse aux dissidents, l'orientation vers une Europe alternative qui est une impasse depuis quarante ans. Le non-questionnement sur l'euro . Autant de choses qui montrent que FI est plus une caricature de gauche qu'une réelle alternative au système. Un nouveau PS en fait qui cherche à plaire à toutes les lubies des petits bourgeois en mal de lutte superfétatoire. Tout comme le FN, ce parti a nettoyé ses penseurs alternatifs internes. Le départ de Djordje Kuzmanovic dernier souverainiste de FI, tout comme celui de Philippot au FN, montre l’incapacité des grands partis prétendument d'opposition à affronter la question européenne autrement qu'avec des formules creuses sur une autre Europe (formule magique censée résoudre le problème). Il faut peut-être chercher cette incapacité dans le fait que la grande bourgeoisie française constitue aussi l'essentiel des têtes pensantes de ces partis tout comme c'est le cas dans les partis politiques plus centristes. Partout en France cette fragmentation met à mal l'unité du pays. On retrouve donc potentiellement cette fragmentation à l'intérieur des partis entre la base et les dirigeants. Les dominants des partis appartenant généralement plutôt aux classes sociales aisées sauf exception. À gauche cette réalité est encore plus exacerbée par le mythe progressiste universaliste qui associe post-nationalité avec progrès depuis une quarantaine d'années.

 

Le RN, anciennement FN, a été quant à lui la grosse déception depuis l'élection présidentielle. Ce parti a démontré clairement qu'il ne cherchait pas vraiment la sauvegarde du pays . Son orientation qui vise même une grande union de la droite avec les ultralibéraux des Républicains montre le peu de cas que fait ce parti de l'orientation économique. Pis que ça, les questions économiques pourtant au cœur des mouvements sociaux comme les Gilets jaunes sont maintenant totalement absente des orientations du RN. En résumant, son programme à la chasse à l'immigration le RN même s'il arrivait au pouvoir ne changerait en réalité pas grand-chose à la situation française. Un peu comme le gouvernement Salviny ou la version de gauche Syriza en Grèce il serait condamné à faire de la figuration et des changements cosmétiques tout en continuant à vendre son pays à des puissances étrangères . Il est d'ailleurs symptomatique que l'extrême droite se passionne autant pour des pays qui agissent contre l'intérêt du leur simplement parce que leur politique semble anti-immigrationniste.

 

Ainsi l'extrême droite française se passionne-t-elle pour Trump et son mur. Oubliant l'échec fatal de l'économie Trumpiste qui n'a fait que répéter les mêmes politiques économiques de tous ses prédécesseurs. La croissance américaine cachant mal les déséquilibres et le taux de chômage devenant de plus plus en source de plaisanterie tant ce taux s'éloigne rapidement de toute forme de réalité. Le protectionnisme de Trump est essentiellement verbal, le déficit commercial des USA bat tous les records et la dette extérieure menace de plus en plus le dollar. De la même manière voit-on notre extrême droite défendre ardemment les gouvernements polonais et hongrois, parce qu'anti-musulmans. Mais ces gouvernements soutiennent pourtant par ailleurs les travailleurs détachés contre les intérêts de la population française. L'extrême droite française n'est donc plus qu'une caricature grotesque. Un asile de fous monomaniaques qui oublie ce qui fait une nation et dont la seule préoccupation est de ne pas croiser un noir en bas de chez elle. En ce sens, elle n'est effectivement plus que le reflet inversé de l'extrême gauche qu'elle combat et qu'elle caricature de la même manière.

 

Le plus étrange dans ce mouvement d'extrême droite pro-européen est l'idéologie dominant ce milieu. Sans arrêt revient l'idée que l'immigration serait le résultat du gauchisme, du communisme, voire du marxisme culturel responsable de tous les maux qui frappent la France et particulièrement de la grande invasion démographique souvent exagéré chez les thuriféraires de ce milieu. Pourtant c'est tout l'inverse en pratique. Si la gauche a servi certainement d’alibi intellectuel à l'immigration de masse, c'est bien les libéraux et les capitalistes qui sont à la recherche de sang frais étranger. En pratique c'est la droite d'affaires, celle à laquelle le RN veut s'allier qui est la plus grande alliée de l'immigration de masse. Et non-monsieur Macron n'est pas de gauche, c'est un libéral pur jus, au 19e il aurait au moins pu faire partie des orléanistes sans faire tache. La réduction du discours du RN à la seule question migratoire et le retour à une vision économique digne d'un Ronald Reagan constituent probablement la pire évolution récente qui soit dans le paysage politique français de ces 10 dernières années. Avec le mouvement de Philipot à l'intérieur du FN on pouvait espérer que ce parti devienne une réelle alternative au système. Aujourd'hui on peut être sûr qu'il en sera le meilleur défenseur.

 

La déception de Debout la France

 

Le parti qui avait mes faveurs il y a quelques années était bien évidemment celui-ci. Pendant longtemps j'ai soutenu aux élections Nicolas Dupont Aignan. Mais force est de constater que ce dernier n'a pas cessé de dégrader son discours public, et de faire de plus en plus de racolage électoral en vue de faire monter son audience. Il s'est abaissé de plus en plus à de la politique politicienne à but promotionnel. Multipliant les coups médiatiques à la manière presque aussi grotesque qu'un Le Pen ds années 80. Je ne parle pas ici de son soutien du FN lors du second tour des élections présidentielles . Il s'agissait encore à l'époque d'un choix courageux surtout si on le compare avec la contradiction d'un Chevènement qui a trahi la France en appelant à voter alors pour son contraire idéologique Macron. Tout ça au nom de l'antifascisme. Le vrai problème de NDA fut son abandon de la critique de l'euro et de l'Union européenne. Soyons clairs sur la question. Pendant longtemps NDA a entretenu l'ambivalence.

 

Il a cependant maintenant clairement fait son choix pour la chimérique autre Europe. Probablement parce que lui aussi baigne dans ce fameux milieu social bourgeois, il a préféré caresser ce dernier dans le sens du poil plutôt que d'avoir à l'affronter. Il me semble pourtant aujourd'hui hautement problématique de se réclamer du gaullisme tout en feignant de croire que l'on peut continuer avec l'euro et l'UE. Tout comme il est prétentieux de croire que l'on pourra inverser la construction européenne. Si cette stratégie consiste à essayer de plaire à un public plus large alors il s'agit d'une tromperie, mais cela ne mènera nulle part puisque l'on n’aura pas été clair dès le début sur les objectifs. Bref je suis maintenant totalement en désaccord avec l'orientation de ce parti et ne pourrais en aucun cas voter pour eux aux prochaines élections.

 

L'UPR et les Patriotes

 

Enfin, venons-en aux alternatives réalistes, c'est-à-dire à ceux qui regardent la réalité en face. À savoir que l'UE est irréformable et que l'euro est une aberration économique. Soyons claires, cette orientation en l'état n'a aucune chance de dominer le débat public, surtout depuis la trahison du FN. Mais il est important d'entretenir le discours et de le rendre le plus audible que possible pour que le doute s’insinue dans les autres formations politiques et chez les Français. Tout comme la question protectionniste qui était il y a dix ans ou quinze ans reléguée à quelques franges obscures du débat politique devient petit à petit acceptée dans le débat public aujourd'hui. Même le très libéral et médiatique François Lenglet commence à se poser la question du protectionnisme. Une idée très minoritaire peut petit à petit devenir une évidence pour tous tant qu'il existe des gens pour en porter le discours. Il suffit que les conditions générales du fonctionnement de la société changent pour que l'étincelle jaillisse. Il ne s'agit donc pas ici de croire que l'UPR ou les Patriotes de Philippot vont faire des scores énormes. Ce serait extrêmement étonnant. Il faut surtout qu'ils puissent faire entendre ce discours et le faire murir dans la tête de nos concitoyens. En espérant que dans dix peut-être la fin de ce machin deviendra une évidence pour tous.

 

Dès lors, mon choix est vite fait envers le mouvement de Philippot. Pour le simple fait que l'ouverture intellectuelle est nettement plus grande chez les partisans de ce dernier l'UPR souffrant à mes yeux d'un certain sectarisme. Je sais déjà ce que me diront les partisans d'Asselineau, je les connais depuis le début en fait . Ils diront que leur mouvement a été le premier à défendre ces idées ce qui est faux puisqu’il y a eu bon nombre d'intellectuels à défendre cette sortie même s'ils n'étaient pas médiatisés. Ils diront qu'ils font de la pédagogie, ce qui est bien, mais qui ne nécessite pas de vouloir alors prendre le pouvoir. Après tout on peut continuer à instruire la population sans chercher nécessairement à mettre au pouvoir ses propres représentants. Ensuite l'argument de l'ancienneté peut se retourner contre l'UPR . Cela fait 12 ans qu'ils militent et pour quel résultat électoral ? Y a-t-il eu une remise en question de la stratégie pour cet échec ? Je constate aussi que monsieur Asselineau fait preuve d'une fermeture assez ferme aux autres.

 

Philippot a d'ailleurs récemment invité l'UPR à faire cause commune pour l'élection, mais ce dernier a clairement refusé. Si on n’est pas capable de s'entendre avec des gens aussi proche sur l'objectif de sortie de l'UE et de l'euro comment peut prétendre gouverner un pays comme la France ? Le général de Gaulle a-t-il refusé l'aide des communistes ou de l'extrême droite pour lutter contre les nazis ? Pour cette raison il me semble que le mouvement des Patriotes est plus à même à long terme de porter le discours fondamentalement eurocritique et de le faire entendre. Alors que l'UPR a au contraire une extraordinaire capacité pour faire détester ces idées. Il suffit de voir les caricatures du mouvement UPR sur le web pour s'en convaincre. Certains pensent même que l'UPR est une secte.

 

Au final, pour cette élection je m'orienterai personnellement pour le mouvement des Patriotes. Il n'en demeure pas moins que la tristesse s'empare de moi quand je vois tout ce temps perdu et ces partis qui trahissent leurs idées souvent pour des calculs électoraux hasardeux. Cela dénote une incapacité à penser l'intérêt général et une absence profonde de cohérence intellectuelle. Quand on change à ce point d'idées ou d'objectif comme l'on fait le FN, FI ou DLF c'est qu'en fait on n’a aucune conviction profonde ni aucune réflexion de fond sur les problèmes dont on parle. Tout comme l'UMP, le PS ou la LREM de Macron, ces gens n'ont pas vraiment de réflexion de fond ni de compréhension réelle des enjeux politiques et économiques. On fait juste du clientélisme électoral à court terme en espérant faire une plus-value . Cela caractérise bien l'état de mort cérébrale d'une grande partie de la prétendue élite française ainsi que celle des classes sociales dominantes. Le déclin ne concerne pas que les centristes ou les libéraux.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Bertrand Riviere 12/05/2019 12:02

Hormis sur ton analyse du cas Trump, mais je ne vais pas développer ici, ce serait trop long et hors-sujet, je partage ton avis général et je m’apprête sans illusions à faire le même choix aux européennes. Je confirme à 100% pour le sectarisme démentiel à l'UPR !

yann 13/05/2019 22:11

Enfin ce n'est pas juste Trump. Le président américain est de toute façon infiniment moins puissant que le notre. Il y a des jeux de pouvoir qui font qu'il ne peut probablement pendre toutes les décisions qu'ils veut en matière économique. Il faut que je prenne le temps de faire un texte sur la situation américaine.

Tom Personne 09/05/2019 11:33

Merci pour ce papier qui résume probablement l'état d'esprit de beaucoup de souverainistes.

Personnellement, j'ai voté pour l'UPR a chaque élection où ils ont pu présenter des candidats.
Malheureusement, je suis de plus en plus déçu par le caractère pour le moins obtu de son président. Et aujourd'hui, je me demande si je ne vais pas plutôt voter pour les patriotes.

Contrairement à ce qu'affirme Asselineau, je trouve Philippot tout à fait crédible.
Certes, son passage au FN n'est pas du meilleur goût pour tous. Mais au moins, il a fait ce qu'il fallait pour s'adresser directement à la classe ouvrière, et lui proposer une politique protectionniste.
Aujourd'hui, qui reste-t-il de crédible pour cela ?

Plus généralement, il semble y avoir nombre de gens volontaires et compétents dans le petit monde souverainiste, mais force est de constater que le niveau n'y est pas encore. Ne s'improvise pas de Gaulle qui veut...
Quant à la guéguère UPR contre patriotes, elle est lamentable. Et les médias nationaux, qui ne peuvent plus complétement escamoter le débat sur le FREXIT, s'en réjouissent sûrement...

Au final, je suis en train de me résigner au fait qu'il faudra boire le calice jusqu'à la lie.
Nous allons devoir attendre l'explosion de la zone Euro, ou celle d'une ou de plusieurs grandes banques, pour arriver enfin à la dissolution de l'UE, laquelle ne pourra se faire que dans la douleur.
Et quand tout sera en ruines, eh bien, personne n'aura plus rien de mieux à faire que reconstruire.

yann 13/05/2019 22:13

Malheureusement la fin de l'UE et de l'euro arrivera probablement sans l'action française. Je crois toujours à mon scénario d'une Allemagne qui met fin à cette énorme blague. Le problème c'est qu'à ce moment là la France sera dans une situation économique particulièrement dramatique.

La Gaule 09/05/2019 03:11

Je crois que vous avez ouvert toutes les pistes dans ce texte et je me permets de vous donner mon propre sentiment sur la situation.
En vrac.

1)
Je laisse de côté les raisons pour lesquelles le RN s'est retourné idéologiquement avec une telle facilité, car vous allez encore dire que j'ai trop lu Gérard de Villiers et John le Carré. Sachez simplement que je campe sur mes positions, le RN faisant parti du grand jeu géopolitique anglo-saxon comme tout ce qui touche à cette pièce maîtresse de l'UE qu'est la France.
Mais peu importe ! Je vous dirai plus loin pourquoi.

2)
Un verrou que vous n'explorez pas est celui de l'antisémitisme. Je ne parle pas de l'antisémitisme réel répandu dans certains milieux musulmans et dont la réalité reste assez difficile à apprécier tant le sujet est tabou.
Je parle de l'antisémitisme fantasmé tel qu'il est mis en scène autant par ses thuriféraires que par ses détracteurs.
Les thuriféraires campent à la droite extrême -Soral est loin d'être le pire à ce sujet- et tout leur discours s'articule sur la toute puissance « des juifs » (les soraliens disent « des sionistes ») en tant que maîtres d’œuvre du néolibéralisme mondial.
Ce discours s'appuie sur des faits indéniables, tant sur le plan historique (l’essor de la City de Londres à l'origine est bien lié à l'aventure du marranisme) que sur celui de la géopolitique contemporaine -la puissance et l'entrisme de certains lobbies juifs au cœur du monde occidental sont indéniables, et il sont d'ailleurs liés à la dérive communautariste galopante de celui-ci.
Le biais cognitif (vous n'aimez pas Michel Drac, pourtant il a parfaitement dénoncé le mécanisme dans l'une de ses vidéos) tient en ce qu'il en est fait un principe absolu, presque immanent.
Ce principe est appelé à se diluer -au moins chez les soraliens- dans les bouleversements qui commencent à bousculer la géopolitique mondiale. Essentiellement dans le fait que le nouveau gendarme du proche orient s'annonce être la Russie et que Poutine n'a aucune hostilité particulière vis à vis d'Israël.
Si leur intérêt de survie le commande, les israéliens se tourneront vers la Russie avec autant de facilité qu'ils s'en sont détournés il y a soixante ans pour aller camper au sens propre chez les américains.
Dans l'immédiat, je constate que les pseudos chevaliers blancs contre l'antisémitisme dans l'ensemble de l'occident appartiennent tous au marais néolibéral, et qu'ils usent et abusent jusqu'au grotesque de cet instrument commode pour disqualifier les gens qui ne leur plaisent pas ou pensent de travers.
Le blocage de la vie politique en France passe aussi par cet instrument là.

3)
Concernant NDA, vous ne mesurez pas peut-être pas assez le désastre qu'ont été les dernières élections présidentielles, surtout dans les esprits.
Elles ont en effet consacré le triomphe de la malice brute la plus stupide sur l'intelligence, et ont ouvert peut-être pour longtemps l'ère du « tous les coups sont permis » dans le pays -on le voit bien dans la manière dont le gouvernement « gère » la crise des gilets jaunes.
NDA est un homme intelligent et qui a toujours témoigné jusqu'à présent d'une certaine rectitude morale. Peut-être juge-t-il que un tel contexte -qui est un contexte d'urgence- mieux vaut se borner à une stratégie électoraliste à courte vue pour sauver les meubles ?
Ne jetons pas en tout cas ce bébé avec l'eau du bain. De toute façon l'UE explosera par ses propres contradictions, pas par la puissance d'idée de ses contradicteurs. NDA n'aura alors que l'air bête comme tout le monde. Mais lui aura la possibilité de se recycler.

4)
Rien à ajouter sur Mélenchon. Pierre Yves Rougeyron disait justement de lui, vu le ménage qu'il a fait chez les souverainistes de son propre camp, que son cercueil l'attendait déjà à la gauche de celui de Chevènement.
Ce sera toujours un mitterrandien indécrottable -comme Chevènement l'était du reste- rêvant de rejouer la prise du pouvoir à gauche comme il y a maintenant 38 ans, alors que l'évolution sociologique du pays (dont les causes sont économiques) l'interdit désormais.
Alors, aveugle le merluchon ? C'est peut-être tout simplement un homme vieillissant qui a fait (avec talent) son dernier baroud d'honneur en 2017 et qui veut finir sa vie tranquille, comme tous ceux de sa génération faillie -la mienne, j'ajoute honteusement.

5)
Les Républicains ? Quels républicains ? Ils sont Macron-compatibles et l'ont prouvé il y a deux ans, il n'y a rien d'autre à attendre d'eux. Vous n'en avez pas dit un mot et vous avez bien raison.

6)
Asselineau ? Outre l'égocentrisme hurlant du personnage le problème est que la majorité de ses troupes vient de la gauche, une bizarrerie sur laquelle on ne s'interroge d'ailleurs pas assez ?
Asselineau est un homme de procédure qui ne conçoit de salut pour son pays que par la culture juridique et l'habileté procédurière de François Asselineau.
C'est un énarque dissident par fidélité à l'idéal originel de l'énarchie qui est d'être LA tête qui dépasse et oriente le mouvement.
Tout passera sans douleur comme une lettre à la poste parce que François Asselineau a tout prévu, tout planifié dans son gosplan mental. Raison pour laquelle l'on n'aborde jamais chez lui un sujet qui fâche comme l'immigration.
On conçoit alors que l'UPR ressemble à une espèce de Lutte Ouvrière souverainiste, LO n'étant pas à proprement parler non plus une secte. Dans les deux cas leurs membres portent en eux la nostalgie de l'Avant-Garde éclairant le monde.
En tout cas les gens de l'UPR ont bien emmené avec eux tous les tics de la gauche la plus obtuse lorsqu'il s'agit d'ostraciser ceux qui se sont compromis de près ou de loin avec « les fachos ». Philippot était bien naïf d'imaginer le contraire.
En tant que premier de sa classe Asselineau sera toujours un homme seul. Un homme de conférence où l'on loue et applaudit son brio. On se contentera donc des conférences -toujours intéressantes, je les regarde toutes, cela ne mange pas de pain.

8)
J'ai approché un temps les « philippistes » de mon coin après la Bérézina du FN il y a deux ans. Là, on est carrément dans les naufragés du radeau de la méduse.
J'ai eu la même impression jadis avec d'autres naufragés, ceux du pôle républicain de Chevènement et ce n'est pas un hasard si Philippot vient du chevènementisme, plutôt une conduite d'échec compulsive.
Le plus dur pour eux est de regarder en face une réalité cruelle. Bien qu'ayant représenté un temps un bon tiers de la masse des militants, leur courant ne comptait en fait que pour du beurre au FN et la vieille garde des mégretistes leur a réglé leur compte sans problème.
Je sais que vous attachez beaucoup d'importance au débat d'idées, mais je n'ai justement pas vu beaucoup d'introspection prospective dans cette boutique. La tendance est plutôt à se serrer frileusement les coudes autour du feu et du chef qui l'alimente.
Je ne suis pourtant pas loin de penser comme vous que Philippot présente la meilleure analyse de la situation française dans l'Europe et il en tire aussi la conclusion logique. Mais les idées ne sont rien sans les organisations.
Ce garçon a-t-il aussi l'envergure d'un homme d'état ? Il ferait un bon chef de cabinet à coup sûr...

CONCLUSION.

La photographie du paysage politique français est à la mesure de celle du pays en général, les décombres morcelés après l'explosion. Il n'y a rien à attendre sur ce terrain dans l'immédiat.
Le salut peu venir dans le meilleur des cas d'une évolution brutale de la situation extérieure, guerre ouverte ou déflagration économique, et dans le pire d'une explosion intérieure, ce qu'il conviendrait d'éviter pour ce qu'elle implique de douloureuse incertitude.
Dans ce contexte seul il convient de ne pas dénier son importance à l'élection à venir.
Je vous soumets un texte très intéressant de Charles Gave à ce sujet. Charles Gave fait partie de ces libéraux (comme Bruno Bertez où Charles Sannat) dont la logomachie est régulièrement tempérée par le bon sens, raison pour laquelle je suis et cite volontiers leurs écrits.

https://institutdeslibertes.org/pour-qui-allez-vous-vraiment-voter-lors-des-elections-europeennes/?print=print

On a en effet trop tendance à oublier que nous votons moins pour des partis français que pour les partis européens dans lesquels ils vont se fondre, et il y aurait peut-être ici une faille dans le système à exploiter au moins pour enrayer la machinerie.

Personnellement, je voterai pour le RN . Non pas que je l'estime digne d'être sauvé du lot plus que les autres mais pour une simple raison de tactique à court terme. C'est en effet la formation la mieux placée pour que Macron n'arrive pas en tête de l'élection, ce qu'il ne manquera pas d'exploiter comme une victoire.
J'estime devoir au moins cela aux gilets jaunes, ceux qui ont lancé le mouvement avant la grande tentative de sa récupération par la gauche, laquelle n'est pas encore gagnée d'ailleurs.
Vous avez dit dans l'un de vos textes de reprise que leur cri n'était qu'un cri d'agonie, mais je pense qu'en histoire ; à l'inverse de la chimie ; rien ne se perd mais que tout se crée à partir de peu.
L'apport de tous ces anonymes -dont certains l'ont payé très cher- est déjà énorme en ce qu'ils ont fait tomber les masques du pouvoir et de ses rouages. Cela ne sera pas oublié.
Je crois aussi que l'amorce de la recomposition du paysage politique que nous appelons tous de nos vœux, ce sont eux qui l'auront impulsé.

(J'ai été long, vous me connaissez. Espérons que cela tiendra dans le presse papier).

yann 13/05/2019 22:42

« Le blocage de la vie politique en France passe aussi par cet instrument là. »

Avouez que la corde antisémite commence à sérieusement s'user. Les juifs devraient d'ailleurs sérieusement s'inquiéter de l'usage abusif qui est fait de l'antisémitisme tant cela en devient contre-productif. Les chasseurs d'antisémites paranoïaques fabricants de nouveaux antisémites aussi sûrement que l'abus d'antibiotiques fabriquent des bactéries résistantes à ces dernières. Je ne parle pas de ça justement pour ne pas alimenter inutilement un processus essentiellement masturbatoire à la base.

« NDA est un homme intelligent et qui a toujours témoigné jusqu'à présent d'une certaine rectitude morale. »

C'est justement sur ce plan qu'il a mal évolué à mon avis. Mais personnellement je me vois comme totalement extérieur à tout ça. Je juge de la façon la plus juste et la plus rationnelle à mes yeux la situation. Et je n'aime pas qu'on fasse des coups médiatiques pour se faire de la pub. Surtout quand il s'agit de coups hautement discutables. Je suis peut-être trop attaché à une certaine rectitude morale et intellectuel pour accepter qu'on s'abaisse à ce genre de chose . Mais l'un des problèmes de la politique actuelle est justement que tout le monde cède à la facilité pour faire du bruit ou exister médiatiquement. Pour moi changer la société actuelle cela consiste aussi à s'opposer à ces vils penchants qu'elle insinue en chacun de nous. Et puis malgré ses coups médiatiques, il n'a pas vraiment percé le NDA.

« Alors, aveugle le merluchon ? C'est peut-être tout simplement un homme vieillissant qui a fait (avec talent) son dernier baroud d'honneur en 2017 et qui veut finir sa vie tranquille, comme tous ceux de sa génération faillie -la mienne, j'ajoute honteusement. »

La vieillesse n'excuse pas tout, il n'est pas sénile non plus. Après son parti, semble couler sondage après sondage. À force de chercher le discours d'extrême gauche le plus simpliste, il finira probablement au même niveau que les anciens de la LCR. Reste qu'il est bien dommage que le discours réellement eurocritique soit toujours aussi inaudible à gauche alors que c'est bien là qu'il devrait fortement progresser.

« Les Républicains ? Quels républicains ? Ils sont Macron-compatibles et l'ont prouvé il y a deux ans, il n'y a rien d'autre à attendre d'eux. Vous n'en avez pas dit un mot et vous avez bien raison. »

Eux ou LREM c'est effectivement la même chose. Il y a quand même des rapprochements avec le RN donc il faudra en parler à un moment.

« Tout passera sans douleur comme une lettre à la poste parce que François Asselineau a tout prévu, tout planifié dans son gosplan mental. Raison pour laquelle l'on n'aborde jamais chez lui un sujet qui fâche comme l'immigration. »

Après je suis d'accord sur le fait qu'il faille se concentrer sur l'euro et l'UE. Avoir le plus petit dénominateur commun permet un plus large rassemblement. On sort de l'UE et de l'euro d'abord on se disputera sur les détails des politiques internes une fois que la France sera à nouveau une nation libre et indépendante. Mais par ailleurs leur sectarisme politique contredit cette mesure de bon sens . C'est un peu étrange l'UPR. D'un côté ils expurgent la politique économique dans ses grandes lignes ou l'immigration pour se concentrer sur l'essentiel l'euro et l'UE. Et de l'autre on dirait qu'ils font tout pour se couper des gens qu'ils pourraient rassembler. Je me dis qu'on gagnerait peut-être à ce que quelques membres de l'UPR coupent la tête du chef pour permettre au cheptel d'être représenté par des gens un peu moins contradictoires qu'Asselineau.

« Je ne suis pourtant pas loin de penser comme vous que Philippot présente la meilleure analyse de la situation française dans l'Europe et il en tire aussi la conclusion logique. Mais les idées ne sont rien sans les organisations.
Ce garçon a-t-il aussi l'envergure d'un homme d'état ? Il ferait un bon chef de cabinet à coup sûr... »

On fait avec ce qu'on a . Le problème c'est aussi que peu de Français s'engagent . Du coup statistiquement on a moins de chance de voir des de Gaulle apparaître. Il est aussi possible que son parti crée une dynamique, pour l'instant c'est trop tôt pour le dire.