Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2019 3 17 /07 /juillet /2019 21:02

 

Le ridicule frappe Macron en été. Tel est l'étrange statistique que l'on pourrait donner à l'apparition d'événements défavorables à notre communicant président. C'est que pour ceux qui s'en souviennent encore l'affaire Benalla fit parler d'elle en été tout comme l'affaire De Rugy frappe la macronie en cette saison estivale. Il faut croire que la torpeur estivale réveille le doute sur la qualité du bien aimé président des médias . Le pauvre président n'avait même pas pu profiter du succès de l'équipe de France de foot comme le président Chirac avait pu le faire pour enterrer les divers problèmes du pays sous un monticule d'idioties footballistiques et médiatiques. L'on pourrait toutefois objecter ici que l'affaire De Rugy fut en fait assez bruyante pour enterrer par exemple les événements dramatiques qui ont suivi le match de foot de l'Algérie le 14 juillet dernier. Événement dramatique dans le sens où il révèle l'échec total de l'assimilation de ces populations en France. Échec que l'on sait vrai pour quiconque connaît un peu le problème, mais qui a toujours été camouflé par les médias dominants et la machinerie de l'état.

 

Ici on a en plus assisté à une démonstration par l'absurde de la collaboration de l'état avec des insurgés d'origine étrangère. Cela pourrait tout du moins être interprété comme tel, tant la dichotomie devient énorme entre le traitement des Gilets jaunes issus de la contestation politique française et le laissez-faire maximal pour des bandits d'origine étrangère pillant les champs Élysée . Et n'oublions pas dans le même temps cette occupation des gilets noirs au panthéon. Je ne sous-entends pas ici qu'il s'agit de la part des institutions publiques d'une action réelle consciente visant d'une part à ne pas punir les populations étrangères sur notre sol, et d'autre part à vouloir maximiser la violence contre la population autochtone. Que cela soit le résultat d'une multiplication d'intérêt à court terme et de calcul de communication marketing est plus probable. La peur maladive de la bavure raciste vis-à-vis des médias devant probablement remplir la tête des flics et des ministres. Cette réalité suffit à expliquer cette différence de traitement. Mais que nos « élites » imaginent un peu le message envoyé à la population française dans son ensemble . On peut d'un point de vue logique en venir à penser que l'état français est aujourd'hui l'ennemie de la France et des Français et c'est probablement ainsi qu'une partie croissante de la population va voir les choses. Car à cette absurde irresponsabilité policière judiciaire et politique s'ajoutent les nombreuses traîtrises économiques et politiques qui s'accumulent depuis maintenant quatre décennies et qui atteignent leur point d'orgue avec le gouvernement Macron.

 

L'affaire Alstom ou ADP aurait mérité bien plus qu'une démission à la De Rugy, car il s'agissait là d'affaires bien plus graves montrant le niveau de corruption invraisemblable du gouvernement Macron. Une démonstration de la proximité philosophique de Macron avec l'ancien président Russe Boris Eltsine un mélange de hautes trahisons des intérêts du pays et d'une très forte corruption au plus haut niveau de l'état. On peut se douter que l'affaire De Rugy consiste peut-être dans la tête de Macron et de ses communicants d'un plan marketing visant à revaloriser la crédibilité du président à peu de frais. Un moyen pour faire oublier le reste, la mémoire médiatique de la population étant maintenant très courte surtout avec l'influence néfaste des médias sociaux. Regardez donc ce vil corrompu nous le faisons démissionner donc nous sommes honnêtes. On pourrait ici voir l'affaire De Rugy comme une forme française et minimaliste de la fameuse politique italienne des opérations mains propres. Une pure opération marketing donc dont monsieur De Rugy a probablement fait les frais. On se souvient pour l'occasion des manigances étranges autour du candidat Fillon dont les problèmes sont comme par hasard ressorti juste avant l'élection présidentielle. Au-delà du pathétique, il s'agit d'une démonstration du délitement moral et intellectuel au plus haut niveau de l'état. La France s'est bel et bien américanisée, la corruption étant devenue une pratique courante dans la politique du pays même si contrairement aux USA elle n'y est pas encore institutionnalisée.

 

L'état aggrave maintenant la fragmentation du pays .

 

Parallèlement à ces événements, une étude récente a montré le délitement de plus en plus assumé par les Français de l'unité nationale. Cette étude Ifop réalisé pour Atlantico (média plutôt libéral de droite, c'est à préciser) est juste un sondage, mais elle montre que les Français reconnaissent en tout cas que la société n'est plus qu'un amoncellement de communautés disparates. Une fragmentation qui a été analysée depuis longtemps, on se souvient de la célèbre phrase de Marcel Gauchet sur la fracture sociale qui a servi à l'élection de Jacques Chirac en 95. On pourrait y ajouter les analyses de Christophe Guilluy ou encore le mouvement des Gilets jaunes qui ne concernaient au final qu'une partie de la population, et qui n'a pas fédéré en fait l'ensemble des forces sociales, ni celle des bourgeois, ni celle des pauvres d'origine étrangère . En lui même, le mouvement des Gilets jaunes a montré la grande fragmentation de la population française.

 

C'est donc dans ce contexte particulier que l'état s'amuse à faire du sur mesure dans la manière dont il traite la population. D'un coté une extrême violence pour toute remise en question de la politique économique libérale du président Macron. Il pousse même le vice à remettre en question la liberté de manifestation ainsi que la liberté d'expression. Personne n'est dupe sur les multiples lois contre la « haine » sur internet, on sait d'expérience que ces nouvelles mesures seront surtout utilisées principalement contre les dissidents politiques. Du reste, il existe déjà dans la législation française tout un panel de mesure contre les menaces de mort ou ce genre de chose, mais ce n'est pas vraiment ce qui intéresse le président Macron. Son but est surtout de mettre sous silence les derniers morceaux de la population n'acceptant pas la sainte Europe et le saint libéralisme comme dogme. En jouant ce jeu du deux poids, deux mesures, sur la façon dont il traite les citoyens, l'état aggrave encore la dissension entre les « communautés ». Je dis communauté puisqu'il faut bien admettre que la France "une et indivisible" n'existe plus en pratique. Le rôle de l'état devrait être au contraire de rétablir l'égalité du traitement et l'indivisibilité des principes, mais ils scindent volontairement l'action judiciaire et policière. On atteint d'ailleurs ici le paradoxe absolu du fait que faisant cela au nom de l'antiracisme pour ce qui concerne les populations immigrées, l'état attise au contraire la haine et favorise très exactement ce qu'il prétend combattre.

 

Ce rôle de pompier pyromane n'est pas calculé, il découle naturellement de la logique libérale qui tient lieu de logiciel à Macron et à sa caste. On est à un stade tel de délitement intellectuel que je pense sincèrement que ces gens ne comprennent même plus la notion d'intérêt général ou d'action collective. Pour Macron et son équipe, il n'y a que des individus et leurs intérêts que l'on peut manipuler en fonction de son propre intérêt. Le clientélisme découle de cette logique. Les maires qui soutiennent l'islamisation des quartiers pour être réélus font partie de cette logique. Mais au-delà de ça nous sommes tout entier plongé dans une contre-civilisation ou plutôt une anti-civilisation qui ne pense qu'à fragmenter, fractionner, séparer les populations. Même la technologie nous divise puisqu'on sait que les gens sur internet et sur les réseaux sociaux restent essentiellement dans leur zone de confort et vont rarement se confronter à des univers, des cultures ou des idées qu'ils ne connaissent pas et qui divergent trop de leurs habitudes. À la séparation spatiale et culturelle, s'ajoute maintenant la séparation communicationnelle. A chacun sa source d'information pour ne pas heurter sa propre sensibilité.

 

La faiblesse de l'identité française qui contrairement à des pays comme le Japon ou l’Allemagne n'est pas le fruit d'une ethnie ou d'une culture propre, mais le produit d'une politique de longue haleine est maintenant un vrai handicap. La France pourrait ne pas survivre au 21e siècle. Car la France ne pourra pas survivre à son état, c'est son état jadis monarchique qui l'a construite. On a ici effectivement une question qui aggrave encore l'importance d'une sortie de l'UE et d'une reprise en main de l'état français par la population . Pour la France la sortie de l'UE n'est plus simplement une question de survie économique, cela devient véritablement une question de survie en tant qu’entité politique et territoriale. Dans peu de temps, les gens remettront en question leur appartenance à la France. Pourquoi en effet payer des impôts et obéir à un état qui agit visiblement contre nos intérêts ? Pour quoi payer pour une sécurité sociale qui soigne des gens avec qui je ne partage rien même plus la langue ? Je sais que cette stratégie est utilisée par l'extrême droite et les ultralibéraux pour justifier la liquidation de l'état providence, mais qu'ils prennent garde, car ce n'est pas juste l'état providence qu'ils vont détruire, mais bien toute la légitimité du pouvoir politique français. Et là nous serons en terrain inconnu. Les pires horreurs pourraient en sortir, c'est loin d'être exclu. Surtout avec les haines qui couvent dans tous les sens au pays du gentil vivre ensemble.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
J'oserais même comparer Macron à Pinochet. Eltsine, malgré son pietre bilan, à la réputation, vraie ou fausse, faudrait verifier, de laisser plus de libertés que sous l'URSS puis sous Poutine.

Macron ne dispose pas des pouvoirs dont disposait Pinochet c'est ce qui limite ses actions. Mais on voit bien ses tendances.
Juste un exemple, quand il a dit que c'est un "miracle qu'il n'y ait pas eu de tué" à propos des manifestations, cela a un sous entendu inquietant. Ca sous entends que le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de manifestants devenus handicapés, suite à l'action des FDO est un bilan tout à fait normal, même indulgent, selon Macron. Ces sans-dents devraient s'estimer heureux que les FDO leur laisse la vie sauve, malgré leur insolence de descendre dans la rue pour autre chose que le mariage pour tous n'est ce pas ?
Et encore je suis gentil je n'ai pas compté la mort de la dame à Marseille (dont il y'a beaucoup à dire à propos de l'enquête).
Et je ne m'etendrais pas sur toutes les tentatives de limiter la liberté d'expression, je pourrait écrire des tartines sur la derive dictatoriale des macronistes. Il faut reconnaitre que Melechon et ses satellites, comme "Le Media" par exemple, ont une utilité dans l'opposition car ils sont naturellement sensibles aux question de la police et justice et sont souvent en pointe pour livrer ces informations. Il ne faut pas trop compte sur le R.N pour ça, malgré la faille que ces derives constituent pour les "marcheurs".
Répondre
Y
Eltsine devait surement être plus sympathique que Macron j'en conviens de là à le comparer à Pinochet c'est lui faire trop d’honneur en un sens. Il en peut-être la volonté mais je doute qu'il en ait la carrure .
Y
Il y a à boire et à manger sur les médias que vous citez . Mais il est vrai qu'aujourd'hui la disparition de toute forme de déontologie et la vitesse de communication nous obliges à croiser les donnés de gauche et de droite pour avoir un semblant d'information véritable. Olivier Berruyer a ses propres totem comme le réchauffement climatique qui est incritiquable sur son site.

On dirait que les français n'arrivent plus à distinguer leur être de leurs idées . Qu'attaquer des idées c'est pratiquement attaquer leur personne alors que non. C'est probablement encore un effet de l'effondrement des croyances collectives.
D
@La Gaule Ce qui est interessant c'est de croiser les points de vue et surtout obtenir des informations, même si il faut être conscient des biais des uns et des autres .

La "melenchosphere" sera plus souvent la premiere à m'informer d'une privatisation abusive ou d'un renvoi d'ascenseur entre un politicien et un milliardaire par exemple.

Même chose du coté de la dite "fachosphere" d'ailleurs. Leurs sujets de prédilection sont ceux delaissés par la melenchosphere mais tout aussi importants.
J'ai renoncé à rechercher une seule source objective. Il est plus simple finalement de laisser parler tout le monde. Et écouter, et même croire quelqu'un, ne veut pas dire que l'on souhaite automatiquement le voir à la tête du pays.
L
Le RN n'a qu'un intérêt électoral pour servir de contrepoids provisoire à Macron, comme une partie de l'électorat semble l'avoir compris. Après...

La mouvance gauche de la gauche de son côté ne s'est intéressée aux gilets jaunes qu'à partir du moment où elle a envisagé pouvoir récupérer le mouvement où le réorienter sur ses thèmes favoris -la répression policière en est effectivement un, souvent dépourvu de nuance.
En gros, lorsque le pouvoir a commencé de démanteler les ronds points pour rabattre les foules sur les centre ville, ce qui l'arrangeait autant que la gauche de la gauche.

On a vu alors disparaître comme par magie l'amalgame qui avait été fait les premiers week-end de ce côté là avec les fachos, les antisémites, les homophobes etc.
D'où l'apparition de personnages semblant sortir d'une boîte à surprise comme Juan Branco.

Si l'on veut vraiment être honnête il n'y a que les médias estampillés « extrême droite » comme Métapoinfos, Olivier Demeulenaere, Bruno Bertez, Egalité et Réconciliation, Polémia, Tvliberté, pour ne citer qu'eux, qui ont réellement pris la mesure du mouvement dès le premier samedi.

A l'exception notable d'Olivier Berruyer -malgré une bonne partie de ses commentateurs- qui garde une position originale à gauche du web, et aussi de Descartes, qui dès le départ a observé les événement avec bienveillance quoique teintée de scepticisme.