Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2019 1 30 /09 /septembre /2019 17:11

La mort de Jacques Chirac a mis en émoi tout ce qui sert d'appareil politique en France. Nous voici contraint de pleurer l'ancien président que fut super-menteur comme le décrivait si bien les guignols de l'info à leur apogée. L'on pourrait comme le fait le blogueur Descartes remarquer que Chirac c'était surtout le symbole d'une autre époque et d'une autre façon de faire de la politique. Bien sûr à côté de Sarkozy, Hollande, et du catastrophiquement pitoyable Macron, Chirac pouvait sembler grand. Mais tout de même. Chirac le soi-disant gaulliste a fait réintégrer la France dans le commandement intégré de l'OTAN alors que cette organisation n'a plus d'autre utilité que de faire de la vente forcée pour l'industrie militaire américaine. Chirac aurait pu arrêter la folie de l'euro, mais il n'a rien fait. Chirac est responsable d'une politique macroéconomique complètement stupide avec le cryptolibéral Jupé et sa hausse de la TVA en plein milieu d'une récession en 1995. On connaît la suite et l'explosion du chômage que cela provoqua. Qui a oublié les stupides jupettes, les primes à l’automobile qui était même donnée aux voitures fabriquées à l'étranger. Chirac et Villepin sont responsables de la privatisation des autoroutes, faut-il aussi le rappeler ? Et la fin du service militaire faisant de l'armée française une armée non plus de la nation, mais une armée de mercenaires au service des intérêts des multinationales et des USA ? C'est que la conscription, c'est embêtant. Ça empêche de faire n'importe quoi avec l'armée du pays. On l'oublie, mais le service national n'avait pas seulement pour but de donner des troupes à l'armée, c'était aussi un moyen pour la population de contrôler l'armée et son usage. Ce n'est pas un hasard si la conscription est arrivée avec la démocratie, et ce n'est peut-être pas un hasard si nos états de moins en moins démocratiques mettent fin justement à cette même conscription. Non vraiment, je suis désolé, mais je ne vois pas très bien ce que Chirac a fait de bien pour la France en dehors de sa position sur la guerre en Irak.

 

Mais bien évidemment, l'on pourrait faire un inventaire à la Prévert de toutes les idioties faites par le grand con comme certains l'appelaient. On pourrait tout autant en faire pour Mitterrand ou l'ignoble et toujours en vie Giscard. Ou son pitoyable premier ministre Raymond Barre qui a introduit en France les théories stupides de l’école autrichienne et du néolibéralisme anglo-saxon. En un sens, tous ces « grands » avaient comme Chirac une certaine culture et une façon de faire de la politique en apparence très différente de ce qui se fait aujourd'hui . Mais dans le fond, ils étaient déjà dans la communication et l'apparence des choses. Il n'y a pas plus de profondeur chez Chirac que chez Macron ou Sarkozy. Ils ne s'intéressaient pas vraiment au pays ou aux politiques à mener. Macron Sarkozy , Chirac, Mitterrand n'avaient qu'un seul objectif, prendre le pouvoir pour prendre le pouvoir, sans savoir quoi faire avec. La grosse différence entre les anciens et les nouveaux communicants de la politique c'est la capacité à camoufler cette bassesse de l'esprit, cette absence totale d'intérêt pour la politique elle-même si ce n'est le simple jeu du pouvoir et de l'intérêt personnel.

 

En un sens, Macron est une chance, sans les atours de l'apparence du politicien classique , il met en exergue toute la puanteur des hommes politiques français qui dirigent ce pays depuis un demi-siècle. Et l'on pourrait même conjecturer depuis 200 ans tant cette maladie est propre à la république et au système des partis politiques qui nous sert de système de sélection des élites depuis la révolution. Les grands hommes qui ont parsemé notre chemin depuis la révolution sont rarement montés uniquement par les urnes. Ce sont souvent les circonstances qui les ont mis au pouvoir à l'image du général de Gaulle qui n'aurait jamais été au pouvoir sans la Seconde Guerre mondiale ou la guerre d'Algérie. Il serait peut-être temps de juger notre organisation républicaine à l'aune de ce triste constat de nullité politique permanente en dehors de quelques remontées presque miraculeuses. Car il n'y en aura peut-être pas cette fois. Un régime politique qui met en permanence des égocentriques vaniteux au pouvoir a quelque chose de complètement pourri, mais c'est un autre débat que celui auquel je veux ici vous convier. Alors que nous pleurons donc notre vieux prestidigitateur du gaullisme théâtral, l'on oublierait presque que la droite existe toujours contrairement à la gauche du moins officiellement. Et l'on sort d'un spectacle absolument affligeant concernant l'UMP qui a invité à la convention des droites deux ténors du pseudo-débat télévisuel à savoir monsieur Eric Zemmour et mademoiselle Marion Maréchal Le Pen.

 

Marion Maréchal Le Pen et Eric Zemmour, les Greta Thunberg de la droite française

 

Alors j'ai déjà eu quelques textes d'énervement à l'encontre d'Eric Zemmour. Il lui arrive parfois de dire certaines vérités, mais la forme et le sens profond de ses discours font qu'il arrive généralement au résultat contraire de ce qu'il prétend rechercher. Je dis, prétends, parce que je ne crois pas vraiment au discours officiel de Zemmour. Son rôle est de détourner l'attention du public de droite des vrais problèmes notamment macro-économiques . Il est tout de même stupéfiant de voir un discours entièrement concentré sur l'immigration en ce moment alors même que l'Allemagne et l'Europe replongent en récession alors qu'elles ne sont même pas sorties de la précédente crise. Et que dire de l'intervention de la FED sur les marchés financiers qui montre la tutelle des banques centrales sur le système économique mondial soi-disant privé ? Tellement privé qu'il ne fonctionne plus sans injection permanente de dette publique et d'émission monétaire. Et quid des Gilets jaunes et de la grande misère en France ? Alors que comment ne pas voir comme l'a très bien compris Emmanuel Todd que l'immigration soit à la droite ce que l'écologisme ou le discours sociétal est à la gauche à savoir des moyens pour ne pas débattre des vraies questions ? Comment considérer comme rationnel un type qui se prétend souverainiste et qui ne remet pas en cause l'UE et l'euro ? C'est aussi ridicule que de prétendre qu'on va changer de mode de production pour sauver la planète tout en faisant du libre-échange. Je rappellerais d'ailleurs que Zemmour et quelques autres comme le pitoyable maire de Béziers ne sont pas pour rien dans la tournure extrémiste du FN après le second tour de l'élection présidentielle. Alors que ce parti avait fait un score historique avec la ligne protectionniste et plutôt keynésienne de Philipot permettant d'avoir un espoir pour l'avenir après Macron. On a eu droit à un abandon total de la ligne et à une tournure zemmouresque du discours. Condamnant à mon avis définitivement ce parti à n'être qu'une roue de secours pour le pouvoir en place.

 

Quant à la nièce de Marine Le Pen, elle joue le même rôle que Zemmour d'ailleurs. Il consiste à détourner les questions économiques  et centrer tout le débat sur l'immigration. Les anciens lecteurs de ce blog le savent pourtant, je ne porte guère dans mon cœur les politiques migratoires. Elles sont irresponsables et fabriquent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent. Et je n'ai guère d’appétence pour l'islam non plus bien que je pense que le problème n'est pas tant dans l'islam que dans la masse invraisemblable d'immigrés que notre pays à reçu depuis des décennies. L'islam est un peu le cache-sexe de ce problème quantitatif. Vous pensez sincèrement que nous nous porterions mieux avec 5 ou 6 millions de chinois à la place d'immigrés musulmans ?Ils seraient probablement moins turbulents sur le plan légal, mais nettement plus dangereux pour l'indépendance et la stabilité de notre nation. Je pense sincèrement que ce serait même pire connaissant l'usage que la Chine fait politiquement de sa diaspora. Cependant même si c'est grave l'immigration n'est pas le principal problème français. Le principal problème de la France,celui dont dépendent en fait tous les autres, c'est qu'elle n'est plus une nation. Elle n'a plus les leviers ni pour sa politique budgétaire, ni pour sa politique monétaire, ni même pour sa politique migratoire. Mais est-ce que Marion Maréchal Le Pen est pour la sortie de l'euro? Non. De l'UE encore moins. Pire que ça, elle est encore plus libérale que Macron sur le plan économique, j'aimerais bien savoir d'ailleurs ce qu'en pense Zemmour lui qui croit encore un peu à l'état régalien . Parce que Marion Maréchal-Le-Pen est une libertarienne, le courant extrémiste américain pour qui l'état et le collectif sont au centre de tous les problèmes. Parce que c'est vrai qu'on n’a pas encore assez privatisé en France, il reste encore l'école, la santé, la police, et, pourquoi pas, l'armée à privatiser.

 

Pour Marion Maréchal-Le-Pen et ses suiveurs, en particulier les identitaires, la France est un pays de communistes, et l'immigration un programme de gauche. On aura beau s'évertuer à expliquer que Marx considérait que les immigrés étaient une armée de réserve pour faire baisser les salaires et que Giscard fut responsable du regroupement familial, ils penseront toujours que l'immigration c'est seulement la gauche. Et que dire du rôle du patronat dans l'immigration de masse il en est pourtant le seul véritable initiateur et défenseur . Même si parfois ce patronat se prétend de droite ses intérêts économiques passent avant tout le reste. Bref vous l'aurez compris, on est dans le cas d'un discours de diversion exactement comme celui de l'écologie. C'est pour cela que l'on peut présenter Zemmour ou Marion Maréchal-Le-Pen comme des Greta Thunberg de la droite. Certes, ils sont plus âgés, en apparence moins manipulés et plus responsables de leurs propos, mais ils ont en commun avec la vierge du Svitjod d'être des phénomènes médiatiques. Ils n'existent que parce qu'ils sont clivants et vendeurs. Parce qu'ils permettent de faire des bulles médiatiques. Ce qu'ils disent importe peu, ce qu'ils pensent non plus, et leurs solutions on s'en fiche encore plus. Par contre, ils font vendre l'une parce qu'elle est un peu photogénique contrairement à sa tente très probablement, et que son discours de droite décomplexée ou plutôt droite totalement attardé font du chiffre chez les médias . Et puis c'est bien pour Macron d'avoir un croquemitaine à combattre pour les prochaines élections. Et l’autre parce qu'il baragouine bien à la télévision même s'il dit énormément de bêtises et qu'il défend très mal ses thèses. C'est à ça que s'intéressait la droite patronale de l'UMP et de la pathétique union des droites. Alors qu'ils ont été dépassés sur leur droite économiquement par Macron le plus libéral des dirigeants français depuis plus d'un siècle, ils essaient de faire un retour par l'immigration. Macron l'a compris lui qui se met aussi à faire du Sarkozy sur l'immigration en attendant le karcher.

 

L'intérêt de la France dans tout ça n'existe pas. Le monde réel ils s'en fichent. La crise économique qui vient ce n’est pas grave, le marché résoudra tous les problèmes. On a coutume de dire que la gauche est en crise, mais c'est bien tout le spectre politique français qui est en crise. À force de ne voir que les problèmes surmédiatisés et d'ignorer les vrais. À force de pensée magique et d'ignorance des rapports de force réels . À force de faire de la démagogie pour qu'on parle de soi dans un concours d'égo sans limites le plus étonnant ce n'est pas que la France s'écroule, mais qu'elle fonctionne encore un peu. L'on fête donc la mort de Chirc, mais jamais son opportunisme et ce qu'il représentait comme involution politique n'a été aussi bien représenté. Chirac est mort, mais il n'y a plus que des petits Chirac au pouvoir et la France est effectivement dans un état bien abracadabrantesque .

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

La Gaule 11/10/2019 12:07

@ Yann

Le CNR c'était aussi des Soral avec des grenades assis à la même table que des Descartes avec des mitraillettes. Pas moyen de faire autrement..

cépajuste 07/10/2019 17:05

"Chirac le soi-disant gaulliste a fait réintégrer la France dans le commandement intégré de l'OTAN"
Non, c'était Sarkozy en 2007.

Yann 08/10/2019 17:01

La rentré effective c'est effectivement Sarkozy mais c'est bien Chirac qui a lancé l'affaire :

https://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/politique-defense/reintegration-france-otan/

C'est qu'il y a un lien avec la restructuration de l'armé française qui d'un seul coup est passée d'une armée de défense nationale à une armée de projection à l'image de l'armée américaine. Elle devait servir de supplétif à l'Empire. Il ne s'agissait de répondre à des évolution pour la défense nationale mais d'une soumission aux intérêts étranger. Oui Chirac était au gaullisme ce que Mitterrand était au socialisme une trahison.

La Gaule 01/10/2019 15:19

Vous connaissez l'anecdote de Chirac à qui l'on demandait au cours d'un colloque-comme à tous les chefs d'état européens présents- de citer une date de l'histoire qui lui paraissait importante.
« 1664 : Kronenbourg » avait-il répondu sans ciller.
Tout le personnage était là. Chirac était un roi fainéant après les derniers empereurs romains et avant la ronde des petits maires du palais.
Dans sa mort comme de son vivant il reposera toujours en paix.

Sur Zemmour et la Maréchal nous revoilà, je vais vous faire hurler en disant que votre article est le plus soralien que vous avez jamais écrit.
Sauf que là où l'Agité voit exclusivement le nez et les doigts crochus de qui vous savez derrière tout et rien, je devine plutôt à travers vos propos un évident alignement de certains intérêts oligarchiques vers le retour au conservatisme libéral des années quatre vingt.
Autrement dit -ce que soulignent beaucoup- il y aurait une guerre de stratégie au sein des mondialistes, entre les partisans de la fuite en avant et ceux qui souhaiterait en rester à la consolidation de ce qui a déjà été accompli -l'éternel conflit entre Staline et Trotsky.
Au niveau hexagonal, le discours délirant de Zemmour est à mettre dans la droite ligne des étranges propos de Macron sur « l'état profond » et son traitement peu amène du cas Greta Thunberg.
(Au passage, le traitement judiciaire de Soral -scandaleux, quels que soient les sentiments que l'on nourrit pour l'Agité- fait partie probablement du même faisceau stratégique. D'abord faire taire les emmerdeurs).

Tout cela est cousu de fil blanc. Aux prochaines élections Macron sera le « bon » conservateur et la Maréchal, flanquée de sa plume islamophobique furieuse, sera le mauvais.
D'une pierre deux coups. La manip servira à ramener tous les Macron compatibles de l'ancienne droite vers le lutin de l'Elysée et à siphonner l'électorat traditionnel du FN vers la Maréchal. En ces conditions, Macron est sûr de gagner qu'il soit confronté à la Le Pen ou à sa nièce.
Le premier calcul est probablement gagnant, l'ancienne droite gaullo-libéralo-centriste n'en finissant pas de mourir, mais pas le second à mon avis.
Le FN (RN) reste comme vous dites la roue de secours du système et je ne vois pas la nièce le détrôner de son piédestal. Il n'est même pas certain que son courant parvienne à affaiblir celui de sa tante.
D'autant plus que sur le plan de la jeunesse et de la séduction la tante a sorti un joker de son jeu -masculin celui-là- qui est le jeune Bardella, lequel ne cesse de s'affirmer.

(Il n'a fait qu'une bouchée de l'Apolline de Malherbe et ses scribes, pourtant rompue à la basse déstabilisation de ses invités -voir sa ridicule aparté sur la théorie absconte « du beau-frère » à la minute 14,33 proférée par le momifié Daniel Cohen :

https://www.youtube.com/watch?v=DbW_ovy5hSE&feature=youtu.be

Mais bien sûr avec lui on est loin des convictions souverainistes cohérentes de Philippot).

Pour pousser plus loin votre parallèle avec la gauche et l'écologie, je ne crois pas que « l'islam » soit encore la préoccupation première des français et de l'électorat du FN en particulier, lequel sait faire la part des choses avec l'immigration en général.
Le peu d'impacts qu'ont eu finalement les attentats meurtriers d'il y a quatre ans le démontre.
La France n'est certes plus une nation mais elle n'en est pas disposée pour autant à se lancer dans la guerre civile. Qui l'est vraiment en France d'ailleurs ?
La lueur d'espoir se trouve à ce niveau et je répète que seul le retour à la souveraineté et l'autorité de l'état pourra la raviver. Il faudra alors bien se résoudre à imaginer d'autres corps intermédiaires que les partis et les syndicats pour l'entretenir -pour le coup je crois ici que c'est l'ami Descartes qui plane.
Je sais aussi que pour accéder à une telle imagination, le match annoncé Macron-Le Pen fait bien figure d'escabeau pourri...

Yann 08/10/2019 17:26

"Sur Zemmour et la Maréchal nous revoilà, je vais vous faire hurler en disant que votre article est le plus soralien que vous avez jamais écrit."

Effectivement je vais hurler. Non vraiment Soral ce n'est vraiment pas ma tasse de thé comme on dit. Il lui arrive de dire ces trucs vrais mais j'ai envi de dire que ça arrive même à Macron ou à Attali donc bon.

"Tout cela est cousu de fil blanc. Aux prochaines élections Macron sera le « bon » conservateur et la Maréchal, flanquée de sa plume islamophobique furieuse, sera le mauvais."

C'est probablement ce dont ils ont envie mais entre leur désir et la réalité il y a toujours un gouffre. La prochaine élection est loin et la crise de la globalisation s'accélère franchement. On est pas à l'abri d'une nouvelle crise de la zone euro avant l'échéance électorale. Il est bien difficile de prévoir ce qui se passer alors y compris les conséquences électorales. Du reste Macron continue de décrédibiliser l'idéologie libérale par ses multiples échecs à répétition. Il y a toujours un espoir pour qu'un hommes politiques un peu sensé puisse enfin en profiter en ayant un discours de redressement national.

"Il faudra alors bien se résoudre à imaginer d'autres corps intermédiaires que les partis et les syndicats pour l'entretenir -pour le coup je crois ici que c'est l'ami Descartes qui plane."

Descartes est un croyant républicain qui pense que les grigris de l'incantation des principes républicains peuvent résoudre tous les problèmes. Si c'est pas de la foi cette solidité dans les principes de la république, ça s'en approche drôlement.