Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2019 3 11 /09 /septembre /2019 21:35

 

Quel drôle de monde tout de même que celui où un footballeur inutile et surpayé se met à donner des leçons de réflexions, et où tout le monde semble prendre sa parole pour argent comptant. Le spectacle et la société du spectacle ont atteint des sommets dans l'absurde . Voici donc monsieur Lilian Thuram ancien footballeur de son état qui déclenche une lutte dans le camp du bien, à savoir dans le camp qui juge le bien pour les autres, et ce depuis des décennies. Les propos de monsieur Thuram sont absurdes, c'est une évidence. Il caractérise un esprit particulièrement raciste en réalité puisqu'il résume la culture à une couleur de peau. Monsieur Thuram parlant de culture blanche et de culture noire, ce qui est une marque d’imbécillité évidente. Quel est donc le rapport culturel entre un chrétien noir d'Haïti et celle d'un sénégalais musulman en dehors de sa couleur de peau ? Les Français sont-ils identiques aux Russes ou aux Allemands sous prétexte qu'ils sont blancs ? Un Japonais sera probablement content d'apprendre qu'il fait partie de la culture jaune comme les Chinois ou les Mongoles. Il est quand même curieux de voir à quel niveau de simplisme et de stupidité l'idéologie de l'antiracisme permanent a pu tomber pour produire de telles inepties réductrices.

 

Il faut dire que les médias n'aident pas. L'on pourrait même assurément affirmer qu'ils sont à la source du problème puisque ces discours simplistes permettent de faire du buzz à peu de frais et de nourrir la bête de l'audimat qui maintient les revenus publicitaires. Le phénomène de l'antiracisme tout comme celui de l'écologisme délirant ou du féminisme paranoïaque sont tous des produits de grande consommation médiatique qui font tourner la machine commerciale. Et plus les sujets sont absurdes, plus ils font de l'audience et attirent la démagogie . Avec en queue de peloton les politiques qui se verront contraints de prendre des mesures tout aussi absurdes que le sujet pour calmer la hargne médiatique . On ne saurait mieux ici résumer le fonctionnement actuel de nos sociétés tourné autour de l'immédiateté médiatique. Avec des conséquences graves puisque l'on finit par avaliser petit à petit la vision délirante de ces partisans du séparatisme permanent. On légitime depuis quarante ans la parole de dingues largement minoritaires qui ne représentent qu'eux-mêmes, quand ils ne sont pas carrément financés par des pays étrangers. On pense ici par exemple à l'entrisme islamiste qui passe par le financement étranger de pays souvent eux même peu soucieux de leurs propres minorités. Les lobbys noirs en France sont en partie financés et encouragés par les USA qui s'en servent de moyen d'expansion idéologique et culturel. On pourrait tout autant d'ailleurs se poser des questions sur le Crif qui a beaucoup fait pour communautariser les débats en France . Il faudra un jour se poser sérieusement la question de l'interdiction de toutes ces associations communautaires dont le seul but est de se créer une raison d'être et un marché de captifs communautaires, quand ils ne sont pas là simplement pour nuire à l'intérêt de la nation française et des Français.

 

Le communautarisme est une importation culturelle

 

Tous ces débats impensables il y a quarante ans en France sont avant tout le produit d'une colonisation culturelle. L'imaginaire d'une partie importante de la population française est aujourd'hui empoisonné par l'imaginaire culturel américain. Le communautarisme est le fruit pourri de cette colonisation de l'imaginaire. Les références permanentes à la communauté sont un contre sens à l'organisation sociale française. Car en France il n'y a qu'une seule communauté, la communauté française. Chaque citoyen est responsable de ses actes en tant que tels, ses droits et ses devoirs répondent uniquement à sa propre personne et à son propre comportement. À partir du moment où vous réduisez un individu à son sexe,sa religion, sa couleur de peau, sa communauté imaginaire vous entrez dans la spirale sans fin des guerres communautaires et vous créez une nouvelle société de caste où les droits des individus dépendent à nouveau de leur origine de naissance. On appelle ça l’essentialisation des individus et l'on sait historiquement où l'essentialisation peut mener. Et même si les communautaristes font une adulation de telle ou telle culture, couleur, sexe, il faut rappeler ce que René Girad avait bien montré dans ses œuvres. Le bouc émissaire est un Janus à deux visages. L'un est haineux et fait porter au bouc émissaire toute la responsabilité de ses misères et de ses problèmes. Mais l'autre visage moins connu du bouc émissaire est une adulation sans faille qui bien souvent précède l'arrivée du visage de haine. L'autre est alors glorifié de façon absurde possédant toute les qualités qui font défaut à la majorité. En ce sens, la xénophilie délirante est en soi extrêmement dangereuse. Non seulement parce qu'elle fabrique une injustice en donnant des droits particuliers à tel ou tel individu parce qu'il a une couleur de peau ou une particularité culturelle. Mais aussi parce qu'elle est en fait le prélude au second visage du bouc émissaire. Le second visage se nourrissant probablement de la rancœur et de la colère que portait en lui le premier. L'on ne corrige pas des injustices en en créant d'autres surtout quand ces injustices sont souvent de purs fantasmes. J'ai toujours trouvé incroyablement stupide l'idée de combattre le racisme par des politiques multiculturelles et communautaristes puisqu’en définitive le communautarisme n'est rien d'autre qu'un racisme organisé. Une séparation organisée des groupes humains sur le territoire au nom d'identités fantasmées.

 

Le racisme, tout comme l'esclavage, n'a pas de couleur

 

Les communautaristes s'appuient depuis longtemps sur une forme d'illogisme fondamentale qui consiste à tordre le coup à la rigueur intellectuel. On en a une nouvelle preuve dans ce texte pathétique provenant du site des Inrocks . Ainsi madame Rokhaya Diallo nous dit promptement « "Racisme anti-Blancs." D'un point de vue sociologique, l'expression apparaît comme une fiction, une aberration. » . Quelle affirmation grotesque! Il est évident quand dans un pays encore largement majoritairement blanc le niveau de racisme en entreprise ou dans le logement est extrêmement bas pour les autochtones. C'est une lapalissade que de le dire. C'est d'autant plus vrai que les populations blanches ont en moyenne un niveau de vie et d'étude supérieure puisque par définition la plupart des immigrés viennent de régions plus pauvres et moins avancées. On ne change pas de statut social instantanément surtout dans un pays qui produit malheureusement beaucoup de chômage avec des politiques économiques stupides. Mais est-ce que cela veut dire pour autant que les blancs ne sont pas victimes de racismes ? Y a-t-il eu seulement quelques études sérieuses sur le sujet ? Et quid des entreprises ethniques qui se multiplient ? Trouve-t-on beaucoup de français dans les restaurants vietnamiens ou les commerces tenus par les minorités ethniques ? Quelque chose me dit que si étude il y avait, on aurait de grosses surprises sur la proportion de racisme dans l'embauche chez ces minorités.

 

Mais passons cette question sociologique. La question du racisme n'est pas une question de sociologie uniquement. Quand une personne en agresse une autre pour sa couleur de peau c'est du racisme que cette personne soit noire, blanche, arabe ou autre. Vouloir comme le fait madame Rokhaya Diallo coloriser le droit d'être ou non une victime relève pour le coup véritablement du racisme puisqu'elle essentialise les blancs en disant qu'il ne saurait y avoir de racisme contre les blancs soi-disant pour des questions sociologiques. Et le plus drôle c'est qu'au moment même où cette dame dit cela l'on voit l'Afrique du Sud s'enfoncer dans une avalanche d'actes racistes contre les minorités étrangères du pays et une association noire la LDNA qui a fait un appel au meurtre des blancs et des Asiatiques. On appelle ça une démonstration par l'absurde littéralement.

 

Le problème de madame Diallo comme celui de la plupart des personnes se revendiquant communautariste sans complexe c'est qu'ils cachent leurs vraies intentions. Ils essaient d'obtenir des droits de naissances particuliers et totalement contraires aux principes de la nation française. Et ils ne comprennent pas qu'en essayant d'importer un modèle de société raciste en France, car le communautarisme je le répète c'est le racisme organisé, ils ne font qu'attiser la colère d'un peuple farouchement attaché justement à l'idée d'égalité. Et quand je lis « Et ainsi, cela permet de relativiser d'une certaine manière le racisme systémique français. » Je me demande vraiment si cette dame connaît la France ou si elle colle sur la France des études sociologiques faites aux USA . Un enfant noir en France a exactement les mêmes droits qu'un blanc ni plus ni moins. Il a accès aux soins et à l'école gratuite. Il a en plus droit à d’innombrables aides de toutes sortes qui ne sont effectivement pas données en fonction de la couleur de peau, mais du statut sociale ce que regrette probablement madame Diallo. Je trouve effarant de se prétendre intellectuel et d'affirmer comme elle qu'il y aurait une espèce de racisme d'état alors que la France est une des nations les plus généreuses qui soient. Ce que risquent ces apprentis sorciers qui croient être aux USA alors qu'ils vivent en France c'est de surtout mettre la population française dans une situation de ras-le-bol généralisé. Les principaux promoteurs du racisme sont en réalité aujourd'hui ces pseudo-antiracistes de pacotille. Il est temps en France d'interdire les associations communautaires purement et simplement.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Necronomie 16/09/2019 18:57

Récemment j'étais à une conf de Begaudeau et de judith Bernard sont partis sur la blanchité et la blanchitude. Je n'ai pu m'emêcher d'intervenir
Tout le discours indigeniste sur la blanchité et.. Perso, j’habite dans le 93 dans une zone des sécurité prioritaire . Tout ça pour dire que moi qui suis dans un endroit où la république laïque a perdu, je pense que tribu et indigénisme ne sont que des boutiques où se vendent les rôles de l’inauthenticité vécue. Groupement tribaux (tribu K ou ethniques (indigènes de la république) fonctionnent sur un principe d’adhésion mystique, de ralliement hystérique à une croyance, à une foi; à un concept fantasmatique.
Que trouve t-on en dessous ? La souffrance réduit à la condition d’objet, une aliénation si prégnante que beaucoup se contentent de climatiser leur existence et de valoriser leur infortune pour se donner l’illusion d’être.il n’est nul besoin de se parer d’un costume identitaire pour critiquer la colonisation, la post colonisation, et l’impérialisme.
Que d’efforts pour s’ériger en sujet et s’emprisonner dans un objet plus vaste comme l’anti-racisme où le malheur universel délivre ses lettres de noblesse au sort funeste que l’on s’est choisi. C’est le cas des communautés imaginées si bien décrites par Benedict Anderson que devraient lire tous les rejetons d’un bled fantasmé ! JPC

anonyme 02/10/2019 11:49

bonjour
.... Les jeunes d'origines étrangère jouisses d'une trop grande protection de la part du discours officiel qui les infantilise au lieu de les mettre devant leurs responsabilités....

d'accord mais faut pas déconner : l'état est xénophobe clairement ! les français non !! et sa politique migratoire est simplement dictée par ceux qui ont intérêt au bordel !

les français subissent ! les français d'origines étrangères aussi !!

Yann 18/09/2019 21:58

Il y a bien évidement de la souffrance sociale qui peut expliquer en partie certains comportements. Mais il ne faut pas non plus négliger qu'il y a aussi du racisme véritable chez les minorités. Vous parlez d'expérience personnelle, j'en ai moi aussi. Je me souviens qu'en allant au collège à Montpellier dans les années 90 je fut agressé gratuitement parce que j'étais, je cite : " un sale français de merde" par deux magrébins adultes qui m’aspergèrent de produit irritant pour les yeux. J'ai aussi vécu en banlieue ou cette même décennie je vis un prêtre bouddhiste de la minorité vietnamienne se faire agresser là encore par des magrébins et se faire traiter de bouffeur de riz par des jeunes du bled. Avec derrière les parents et les adultes de la même origine qui riaient de la victime . Ça c'est du vécu.

Donc je pense que si l'analyse économique et marxiste peut parfois expliquer des comportements, je pense aussi que la bêtise et la méchanceté existe aussi et qu'elle doivent être puni férocement que l'on noir, blanc, ou jaune. Il faut cesser parfois aussi de tout réduire à quelque paramètres structurels et économiques. Les jeunes d'origines étrangère jouisses d'une trop grande protection de la part du discours officiel qui les infantilise au lieu de les mettre devant leurs responsabilités. Accuser les autres de tout ses problèmes pour justifier sa propre violence est à mon sens dangereux et inadmissible dans un état de droit. J'ajouterais en plus à ça que les principales victimes sont bien souvent elles aussi des personnes de milieux pauvres. Et qu'à leur souffrance sociale s'ajoute maintenant l'insécurité grandissante dans leur vie quotidienne.

BIGOT 12/09/2019 09:29

D'abord merci pour votre retour.
Sur un autre sujet, mais toujours sur les financements occultes des financiers américains:
https://infoguerre.fr/2019/02/menees-offensives-viande-artificielle-investisseurs-creent-futur-eldorado/
Ce site vient aussi de publier un excellent article sur les déboires de Boeing et la corruption au USA

Yann 18/09/2019 21:38

Merci pour l'info