Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2019 2 08 /10 /octobre /2019 16:49

 

Si l'affaire ne fait pas forcément grand bruit dans les médias. Surtout comparativement aux multiples affaires de divertissement sociales du terrorisme islamiste aux nombreuses divagations d'Éric Zemmour, elle est pourtant nettement plus importante et exemplaire. Il s'agit bien sûr de la question de la crise énorme qui sévit en chine sur la viande de porc. Il s'agit là d'un problème important parce que la structure libérale de notre économie et l'absence de frontières commerciales vont permettre aux crises de s'exporter chez nous. En ce sens, la crise du porc chinois est emblématique de l'absurdité de la globalisation commerciale. Une globalisation qu'on a eue de cesse depuis quarante années de nous vendre comme une immense opportunité.

 

 

Tout d'abord, rappelons une évidence, plus il y a d'échanges, plus il y a de risques de transmission de maladies. Cette évidence fait même craindre à l'OMS des épidémies de virus ou de bactéries d'ampleurs jamais vues dans les décennies qui viennent. On ajoutera d'ailleurs au passage que l'abus des antibiotiques produit lui aussi une montée en flèche des résistances aux bactéries que ce soit chez les humains ou chez les animaux d'élevage. Petite anecdote du même acabit, les cafards et les blattes sont en route pour une victoire contre l'industrie des pesticides et de l'humanité. En effet, on a appris cet été que de plus en plus de ces petites bestioles résistent à la totalité des pesticides connus. On imagine les ravages si une telle évolution touchait des ravageurs de cultures comme les doryphores.

 

Dans le cadre de l'élevage l'usage décomplexé des antibiotiques sous la pression du marché libre et de la dérégulation économique y entraînent même un usage extrême. L'on peut être sûr que si des super maladies apparaissent elles le feront d'abord dans le secteur de l'industrie agroalimentaire. Et la vitesse à laquelle se déplacent les populations et les marchandises aujourd'hui rend extrêmement difficile un éventuel contrôle de la circulation en cas de crise sérieuse à ce sujet. La crise porcine chinoise a ainsi des origines africaines, chose qui aurait été impossible il y a seulement 50 ans. De fait, la mondialisation n'a pas renforcé l'humanité, mais l'a globalement fortement affaibli d'une part en éliminant le partitionnement naturellement des populations qui était un frein naturel aux épidémies. Mais aussi en favorisant par les multiples échanges les mutations possibles et l'acclimatation de maladies et d'espèce ravageuses lorsqu'elles sont implantées par inadvertance dans des milieux qui leur sont étrangers. Les exemples en la matière pullulent. Il est d'ailleurs incroyable de lire des prétendus écologistes d'une part critiquer à raison l'implantation d'espèce invasive en dehors de leurs milieux naturels. Tout en ne faisant pas le même raisonnement sur le commerce, la démographie et les hommes. Car oui ce qui est mauvais sur le plan naturel l'est aussi pour les cultures et les sociétés, nous en avons un exemple avec l'importation du radicalisme islamique à travers l'importation de populations musulmanes.

 

La crise de la pomme de terre irlandaise au 19e siècle

 

Mais la crise la plus palpable que produit cet effondrement de la production porcine en Chine c'est bien évidemment son effet à travers les prix du marché. Ne nous y trompons pas, il s'agit là d'une prémisse des multiples problèmes qui vont apparaître dans les décennies qui viennent. D'une part à cause du libre-échange, ensuite parce que le modèle de développement économique actuel va produire des pressions de plus en plus fortes sur les ressources de la planète. De telle sorte qu'un jour ou l'autre la France va se retrouver face à une question lancinante et fondamentale. Faut-il nourrir les nôtres avant les autres ? L'illusion de richesse produite par le libre-échange qu'on pourrait qualifier de grand gaspillage planétaire a atteint ses limites. En promulguant le même modèle de développement pour la planète entière et en spécialisant des régions gigantesques dans telle ou telle production, il a mécaniquement créé d'énormes déséquilibres entre les sociétés humaines et leur environnement proche.

 

Cette uniformisation des concepts, de la façon de voir le monde, et de la manière de vivre entre en contradiction avec l'efficacité des systèmes naturels comme je l'avais expliqué dans un vieux texte de 2014. Les sociétés humaines réellement efficaces sont celles dont le système économique est encastré dans leur géographie et leurs contraintes naturelles. On mange du pain en France parce que le blé pousse très bien sur les plaines de la Beauce. On mange du riz au Japon parce qu'il y a beaucoup de rizières et que le climat y est propice. Les sociétés humaines et leur culture sont le produit de ces contraintes multimillénaires. Le libre-échange a cassé cet équilibre en permettant à n'importe qui de consommer n'importe quoi n'importe où. Créant des aberrations géantes comme les villes sans avenir du désert de Dubaï totalement énergivore et non viable sans un gaspillage énergétique monstrueux. Ou en faisant des petits Pays-Bas un énorme exportateur de fruit et légume en épuisant ses sols avec une agriculture totalement folle et dépendante du gaz local qui s'épuise. De la même manière, les Chinois et les Indiens mangeaient peu de viande parce que leur densité de population largement supérieure à celle de l'Europe de l'Ouest rendait cette consommation en masse impossible. Sans le savoir, les Indiens ne sont pas végétariens uniquement par croyance. Leur croyance les a poussés à se comporter de façon compatible avec leur environnement immédiat. C'est l'avènement de l'agriculture intensive et de l'usage de produit pétrolier qui a rendu momentanément possible ces changements dangereux. Rien n'interdit bien évidemment que des progrès puissent faire coïncider ce changement de pratique de consommation avec leur environnement. Mais à l'heure actuelle, c'est loin d'être encore le cas.

 

De fait, ces énormes pays importent de plus en plus de nourriture et font donc monter les prix de porcs dans le cas qui nous intéresse présentement. Cette affaire nous questionne donc sur l'intérêt pour nos pays à exporter nos denrées. J'ai souvent parlé sur ce blog des effets délétères du libre-échange dans nos capacités de production. L'importation massive de produits asiatiques, allemands ou d'Europe de l'Est a détruit une bonne partie des capacités de production française. Mettant ainsi la France sous la menace pure et simple d'une perte totale de capacité d'autonomie. C'est d'ailleurs vrai aussi sur le plan agricole tant les dégâts de l'euro sont catastrophiques pour nos producteurs. Mais les exportations sont également problématiques. En effet, exporter revient à caler les prix de production nationaux sur les prix mondiaux. Si demain les producteurs locaux ont plus intérêt à exporter qu'à vendre localement qu’adviendrait-il du remplissage des besoins locaux ? Comme on l'a vu dans le cas des médicaments où la France subit désormais des pénuries systématiques, il n'est pas à exclure que la France à l'avenir ait des pénuries alimentaires ou que l'inflation des prix mondiaux sous la pression chinoise entraîne une incapacité pour de plus en plus de français de se nourrir. Et cette question n'est pas nouvelle.

 

Au 19e siècle le libre-échange a entraîné la tristement célèbre crise irlandaise. Une crise où la Grande-Bretagne a préféré les dogmes du marché libre à la régulation des prix et à la nourriture des Irlandais entraînant une famine invraisemblable qui fit un million de morts et un million et demi d'expatriés vers l'Amérique . L'on a fait le procès du communisme et du nazisme il faudra un jour faire celui du libéralisme. Car si le communisme avait comme maladie les fréquentes inadéquations entre la production et l'offre le capitalisme dérégulé a des tares tout aussi graves qui peuvent produire la mort en quantité industrielle. Les états régulés d'après-guerre ont fait oublier les crimes du libéralisme qui s'est fait tout petit pendant trente ans, mais il est aujourd'hui de retour dans toute sa violence et ses conséquences.

 

Interdépendance et chaos structurel

 

Cette crise porcine va donc faire grimper le prix du porc en France alors que la France ne connaît aucun problème de production. Elle a surtout un problème de distribution avec une trop grande concentration des centrales d'achat produit de ce qu'il faut bien appeler le cartel de la grande distribution. Système qui favorise beaucoup trop les intermédiaires au détriment des producteurs et des consommateurs. Mais voilà un problème particulier résultant de la spécialisation débile de nations entières. Verra-t-on en 2025 ou 2030 une France crier famine pendant que les entreprises d'exportation se feront des valises de platine pour nourrir la Chine ? Croit-on sérieusement qu'une société qui tourne ainsi puisse être durablement stable et saine ? Le système de production d'une nation ne doit-il pas plutôt d'abord remplir les besoins locaux avant toute chose?

 

Autre problème, ces interactions de plus en plus complexes produites par le libre-échange et la libre circulation des capitaux entrainent une incompréhension de plus en plus grande de l'économie. Ainsi la récente crise des liquidités est advenue sans une réelle anticipation des autorités. Comme le rappelle l'économiste pourtant très libéral Bruno Bertez : « Le vrai problème selon nous, ce n’est pas le coté spectaculaire des masses en jeu, nous sommes habitués à tout cela et nous savons que les sommes que brassent le monétaire, le funding, les changes, les dérivés sont astronomiques. Non ce qui est absolument effrayant c’est de constater que personne n’a une explication crédible à avancer. » Un aveu pour un libéral que le grand mécano des marchés libres avait accouché d'un monde irrationnel et imprédictible.

 

Et pourtant c'est quelque chose de très connu en science de l'automatique par exemple. Une science qui consiste à modéliser des systèmes complexes et à les réguler en fonction de ces modèles. De fait pour qu'un système soit gouvernable il faut déjà être capable de modéliser le système en question. Plus vous avez d'entrées et de paramètres et plus la modélisation est difficile. Le pire étant probablement le climat bien que certains prétendent le comprendre parfaitement grâce à leurs prédictions apocalyptiques. Rappelons qu'un simple système à double pendule est chaotique par exemple. On voit ici que les apprentis sorciers de la finance qui croient maîtriser un machin aussi complexe que leur globalisation sont passablement prétentieux. Ensuite, il faut des entrées de commande dans le système pour le commander. Sur un système électrique, la régulation est faite souvent par la tension électrique ou la fréquence d'un signal. Dans le système économique, il n'y a guère que l'état et les banques centrales à pouvoir intervenir. Vous remarquerez que l'état a été éjecté de l'équation, ne reste plus que les banques centrales.

 

De fait, tout ce qui concourt à complexifier les interactions économiques tend à rendre le système de moins en moins gouvernable et de plus en plus chaotique. La crise porcine tout comme la pénurie des médicaments ne sont pas de simples aléas, ils sont le produit de ces dérégulations, de cette volonté de rendre notre système économique ingouvernable et donc chaotique. Certains bien évidemment y gagnent, mais pour la majorité le coût dépasse désormais largement les gains mêmes si une grande part de la population ne s'en est toujours pas rendu compte. Si nous voulons à nouveau être maitres de notre destin commun, si nous voulons rendre un sens au mot démocratie. Il faut donc rendre à nouveau intelligible les interactions économiques, et donc rendre gouvernables notre société. Il est plus que temps de minimiser les interactions avec l'extérieur. De minimiser les importations, mais aussi les exportations. Et ainsi de rendre à nouveau notre système de production compatible avec son cadre naturel et géographique. Ce sera mieux pour la planète, mais aussi beaucoup mieux pour la sécurité des Français à long terme ainsi que pour la stabilité sociale dans son ensemble. Pour paraphraser Albert Camus mettre de la complexité dans le système économique, c'est ajouter au malheur du monde. C'est en simplifiant le système économique grâce aux frontières commerciales, financières et démographiques, que l'on pourra à nouveau rendre notre monde intelligible, et donc gouvernable.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Docteur Hichem Mahmoud 07/07/2020 12:36

Très intéressant, merci

sentenza 08/02/2020 17:20

La crise porcine c’était bien,,

mais le corona, c'est encore mieux pour la démondialisation,

ceci dit

pour les victimes collatérales....et.les morts en premier lieux,;

une pensée triste! car on ne peut s'en réjouir.

félicitations pour ce blog excellent,

et pour cette clairvoyance !

bon on savait que cela devait arriver tôt; et pas tard,

car 1918/1919 ça fait presque pile 100 ans!

joyeux anniversaire!

depuis la tristement célèbre grippe espagnole ,fourchette entre 20 et 100 millions de morts!

50 millions courra-ment cité pour une population d'environ un milliard 600

le temps était compté.!

et a l'époque il n'y avait pas des avions intercontinentaux en nombre.........

ni des mégapoles a 37 millions comme tokyo:

La plus grande ville du monde est Tokyo, la capitale du Japon, avec 37 730 064 d'habitants

. Mexico City (23 293 783 habitants)

et Séoul (22 692 652 habitants)

les aires urbaines a quasiment 10 millions ;sont plus de 50 de part le monde

Si l'aire urbaine peut se confondre avec l'agglomération, elle la dépasse largement, le plus souvent.

La notion d'aire urbaine ne doit pas non plus être confondue avec celle de mégalopole, mais bon

les virus s'en foutent royalement,

on ne sait pas comment va évoluer cette épidémie:si c'est la big one

tant redoutée...a suivre!.

d'ores et déjà....... il y a un mort sur le carreau :la mondialisation exponentielle!.

La Gaule 14/10/2019 17:05

Très bon débat chez RT sur la "fracture agricole" avec Philippot, Kuzmanovic, et une écolo pas trop sectaire, à part l'inévitable charge sur "le nationalisme" et la sempiternelle glorification finale "des peuples" sans la citoyenneté, la seule qui peut donner des armes aux peuples.

https://www.youtube.com/watch?v=YTghR1It87s

Tom Personne 12/10/2019 12:24

Sans vouloir me faire l'avocat du diable, ce chaos n'est-il pas ce qu'on pourrait appeler une transition de phase en physique ?


L'agriculture est un cas intéressant car si l'autosuffisance alimentaire semble être un objectif raisonnable, le secteur est déjà mondialisé depuis longtemps et les innovations dites disruptives ne sont pas à exclure.

En la matière, le sujet du moment, c'est la production de viande cultivée à partir de cellules souches. Il existe déjà un "écosystème" d'entreprises dans ce secteur et bien entendu, cela intéresse fortement les asiatiques pour raison de démographie et de densité de population.

Ce mode de production est réputé économe en intrants mais j'ignore si c'est valide. Cela dit, s'il venait à être généralisé, cela pourrait entraîner une révolution complète et régler bien des problèmes alimentaires comme sanitaires.


D'une manière générale, ce chaos me fait penser à la théorie des rendements décroissants de la complexité : passé un certain seuil, il faut basculer vers un niveau d'organisation supérieur... ou inférieur.

En France, un exemple intéressant serait l'administration : ce qui était à la pointe de la modernité et de l'efficacité dans les années 50 & 60 apparaît maintenant comme un mastodonte infinançable et irréformable.

En contrepoint, on peut penser à l'administration numérique de l'Estonie qui a rebondi après son indépendance en exploitant ce que l'état des techniques rendait possible à date, là ou pour faire de même en France, il faudrait d'abord attendre le départ à la retraite des fonctionnaires les plus âgés.


Au final, la question serait : a-t-on une idée de comment piloter le passage à un autre niveau d'organisation, qu'il soit supérieur ou inférieur ? Je suppose qu'à minima, la réponse dépend de la capacité à modéliser ou non le système concerné.

La Gaule 13/10/2019 18:32

Je ne pense pas que l'efficacité de l'administration des années glorieuses par rapport à aujourd'hui soit une question de taille.
L'administration de jadis avait surtout les moyens de réaliser son objet et je ne parle pas uniquement des moyens pécuniaires.
Les besoins non plus n'étaient pas les mêmes et si ces besoins ont été décuplés c'est aussi parce que le système économique libéral les les a multipliés à mesure.
Dans la France des trente glorieuses, l'administration était un organe moteur du système. Dans le système actuel c'est plutôt son indispensable béquille.
Comment s'en débarrasser sans chuter, voilà l'insoluble problème ! Et surtout avouer que ce système crée de la bureaucratie comme nul autre pareil.
Je crois que le numérique est un leurre contingent à notre époque. Comme la « décentralisation » et autre déconcentration l'ont été dans une phase antérieure et qui ont surtout créé des redondances pachydermiques, pour reprendre votre image.
Et puis, doit-on céder aux sirènes du tout-numérique alors que de larges pans du pays ressentent comme un abandon catastrophique la grande débine des services publics, cela d'abord parce que ceux-ci étaient représentés par des présences physiques.
Les nouvelles générations en ont moins conscience direz-vous. Pas sûr et même ?
Le numérique n' est-il pas le rêve rationnel des gens qui souhaitent tout bonnement se passer de l'aménagement du territoire ? Mais sans en payer le prix, car tout cela aura un prix.

La Gaule 11/10/2019 12:10

1)
Il n'y a pas que le porc chinois pour souligner l'absurdité du « libre » échange globaliste.
Par exemple le poulet de l'Union européenne pose de gros problèmes à la filière africaine, d'autant plus lorsque ce poulet n'est que « préparé » dans l'UE puisqu'il est originaire... d'Ukraine.
Voir ci-après le complément à la fin du texte consacré au livre de Stephen Smith sorti l'an passé sur l'immigration africaine en Europe -puisque tout se tient en matière de biens d'importation.

https://www.asie21.com/2018/05/05/la-ruee-vers-leurope-ou-la-jeune-afrique-en-route-pour-le-vieux-continent-stephen-smith-grasset-2018/

A propos du livre de Stephen Smith d'ailleurs, je suis tombé sur cette information qui m'en a tombé les bras.

https://francais.rt.com/france/66625-penuries-main-oeuvre-deputes-lrem-appellent-integrer-migrants-marche

Il y est bien question, pour certains décideurs de génie de, je cite : « «réactualiser la liste des métiers sous tension, devenue largement obsolète, et proposer ces emplois aux migrants. »
Cela car, je cite toujours : «Les personnes âgées séjournant à l'hôpital, en maison de retraite ou celles qui sont dépendantes à domicile peuvent bénéficier des qualités humaines de personnes pétries du respect des plus âgés».

Cette dernière affirmation surtout est plaisante puisque le livre de Stephen Smith montre au contraire que la déstructuration des pays d' Afrique, pour cause de démographie galopante, est telle que les jeunes -suivant le mot d'Aimé Césaire- tournent désormais le dos à la « tribu des vieux » pour ne songer qu'à fuir vers l'Eldorado européen.
Il m'étonnerait beaucoup qu'ils fassent le voyage pour venir s'occuper de notre tribu des vieux à nous. L'exemple allemand nous montre au contraire que la tendance est à remplacer aussi vite que possible des vieux pauvres autochtones par des jeunes pauvres exotiques parce que plus rentables.

L'on nous sert au passage l'inévitable et odieuse formule : « Trouver chez l'autre ce que nous n'avons plus chez nous « , ceci en donnant l'inusable argument de la pénurie de main d’œuvre dans le BTP et des-zemplois-que-les-français-ne-veulent-plus.
Il y a belle lurette en effet que cette soi-disant pénurie a été organisée de haut en bas de la-dite filière et que, quelle que soit sa motivation, un français du crû aura toutes les peines à se faire embaucher sur un chantier. Le BTP a depuis longtemps choisi la discrimination positive, ce qui lui coûte là aussi bien moins cher.

Je rapproche l'article de RT de celui-ci, de Charles Sannat, qui me paraît complètement stupide -je ne suis pas le seul dans ce cas si j'en juge à la réaction de ses commentateurs.

https://insolentiae.com/et-si-limmobilier-montait-encore/

On dirait que Sannat ne se rend pas compte que l'immobilier sera la trouvaille ultime pour piquer leurs derniers deniers d'épargne aux français -moi, je leur conseillerai même d'investir carrément dans des EHPAD à 3000 euros par mois l'hébergement.
Dans l'hypothèse où les prix de l'immobilier continueraient de monter, il verrait comme suite logique à celle-ci non pas une chute dans l'abîme, mais une sorte de fin heureuse où tout repartirait du bon pied comme par magie (libérale).
Quant à l'utilité de cette frénésie de construction clapière, il n'y a pas l'un des décideurs cités plus haut qui ne vous dira qu'elle va servir à loger les foules exotiques innombrables qui viendront travailler dans le BTP. Miracle de la tautologie libérale.
Il me semble pourtant que ce dont souffre la France c'est surtout d'une pénurie de logements décents et bon marché. Mais concernant les futur travailleurs pauvres du BTP, nos décideurs ont déjà trouvé la parade : la réquisition massive et gagnant-gagnante des hôtels de petite gamme au frais du contribuable.

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2019/10/05/fonds-investissement-hebergement-migrants-contribuables/

Je suis bien placé pour savoir que des vautours planent autour de cette manne, puisque l'économie du 20/80 fait piquer du nez au navire de l’hôtellerie par là où se trouve les cabines les plus modestes.
Dire que j'ai cru moi aussi un jour au miracle de la nouvelle économie des services et du tourisme, laquelle allait remplacer nos champs archaïques et nos usines préhistoriques.
J'ai même consacré une vie professionnelle entière à ces métiers de m.... pour voir mon pays ressembler de plus en plus à la Tunisie (un profil idoine, au hasard).

2)
Pour vous mettre du baume au cœur, cet article sur l'avenir POSSIBLE du nucléaire -sur ce terrain je pense aussi que Descartes a raison dans ses positions.

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article11488

A faire crever d'apoplexie certains blogueurs, lesquels ont quand même raison au moins sur un point.
La solution au problème de l'énergie sera forcément très contraignante (coercitive?) collectivement, et en tout cas incompatible avec la globalisation marchande libre-échangiste, fanatique du laisser faire et du laisser passer.