Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 08:21

  Les yeux rivées sur le taux de croissance les modernes ont progressivement oublié que pour nourrir la croissance il faut pouvoir produire les biens de consommation qui seront ensuite vendu. Un article récent du Monde fait froid dans le dos tant les conséquences à long terme, sont incalculables. Il concerne la pénurie de matières plastiques pour les producteurs français, les industries chimique préférant en priorité nourrir les pays émergeant!  Cette évolution préfigure à long terme les changements produits par l'épuisement des ressources en matière première à l'échelle de la planète, couplé à la croissance délirante des nations asiatiques. Le modèle construit par l'occident depuis la guerre sous l'influence américaine va donc caler en Asie.

 

  Le modèle américain qui consistait à toujours aller plus loin pour satisfaire des besoins immédiats sans préoccupation du futur est au cœur de l'évolution économique de l'occident depuis la guerre. Il fallait rattraper l'Amérique comme le fond aujourd'hui les chinois qui rêvent d'une économie de même niveau que l'Europe ou les USA. Le problème c'est que la Chine arrive un peu tard et que le buffet est déjà bien vide, d'autant que les nouveaux invités à la grande fiesta US sont plus nombreux que les anciens occupants. Les tensions sur les matières premières vont devenir de plus en plus fréquentes, la Chine apporte sans s'en rendre compte la contradiction fatal à la mondialisation d'essence américaniste pour reprendre la terminologie de Philippe Grasset. L'économie mondiale va devoir réapprendre a vivre avec des pénuries et c'est l'Europe le continent le plus moue d'économie planétaire qui va être le premier contraint à s'adapter à la nouvelle donne. En effet grâce à son dynamisme l'Asie attire désormais l'essentiel des flux mondiaux d'investissement et les puissance asiatique, Chine en tête on d'ors et déjà planifié le contrôle d'une grande partie des ressources mondiales. La Chine ne cesse par exemple de s'accapare les métaux rare et va même jusqu'à taxer ses propres exportations de matières première rare pour  la réserver à son usage personnel.

 

L'Europe va retrouver sa situation d'avant 1492.

 

    On l'a oublié aujourd'hui mais pendant la plus grande partie du moyen-age et jusqu'à la découverte de  l'Amérique et l'exploitation des ressources du nouveau monde, l'Europe était un contient isolé du reste du monde. L'apparition de l'islam au  7ème siècle va couper le nord de la méditerrané du commerce avec l'orient. Les empires arabo-musulmans vont contrôler pendant plusieurs siècles le commerce entre l'orient et l'occident, moyennant bien sure de larges rétributions en leur profit. L'autre grande puissance d'alors, la puissance byzantine a aussi profité de la situation et sa capitale Byzance a bien profité du contrôle maritime et commercial arabe sur une longue période. Cet isolement du continent européen n'a pu se terminer que lorsque les occidentaux ont eu les moyens techniques et maritimes de contourner les puissances musulmanes pour commercer directement avec l'Asie. Asie qui concentrait alors l'essentiel des richesses et de la population mondiale.    

 

      Étrangement l'évolution du monde actuelle semble inverser le processus entamé avec la découverte de l'Amérique. Alors l'Europe commerçait de plus en plus loin et ramenait des biens provenant d'Aise et d'Amérique. Le continent Européen connu une espèce d'illusion des grands espaces grâce à ses découvertes et commença à construire ce qui finalement lui sera fatal à long terme, les grands empires maritimes. On dit souvent que l'Europe doit sont développement à cette découverte de l'Amérique, l'Europe serait devenue riche grâce aux pillage de l'or des indiens puis à l'exploitation direct des colonies dans l'ancien comme dans le nouveau monde. Il s'agit là de thèses très en vogue surtout à gauche, bien que les historiens qui se sont penchés sur la question l'est infirmée. Car c'est oublier une chose essentielle, c'est l'Europe qui a découvert l'Amérique et qui a su construire ces structures commerciales maritimes. C'est donc qu'il s'était passé quelque chose avant la découverte du nouveau continent. Car si l'on suit la logique qui donnent le pillage comme moteur du développement européen, alors pourquoi ni les arabes, ni les chinois n'ont traversé l'atlantique, à une époque où ils étaient si puissant? La technique maritime européenne étaient déjà en avance sur son temps et c'est bien sure la contrainte exercé par l'extérieure et la rareté de certain biens de consommation comme le sucre et les épices qui poussa les Européens à se dépasser.  Pour innover, pour changer, il faut que l'on est un intérêt à le faire, ni les chinois, ni les arabes n'avaient de raison pour se lancer dans de tels expéditions couteuses. A cela bien sure s'ajoute une culture de la découverte et de la curiosité qui peut être freiné ou accéléré suivant les croyances locales.

 

    C'était bien sure sur ce point que je voulais en venir. En effet on peut constater que beaucoup de découvertes, d'inventions et de tentatives culottés se sont faites lors de périodes de pénuries et de contraintes. C'est à a cause de l'embargo britannique sur le sucre de canne pendant la période des guerres napoléoniennes que l'on a commencé à faire du sucre de betterave. On pourrait citer pleins d'exemples de ce type, la facilité conduit les civilisations à l'embonpoint et à la stagnation. C'est lorsqu'il y a rareté que le génie humain sous la contrainte de la nature se met à travailler sérieusement. Vous aurez compris que l'humanité et en premier lieu le continent européen, se dirige en ce moment même vers ce genre de période ou tout est rare et cher, et où il faudra réinventer une économie qui ne sera pas viable en l'état dans les décennies qui viennent. Et cette réinvention devra s'effectuer dans les zones les moins généreusement doté par la nature et ayant les moyens humains de l'effectuer. Comme nos ancêtre du 15ème siècle nous ne faisons plus le poids face aux puissances étrangères qui dominent et domineront de plus en plus la planète. La Chine et l'Inde pomperont progressivement toute les ressources pétrolières de la planète ainsi que tout ce qui sert à produire. Et comme ils resteront pour très longtemps bien moins cher, nous n'auront que deux solutions, soit nous aligner sur leur niveau de vie, c'est le choix actuel du continent nous condamnant ainsi à un déclin irrémédiable. Soit refuser la compétition et commencer à revoir de fond en comble tout notre organisation économique et nos savoir-faire techniques.

 

      Il nous faut donc réapprendre à faire avec les moyens du bord et à ne plus dépendre de ressources étrangères. La période de l'Amérique celle du grand gaspillage a profondément bouleversé la mentalité des Européens surtout lors de la seconde moitié du 20ème siècle, où nous sommes littéralement devenus des colonies spirituelles du nouveau continent. Mais notre civilisation, la grande celle dont les prémisses sont apparues au moyen-age qui ne fut pas si moyen que çà en réalité, est le fruit de la lutte contre la rareté. L'Amérique continent jadis sans limite, a produit une culture à l'opposé de la culture européenne, une culture de l'épuisement sans renouvellement. S'il y a bien une frontière mentale entre l'Europe et l'Amérique c'est  celle là. Les américains ne se posent jamais la question du renouvellement, on manque de pétrole et bien on va le chercher ailleurs, au lieu de changer de mode de propulsion. On manque d'ingénieurs et bien c'est pas grave on va en chercher en Europe et en Asie au lieu de réformer le système scolaire. On a pas assez d'enfants c'est pas grave on va importer de la main d'oeuvre au lieu  d'essayer de relancer la natalité. Cette mentalité de pillard n'a de sens que si seule l'Amérique se comporte ainsi, seulement comme tout le monde a adopté sa mentalité ou presque sur cette foutue planète, il va y avoir quelques problèmes. Car l'Asie a son tour est touchée par la folie américaniste de l'épuisement sans limite, et la concurrence va être rude pour tout le monde y compris pour les USA.

 

  On peut aisément comprendre que le logiciel mental américain ne pouvait à long terme que produire ces contradictions. La seule porte de sortie sera donc de réapprendre à produire sans dépendre de l'étranger, cela rejoint mes propos dans ce texte sur le développement auto-centré et les vertus de l'isolationnisme, concepts qui font si peur aux fous du libre-échange. Bien sure à court terme ce sera difficile, mais c'est justement ces visions de facilité à court terme d'intérêts économique qui nous ont conduits dans l'impasse. A qui ressemblerait la France actuelle si elle n'avait jamais décidé de développer l'automobile mais uniquement les transports en commun?  Et si l'Europe qui n'avait pas de pétrole avait décidé dans son ensemble de s'en passer, au lieu d'imiter bêtement les cousins bling-bling d'Amérique. Nous aurions probablement déjà des substitues à la l'or noir.  Crises et opportunités marchent de concert il faut espérer que notre continent à nouveau isolé et amoindri, saura à long terme tirer profit de sa rétraction, comme il su le faire jadis, ce sera son défi au 21ème siècle. A moins bien sure que tout ceci ne finisse dans un feu d'artifice thermonucléaire planétaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

yann 09/08/2010 23:02



@Jack


Je ne crois pas à la guerre thermonucléaire, enfin je n'ose pas l'imaginer, la seule chose qui pourrait la provoquer serait la croyance dans un système de défense anti-missile efficace. Un pays
croyant être à l'abri pourrait tenter cette folie, mais comme ce genre de système est à l'heure actuelle de la science fiction quoiqu'en pense les "génies" du pentagone il n'y a pas à avoir peur.


 


L'idée que nous soyons prisonniers de la finance me gêne car en réalité ce n'est pas le cas. La légitime violence mère de tout les pouvoir est toujours entre les mains des états, si la finance
domine c'est parce que notre sphère politique s'est pourri, la finance domine par la corruption. Notre régime démocratique actuelle par le vote est naturellement corrompu et corruptible, car il
permet aux riches d'influencer le vote en injectant des milliards et en favorisant des individus qui ne devraient pas accéder au pourvoir. J'en est parlé plus longuement ici.


Donc en fait l'apparent pourvoir de la finance est factice que des dirigeants avec de vrais convictions reviennent et s'en sera fini du pouvoir de la finance. D'ailleurs en Asie le pouvoir de la
finance s'est fait expulsé en 1997 avec la crise et aujourd'hui ce sont les états qui contrôle la circulation des capitaux et des échanges. En Chine la finance ne contrôle rien du tout, de même
qu'en Corée ce qui explique le succès de ces nations.



jack 09/08/2010 09:42



Ne pensez vous pas que le pouvoir étant l'otage des puissances financières qui sont largement mondialisées, nous allons bientôt retouner non pas avant 1492 mais en 1789, les puissances
financières étant devenus la royauté de l'époque? Ce serait le quatrième scénario, c'est à dire la révolution, les guerres civiles et les guerres régionales plutôt que le feu d'artifice
thermonucléaire qui n'est concevable que dans le cas de dirigeant type corée du nord dans un pays très nucléarisé.



valuebreak 05/08/2010 19:46



Encore un bon article.


c'est vrai qu'on a tendance à oublier qu'avant Christophe Colomb, le commerce international, c'était des caravanes de chameaux ...


 et que les Turcs, Byzance, puis l' Italie n'ont fait que prélever leur dîme sue ce commerce là ...