Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 00:08

    Je ne vais pas faire un grand discours ici juste mettre un lien et une vidéo qui résume la problématique bien connu des défenseurs du protectionnisme. Alors que l'on condamne la Grèce et probablement la plupart des pays européens à terme, à une contrition des salaires et des dépensent publiques. Certains intellectuels, même dans l'establishment, commencent à se poser la question fatale "Mais ou va-t-on exporter si tout le monde réduit les salaires?". C'est bien évidement la question que les obtus du libre-échange ne se pose jamais, car dans leur façon d'analyser la réalité économique, le problème est pour eux insoluble.

 

Alors pour présenter le problème il y a la façon intellectuelle avec un texte tiré de contreinfo, il est en anglais. Ou alors vous demandez directement aux victimes de la mondialisation, c'est ce qu'a fait Michael Moore en 1997 dans "The Big One" dont cet extrait  est tiré. En trois minutes cela explique l'impossibilité de fonctionnement de la mondialisation. Un pauvre ouvrier licencier probablement Bac moins 3 vous expliquera mille fois mieux que des surdiplomés en économie dont on voit aujourd'hui l'incroyable incompétence intellectuelle.

 

 


La connerie du commerce global expliquée en trois minutes


PS: Je ne suis pas un grand fan de Michael Moore mais il met parfois le doigt là ou c'est nécessaire. Son style pamphlétaire peu énerver mais il est américain et use de méthodes couramment employées dans la politique US les plus caricaturaux étant en générale les républicains et les néoconcervateurs. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

René Jacquot 11/03/2010 10:16


Ah ah ah... qu'il est doux de voir nos gouvernants s'offusquer de l'affaire des ravitailleurs du Pentagone. Le mouvement syndical américain de l'AFL-CIO est clairement protectionniste.

L'Union européenne est la seule partie du monde à professer les vertus du libre-échange et à l'appliquer... même Reagan a donné dans le protectionnisme!


Joe Liqueur 11/03/2010 01:04


Alors là-dessus il semble qu'on soit d'accord…

Je retiens ces phrases :

"Rien n'empêche de produire exnihilo du capital pour produire tel ou tel projet, c'est d'ailleurs ce que l'on a fait après guerre et heureusement d'ailleurs".

"Croire qu'un pays peu vivre de rente est une grave illusion qui s'est toujours mal terminée".

J'ai une explication (qui vaut ce qu'elle vaut) : créer du capital ex nihilo, c'est de fait un impôt sur le capital de ceux qui détiennent déjà du capital. Au début des années soixante-dix
(l'époque où l'on a enterré les programmes spatiaux, comme par hasard), ceux-là sont parvenus à lancer une contre-offensive hélas couronnée de succès. Ils ont réussi à imposer une forme de
malthusianisme radical, profitable pour eux (au moins à court terme), et désastreux pour tous les autres. On en voit les conséquences aujourd'hui. Les pays qui ne tomberont pas dans ce piège
tireront les marrons du feu.


yann 11/03/2010 00:45



@Joe


"Le capital n'est jamais qu'un artefact, un outil de gestion de la richesse, alors que le travail est la richesse même"


C'est ce que devrait être notre monde mais il n'en est rien. Le capital ou plutôt l'organisation capitaliste est à mon sens le dernier reste des sociétés féodales. La mentalité occidentale s'est
construite dans la société féodale et elle en garde les séquelles sans le savoir. Ainsi si le féodalisme était une conséquence de la rareté des terres, seule source de richesse à une époque où
l'essentiel était l'agriculture, le capitalisme imite  le féodalisme mais par le truchement du capital et non de  l'agriculture. Or comme l'avait déjà dit Keynes la rareté du capital
n'a pas de sens physique contrairement à la rareté des terres arables.


 


Ainsi le fait que le capital soit rare et donc justifie par sa rareté sa domination sur le reste de l'économie montre que nous avons garder en occident une mentalité féodale. Car dans les faits
rien n'empêche de produire exnihilo du capital pour produire tel ou tel projet, c'est d'ailleurs ce que l'on a fait après guerre et heureusement d'ailleurs. Si vous avez les hommes, le savoir
faire et des consommateurs potentiel il est stupide de s'empécher de créer uniquement par manque de capital c'est effectivement stupide.


 


Sinon comme vous le dite les seules richesses d'un pays sont ses savoir faire et la qualité de ses hommes, croire qu'un pays peu vivre de rente est une grave illusion qui s'est toujours mal
terminée.


Sinon pour les programmes spatiaux j'ai toujours été un fan. Et c'est à cause de ça que je me suis orienté vers des formations scientifiques. Je suis malheureux de voir l'Europe se laissez allé
comme ça non seulement dans le spatial mais dans la plupart des recherches scientifiques. Il n'y a plus aucune ambition scientifique et le LHC sera probablement l'une des dernières grandes
réalisation européenne dans ces domaines. Pourtant on ne manque ni de cerveau à employer ni de besoin, le seul problème c'est le peu d'intérêt que portent nos élites politique aux choses
scientifiques çà ne les intéressent plus. C'est un signe de plus d'une certaine décadence finalement.



Joe Liqueur 10/03/2010 22:40


Ça me fait penser à un commentaire récent de René Jacquot sur ce blog : "d'abord, en finir avec le mythe d'une économie sans industrie". Je crois même que c'est au-delà du mythe : c'est du délire.
On parle toujours de "fuite des capitaux" et jamais de "fuite du travail". C'est lâcher la proie pour l'ombre. Car le capital n'est jamais qu'une représentation, alors que travail est la chose
même. Le capital n'est jamais qu'un artefact, un outil de gestion de la richesse, alors que le travail est la richesse même. Ça me fait penser que mon clavier, mon écran, mon processeur et mon
disque dur sont fabriqués en Chine. Qui a chez lui un ordinateur fabriqué en France ? Pour moi la conclusion est sans appel : la richesse que représente cet ordinateur, elle appartient aux ouvriers
chinois, au moins autant et sans doute bien plus qu'à Steve Jobs. Tant qu'une poignée d'entre nous ont encore des capitaux pour acheter ces biens… Mais ces capitaux ne représentent pas grand-chose
au regard de l'industrie de ceux qui produisent les biens ; donc ça ne durera peut-être plus très longtemps.

Il faut se rendre à l'évidence : les "obtus du libre-échange" et autres fondamentalistes capitalistes sont en train de ruiner la France, et le processus est déjà bien avancé.

Au fait, Yann, merci pour vos liens (dans un récent billet) concernant la découverte d'eau sur la Lune et le moteur VASIMR. C'est un sujet qui me tient à cœur : je vois un lien évident entre la
politique de désindustrialisation et l'enterrement des programmes spatiaux. D'ailleurs je suis prêt à prendre un pari : la prochaine mission habitée sera habitée par des citoyens chinois, indiens
ou peut-être russes. En tout cas, elle sera menée à bien par une nation qui n'aura pas renoncé à sa souveraineté ; qui n'aura pas renoncé faire des PLANS (oh le gros mot) sans souci de
"rentabilité".