Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 19:10

J'ai oublié de le mettre dans la dernière brève, un excellent interview d'Emmanuel Todd datant du 18 juin. Todd semble arriver à la conclusion que l'Europe devient un des problèmes du monde avec les USA. La politique de déflation européenne va provoquer un choc terrible à l'échelle de la planète, on ne saurait contredire Todd sur cette question. Il fait également  le bilan de ce qu'il appel la montée de la xénophobie en Europe, collant arbitrairement les problèmes qu'occasionne l'Islam en France avec la scission de la Belgique et la poussée du nationalisme en Hongrie. Comme a son habitude Emmanuel Todd va malheureusement reléguer les problèmes liés à l'islam à une simple question de racisme islamophobe. Ce qui est assez paradoxale puisque le terme islamophobe concerne une religion et non une race et que jusqu'à preuve du contrairement on ne puni personne pour blasphème religieux en France.

 

 Todd comme beaucoup d'intellectuels de gauche limite la question problématique de l'islam à un racisme du pays d'accueil, il s'agit là à mon sens d'une grave myopie. Les attaques répétés contre la laïcité et  le séparatisme ethno-religieux sont malheureusement une réalité vécue par de plus en plus de français,et il n'y a pas de fumée sans feu. Que la crise engendre une exacerbation de la violence sur ces problèmes certainement mais il ne faut pas négliger l'inaptitude de la France à intégrer ses immigrés. Quand à la poussée de l'irritation franco-allemande elle n'est pas uniquement le fruit de la crise mais de la structure même de l'union européenne. De la même manière que l'URSS, la Yougoslavie ou l'empire Austro-hongrois avaient fini par éclater sous des tensions ethniques et nationalistes, l'UE ,construction artificielle, produit une poussée des nationalismes de plus en plus  puissants. Dans ce cadre continuer à vouloir un protectionnisme européen comme le fait encore Todd dans cet interview est véritablement schizophrène. Je commence à croire que la définition que Malakine avait fait de Todd le dépeignant comme un hibernatus économique est vraie.

 

Maintenir coute que coute l'UE va produire de vraies tensions, la crise grec ne fut qu'une petit escarmouche par rapport à ce qui nous attend. Dès lors je pense qu'il vaut mieux enlever le couvercle de cocotte minute européenne par le retour aux nations avant que ce soit la pression qui le fasse, sous peine de produire des conflits irrationnels.  Il y a aussi des oublies dans l'analyse toddienne sur la situation mondiale, si la politique de contraction de la demande en Europe est une hérésie. Il ne faut pas oublier pour autant que les principales puissances qui produisent la déflation à l'échelle de la planète sont le nations asiatiques. C'est un peu injuste d'accuser uniquement l'Europe et les USA sur cette question. Le Japon par exemple attend toujours sont salut de ses exportations et la Chine malgré ses augmentations de salaire récentes reste la principale responsable de la déflation salariale planétaire.

 

Dans la structure de l'économie monde tout les participants sont à la fois responsables et victimes, les autorités asiatiques et occidentales n'auraient jamais du laisser se creuser de tels déséquilibres commerciaux. Chercher un unique bouc émissaire comme l'UE est donc ne pas voir l'ensemble des coupables. Quoiqu'il en soit aujourd'hui c'est chacun pour soit, et il est probable que les années qui viennent seront celles du découplage des différentes économies de la planète. La chute du commerce mondial actuel en est d'ailleurs la préfiguration. Maintenant de quel manière se fera se découplage mystère? D'après les évènements récents l'Europe va essayer d'aligner son niveau de vie sur celui des asiatiques à terme, provoquant ainsi une grande souffrance sur le contient. L'hypothèse keynésiano-protectionniste qui serait celui d'un découplage positif permettant le maintient du niveau de vie sur notre continent ne semble pas devoir se réaliser et certainement pas comme le souhaite Todd, c'est à dire à l'échelle du continent. En vérité soit le protectionnisme sera national, soit il ne sera pas, mais çà Todd ne semble pas le voir. A moins qu'il prenne ça pour un énième mouvement de xénophobie. Je crains que europrotectophilie todienne ne l'induise dans l'erreur et qu'il passe à coté d'une résurgence du fait national, seul mécanisme à même de nous ressouder collectivement et de nous permettre d'agir sur le plan économique et commercial. Attendre cela de l'UE qui est un peu l'enfant de l'effondrement de la pensée collective, c'est un peu comme d'attendre d'un cancer qu'il nous guérisse du sida.

 

Sinon voici l'interview donné à Hérodote.net :

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans politique
commenter cet article

commentaires

yann 06/07/2010 19:54



@Malakine


 


C'est possible que tu es éveillé ce sentiment chez Todd, parce qu'à titre personnel j'ai plutôt l'impression d'une germanophilie délirante dans les médias français et chez les élites. Tu me dira
les relations passionnelles passent toujours de l'amour absolue à la haine totale à une vitesse incroyable.



Malakine 06/07/2010 11:47



Ouais bof ... Rien de neuf.


Je me suis senti quelque peu visé quand il dit qu'aujourd'hui on sent monter de la germanophobie, non ? Réponse dans mon prochain papier.



Malakine 06/07/2010 11:00



Une petite remarque avant de relire l'interview (et après je reviens) Ce n'est pas parce que l'UE s'avère être une dangereuse impasse que les sentiments nationaux vont comme par magie renaître.
Cela relève de processus autres et qui n'ont presque rien à voir. Nous, nous voyons cela comme ça parce que nous sommes de sensibilité souverainiste et que nous n'avons rien contre l'idée de
nation : si le pouvoir politique ne peut s'exercer utilement au niveau européen alors récupérons non compétence et faisons nous même ce que l'Europe ne sait ou ne veut pas faire. Mais qui pense
de la sorte ???


Le retour à la nation ne sera possible que lorsque les peuples désireront retrouver une pleine et entière indépendance, avec des politiques que "nous" définirions nous même. Pour cela, il faut
que le sentiment du "nous" soit extrêmement fort, ce qui n'est pas du tout le cas en France. Si je sens un sentiment national renaître en Allemagne, je ne sens rien de tel ici ...



A tout de suite ...