Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 14:29

Nous sommes tous des islandais.

 

  Les islandais viennent de rejeter avec un score sans équivoque le plan Icesave qui était censé résoudre le problème de la dette que le gouvernement islandais à eu la mauvaise idée de récupéré et de garantir au moment de l'effondre des banques privées du pays. Bien sure la population islandaise ne compte pas socialiser les pertes et rejette les intérêts surtout anglo-hollandais qui voulez bien du libéralisme quand les bourses montaient qui qui font appel à l'état quand tout s'écroule. Du libéralisme pour les pauvres de l'étatisme pour les riches en somme.

 

L'état s'inquiète enfin de la désindustrialisation

 

Un document officiel vient de reconnaitre qu'effectivement le pays connait un effondrement de sa base industrielle, qu'elle découverte ! Le texte est bien sure plein de circonvolution et cherche en permanence à minimiser le lien avec les importations et les délocalisation mais au moins reconnait il l'évolution. A quand une étude visant à mesurer les non-localisation c'est à dire les activités industrielles qui ne se sont jamais créées sur notre sol pour cause de libre-*échange ces trente dernières années?

 

Pour Rouriel Roubini a zone euro est condamné


Nouriel Roubini fait parti de ces rare économistes a avoir prévu la crise, bon lui ce fut tardivement quand même, mais il est l'un des chouchous de Wallstreet alors on l'écoute. Il est trés pessimiste sur l'avenir de la zone euro et s'en explique dans ce texte. .


Zemmour chez Antidote


La dernières vidéo de Zemmour a entrainé un petit débat sur le blog. Notre collègue blogueur David Desgouilles a lui lu le livre de Zemmour et en a profité pour faire une critique assez exemplaire de l'argumentation zemmourienne. Il démonte notamment l'idée de la France trop petite qui semble être l'un des étranges arguments utilisés par l'auteur pour justifier ce qu'il nomme la mélancolie française. Et David Desgouilles a très justement rappelé qu'il s'agissait de l'argument constant des assassins de la république, ceux qui depuis trente ans n'ont eu de cesse de rétrécir notre nation par des politiques toujours plus stupide et inféodé à des intérêts étrangers aux notre. 


Encore une fois la souveraineté n'a rien avoir avec le poids d'une nation, c'est une volonté politique qui peut produire l'indépendance. Une nation impériale comme les USA est elle indépendante? Non et elle s'en aperçoit de plus en plus du reste, malgré son discours pompeux et son aveuglement sur sa liberté d'action les américains sont coincé par leur empire. Ce que Zemmour semble donc ne pas avoir compris c'est que l'empire et l'indépendance  sont antinomique par nature. Un empire dépend toujours de ses serviteurs autant que l'inverse. On ne saurait être impérial et indépendant. 


Attention le Pic oil arrive


Les gens ont la mémoire courte et la crise économique semble avoir complètement fait oublier le choc pétrolier planétaire que  nous sommes sans le savoir en train de vire. La production de pétrole décline désormais et  l'agence international pour l'énergie a même récemment reconnu que le rythme était deux fois plus élevé que prévu. Même si la crise a conduit à une baisse de la consommation globale de pétrole la donné de production va obligé les nations à aller plus vite encore que prévu vers le post-pétrole. Les risques d'explosions du prix du pétrole est à n'est plus une hypothèse mais une certitude à court terme. Comme le note ici la chronique agora nous entrons dans une nouvelle phase celle du déclin de l'énergie pétrolière. 


De l'eau sur la lune et un nouveau moteur pour aller sur Mars en 39 jours


On n vient de faire une découverte incroyable une grande quantité d'eau a été trouvé sur la lune une première estimation parle de 600 millions de mètre cube. Cette nouvelle rend l'hypothèse d'une base lunaire beaucoup plus réaliste en effet embarquer des millier de litres d'eau eu été une charge trop grande vue les capacités actuelles des lanceurs et leurs couts. 


L'abandon d'une partie du programme spatial est un des symbole les plus grand du déclin des USA, mais force est de reconnaitre que les américains ont toujours cette capacité à promouvoir les projets les plus ambitieux malgré leurs difficultés. Ainsi l'astronaute américain Franklin Chang-Diaz vient il de confirmé la réalisation du moteur à plasma VASIMR capable théoriquement d'aller sur Mars en seulement 39 jours! Une véritable rupture technique avec les vitesses actuelle rendant le voisinage de la terre relativement proche avec un potentiel pour l'humanité tout à fait facsinant imaginons des exploitations minières spatial qui sait.Au moment ou nous manquons de matières première su terre ce serait idéal.


Quoiqu'il en soit ce projet nous rappels que la science n'avance pas de façon linéaire et qu'il est impossible de prévoir ses évolutions, les comptables font donc de très mauvais scientifiques et si la science n'avait avancé qu'en optimisant ce qui pouvez être économiquement intéressant nous en serions toujours à tailler des pierres. L'esprit comptable qui s'est emparé de notre continent et qui en train de la faire sombrer en matière économique l'a aussi tué en matière scientifique où sont donc les  Franklin Chang-Diaz européens où sont les ambitions spatiales de l'Europe. Elles consistent juste à faire de plus gros lanceur pour lancer des satellites qui rapportent de l'argent pour le reste l'Europe est absente. C'est en Amérique et en Asie que tout ce passe, nous nous contentons de regarder en sifflotant et en exportant notre matière grise qui ne trouve pas à s'employer en Europe. 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans En bref
commenter cet article

commentaires

René Jacquot 08/03/2010 19:34


Merci Yann pour cette revue du web.

Concernant la politique industrielle et après le discours de Sarko à Marignane sur la question, je porte ton attention sur ce rapport de la fondation socialel-libérale Terra Nova écrit par Stéphane
Israel (l'une des plumes de Fabius) qui comporte des morceaux intéressants comme


RUPTURE D’ABORD AVEC LE MYTHE D’UNE ECONOMIE SANS INDUSTRIE


 


C’est le premier mythe des trois décennies qui viennent de s’écouler. Il a d’abord été nourri par la fin du fordisme et le recul de l’emploi industriel en Europe, liés aux gains de productivité
et à la relocalisation des activités à faible valeur ajoutée dans les pays du Sud ; puis par la révolution des nouvelles technologies et l’idée selon laquelle l’économie allait massivement
devenir immatérielle. Chacun s’est alors mis à célébrer l’avènement d’une économie « post-industrielle » et d’entreprises sans usines, selon l’expression lancée en juin 2001 par Serge Tchuruk,
alors président d’Alcatel. L’image de l’industrie en a souffert aux yeux mêmes des jeunes ingénieurs, qui se voyaient dans le même temps offrir des rémunérations sans commune mesure dans le
domaine des services financiers."


 


de même, des écluses sociales et écologiques devraient permettre de taxer aux frontières de l’Union européenne l’importation de produits qui ne respecteraient pas des standards minimaux en la
matière. L’Europe ne peut pas imposer à ses propres entreprises des standards écologiques et sociaux, auxquels échapperaient totalement les produits importés du reste du monde.


"Cette démarche en faveur d’un échange international plus juste ne doit nullement s’apparenter à une nouvelle forme de protectionnisme. Des règles sont nécessaires et elles n’existent pas
suffisamment aujourd’hui. Mais, parallèlement à l’affirmation de ces règles, l’industrie française et européenne doit se tourner de façon volontariste vers les économies émergentes. Trop souvent,
ces économies ne sont vues que comme des réservoirs de main d’œuvre à bas coûts, avec les craintes légitimes qu’inspirent aux salariés européens les délocalisations. Pourtant, demain, la Chine,
l’Inde et le Brésil auront des capacités technologiques qui rivaliseront avec les nôtres. Elles forment déjà et formeront toujours davantage des ingénieurs, qui ne seront pas moins innovants que
ceux du Nord. Elles vont drainer des centaines de millions de nouveaux consommateurs, qui prendront le relais du consommateur américain comme nouveau moteur de la croissance mondiale. A titre
d’exemple, alors que les classes moyennes ne représentaient que 42 % de la population mondiale en l’an 2000, elles en représentaient 57 % en 2006. Les perspectives de croissance post-crise de
l’économie mondiale illustrent ce basculement vers le Sud."
http://www.tnova.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1169