Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 13:46

Patrick Artus de mauvaise foi

 

  Dans sa dernière note de chez Natixis Patrick Artus essaye de s'attaquer au protectionnisme en le qualifiant de fausse solution miracle, sous-entendant par là que les partisans du protectionnisme seraient une bande de joyeux drille pas très réalistes au final. Comme si les protectionnistes que nous sommes n'avaient pas conscience de la difficulté de reconstruire une industrie balayée par les imbéciles libéraux pendant trois décennies. Ainsi donc pour monsieur Artus:

protectionnisme, pour regagner des parts de marché vis-à-vis des pays émergents (droits de douane ou mesures fiscales équivalentes) ; mais, en raison de la forme prise par la globalisation, la substituabilité des productions domestiques de la zone euro aux produits importés depuis les pays émergents est faible, ce qui rend le protectionnisme inefficace ;

 

  Les propos de monsieur Artus sont ici légèrement pessimistes, nous avons encore des industries aptes à produire ce que nous consommons dans bon nombre de domaines. Sur certains secteurs comme l'automobile où la situation se dégrade très rapidement à cause des décisions  des fabricants français de délocaliser totalement leur production, Renault va produire des automobile au Maroc par exemple, nous pourrions rapidement inverser la tendance grâce à des droits de douanes immédiats.  On peut d'ores et déjà taxer les produits où nous avons encore une production. Ensuite il faut voir à plus long terme, si l'on fait monter des barrière protectionnistes intelligemment sur une période de dix ans petit à petit, secteur par secteur, il n'y aura pas les risques que sous-entends Artus.

 

On taxe fortement les produits où nous avons encore des productions locales, ensuite on fait monter les taxes sur les autres produits importés de façon à faire comprendre aux producteurs qu'ils auront tout intérêt à terme à produire localement les produits qu'ils vendent sur le marché français. Ainsi on évite de voir les taxes d'importations se retrouver à 100% dans le cout finale du produit vendu sur le sol français. Personne n'a jamais dit que nous allions réparer l'économie française en 5 minutes il s'agit là de propos caricaturaux de la part de monsieur Artus.

 

Autre remarque sur ce texte de monsieur Artus c'est sur l'inflation il valide mon explication sur l'évolution différentielle de la masse monétaire et de l'inflation., les deux n'étant pas forcement liée. Ainsi en voulant dire que l'inflation ne se décrète pas , sous-entendu que l'on ne pourra pas effacer les dettes par l'inflation parce que l'on ne peut pas fabriquer de l'inflation même en augmentant la masse monétaire, Artus rend tout à fait plausible l'épuration de la dette par monétisation. La fameuse solution d'André Jacques Holbecq n'est donc pas forcement inflationniste puisque émettre de la masse monétaire ne fait pas forcement grimper l'inflation dixit Patrick Artus:

 

L’idée est connue : l’inflation aide à réduire les taux d’endettement (graphique 2 a) si elle réduit les taux d’intérêt réels.

Mais le problème est que l’inflation ne se décrète pas. Même avec une forte croissance de l’offre de monnaie graphique 2 b), tant que le crédit ne progresse pas (graphique 1 a plus haut), et même si le crédit progressait, tant qu’il y a dans le Monde (dans les pays émergents) des capacités de production excédentaires

très importantes, l’inflation ne peut pas revenir.

 

Alors imprimons des billet effaçons la dette et dans le même temps dévaluons la monnaie ce qui résoudra en partie le premier problème de dévaluation, puisqu'il n'y a aucun risque d'inflation  n'est pas monsieur Artus, il faut aller jusqu'au bout de ses idées. La conclusion de monsieur Artus va pourtant à l'encontre de sa propre logique pour lui on ne peut rien faire. A croire qu'il n'a pas compris ses propres propos il nous fait une conclusion tout à fait dans la logique néolibérale du on peut rien faire circuler y a rien à voir. Je crois plutôt qu'on ne veut rien faire serait plus juste avec ses thèses.

 

Un interview de Jacques Sapir sur la Russie

 

    Bertrand Renouvin vient de mettre sur son blog un intéressant interview de notre économiste préféré Jacques Sapir. Je rappels tout de même pour ceux qui l'ignoreraient que Jacques Sapir est avant tout spécialiste de la Russie moderne et de son évolution récente. C'est d'ailleurs l'expérience russe qui a inspiré Jacques Sapir sur les problèmes que l'Europe de l'ouest connait. L'effondrement soviétique a eu au moins le mérite de nous renseigner sur les absurdité du centralisme excessif comme de la stupidité de l'anarchie néolibérale dont a souffert la Russie jusqu'à l'arrivée de Putin.   Il explique notamment le rôle joué par les erreurs de la banque centrale Russe sur la crise que le pays a récemment traversé en 2009.

 

Les USA préparent ils un mauvais coup dans les banlieues françaises

 

Grand spécialistes de la production de guerre civil à l'étranger les américains ont toujours su utiliser leur planche à billet international pour se débarrasser de puissances encombrantes pour leur propre domination. Utilisant l'absence totale de patriotisme qui existe à l'heure actuelle chez nos élites, les américains ont décidé de financer ouvertement des taupes communautariste sur le sol français.  C'est ce que l'on apprend dans Le monde, le journal atlantiste se réjouit de ce cas pourtant évident d'ingérence dans les affaires françaises sans se demander un instant s'il ne s'agit pas de promouvoir de futurs élites à la solde de l'oncle Sam. Mais c'est vrai que le Monde ne s'est jamais vraiment soucié des intérêts français. Il faudra d'ailleurs rappeler aux banlieusards français à forte proportion de mélanine cutanée que les noirs et les immigrés aux états-unis sont largement moins bien traité que les étrangers en France et ce n'est pas la discrimination positive ou la présence d'Obama à la maison blanche qui a changé quoique ce soit à cette réalité. Jamais les luttes raciales n'ont aussi bien joué leur rôle de substitution à la vrai lutte celle des classes sociales, le patronat français doit applaudir des deux mains l'initiative américaine.

 

Chômage américain

 

Les chiffres de l'emploi américain plus mauvais que prévus entrainent une baisse des marchés financier.  La farce du redressement économique outre-atlantique est elle en train de finir?

 

 

Le patriotisme économique et militaire n'est pas la priorité gouvernementale

 

On apprend dans l'usinenouvelle que l'armée française risque d'acheter des drones militaires au complexe militaro-industriel américain. Le cout de développement des ces appareils étant jugé prohibitif vue les coupes budgétaires actuelle, le cout s'élevant à 1.4 milliards d'euro que c'est cher comparer aux centaines de milliards injectés dans les banques. C'est sure que les USA n'ont pas ce genre de problème avec leur imprimante à dollars.  Ainsi donc le gouvernement Sarkosyste continuent-il sont travail de démolition de la puissance française en nous couplant de plus en plus à l'empire, après l'intégration à l'OTAN il s'agit d'un nouveau coup dure à l'encontre de l'indépendance nationale.

 

EADS préfère recruter ses ingénieurs en dehors de l'Europe

 

Sous couvert de manque de mains d'œuvre potentiel l'industriel de l'aéronautique européen va maintenant concentrer ses efforts d'embauche vers d'autres régions du monde que l'Europe. Officiellement c'est parce qu'EADS ne trouve pas de mains d'œuvre approprié en Europe qu'elle blague avec un taux de chômage aussi élevé  y compris chez les cadres.

"EADS se pense de plus en plus comme un groupe global, et non plus purement européen. Pour la direction, c'est une question de survie. Cela permettra d'être plus proche des clients, mais également d'améliorer l'équilibre du groupe entre les zones euro et dollar pour se protéger des fluctuations monétaires."

 

Et tout çà alors que les états européens ont porté à bout de bras cette entreprise il y en a qui n'ont pas la reconnaissance du ventre.  Bien sure officiellement EADS se veut rassurant sur l'embauche en Europe à long terme mais ce genre de chose on sait où ça mène. Et dire qu'il y a encore des hurluberlus qui croit à l'économie de la connaissance en Europe, il faut croire que l'aéronautique c'est devenue une industrie bas de gamme. Sinon ils se plaigne du manque de spécialisation des ingénieurs et s'il les formait au lieu de sans arrêt se plaindre du système éducatif,l'état n'est pas à leur service que je sache on ne forme pas des ingénieurs que pour EADS.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans En bref
commenter cet article

commentaires

Ldf 07/06/2010 21:14



Bonjour, impossible d'acceder à l'article de MR Sapir, Merci.



Ryan 07/06/2010 12:26



Sur l'article du Monde, je n'ai pas vraiment senti de "réjouissance" de la part de l'auteur mais plus d'un constat: les Américains sont effectivement en train de récupérer les meilleurs éléments
des banlieues alors que la France en est incapable, absolument absente, étrangement passive. C'est effectivement inquiétant, un grief de plus à l'encontre de nos dirigeants mais on s'habitue à la
médiocrité.



Mon nom 06/06/2010 19:26



Aux états-uniens dans les banlieues avec la bénédictions de nos "élites" couchées, ajoutez ça :


http://moreas.blog.lemonde.fr/2010/06/06/a-t-on-le-droit-d%E2%80%99etre-arme/#xtor=RSS-32280322