Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 18:33

Des terres rares et des chinois

 

La Chine contrôle 97% du marché des terres rares comme nous le rappel cet excellent texte de la Chronique agora. Les terres rares entre dans la composition des technologie de pointe. Ainsi les missiles de l'armé américaine ont besoin de ce type de matériaux pour fonctionner, même chose pour les panneaux solaire et la plupart des semi-conducteurs.  La Chine a bien compris quel avantage elle pourrait tirer de cet état de fait monopolistique, et menace donc les autres pays de rupture d'approvisionnement. Bien sur si vous installez vos usines en Chine vous n'aurez pas ce type de problème n'est ce pas? Cependant ces terres rares ne sont pas si rares que cela, on en trouve aux USA, en Russie et ailleurs, mais il faudra du temps pour mettre en place des productions de substitution. On voit là l'effet catastrophique typique issu des délires mondialistes du libre-échange. Car avec son coût de main d'œuvre imbattable la Chine s'est accaparé un monopole mondial. Dans le cadre de l'analyse libérale, purement accès sur l'intérêt économique à court terme ,la stratégie de la Chine est incompréhensible. Si l'on se place par contre dans le cadre d'une analyse plus large, impliquant la géopolitique et une vision à long terme, on voit immédiatement les avantages économiques et politiques qu'il y a à faire ce qu'elle a fait. Elle a probablement vendu à perte longtemps ces matériaux et maintenant qu'elle détient le monopole elle s'en sert pour extirper la dernière sève industrielle des pays jadis développés. Si nous avions maintenu des productions de terres rares, certes plus coûteuses, ailleurs qu'en Chine nous ne serions pas dans cette position à l'heure actuelle.  Encore une preuve que l'on ne gère pas un pays comme un commerce où l'on choisi toujours ce qui coûte le moins cher. En vendant notre indépendance économique pour quelques miettes de profits à court terme, nous avons peut-être condamné nos pays à l'esclavage pour les prochains siècles. L'indépendance n'a pas de prix, les occidentaux vont bientôt réapprendre cette amère vérité.  En attendant les capitalistes ont bien vendu la corde avec laquelle ils seront pendus.

 

Les étudiants anglais plus efficace que les manifestants français

 

affiche-soleil-vert.jpgIls étaient moins de 50000 contre plusieurs millions de manifestant français, seulement les étudiants anglais ont, eux, frappé là où il fallait. En envahissant le siège du parti conservateur ils ont su faire parler d'eux alors qu'ils étaient peu nombreux en fait. Ils manifestaient contre le doublement des frais de scolarités en GB pays où un prolo n'a déjà pratiquement aucune chance d'envoyer son gosse faire de longues études.  La démolition de l'état providence britannique correspond à la mise en place d'une société à l'ancienne, la Grande-Bretagne rejoignant sociologiquement sa brillante époque Victorienne, à la différence près qu'elle n'a plus le monopole techno-industriel de l'époque. Sans industries et sans état, la Grande-Bretagne vient de décider de vivre sans étudiants, pourquoi pas? A quand la solution finale pour le peuple britannique? Les élites anglaises l'ont d'ailleurs déjà pratiqué sur les Boers d'Afrique du sud devançant historiquement largement les allemands sur l'élimination industrielle des peuples. Alors pourquoi pas sur leur propre population, la folie anglo-saxonne n'ayant pas de limite dès qu'il s'agit des intérêts économiques de la comptabilité nationale. Après avoir rétablit l'esclavage en faisant travailler les chômeurs gratuitement, on verra bientôt des usines de soleil verts à travers le pays. Les élites britanniques pourront ainsi devenir le premier producteur de denrées alimentaires d'Europe tout en sauvant l'environnement cher au Prince Charles.

 

Grèce, Irlande et Portugal sont sur un bateau

 

  L'Europe n'en finit pas de s'autodétruire par dette et politique économiques absurdes interposés. On savait pertinemment que les politiques de contraction des dépenses publiques en période de récession ne pouvaient qu'aggraver les choses et bien c'est fait. Et le marché qui n'est pas complètement stupide parfois, a bien compris que les dettes n'étaient pas remboursables. A tel point que les taux irlandais ont frôlé les 9% la semaine dernière. Le Portugal quant à lui commence à se demander sérieusement si la sortie de l'UE ne serait pas une solution. Une bonne dévaluation permettrait effectivement au pays une amélioration de sa compétitivité externe. En cas de sortie il faudrait impérativement que les portugais réorganisent leur dette pour qu'elle soit exprimé en escudo et non en euro, à fin d'éviter un scénario à l'Argentine. C'est la même chose pour la Grèce où la situation est catastrophique avec un PIB qui continue à diminuer. Le taux de participation catastrophique aux dernières élections démontrant le décalage de plus en plus palpable entre les élites et le peuples dont les intérêts sont de plus en plus bafoué. Finalement les grecques risquent bientôt de regretter leur ancien régime des colonels de Papadópoulos. Les peuples européens vont ils enfin se rendre compte que le régime européen actuel et sa bureaucratie boulimique est la plus grande oligarchie qui n'ai jamais commandé le continent. Et en plus les élites ont bonne conscience en envoyant leurs peuples à la mort et au chômage, c'est pour sauver l'économie qu'ils disent.

 

L'étalon or

 

    Le retour de la relique barbare, c'est ce qu'espère certains archaïques comme Robert Zoellick. J'en ai souvent parlé sur ce blog c'est une très mauvaise idée en soit, et ce serait une grave erreur qui plongerait l'humanité tout entière dans la déflation.  Si l'or garanti l'égalité dans l'échange commercial, excluant ainsi l'effet  du privilège exorbitant des USA qui leur permet de s'endetter gratuitement. Il ne faut pas oublier pourquoi l'étalon or fut critiqué à son époque par de grands économistes comme Keynes. L'or poussait les gens à la thésaurisation et à une épargne excessive, il décourageait l'investissement. Il avait surtout comme énorme inconvénient de produire une stagnation de la masse monétaire à échanger sur les marchés internationaux et il empêchait de fait les états et les banques centrales de fixer les taux d'intérêts. Si l'on veut faire stagner l'économie mondiale plongeons là dans le bain de l'étalon or et ce sera gagné. L'étalon or n'a de sens que dans une économie en stagnation où il n'y a pas besoin d'accroitre la masse monétaire, dans nos sociétés en perpétuel progrès technique ce serait une explosion du chômage quasi automatique. Évidement je ne cautionne pas pour autant cet étrange situation qui voit les USA imprimer des billet pour subvenir à leur besoin, tout comme je ne cautionne pas le mercantilisme sino-germanique. Les deux faces de la médaille de l'étalon dollars actuel étant les déficits américains d'un coté et les excédents Chinois, Allemands, ou japonais de l'autre.

 

    Si cette situation est absurde et est la caractéristique d'un système économique malade, il faut tout de même faire attention à ne pas tuer le malade en voulant le sauver. Un nouveau système monétaire doit être mis en place c'est certain, mais il doit se fonder sur des monnaies qui nécessairement varieront dans le temps, c'est obligatoire puisque les échanges et les besoins économiques comme l'activité qui en découle augmente. Il serait stupide de ficeler un système stagnant tout çà pour se débarrasser des USA et de leur déficits commerciaux dont pourtant tant de nations se nourrissent .  De la même manière un nouveau système monétaire international basé, par exemple, sur un panier de devises devra obligatoirement s'attaquer aux déséquilibres commerciaux, car sans équilibre pas de croissance durable.  La croissance en stop and go dans laquelle l'économie mondiale est enfermée n'est pas liée qu'aux effets secondaires de l'étalon dollars. En réalité n'importe quel système monétaire, aussi juste soit-il, qui est dévoré par des nations mercantilistes se retrouverait avec des crises à répétition.  Un bon système durable doit donc punir les pays excédentaires et non les encourager comme c'est le cas à l'heure actuelle. Si la Chine et l'Allemagne consommaient et importaient plus il n'y aurait pas de déséquilibres et donc pas de crise du dollars. Je rappel au passage que les USA ne sont pas les seuls à souffrir des excédents des pays mercantilistes. Les pays européens comme la France la Grande-Bretagne ou l'Espagne souffrent de déficits commerciaux sans avoir une monnaie internationale, c'est bien que la vérité est ailleurs comme disait Mulder. D'ailleurs l'Inde ou le Brésil critiquent eux aussi ouvertement la Chine et son comportement commercial et monétaire, comme quoi ce n'est pas que le problème des USA. La Chine et l'Allemagne exportent leurs problèmes d'inégalité vers l'extérieur et se servent de leurs excédents pour continuer à croitre sans hausse des salaires. En les soutenant avec leurs excédents nous encourageons leur sociétés dans leur dérives inégalitaires tout en précipitant nos pays déficitaires faire la faillite.

 

La science chinoise bientôt première

 

Les chinois ont maintenant plus de scientifiques que l'UE ou les USA et connaissant leurs nombres et les capacités éducatives des familles asiatiques et chinoise le pays raflera probablement la quasi totalité des prix Nobel dans une vingtaine d'années.  La chine représente déjà 10.6% des publications scientifiques comme nous le dit cet article de la Recherche contre à peine 5.2% en 2002 c'est dire la vitesse à laquelle le pays progresse. Comme je l'avais dis il y a quelques temps l'avenir de la science est en Asie c'est une certitude. Les pays occidentaux doivent s'adapter en se protégeant de leur commerce et en s'habituant à devenir des pays de seconde zone où l'on usera notre matière grise essentiellement à copier ce qui viendra d'Asie.  La lutte est perdue d'avance en terme de course de fond. D'autant que l'Inde ne tardera pas à rattraper la Chine, nous devrions former des scientifiques parlant le Chinois et commencer à traduire leurs thèses dans nos langues si nous ne voulons pas être complètement largués dans 30 ans. C'est une simple résultante de l'arithmétique démographique avantageuse des pays asiatique et de leur tradition d'érudition. L'écart va devenir d'autant plus grave que les jeunes occidentaux se détournent des sciences et du savoir en général qui sont de plus en plus considéré comme secondaire dans des sociétés fonctionnant économiquement par la rente et les services. Les économistes comiques qui parlent de l'avenir scientifique de l'Europe ou des USA sont complètement à coté de la plaque.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans En bref
commenter cet article

commentaires

yann 21/11/2010 21:30



@Gilles Amiel


 


Le problème c'est que ce ne sont pas ceux qui prennent les décisions qui en assumes les conséquence . Les cosmopolites
apatrides qui nous gouvernent partiront quand le pays tombera dans la déchéance.


@RST


C'est même ce que proposait déjà Keynes en son temps, ou même Friedrich List ce n'est pas vraiment nouveau mais les déséquilibres n'avaient jamais atteint de tel niveau à l'échelle mondiale.


 



RST 19/11/2010 18:55



@ Yann


Que des choses sensées et intéressantes. Merci.


 «Un bon système durable doit donc punir les pays excédentaires et non les encourager » c’est ce que proposait
quelqu’un comme Davidson. Il va falloir que je me décide à faire un papier dessus. En attendant on peut trouver des explications ici, chapitre VI : Solidarité
internationale et système financier






Gilles Amiel 18/11/2010 16:11



Cette histoire de terres rares chinoises est d'autant plus édifiante pour nos terrifiés de l'aide d'Etat et des politiques industrielles, qu'ils voudraient définitivement disqualifiées, quand on
sait comme le rappelle le Monde Diplomatique que les Américains et d'autres possédaient une industrie locale de ces terres, coûteuses à exploiter mais terriblement stratégiques. Ils leur faudra
10 ou 15 ans avant de redevenir capables de les exploiter de nouveau, sans compter l'énorme perte d'investissement gâché et de nouvel investissement inutile si ils n'avaient pas abandonné. On
peut se faire la même réflexion avec des tas d'autres industries délaissées (métallurgie, construction navale et autres dinosaures des années 80) pour des raisons de concurrence avec pays à bas
coûts de main d'oeuvre, comme si c'était l'alpha et l'oméga d'une politique nationale, le "coût" de la main d'oeuvre, dont on ne peut se passer de sa demande solvable (et oui pas besoin d'être
Keynes pour comprendre qu'un salarié consomme, que c'est même de très très loin le principal consommateur) qu'à coup de crédit à la consommation et d'exportation mercantiliste. Ces choix
délirants en terme de stratégie nationale mais cohérents en terme de stratégie de classe sont en train de bouffer leurs apprentis sorciers, finalement pas si cohérents que ça, rattrapés par leurs
contradictions et leur quadrature du cercle...



olaf 16/11/2010 20:02



Concernant l'économie de l'information et de la connaissance, les économistes n'avaient pas tord complètement, sauf qu'ils avaient oublié que l'information ne se localise pas autant qu'autrefois,
en raison des transports et du net, ce qui efface largement la théorie des avantages comparatifs puisque des pays émergents peuvent y participer, d'autant plus que leur retard initial les a
motivés pour le rattraper, alors qu'en occident la technique est délaissée souvent par les étudiants, sans compter ce que ça leur coûte de plus en plus, voir les réactions en GB.


 


En Allemagne d'ailleurs, ils constatent une pénurie prochaine de la main d'oeuvre qualifiée, démographie, salaires etc...


http://www.lexpansion.com/economie/le-chomage-baisse-l-allemagne-s-inquiete_241639.html


 



valuebreak 16/11/2010 12:57



je n'avais jamais rien lu sur la guerre des Boers.


beurk ! m'étonne pas que tout le monde soit discret là dessus ...