Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 20:34

  Je viens de voir une vidéo de Marine Lepen dénonçant la loi de 1973 sur la question de la privatisation de la monnaie. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle use au maximum des pensés alternative pour montrer sa différence. A n'en pas douter ce subite intérêt pour la dette publique française par l'intermédiaire du problème soulevé par A.J. Holbecq a de quoi surprendre. Marine Lepen cherche visiblement à casser l'image du FN parti de droite et  plutôt libéral sur le plan économique, en dehors de la question du protectionnisme et des frontières bien évidement.  Jusqu'à il y a peu la lutte contre la dette du Fn consistait à renvoyer les étrangers, ou à licencier des fonctionnaires mangeurs de petits commerçant. Visiblement Marine Lepen semble vouloir élargir son spectre existentiel en marchant sur les plate bande des autres alternatifs NDA et Mélenchon. On peut aussi analyser cette stratégie comme un moyen d'annuler l'influence hypothétique de ces derniers. En ce qui concerne NDA il avait clairement fait savoir qu'il était pour le retour à l'émission de crédit publique. L'endettement croissant étant désormais automatique vue le niveau atteint ,et le fonctionnement de l'économie monétaire, qui nécessite une expansion constante de la masse de monnaie en circulation.

 

 

 

    Je dois dire que ce changement m'inquiète. Sommes nous à la veille de la création d'une nouvelle forme d'extrême droite? Un espèce de mutation étrange est-elle en train de se former à l'intérieur du FN? Et celle-ci transforme-t-elle le FN en parti plus raisonnable ou est-ce seulement une stratégie électorale visant à cacher les intentions réelles?  D'un coté je me réjouis que cette question monétaire soit abordé de façon moins limité. Marine Lepen parle effectivement ici d'un problème central, la question monétaire étant au moins aussi importante que celle du libre-échange et de la libre circulation des capitaux. Mais dans le même temps cela peut aussi nuire à ceux qui défendent une approche plus hétérodoxe des questions économiques. Si nous étions aussi paranoïaque que certains membres du FN, nous pourrions voir cette position comme une tentative de décrédibilisation  des thèses défendant le crédit publique. En effet tout ce que touche le FN devient rapidement persona non grata dans les médias depuis 30 ans, il faut espérer que ce ne sera pas la même chose avec l'abrogation de la loi de Giscard de 73.

 

  Cette récupération est aussi la démonstration de l'influence d'Alain Soral sur le FN et sur Marine Lepen en particulier. Bien que son organisation ne soit plus aujourd'hui affilié au FN il semble que son passage a laissé des traces. Ce changement de sémantique et de façon d'aborder les questions économiques montre que finalement le FN cherche peut-être à se faire élire contrairement a ce que je croyais jusqu'à présent. En effet je ne voyais dans le FN qu'un parti défendant son pré-carré à la manière du NPA de l'autre coté de l'échiquier politique. Faisant parfois de bonnes analyses de la situation mais donnant des solutions tellement radicales, irréalistes et clivantes qu'elles ne pouvaient en aucun cas être appliquées. Malakine avait lui même critiqué les propos de Marine Lepen qu'elle avait tenu sur l'immigration en septembre dernier, il avait même titré son texte Marine Lepen se relepénise  . Et la voila qui va maintenant dans l'autre sens en retrouvant un discours plus économique et originale. En fait elle a semble vouloir faire le grand écart entre différente catégories de la population susceptible de voter pour elle.  J'ai du mal à croire qu'il s'agit de réels convictions personnel puisque c'est la première fois que je l'entends soulever ce problème, en même temps on ne peut pas lui faire de procès d'intention cette question étant ignoré par 90% de la population française au bas mot et probablement plus chez les journalistes et les économistes mainstream. Peut-être s'est elle forgée une conviction personnelle en la matière? Peut-être est-ce aussi un moyen pratique de se différencier de Bruno Gollnisch?

 

Ou alors est-ce l'influence croissante du site Fortune attaché au site Fdsouche dont ont connait la large diffusion dans le courant de la droite nationaliste et réactionnaire. Ils sont critiquables par leurs obsessions migratoires et les propos souvent racistes des commentaires. On ne peut pas par contre ne pas saluer l'éclectisme des textes présentés sur Fortune, leur blog économique, qui va des positions libérales aux marxistes en passant par les hétérodoxes. J'ai même vue certains de mes propres textes trainer sur fortune ou ceux de Laurent Pinsolle. Donc effectivement internet semble faire bouger les lignes ou plutôt les discours officiels, et, le FN ne fait manifestement pas exception à la règle .  Marine Lepen est parfaitement au fait des discussions sur les questions économiques hétérodoxes et elle est prête à user de ces idées pour faire valoir sa différence. Reste a espérer que les autres partis reprendront la question car elle risque de marquer pas mal de points si elle est seule sur ce créneaux avec NDA et Mélenchon.

 

Au final, les propos de Marine Lepen épaississent le mystère qui l'entoure, l'animal politique qu'elle est bluffe peut-être , voir surement, mais il marque des points dans l'opinion. Étant donné que le FN est relativement médiatisé, elle pourrait bien arriver à faire croire qu'elle est la seule politique représentant la vrai rupture économique et s'attaquant au cœur du problème de la monnaie. En articulant cela avec le rejet de l'euro, elle coupe complètement NDA de ses possibilités de se démarquer, d'autant qu'elle a pour elle un certain charisme. De l'autre coté son patriotisme et son rejet de l'Europe la rende plus cohérente que Mélenchon prisonnier de l'internationalisme de gauche. En tout cas la question reste de savoir si l'économie sera, ou pas, le centre des prochaines élections. Je suis persuadé que ce sera le cas, l'évolution actuelle sur la question des retraites et les mouvements populaires de contestation semblent en pratique prouver que les français s'inquiètent surtout des questions économiques. Il faut attendre 2012 pour voir si les lignes vont bouger ou pas, ou si Marine Lepen recommencera à se relepéniser ou continuera sa mutation.  La fin de règne de Sarkozy est décidément une drôle d'époque, la crise a ouvert des changements tout à fait incroyables quand au débat publique. En 2007 personne ne parlait de la question monétaire, le protectionnisme était absent du débat présidentiel et l'Europe ou l'euro étaient hors de discussion. Les choses sont allées très vite au final, on peut vraiment se demander jusqu'où les évènements nous mèneront d'ici 2012.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans politique
commenter cet article

commentaires

pb2010 30/10/2010 18:43



La France dépourvue de matière premières ? Ah ah ah, la bonne blague. Certains ne sont pas suffisamment allés à l'école apparemment. Ou sinon ils sont des agents d'un nouvel ordre d'une
hyperclasse mondiale...



Eric Dillies 19/10/2010 00:41



@Yann,


parfaitement d'accord avec vous, le danger de la multiplication inflationniste des moyens de paiements ne peut se réaliser que si l'on laisse en place le système actuel de duplication
monétaire par les banques secondaires. Comme le préconisait Maurice Allais, et bien d'autres économistes, il faut en même temps rétablir le 100% Money de Fischer, c'est-à-dire la
couverture intégrale des crédits.


Dans ce cas, le multiplicateur de crédit ne fonctionne pas, l'émission monétaire n'est pas inflationniste. Ce qui , entre parenthèse, n'est pas le cas actuellement aux USA : le QE se veut
inflationniste pour sortir de la déflation et maintenir le dollar à la baisse sur le marché des changes.


 



Joe Liqueur 18/10/2010 21:57



@ Malakine


L'alliance de Mélenchon, c'est avec l'ultra-gauche "écolo-libertaire", si tu veux, mais pas avec l'ultra-gauche "écolo-libertarienne" (c'est pas la même chose ! On peut reprocher beaucoup de
choses à Mélenchon, mais pas de fricoter avec les libertariens, faut pas exagérer). Même si à certains égards il peut y avoir des convergences entre le libertarianisme et l'ultra-gauche
libertaire (notamment via le concept de revenu d'existence, mais c'est un vaste sujet).



Joe Liqueur 18/10/2010 21:26



Complètement d'accord Yann, y compris sur les astéroïdes…



Joe Liqueur 18/10/2010 21:22



Au fait, à propos de l'article 16, je me suis penché récemment sur les aspects juridiques de la sortie unilatérale de l'UE, et j'en ai conclu très provisoirement (n'étant pas du tout juriste)
qu'à moins d'en passer par un gouvernement provisoire et une Assemblée constituante, un recours à l'article 16 était probablement utile voire indispensable (problème de la révision
constitutionnelle, de l'inertie du Sénat et du Conseil constitutionnel, etc). L'article 16 étant au mieux une chose pénible à mes yeux, je pencherais plutôt pour la première option, mais on peut
se demander si la seconde ne serait pas un peu plus réaliste… Le risque, ce serait que tous les anti-souverainistes hurlent immédiatement à la dictature et au fascisme (un peu plus qu'un risque,
en fait !)