Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 21:54

mm.pngS'il arrive à Emmanuel Todd de dire parfois des bêtises (Hollandisme révolutionnaire), surtout dans les médias plus rarement dans ses livres. Il lui arrive aussi de produire des réflexions extrêmement pertinentes. C'est souvent le cas lorsqu'il parle de l'Europe même s'il me semble que ses propos dépassent souvent sa pensée. C’est pour cela que les médias audiovisuels ne replaceront jamais l'écrit qui reste infiniment plus posé et réfléchit. L'une des obsessions toddienne de ces derniers mois est la fixation sur l'Allemagne dans le rôle de la dégradation des relations entre l'Europe et la Russie. Une dégradation qui finit par se traduire par un divorce pur et simple et par le fameux discours de Valdaï dont nous avons déjà parlé dans un texte précédent. J'invite les lecteurs si ce n'est déjà fait à relire ce discours de Vladimir Poutine qui reste l'un des discours politiques les plus intéressant et important faits par un dirigeant d'une grande puissance. On est très loin d'un Obama ou d'un Hollande cherchant à plaire aux médias et à la doxa dominante. Pour en revenir à cette question de l'Allemagne et de sa domination j'en reviens à une récente intervention d'Emmanuel Todd qui était opposé à l'européiste Jean-Louis Bourlanges. Et cette question de la domination allemande Todd l'a abordé rapidement . Ainsi il a dénigré la constatation faite par Hollande du déclin démographique de l'Allemagne en rappelant le fait que l'Allemagne ne se réduisait pas à son propre territoire. En quelque sorte Todd fait de l'Allemagne le cœur d'un nouvel empire qui ne dit pas son nom.

 

 

Cet empire qui prend la forme apparente d'un point de vue institutionnel de l'UE est en fait le vieux rêve germanique de l'empire de la Mittleeuropa dont on peut voir ci-dessous la carte. D'un point de vue économique la vision de Todd tient tout à fait puisqu'il est évident que la Pologne, l'Autriche, la Republique Tchèque font partie du système économique allemand. Le conflit ukrainien dans l'esprit Toddien n'est donc en fait que la guerre que se livre la puissance russe et l'Empire de la Mittleeuropa pour la domination de la population ukrainienne. En effet dans la thèse de Todd le but de l'Empire n'est pas le contrôle de ressources naturelles, il peut se les payer grâce à ses énormes excédents commerciaux. Son but est d'étendre son espace démographique dans des pays à faible niveau de vie, mais à haut niveau d'instruction pour produire toujours plus et moins cher. Cette logique s'inscrivant dans la logique mercantiliste de l'univers néolibéral dans lequel la consommation doit toujours venir d'ailleurs et pour lequel l'augmentation de la demande endogène est une hérésie. Structurellement le mercantilisme conduit au conflit puisque les pays qui le pratiquent font leur beurre sur le dos de leurs voisins en ne tirant leur croissance que des exportations. En remettant en cause la viabilité économique de leur voisin, ils finissent par produire des effondrements économiques qui remettent en cause leur propre prospérité . L'Europe est dans cette situation. L'Allemagne grâce à son influence industrielle et à la construction européenne et à l'euro a entraîné toute la mitteleuropa dans son délire d'exportation infini.

 

L'empire est puissant, mais son déclin sera rapide

 

Cette stratégie folle de course à la domination commerciale de l'Empire de la mitteleuropa est suicidaire pour les membres de cet empire. Il y a une chose étrange dans l'analyse que fait Todd de cette orientation géopolitique, c'est qu'il n'a pas remarqué une chose, qui pourtant devrait lui crever les yeux tant c'est évident. À mesure que l'Allemagne étant son influence, la démographie des pays qui viennent rejoindre la mitteleuropa s'effondre. Lorsque l'on regarde les pays de l'ancien bloc soviétique, on constate un effondrement démographique des pays dès qu'ils joignent la formidable Union européenne. Les pays baltes deviennent des déserts humains et il faut aller dans le bloc russe pour voir une véritable lutte contre le déclin démographique. L'Allemagne pompe littéralement les populations de l'Est pour compenser momentanément son propre déclin démographique, mais cette stratégie n'est pas durable puisque ces pays ont exactement le même problème de fécondité comme on peut le voir dans les statistiques ci-dessous.

fécondité europe


2010
Pologne 1,25
Allemagne 1,39
Autriche 1,41
Hongrie 1,32
Rep. Tchèque 1,21
Roumanie 1,3
Slovaquie 1,33
Slovénie 1,25
Estonie 1,44
Lettonie 1,27
Lituanie 1,27

Indice de fécondité, il est remonté à 1.7 en Russie à titre de comparaison

D'une part l'Allemagne utilise les pays de l'Est pour produire ses biens de consommation à moindre coût. D'un autre côté, elle pompe la population locale à travers l'immigration sa principale source étant la Pologne. Mais comme on le voie, la faiblesse de la natalité locale va rapidement mettre un terme à cette situation. C'est ce qui explique pour Todd la visée à court terme expansionniste de l'Allemagne qui cherche à absorber l'Ukraine qui pèse encore plus que la Pologne avec 45 millions d'habitants. Mais l'Ukraine est également touchée par la faible fécondité avec 1,51 enfant par femme. Et la situation politique actuelle ne va pas améliorer les choses. La Pologne va commencer à sentir les effets de l'effondrement démographique, en effet la fécondité polonaise est passée sous les deux enfants par femme vers 1992, mais il en va de même pour l'Ukraine dont la natalité est passée sous le seuil de reproduction à la même époque. L'expansion de l'Empire de la mittleeuropa va donc toucher rapidement un terme puisque sa propre expansion épuise les peuples qu'il conquière. Le modèle toddien a ceci de convaincant qu'il explique en grande partie le comportement de l'Allemagne à la fois intégratrice de l'Europe de l'Est et belliqueuse vis-à-vis de la Russie. Car si la Russie est un fournisseur de matière première essentiel pour son empire, elle est aussi un adversaire sur le plan de la domination de l'Europe centrale.

1841342_5_e4ce_ill-1841342-3ab9-europe-x1i1_1af3a90227cd2d7.png

Cependant comme nous le voyons la stratégie allemande est une stratégie à très court terme qui ne résout absolument pas son déclin démographique. Nous le savons bien en France, l’immigration ne change pas le destin démographique d'un pays. Il faut avant tout relancer la natalité locale. Or le modèle allemand qui vise uniquement à chercher des débouchés ailleurs rentre en contradiction avec cet objectif. En effet pour que les Allemands fassent des enfants encore faudrait-il les y encourager ce qui nécessite des politiques familiales onéreuses. Politiques familiales qui nuiraient à la stratégie exportatrice de l'Allemagne en augmentant le coût du travail local. L'obsession allemande de l'exportation qui est le fruit de la domination d'une vision inégalitaire de la société va de pair avec le déclin démographique non seulement de l'Allemagne, mais de toute l'Europe de l'Est. Et peut-être demain de toute l'Europe à l'exception notable de la Russie. Mais il faut bien dire que ce modèle autodestructeur n'est accepté que parce qu'il n'y a pas d'autres modèles de société offerte au pays de l'Est. C'est dans ce sens que l'autodissolution de la France dans l'UE est une catastrophe. En effet en sortant de l'UE et de l'euro, en abandonnant le modèle mercantiliste en faisant à nouveau de la demande intérieure le moteur de notre croissance nous pourrions montrer qu'une autre voie est possible.

 

Il est tout de même incroyable que l'Europe ait transformé la force démographique que lui octroyait l'adjonction des anciens pays de l'Est à son marché en une force d'autodestruction macro-économique. La concurrence à la baisse salariale et fiscale a été démultipliée par l'arrivée des pays de l'Est qui ont cru qu'il s'agissait d'une chance pour eux. Or comme nous le voyons, cela a en réalité gravement hypothéqué leur avenir. Rappelons ensuite qu'à l'heure actuelle ce n'est pas de plus grande production dont l'Allemagne a besoin, mais de débouché. Or sa stratégie a tué la demande du reste de l'UE. On remarquera également que ce qui est arrivé à l'Allemagne de l'Est après la réunification n'a fait que préfigurer ce qui arrive aujourd'hui à l'Europe de l'Est. Celle-ci va devenir un désert humain si on laisse ainsi l'Union européenne.

pays_baltes_2.jpg

Evolution de la population en Europe de l'Est  en milliers d'habitants (1990-2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans démographie
commenter cet article

commentaires

Charles DG 26/07/2016 15:40

Bonjour Yann,

Que faites-vous, la France à besoin de vos analyses pertinentes? Revenez-nous ou donnez-nous les moyens de vous lire ailleurs.

jpsstreiff 08/07/2015 11:59

Excellent, en 1989, je suivais en historien un colloque international dans le cadre du bicentenaire organisé à Belfort par Jean-Pierre Chevènement et Michel Vovelle. Quelle ne fut ma surprise, alors que le mur de Berlin était en voie de disparition, d'entendre un universitaire allemand dire qu'enfin, l'Allemagne allait pouvoir reconstituer Mitteleuropa ! Ainsi deux guerres mondiales ne leur ont pas suffi, l'arrogance allemande est à ce point gravée dans la génétique ! Ce qui m'inquiète c'est quE NOS COUSINS GERMAINS sont en train de faire main basse sur l'Europe...

windofchange 04/01/2015 14:50


Bonjour Yann,


Continuez votre excellent blog, notamment lorsqu'il évoque les déséquilibres économiques de notre temps. Il est extrêmement pédagogique, notamment lorsque vous traitez des situations nationales
en vous appuyant sur des données chiffrées.

tocquelin 16/11/2014 09:34


brillant article comme toujours sur des réalités souvent occultées par la presse propagande


les Germains depuis 1000 ans ont toujours considéré l'europe del'est comme etant une zone à exploiter(ex les teutoniques)


quelques chiffres :les Baltes:peuples en voie de disparition? le nazisme et le sovietisme ne les ont pas tué mais le neo libéralisme et l'UE vont  t'ils y arriver???,,


Pologne et Roumanie ne craquent pas encore (en population totale) à cause de leur bonne natalité de l'epoque communiste Malgré les mensonges que l ont nous sert  la Russie  a une bonne
dynamique ainsi que la Belarus (un pays interdit sur nos radars mais qui serait intéressant à analyser y compris sur le plan économique car ce n'est peut ètre pas qu'une relique sovietique)

lik 13/11/2014 10:40


En fait, le patronat allemand n'apprécie pas du tout les sanctions envers la Russie, ce qui met Merkel dans une situation délicate. D'autres pays du centre UE comme la Hongrie exportent beaucoup
vers la Russie, eux non plus sont loin de voir d'un bon oeil les sanctions.


D'où des frictions actuellement entre la Hongrie et les USA. Les investissements russes et chinois visent à relier par voie terrestre la Chine à la l'Europe, augmentant les flux commerciaux
rapides. Les USA risquent bien d'être marginalisés d'où leur tentative d'accords bilatéraux comme le TAFTA. L'Allemagne suivra le sens de ses intérêts commerciaux qui sont pour une bonne part en
Russie.


http://www.les-crises.fr/les-nouvelles-routes-de-la-soie-et-lalternative-dun-siecle-eurasien/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29