Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 19:03

  michel-camdessus.jpg

Tel est à peu près la démarche actuelle du gouvernement consistante à inscrire la limite des déficits publics dans la constitution française. Cette pratique, directement inspirée de l'URSS et de l'UE, qui sont les deux seules organisations à avoir historiquement inscrit un système économique dans une constitution, est la nouvelle trouvaille des néolibéraux français pour casser définitivement l'appareil d'état. En regardant la fiche de l'Assemblée nationale décrivant la proposition de loi, on s'aperçoit d'ailleurs que ce texte s'inspire directement des "réflexions" d'un de nos grands économistes attitrés monsieur Michel Camdessus, oui, le même que celui qui dirigeait autrefois le FMI. L'homme qui a coulé je ne sais combien de nations avec ses poisons qui étaient sensés les soigner. Le pire est peut-être que ce triste sire n'ait pas encore réalisé les crimes réels que furent les politiques qu'il appliqua avec constance. Jamais monsieur Camdessus ne s'est excusé pour les catastrophes qu'il a provoqué. Il faut croire que c'est une constance chez ces bureaucrates irresponsables. Il est probablement qu'un jour les humains comprennent que la plupart des drames historiques furent le fruit d'esprit enfermé dans des bureaux et coupé du reste du monde à l'image des directeurs du FMI.  En appliquant que des principes qu'ils croient rationnels et bon, leurs réflexions se détachent des conséquences pratiques des politiques qu'ils mènent.



Pour en revenir à la question de la mise en place d'une limite des déficits publics dans la constitution, on peut se poser la question de savoir ce qu'il serait arrivé si une telle chose avait été mise en place en France avant la crise de 2008. On imagine l'état incapable constitutionnellement de s'endetter, comme il ne peut plus émettre de monnaie publique, puisque celle-ci est émise par la BCE, l'état n'aurait rigoureusement rien pu faire pour sauver les banques. De ce fait, nous aurions eu une immense panique et des retraits d'argent dans tout le système bancaire français. L'effet domino aurait alors enclenché une crise similaire à celle de 29 aux USA. Un système économique fondé sur le crédit, mais qui ne produit plus de crédit et donc voit se réduire la masse monétaire à la seule quantité de billets encore en circulation. On aurait ainsi paralysé totalement l'économie du pays pour des raisons purement artificielles. Une crise par manque d'argent en circulation et non par manque de salariés, d'entreprises ou de matières premières. On peut donc dire que cette décision d'inscrire les déficits dans la constitution montre à quel point les élites françaises n'ont rien compris à la crise de 2008. En plus, elles en sont revenues à une compréhension de la monnaie telle que l'on pouvait l'avoir en 1900, c'est une véritable régression mentale. Ajoutons à cela que l'on ne peut pas en pratique décider d'une politique dans un texte de loi. Car par essence la politique doit s'adapter à une réalité changeante et difficilement prévisible. Inscrire des lois de contraintes économiques dans des textes constitutionnels ou des textes de loi, c'est donc faire preuve soit d'une arrogance invraisemblable face à la réalité, c'est probablement le cas de Camdessus qui est  plus un religieux dogmatique qu'autre chose, soit faire preuve d'une imbécilité à toute épreuve, ce qui est le probablement le cas de la plupart des ministres de notre gouvernement actuel.

 

Un procédé totalement antidémocratique

  

Mais plus grave encore que l'impraticabilité de ce genre de mesure, mesures qui seront d'ailleurs toujours dépassées par évènements, à l'image de ce qui s'est passé avec les critères de Maastriccht balayés par la crise, c'est le caractère totalement antidémocratique du principe. On voit là en pratique l'opposition latente entre libéralisme économique et libéralisme politique, l'un se fondant sur des mécanismes politiques de choix populaire populaire pour exercer un contrôle sur la société, l'autre se fondant sur une "naturalisation" des rapports sociaux. Par naturalisation, j'entends ici le fait de remplacer le choix de la population par des constructions intellectuelles fondées sur des théories et des calculs vus comme scientifiques.  Les libéraux économiques cherchent à neutraliser l'animal politique humain qui leur fait peur, parce qu'imprévisible. Pour y parvenir, ils installent des règles envisagées comme extérieures aux intérêts des différents groupes sociaux de la population. Cette mentalité que j'appellerai, naturaliste, est une constante chez les économistes libéraux, et leur attrait pour les sciences dures comme la physique ou les mathématiques provient généralement de cette envie de construire une société sans rapports sociaux, sans rapport de force, mais fondée uniquement sur une règlementation rationnelle.  L'exemple le plus frappant est leur obsession des monnaies stables ou des étalons monétaires stables, à l'image de l'or autrefois. Les libéraux ont toujours voulu construire un système économique dans lequel la monnaie est "neutre", sous-entendant par là qu'elle ne peut être manipulée par l'état ou par des groupes sociaux puissants de la société. Mais la réalité du monde contredit ces principes sur la quasi-totalité des présupposés libéraux, et bien souvent ces intentions finissent par produire les effets inverses de ceux recherchés.

 

    En premier lieu, vouloir organiser la société de façon rationnelle en l'enfermant  dans des contraintes comptables, c'est présupposer que l'on est capable de prévoir la totalité du futur de cette même société. C'est aussi être capable de produire une politique économique dont les effets seront exactement ceux que les présupposés libéraux prévoient. En clair pour gérer "scientifiquement" la société il faut déjà que les politiques que l'on mène, celle du libéralisme forcené en l'occurrence, aient une validité scientifique. Le problème c'est que ces politiques n'ont en réalité jamais fonctionné, ni fait leurs preuves où que ce soit. Le libéralisme économique a en réalité enfermé la "science économique" dans ce qui semble bien être une impasse tant il y a d'écart entre les buts recherchés et les résultats produits. Faut-il rappeler que l'on ne mesure la scientificité d'une théorie qu'en regard des mesures pratiques. C'est le principe même de l'esprit positif de ce bon vieux Auguste Comte, la recherche de la vérité par des mesures pratiques qui valident ou non la théorie. Le problème c'est que nos amis libéraux préfèrent généralement ignorer la réalité et penser qu'un raisonnement logique, en apparence, suffit à produire une thèse scientifique. Oubliant au passage que la scolastique religieuse était elle aussi logique et parfois très complexe dans ses raisonnements ce qui ne l'empêcha pas d'être complètement fausse. À l'image du système de Ptolémée  qui mettait la terre au centre du monde dans un système extrêmement complexe, mais qui s'écroula sous les coups d'un modèle beaucoup plus simple, mais collant mieux à la réalité  basée sur l'héliocentrisme de Copernic.  Le libéralisme se pense scientifique parce qu'il est basé sur des raisonnements qui sont logiques dans le cadre qu'il s'est lui-même donné. Mais la science ce n'est pas la logique toute seule, la science c'est la logique portée sous le regard infaillible de la réalité. Quiconque s'abstient de mesurer ses théories sur des mesures pratiques ne peut être qualifié de scientifique. Dès lors même si l'intention des libéraux est de mettre la science et la raison au cœur de la gestion des sociétés humaines, en dehors des passions et des luttes sociales. Force est de constater qu'avant même d'en arriver là, il leur faudrait d'abord avoir des pratiques qui soient réellement scientifiques. On en est loin.

 

Ensuite il n'est pas certain que la société humaine puisse être dirigée de façon totalement rationnelle, et cela même si nous avions les moyens théoriques et pratiques de la gérer de cette façon. Ce qui n'est absolument pas le cas. Fuir les conflits sociaux et les rapports de force c'est vouloir contraindre la société humaine à se comporter comme elle n'est pas. La démocratie a permis d'améliorer un peu la lutte des classes et des rapports de force, elle a civilisé les rapports les luttes sociales. Et même si c'est loin d'être parfait cela reste en pratique la seule méthode permettant à une société de changer de direction lorsqu'elle se trompe sans trop de heurts. À l'inverse les libéraux économiques qui conçoivent le rapport de force en lui même comme étant un drame cherchent à l'éliminer. Par le marché, par la monnaie et par diverses façons de détourner le pouvoir vers des sphères qu'ils pensent neutres comme la BCE en Europe. Le problème est que bien évidemment ces institutions, ces marchés, sont aussi fait d'hommes et de femmes et qu'ils répondent aux aussi aux règles des rapports de force. Le marché laissé à lui même est d'ailleurs la quintessence de la lutte sociale et du rapport de force, entre producteurs et distributeurs, entre patrons et salariés. Les mécanismes de contrôle mis en place par les économistes libéraux ne réduisent donc pas l'arbitraire dans la société, mais bien au contraire l'encourage en supprimant les seuls mécanismes qui avaient un peu permis de civiliser les sociétés humaines. Ces politiques économiques inscrites dans le marbre de la loi ne font que détruire un peu plus les derniers morceaux de la démocratie française en enlevant les derniers restes du pouvoir régalien de l'état.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

gdm 09/05/2011 20:16


@Damien Il n'existe pas de politicien libéral en France. Ceux qui se prétendent "libéraux" ignorent tout du libéralisme. Ils confondent la liberté des marchés avec le libéralisme. Le libéralisme
est d'abord une théorie du Droit. Et ensuite, des conséquences économiques s'en déduisent sur la liberté d'acheter et de vendre. Les vrais libéraux sont opposés à la construction européenne.


La Gaule 06/05/2011 03:18



- Les libéraux ont peur de la guerre mais s’en délectent quand ils ont l’occasion de la mener contre des nations considérées comme
« extérieures ». Mais il ne s’agit bien sûr plus de guerre mais « d’opérations militaires menées par la communauté internationale » (se rappeler de la farce macabre contre la
Serbie en 1999). Jusqu’où la gentille Union Européenne sera prête à aller si une nation désire sortir de son giron quitte à faire exploser l’ensemble ? En voilà une question absurde, pour ne
pas dire taboue, surtout avec la bonne bouille de coléoptère cosinus à Van Rompuy !


 


- L’état de nature (le marché absolu, l’individualisme absolu) n’est pas incompatible avec la prolifération des lois, laquelle en est même la
conséquence obligée. La loi faite pour chacun, permet à chacun de vivre pleinement son autonomie, cela afin de préserver la libre concurrence de tous sur le marché. Cela aboutit logiquement à des
situations ingérables mais c’est ainsi. A ce niveau, on est plutôt dans l’anti-Hobbes, où alors Hobbes après une omelette à l’amanite tue mouche. Un vrai libéral n’aime pas le Léviathan, sauf
comme simple instrument de gestion à titre ponctuel bien sûr.


 



Damien 06/05/2011 00:22



@Yann


la peur de la guerre revient constamment chez les libéraux (européistes) lorsqu'est évoqué la question du retour à l'état-nation ,c'est vrai qu'ils nourissent aussi une méfiance à l'égard de
l'Etat mais leur haine de la nation semble plus grande y comprit chez les modérés (en europe bien sur) ...je pense que l'"état de nature" hobbsien  a été recyclé par les libéraux pour que le
libéralisme poursuive son accroissement idéologique de nos jours ,puisque plus rien ne justifie sa crainte aujourd'hui (on croule sous les lois),en gros ils ont plaqué l'état-de-nature sur
l'état-nation pour que leur idéologie survive.



yann 05/05/2011 23:31



@Damien


Je ne pense pas qu'ils aient peur de l'état de type hobbesien ou autre, ils pensent juste que l'organisation humaine doit toujours se faire de façon individuelle. Pour eux le groupe n'existe tout
simplement pas, il n'y a que les individus liés par des contrat entre eux. Et l'intérêt de la société n'est que l'addition des intérêt de tous ses membres. Pour les libéraux l'état est
pratiquement une anomalie, une erreur çà va beaucoup plus loin que l'inquitude sur les actions de l'état. Il suffit de lire les délires des libéraux les plus extrêmistes comme les libertariens
aux USA.


 


@R. Zaharia


De toute façon il y a derrière cette façon de faire de la politique une espèce d'esprit magique. Ils oublient que ce sont les nécessités du réel qui font les lois et la politique. Ils peuvent
mettre toute les contraintes juridiques qu'ils veulent si l'état est obliger d'intervenir pour éviter une catastrophe il interviendra. De plus ils sont dans un esprit incoryable d'enfermement
idéologique, leurs idées se sont effondrées partout mais il continuent à les imposer. Même les soviétiques ont eu la bonne intelligence d'arrêter les frais losrque les limites du tolérables ont
été atteinte à croire que les élites soviétiques des annes 80 étaient finalement plus responsables que les notre.



R. Zaharia 05/05/2011 14:32



 


La question qui se pose est une fois de plus : Cynisme ou incompetence ?


Il est stupefiant de voir que les responsables politiques semblent ignorer les périls que fait monter cette méthode absurde consistant à bloquer toutes les issues, les
unes apres les autres !


Quelle folie de poursuivre ainsi l'oeuvre insidieuse entamée, il ya 20 ans par le négociateur allemand du Traité de Maastricht, Dr Hans Tietmeyer, l'homme qui en quittant la présidence de la
Bundesbank, 9 ans plus tard... se vantait d'avoir "fait ce qu'il fallait pour rendre les choses irréversibles !"  


Il est révelateur de constater que c'est Elie Cohen, l'un de nos pires "éditocrates"... grand champion du virage strategique apres 2008...  qui prononça son éloge, le 6 juin 2001, lorsque ce
grand bienfaiteur de la "finance liberée et imaginative"... fut fait Docteur Honoris Causa de l'Universite Paris Dauphine  !