Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 21:10

  Cantonales-2011-prévisions-Oct2010Oui l'abstention est le vrai gagnant de ces élections cantonales. Les hommes politiques vont faire semblant d'avoir  gagné suivant les cas, mais le fait est que l'abstention invalide en grande partie la représentativité de ces élus. Il est de plus indéniable que ce résultat est  significatif de l'état d'esprit actuel de la population française. Les français n'ont plus confiance dans leurs élites et ils le disent de deux manières, d'une part en rejetant tout simplement un jeu démocratique qu'ils considèrent être une escroquerie, au pire, une chose inutile au mieux. Ensuite il le montre par le vote front national qui est en réalité une autre manière de rejeter l'establishment, et d'ailleurs plus ce dernier est rejeté plus les gens se mobilisent pour lui. Alors que la dernière présidentielle avait fait croire à un retour de la mobilisation démocratique chez les Français, les abstentions qui grimpent depuis 2007 quel que soit le scrutin, semblent nous montrer une voie inverse. Quant à la stratégie consistant à faire barrage au FN ont constante qu'elle n'a pas réussi puisque le FN conserve un bon niveau au second tour avec près de 12% de moyenne nationale, alors qu'il n'avait que 400 candidats sur plus de 1500 cantons renouvelables. En plus l'abstention a encore augmenté par rapport au premier tour ce qui signifie que le FN ne fait plus peur. L'appel au vote utile, au vote républicain, n'a plus beaucoup  d'effet électoral, c'est à méditer pour ceux qui veulent user de cette stratégie éculée pour l'élection de 2012.

 

      Bien entendu, ce ne sont que des élections cantonales sans grand intérêt pratique, les Français le savent bien, mais les Européennes n'avaient pas plus attiré les foules. Les Français ne semblent se mobiliser que pour les questions qui leur semblent essentielles, s'ils ont le choix. Comme ce fut le cas des dernières présidentielles où Sarkozy avait fait naître quelques espoirs avec ses discours guainoesques. C'était vrai aussi du référendum sur la constitution européenne où les français avaient bien vu l'enjeu crucial, la suite les a probablement  dégoûtés d'ailleurs. On pourrait donc imaginer suivant les conditions et les candidats avoir une élection présidentielle complètement différente et cela dépendra aussi de  la qualité du débat global. Et à n'en pas douter un éventuel second tour opposant Sarkozy à DSK aurait un effet spectaculaire sur l'abstention, avec la proximité idéologique des deux hommes nous pourrions parier sur une abstention plus importante qu'à ces cantonales.

 

        En tout cas, ces élections enterrent en partie l'UMP et laisse croire aux socialistes qu'ils ont une chance aux prochaines élections présidentielles. En réalité les chiffres du PS sont extrêmement mauvais en tenant compte de l'abstention et du fait que ce parti bénéficie de son exclusion du pouvoir à l'échelon national depuis 2002. C'est d'autant plus mauvais que le PS semble grignoté petit à petit par ses petits concurrents des écologistes, au FG. Le FN lui peut jubiler, mais la forte abstention n'est pas seulement significative pour les grands partis, elle l'est aussi pour lui. Il semble que la stratégiede Marine Le Pen consistant à plutôt mettre en avant les politiques économiques alternatives et interventionnistes a été payante. Comme l'a dit Emmanuel Todd récemment le FN est malheureusement le seul parti politique médiatique à avoir un programme économique sérieux, c'est à  dire s'attaquant à la question du libre-échange et de l'euro. Le vrai moteur du nouveau FN est ici, pas dans les discours anti-migratoire même si ces derniers persistent. Les vieilles stratégies de diabolisation n'ont donc plus aucune prise, et même s'il reste probablement un fond puant au FN, l'attaquer uniquement sur cela revient à le fortifier en faisant de lui une victime médiatique. Et l'on sait combien, dans notre univers d'émotions télévisuelles, se faire passer pour une victime est un avantage énorme en terme d'image. C'est d'ailleurs ce que vient de réexpliquer Jacques Sapir dans cet interview donné à Challenge où il dit très justement: "si Marine Le Pen continue à ne pas être condamnable moralement, il va falloir revoir toute la stratégie à son égard. ". Il faut donc bien répondre aux propositions du FN et non s'enfermer dans des discours de posture souvent bien commode. De toute façon, si les hommes politiques français passaient plus de temps à réfléchir à leurs actions et à chercher des solutions pour résoudre les problèmes de leurs électeurs, et un peu moins à chercher les bons  coups médiatiques pour se faire réélire, ils n'en seraient pas arrivés à ce stade de déconfiture. Le FN c'est un peu la moisissure qui grandit sur un corps en putréfaction, elle n'y est pour rien la moisissure si le corps est mort.

 

En route vers une présidentielle 2012 imprévisible

 

  Mais ce que ces élections nous apprennent de plus important est finalement le fait que les prochaines élections pourraient être plus ouvertes qu'on ne le croit. En premier lieu parce que le FN fait vraiment des scores élevés dans les cantons où il avait des représentant. En plus on apprend dans un texte de Philipe Cohen qu'il semblerait que le report des voix au second tour qui s'est fait en faveur du FN, ne provenait pas uniquement de la droite. Certains essaient, pour se rassurer probablement, de minimiser ce qui s'est passé à ces élections.Même s'il est vrai que l'abstention n'est pas à ignorer, il va cependant  falloir accepter le fait que Marine Le Pen a réussi son coup. Maintenant, nous verrons si elle continue dans ce sens en allant nettoyer son parti des scories xénophobes qui s'y trouvent encore, pour en faire un parti plus présentable, ou si elle s'arrête en chemin laissant poindre un doute quant à sa bonne foi. De toute façon, elle n'est pas encore capable de rassembler totalement les français au second tour, le faible nombre d'élus obtenu par le FN malgrés son score le montre. La seule chance qu'elle aurait aux présidentielles serait, à l'heure actuelle, d'arriver au second tour, elle ne peut en aucun cas espérer mieux. Il lui faudrait montrer, par je ne sais qu'elle méthode, que le FN a profondément changé, si elle veut vraiment arriver à la fonction présidentielle, si tel est vraiment son voeu.  Maintenant l'autre question, c'est que vont faire les alter-souverainistes, surtout ceux de droite, ceux de gauche n'ayant pas vraiment d'équivalent du FN en face d'eux. Je pense ici bien évidement à nos collègues de DLR, mais aussi au petit groupe de François Asselineau. Ce dernier ayant quand fait montre d'une certaine mauvaise foi,  à mon sens, en refusant de reconnaitre une poussée du FN par des gesticulations verbales sophistes, tout à fait dignes d'un énarque, dans ce texte. De son coté mon ami blogueur Laurent Pinsolle qui est aussi le porte-parole de DLR fait montre de plus d'honnêteté que Asselineau en reconnaissant cette poussée. Ces mouvements politiques sont écrasé par la présence du FN à tel point que l'on ne voit pas comment, et par quel miracle, ils pourraient bousculer MLP d'ici les élections. On voit ici l'effet néfaste du FN concernant la visibilité d'alternatives souverainistes moins caricaturales et plus à même de rassembler. Tant que le FN n'est pas capable de rassembler au second tour il restera quelque part un allié du système qu'il prétend combattre.

 

Quoi qu'il en soit, la question du rapport à l'Europe et  la question du libre-échange pourraient bien émerger aux prochaines élections et cela en grande partie grâce au FN. Car même si ce dernier semble stériliser les voix des électeurs en les détournant de petits partis qui seraient pourtant plus à même de rassembler, on doit  constater que grâce à Marine Le Pen il y a une chance pour que l'on parle des sujets sérieux. Des sujets qui vont de la dette publique et de son origine, au  libre-échange suicidaire, en passant  par la question de l'euro dont il devient franchement difficile de défendre le bilan en ces temps de pillage des PIGS.  Je sais que faire cette remarque est difficile pour tous ceux qui sont membres de petits groupes politiques comme DLR ou le plus petit encore UPR, mais le fait est que les idées de souveraineté passent dans l'opinion publique grâce aux discours de Marine Le Pen. Reste à voir si les français finiront par préférer les originaux sincères, aux copies de circonstance. Cependant j'attends avec impatience les réponses de nos pontes du centre libéral, lorsqu'ils devront répondre sur ces questions essentielles et qu'ils n'auront pas d'échappatoires à cause du poids grandissant du FN. L'éventuelle candidature de DSK, déjà élu si l'on en croit nos médias, devrait révéler au grand jour la proximité idéologique entre le PS et l'UMP avec des conséquences imprévisibles sur les électeurs, y compris chez ceux qui croient encore que le PS est un parti de gauche.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans politique
commenter cet article

commentaires

La Gaule Noire 03/04/2011 22:25



Poisson d'Avril, au bout de son fil


 


Si vous pensez, de manière vitale, valoir la peine d’être ravie (ça a l’air d’être le cas, vous aimez vous prendre en photo non ?)
c’est votre solution.


 


 En tout cas, hermétisme pour hermétisme, mon problème ne sera jamais le vôtre.


 


Fin



le journal de personne 31/03/2011 01:05



28 march

Et on se bouscule pour jouer dans le film où tout bascule.
On peut dire tout et le contraire de tout : tout le monde s’en fout
On nous a menti, cette vie ne vaut pas la peine d’être ravie.
Est-ce le commencement de la fin ou la fin des fins ?

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/28-march/



La Gaule 29/03/2011 01:49



Le taux d’abstention record montre d’abord la sécession cette fois consommée de la masse de la population (je préfère cette expression au mot
peuple, les contempteurs du populisme ayant oublié que le peuple se définit en premier lieu pas sa masse) avec les préoccupations de ses élites, et ensuite la volonté diffuse du corps électoral
de ne désigner aucun vainqueur, laissant ainsi ouverte la course au titre dans quelques trimestres.


 


Ces deux tendances sont d’ailleurs parfaitement liées, et elles ne débouchent que sur une seule interprétation indiscutable, le reste n’étant que
spéculation sur les comètes.


Concernant l’élection présidentielle prochaine, désormais TOUT est possible avec des résultats aussi partagés aux cantonales et une telle masse
d’abstentionnistes, dans un pays où l’on sait très bien que le désintérêt pour la politique n’est toujours que relatif et qu’il ne demande qu’à renaître comme le phénix.


 


Même étriquée, la victoire du PS est indéniable. Elle n’en montre pas moins la marge de manœuvre incertaine de ce parti en vue de l’échéance
présidentielle, et la perspective d’une embardée majeure au même horizon se précise tout autant.


Je lis ici et là que pour Marine Le Pen tout reste encore à faire, mais il n’y a pas précisément aucun obstacle insurmontable à ce qu’elle ne
parvienne à les franchir et couvrir la distance avec succès. Le report des voix sur son nom venant de la gauche et de l’extrême gauche, que l’on devine dans certains résultats, montre que la
stratégie du grand écart, qu’elle a commencé à observer depuis un an, devient plausible face au désarroi de l’électorat.


 


J’entends par stratégie du grand écart, l’incorporation de nouveaux thèmes destinés à ratisser beaucoup plus large et loin de son noyau
idéologique d’origine, et dont il faut être singulièrement aveugle (il semblerait que l’intelligence politique de certains se borne à donner inlassablement des coups de pieds rageur dans la
casserole) pour ne pas voir qu’elle à tout à y gagner, soit la neutralisation de la fraction gênante de son électorat, le même qui de toute façon lui restera fidèle (d’un point de vue comptable
on ne voit pas non plus pourquoi elle s’en passerait ?).


 


Marine Le Pen sait probablement aussi que le temps travaille pour elle à grande vitesse et que le « parti des indulgents » sur son nom
(les mêmes qui lui étaient hostiles lorsque son père tenait encore le cap) ne peut que grandir face à la plongée du pays dans les difficultés de la grande crise.


 


Pour faire plaisir à ceux dont la grille de lecture du monde est restée scotchée il y a soixante dix ans, je veux bien appeler cela la tentation
« doriotiste » de l’électorat populaire. Je pourrais d’ailleurs tout aussi bien l’appeler tentation « communarde dreyfusarde OU anti dreysfusarde » (beaucoup de communards ont
fini à la ligue antisémite des patriotes, dont Cluseret son chef), tentation bonapartiste ou tentation « cordeliériste » au bout du compte, puisque la grande aventure politique de la
France populaire, tout extrême confondu, est passée aussi par le célèbre club du Paris révolutionnaire. (Plus près de nous je pourrai parler simplement de sa tentation gaulliste mais j’ai là
conscience de proférer un blasphème).


 


Du point de vue des cadres qui lui manquent, elle sait qu’elle pourra compter à terme sur la débandade des troupes de l’actuelle majorité
présidentielle, dont la fidélité n’ira pas jusqu’à retourner à la niche en l’aimable compagnie de son leader, je crains même que beaucoup ne lui en veuillent énormément, sans parler de l’instinct
de la gamelle...


 


Ces petits arrangements entre faux amis ne seront pas pénalisants pour autant aux yeux de l’électorat d’origine opposée, puisque la politique
hégémonique interne au parti de Le Pen père et la diabolisation médiatique se sont conjuguées pour aboutir à ce résultat original : Marine Le Pen est le seul chef politique (ce n’est
maintenant plus du tout le cas de Sarkozy) à apparaître vraiment adossée non pas à un parti mais à un électorat. Mais je sais combien s’égosiller sur le parti fasciste reste un exercice vivifiant
(comme de voir un handicap dans sa condition de fille de son père, en un temps où le népotisme frappe toutes les sphères de la société et est quasiment montré en exemple par les
médias !).


 


En conclusion, ces élections sont celles de l’incertitude poursuivant sa grande aventure, rien de plus.



Damien 29/03/2011 00:27



Ce phénomène qui dure depuis 2007 (régionale ,européeene) dépasse tellement les élites comme Fabius qu'elles pensent instaurer le vote obligatoire...J'aimerai bien savoir ce qu'il se passe dans
leur tête.Ces veaux de francais n'avancent pas alors on leur passe le lasso autour du cou ?


Quant à la critique du libre échange j'espere qu'elle sera portée aussi par d'autres candidats et intellectuels  ,au risque d'être frontisé par les Joffrin & co.En tout cas la sortie de
Todd était courageuse pour dire que "le FN y dit pas que des conneries " il en faut , quand on a sa position ,d'ailleurs je remarque qu'elle n'a pas tant fait de vagues !