Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 17:12

ourobor1On s'y attendait et c'est fait, la banque centrale américaine recommence à user du Quantitative Easing, c'est à dire du rachat des bonds du trésors émis par l'état américains par la banque centrale US. La mécanique consiste à acheter de la dette par l'émission de monnaie ex-nihilo, on pourrait appeler cela simplement monétisation de la dette publique et de la dette extérieure. On voit déjà bon nombre de critiques s'élever contre cette pratique, ainsi le chouchou du web économique Paul Jorion, affirme-t-il que les USA abusent de leur droit monétaire international. Appelant la Chine a montrer que le roi est nu, c'est à dire que le dollars ne vaut strictement rien et que les grandes nations feraient bien de se débarrasser de leurs avoirs en dollars. Jouant la traditionnelle critique sur le rôle néfaste des USA et de leur vilaine habitude de faire payer aux autres leurs propres excès. Je dois bien avouer que pendant longtemps se fut ma position, sous l'influence notable d'Emmanuel Todd et de son excellent "Après l'Empire". Mais j'ai finalement acquis une position plus équilibré en regardant comment l'économie réelle fonctionne.

 

 

    L'idée que les USA exportent leur inflation au travers leur dévaluation et leur émission monétaire est passablement injuste à bien y regarder. Voilà une nation dont l'industrie s'est évaporée, dont les déficits commerciaux qui en résultent ne cesse de gonfler et dont on a appris récemment que les infrastructures étaient dignes du tiers-monde. Et pourtant nous entendons sans cesse que les USA profitent et ont profité injustement du monde et se sont enrichi, étrange non?Et si les vrais profiteurs n'étaient pas ceux qu'on croit, et si finalement le roi nu ce n'était pas les USA qui essaient de s'en sortir comme ils peuvent, mais ces nations qui font leur prospérité en démolissant celles des autres. Et si finalement les rois c'était le Japon, l'Allemagne, la Corée ou la Chine, ces gentils pays excédentaires qui attendent bien tranquillement que les USA, ou d'autres, relancent leur croissance par je ne sais qu'elle miracle d'endettement, pour en absorber les effets, avant ensuite de donner des leçons de morales à la planète entière. La vérité c'est que sans la boulimie tant décrier des USA la croissance du monde serait bien faible , la course au néant ce sont les pays excédentaires qui la font pas ceux qui ont des déficits. On confond bourreaux et victimes. 

 

      Bien sûr je ne dédouane pas pour autant les actions américaines, le budget militaire excessif, la stupidité des baisses d'impôts pour les riches, les manques d'investissements dans ce qui compte réellement comme l'éducation etc.. L'Amérique a fait beaucoup d'erreurs, mais étrangement je ne vois pas la monétisation de sa dette extérieure comme une mauvaise action, au contraire même. Voilà qui met les pays excédentaires devant la stupidité de leur propre logique, accumuler des excédents ne sert à rien puisque au final vous conduisez vos clients soit à la faillite, soit à répudiation de dette. Le fait que les USA , au contraire de la Grèce, aient choisi la répudiation de dette prouve un plus grand bon sens en Amérique qu'en Europe. Il est au contraire bien malheureux que les Européens ne pensent pas à répudier ou à monétiser leur propre dette d'autant que dans leur cas il s'agit surtout de dettes intérieures et non extérieurs comme dans le cas des USA. En effet ces derniers peuvent manger leur dette extérieure parce qu'elle est exprimé en dollars, ce n'est pas possible en France ou en Grande-Bretagne. Les dettes extérieures contractées dans des monnaies étrangères ne peuvent pas être effacés par la monétisation. Seule l'Amérique a ce pouvoir exorbitant. Cependant monétiser, dans notre, cas la dette intérieure est par contre tout à fait possible, enfin si nous retrouvions notre liberté monétaire au préalable bien sûr.   

 

Excédents et parasites.

 

      Accuser les USA d'effacer leur dette par émission monétaire est donc passablement malhonnête, j'ai d'ailleurs une grande méfiance vis à vis des gens qui présentent la Chine comme un quasi modèle à imiter. La prospérité chinoise n'est en aucun cas un modèle exportatble, c'est un parasite économique qui use des stratégies les plus basses pour arriver à ses fins.Si tout les pays faisaient comme elle, il ne resterait pas grande chose comme consommateurs sur terre. Le modèle chinois n'existe que parce qu'il y a en face des pays déficitaires. Que l'occident et les USA en particulier, aient été de parfaits crétins en libéralisant les échanges c'est certain, mais de là à faire l'apologie d'une nation esclavagiste et ultra-inégalitaire, il y un pas que je ne franchirai jamais.   Même chose, mais dans une moindre mesure pour l'Allemagne, cette nation devenue la star de l'Europe pour ses excédents alors même qu'ils sont le fruit du moins disant salarial et de la contraction démographique du pays. Il est étrange de voir des gens de gauche, en théorie, comme monsieur Jorion faire l'apologie de nations exploitatrices de la misère leurs propres peuples. Enfin, j'imagine que la gauche français en mal de pays phare puisque la France révolutionnaire, l'URSS ou les USA multiculturelle ne sont  plus là, il lui  fallait bien combler le vide avec le géant chinois. La réalité d'aujourd'hui c'est que tout les pays du monde font partie du même mécanisme mondial déséquilibré. Il n'y a pas une mauvaise Amérique et une bonne Chine, une mauvaise France et une bonne Allemagne, il y a un système qui n'équilibre pas les balances des paiements de chaque pays. Provoquant ainsi des dettes extérieures et des croissances en stop and go. La croissance est là tant que les clients peuvent s'endetter, dès que la bulle éclate la demande s'effondre et les exportations des pays excédentaires avec. Les pays endettés ne pouvant pas payer font défauts, dans le cas des USA l'ardoise est régulièrement remise à des niveaux raisonnables grâce au QE.

 

    Alors la question bien sûr, c'est est-ce que la monnaie américaines peut plonger? C'est possible, c'est même certain diront les apôtres de l'or qui n'attendent que çà pour faire des profits.  Mais est-ce que cette chute serait si dommageable aux USA? Tout dépend le rythme et surtout tout dépend de la capacité de la Chine à continuer son vampirisme monétaire. Car n'oublions pas que la Chine a une monnaie collée à celle des USA, une baisse de 20% du dollars et le Yuan suit. Jusqu'à présent cela n'a pas gêner la Chine qui préférait voir ses importations énergétiques et de matières premières augmenter avec la dévaluation plutôt que de perdre le marché américains par une réévaluation face au dollars. Mais grâce à sa nouvelle victime, l'Europe, le parasite chinois pourrait bien changer de corps maintenant que la première bête est mourante. D'autant que la bête Européen est encore plus idiote que la première.  La stratégie chinoise est simple, nous vous donnons un niveau de vie supérieur momentanément à ce que vous auriez si vous produisiez vous même ce que vous consommez, et en échange nous détruisons vos capacités de productions à long terme. C'est ce qui explique la société dite de service, qui n'était qu'une absolue hérésie intellectuelle si l'on y réfléchit bien, aient pu durer si longtemps sans accrocs apparents.  L'Amérique paye durement aujourd'hui sa hausse artificielle de niveau de vie des années 80-90. La Chine pourrait ne plus avoir besoin d'elle à l'avenir, maintenant qu'elle a ce qu'elle voulait les savoir-faire industriels. Cependant les USA ont encore la possibilité de faire évaporer leur dette extérieure et ils ont bien raison de le faire puisqu'il ne leur reste que cela.

 

    Maintenant plutôt que d'effacer les dettes extérieures avec la planche à billet, l'Amérique ferait finalement mieux de se préparer à l'après dollars.  Si Obama voulait vraiment être un nouveau Roosvelt, il ferait mieux d'investir dans l'industrie et dans l'achat de capacités de production pour l'avenir. Investir massivement dans les alternatives au pétrole tant qu'il est temps, plutôt que de continuer à gaspiller l'énergie du pays dans des guerres de contrôle face à une Chine qui pour l'instant à le vent en poupe. Il est finalement dommage que cette monétisation ne serve que l'improductive finance internationale et c'est bien là la critique qu'il faut faire de cette méthode économique. Que la Chine perde ses devises accumulés à coups d'excédents commerciaux et de délocalisations ne me fera franchement pas tirer une larme de pleur mais plutôt de rire.  Pauvres chinois, mais il leur restera quand même les magnifiques usines que nous leur avons construit et les innombrables avancés techniques qu'ils nous ont insidieusement volés grâce au stratégie de sou-traitance, ce n'est pas rien n'est-ce pas?

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

duranteau 03/08/2011 23:09


Tout est lié a l'evolution demographique....


ROBERT GIL 05/12/2010 15:42







yann 15/11/2010 21:04



@J. Halpern


C'est une charge contre la Chine parce que j'avais lu quelques textes trop pro chinois au paravent. C'est d'ailleurs souvent les mêmes personnes qui se félicitent des excédents allemands sans en
voir les effets nocifs. C'est peut-être pour cela que j'ai chargé la barque. Cependant quand on voit l'action de l' Chine qui interdit par exemple les exportations des terres rares ou son
néocolonialisme en Afrique on peut quand même s'inquiéter.  On peut critiquer l'action des USA mais cela reste un pays autocritique, et relativement démocratique. La Chine est au main d'une
clique d'oligarque et la situation chinoise tant à rappeler par certain cotés la monarchie britannique au début de l'ère industrielle. Des gains de productivités important mais une stagnation de
la demande lié à une organisation de type aristocratique. Sans augmentation salariale et création d'une classe moyenne le pays est obligé de rechercher des débouchés ailleurs ce qui va nourrir
l'entreprise coloniale. Sauf que là on parle d'un pays de plus d'un milliard trois cents millions d'habitants.


Sinon les exportations chinoises ne sont pas gratuites, si les consommateurs ont gagnés une baisse à l'achat, il ne faut pas oublier que la Chine grâce aux délocalisations a pu copier
gratuitement les technologies occidentale. A long terme les chinois ont gagné beaucoup plus que ce qu'ils y ont perdu, et ce même si leur excédents de dollars accumulés s'effondre. Il ne faut pas
s'enfermer dans des raisonnement économétriques à court terme. A l'inverse pour s'enrichir à court terme les USA se sont gravement handicaper car les entreprises et les savoir faire industriels
sont partis.


Sinon sur le QE j'aurais aimé que cela serve à effacer ou au moins à alléger les dettes des particuliers plutôt que celle des banques. Là est la principal erreur d'Obama politiquement et
économiquement, s'il avait dès le début réduit le poids de l'endettement pour les salariés surendettés la machine ne se serait peut-être pas autant cassé la figure.



J. Halpern 14/11/2010 13:08



C'est la première fois que j'interviens sur votre blog, et j'en profite pour vous féliciter de son excellent niveau, vos articles sont toujours remarquablement stimulants.


Concernant ce dernier article, vous êtes bien inspiré d'écrire : "Il n'y a pas une mauvaise Amérique et une bonne Chine, une mauvaise France et une bonne Allemagne, il y a un système qui
n'équilibre pas les balances des paiements de chaque pays." Dommage que le reste de votre article ressemble à une charge contre la Chine, en oubliant au passage que les salaires augmentent
en Chine, que les infrastructures se développent et que la conquête des savoir-faire industriels, que vous critiquez, soit conforme à l'intérêt national chinois. Par ailleurs la Chine est aussi
piégée que piégeante vis-à-vis des États-Unis puisque, comme vous l'indiquez, elle risque de voir un jour partir en fumée ses collassaux avoirs en dollars, et en attendant, tout se passe comme si
elle transfèrait gratuitement ses produits aux États-Unis !


Je n'ai aucun souci de "défendre" la Chine mais je crains que nous ne perdions de vue que le maelström actuel résulte de la déréglementation financière et que personne, en l'état actuel des
choses, n'est assuré de tirer les marrons du feu.. Je vous suis totalement pour approuver le "quantitative easing" de la FED, mais sans purge de la finance les liquidité s'engouffreront encore et
toujours dans des bulles imbriquées, qui faussent les taux de change et génèrent les déséquilibres commerciaux.



simplet 06/11/2010 15:09



Enfin quelqu'un qui ne se laisse pas abuser par le "miracle" chinois. Qu'est-ce donc ce miracle? Des investisseurs, occidentaux pour la majorité, qui ont trouvé de quoi obtenir un prix de
fabrication moins élevé, sans règle sociales, sans ou un minimum de grèves avec des dirigeants communistes. Les meilleures gestionaires du travail humain que l'on puisse trouver.Et donc, des
esclaves parfaits. Les clients restant toujours les marchés occidentaux. Satisfaits de trouver des produits à des prix abordables, vus que lesdits clients sont en bout de course de leur
possibilités financières. Ils ne se rendent pas encore compte qu'ils sont des précaires en phase finale. par ailleurs, ce n'est pas avec 100 euros de salaires moyens que la Chine ou l''Asie
relancera l'économie. Cet argument usé et abusé par les journaleux du système "tout va bien, dormez tranquillement, braves gens. On s'occupe de vous" !


Quant aux arguments de DSK et Attali prédisant que l'avenir, c'est l'éducation et la recherche, encore de la démago bobo. Il est clair que tous nos enfants ne pourront être chercheurs,
ingénieurs, entrepreneurs, inventeurs. Une grande partie restera sur le carreau, faute d'industries que l'on nous a volé et qui, seules, pouvaient ouvrir l'espoir d'un emploi pour tous. même aux
champs, on aura que peu de besoin de maind'ouevre peu qualifiée. C'est l'enjeu de l'avenir: un ou des politiques qui diront stop! Retour du travail chez nous et basta. Vaut mieux gagner peu ici
que d'aller mendier dans les rues de Pekin! Bravo Yann pour avoir exposer vos idées de cette manière réaliste. Courage.