Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 15:47

    Mon premier texte sur ce blog se doit de suivre un minimum l'actualité et notamment l'actualité écologique et le fameux sommet de Copenhague. Comment ignorer cette fastueuse réunion sensé sauver la planète du règne du feu, et de son complice pyro-atmosphérique le dioxyde de carbone. Il n'est nullement dans mon intention de critiquer les risques "potentiels" que font courir sur nous l'hypothétique réchauffement climatique, même si en cette froide journée de décembre il reste difficile d'acquiescer sans douter aux délires paranoïaques de nos amis les écologistes. Il est tout de même probable que cet hiver le monoxyde de carbone face plus de victime que sont célèbre cousin. Bien sure for peu d'écologistes professionnels en seront victimes, celle-ci étant généralement d'affreux réactionnaires usant de mode de chauffage préhistorique comme la chaudière au gaz, complètement "has been". Il est probable même que nos amis écologistes se réjouiront de la mort de ces infâmes pauvres surnuméraires et pollueurs, paf un de moins plus que trois ou quatre milliards à zigouiller.

 

Trêve de plaisanterie, comment diable cette science que fut l'écologie a-t-elle put devenir en l'espace d'une génération une nouvelle forme de religion? Pourquoi les hommes et les femmes modernes s'aveuglent-il si rapidement et deviennent ils si vite esclaves d'idées et de techniques en oubliant le fondement de l'esprit scientifique à savoir le doute. Car l'écologie n'est pas le seule domaine où l'absolue et la vérité intransigeante s'imposent aux modernes. Le progressisme, le communisme, le libéralisme, l'eugénisme, la phrénologie, le nazisme, le nationalisme, le keynésianisme etc.. sont autant d'idéologies qui ont traversé le vingtième siècle et qui sont toutes devenues de quasi-réligion. Certaines étaient même de bonnes idées à la base, fondé par des intellectuels intelligents et rationnels. Le cas du keynésianisme qui redevient en ces temps de crise à la mode en est symptomatique. Keynes créa des principes pratiques pour sortir d'une crise particulière, celle de 1929 et ses descendants en on fait une théorie éternelle répondant à tout les problèmes. Les descendants de Keynes réduisant ses complexes pensées en une mécanique simpliste de "Y a qu'a faire un plan de relance". Quand la religion keynésienne s'est cassé la figure dans les années 70 une autre a prit la relève,le néolibéralisme maintenant nous assistons impatient à la naissance du prochain dogme.

 

    Ainsi dans une course sans fin à la sacralisation les modernes cherchent à remplacer la mort des religions et des croyances nationales par des substituts. Comme le disait Jacques Ellul on cherche des esprits libres mais on en voit guère. Au christianisme et au patriotisme ont succédé des paganismes variant au grès du temps et des modes, succession d'absolue dont la durée de vie se mesure à la proportion qu'ils prennent dans les médias. La vérité dans tout ça la plupart des gens s'en foutent. Et pour cause l'objectif d'une croyance n'est pas l'explication du réel mais la communion, pour reprendre la terminologie de Régis Debray. La croyance lorsqu'elle est partagé permet de communiquer, de se socialiser, c'est cela que recherche par dessus tout les modernes. Les anciens liens ayant été détruit par la modernité ils recherchent sans relâche les moyens qui leur permettent de ressentir la vie collective, le fait de ne plus se sentir seul. Les effets de modes, le sport spectacle et les idéologies comme l'écologisme ne sont que les fruits de ce désir. Les scientifiques, les économistes et les politiciens ne sont finalement que les jouets de ces désir collectifs qui les prennent comme outils de communion. Seule le retour d'un sacré collectif immuable comme la patrie pourrait mettre fin à cette course qui transforme des hypothèses scientifiques ou économiques en dogme.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans écologie
commenter cet article

commentaires

René Jacquot 21/12/2009 22:37


Tu n'as pas tort sur le CGB, d'autant qu'à l'instar de Malakine, j'ai décidé de prendre du champ avec le blog.

Le véritable Yann est bien là! Avec des analyses proches du MAUSS! Sus aux usurpateurs!


yann 20/12/2009 22:34


@RJ

Le seul et l'unique je ne sais pas j'ai l'étrange impression de voir de plus en plus de yann sur le web. Cela va me contraindre à changer de pseudo pour commenter, sinon je suis le vrai yann du
blog horizons.Au fait je suis contant de te relire d'autant que j'ai l'impression d'un certain ralentissement sur le CGB, enfin ce n'est peut-être que momentané.


René Jacquot 20/12/2009 12:41


Alors comme ça, Yann... le seul et l'unique a ouvert un blog!

Evidemment l'économie est une religion, il y a même un dogme de l'infaillibilité des marchés... cela nous ramène aux réflexions de Dany Robert-Dufour sur le "Divin Marché"!


yann 20/12/2009 12:05


Au pif.

Évidemment qu'il est dure de juger le vrai du faux parfois. C'est dans l'excès que se mesure les dogmes c'est pourquoi j'ai mis la célèbre maxime de Paracelse "Rien n'est poison tout est poison,
seule la dose fait le poison" comme sous-titre à mon blog. Tu peux remplacer poison par dogme et tu as ta réponse, c'est dans l'excès que se mesure le dogme. Quand les communistes ont créé les
goulag c'était cuit, quand les libéraux continuent de prôner le libre-échange malgré l'effondrement du commerce mondiale c'est qu'il y a anguille sous roche comme on dit.

Concernant le réchauffement climatique je ferais un texte sur le pourquoi de la chose. Il me semble étrange cet acharnement sur le CO2 sachant que le pétrole s'épuise cette simple argumentation
suffisant à convaincre de la nécessité de passer à d'autre forme d'énergie. Cette obsession sur le CO2 est étrange soit c'est un phénomène de croyance comme je le décris, soit c'est une affaire de
lobby, remarque c'est peut-être un peu des deux. Quoiqu'il en soit la science est prise en otage par les médias et la croyance populaire, il est très dure pour des scientifiques de dire que
finalement le réchauffement n'est peut-être pas anthropocentrique. Celà a échappé au cercle de la raison (le vrai pas celui d'Alain Minc).


RST 19/12/2009 18:44


Yann,
ne crains-tu pas que, dans certains cas extrêmes,la patrie puisse aussi servir de dogme ?
Sur l'écologie et notamment le réchauffement climatique, il est vraiment très difficile, voir impossible, de se faire un avis. Comment fait-on pour choisir son camp ?