Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 17:55

Je vais lancer un coup de gueule contre cette ânerie grotesque et cette peur affolante de la dévaluation monétaire parce qu'il semble que certains analystes, qui se pensent alternatifs, s'inquiètent de la baisse de l'euro. Je pense plus précisément à deux courants d'alternatifs relativement connu et qui ont en commun un égo assez sur-dimensionné du moins à mon sens. Je veux bien sure parler du fameux Laboratoire Européen d'Analyse Politique dont la lettre d'analyse LEAP2020 sort régulièrement  et du blog de monsieur Paul Jorion. Il ne s'agit pas ici d'un règlement de compte ou quoi que ce soit  de ce type, ni de jalousie de leur audimat, mais de voir les divergences profondes qui peuvent différencier mes propres analyses et celle de mes collègues avec ces deux sources de réflexion. Car la situation de l'Europe actuelle a clairement mis à nue les divergences qui peuvent exister entre les différents courants alternatifs. Je finirai d'ailleurs par une critique modéré des propos de monsieur Jacques Généreux dont j'apprécie globalement les réflexions mais qui possède à mon sens un point de divergence important qui souligne la différence entre la vision souveraine de la France celle d'un politique comme NDA, et la vision toujours internationaliste d'un homme comme Mélenchon. Car la rupture apparait dans la réaction global face à l'euro et personnellement je fais plutôt parti des euroseptiques de conviction et je n'ai jamais vraiment cru à l'UE et à l'euro.

 

Critique du dernier texte du LEAP2020  

 

  Je suis les analystes du LEAP depuis 2006 et ils ont toujours été très intéressant dans leur façon de penser. Iconoclastes on pourrait objecter qu'ils se sont quand même souvent planté annonçant toujours le pire ou en faisant des prédiction bien hasardeuses sur les cours monétaires. Je dirai tout de même que le principal reproche que l'on puisse faire à ce groupe dirigé par monsieur B est d'être des euro-béats. Aveuglé par leur raisonnement anti-anglo-saxon ils n'ont cessé depuis le début de valoriser l'Europe contre l'Amérique et la GB, l'une étant vertueuse les autres étant de dangeureux irresponsable. Et leur dernière lettre  d'analyse montre à quel point la haine peut les aveugler.

 

Ainsi d'après ce laboratoire d'analyse "inverses du discours dominant de ces derniers mois, sur le fait que non seulement l'Euro n' « exploserait pas » à cause du problème grec, mais qu'au contraire la zone Euro sortirait renforcée de cette étape de la crise " avec leur ton habituel de certitude gonflée aux hormones. Du reste l'inquiétude du LEAP face à la dévaluation de l'euro en dit long sur les intérêts qu'ils défendent ceux des possesseurs de capitaux.  Le plus drole c'est qu'ils affirment que le plan de 750 milliards d'euro est un signe positif de la reprise en main de l'économie financière par les états membres alors qu'ils affirmaient exactement l'inverse lorsque les USA injectait il n'y a pas si longtemps une somme semblable pour sauver leur système financier.  L'incohérence de la chose est assez démonstrative de leur idéologie européïste. Dans la suite du texte le LEAP nous affirme que l'Europe va sortir fortifiée de la crise, on ne voit pas bien comment, et le LEAP n'aborde pas l'eurodivergence des balances commerciales et monétaires. Mais ils sont à mon avis partisan d'une homogénéisation de l'Europe basé sur le fameux modèle Allemand qui n'a de modèle que le nom puisque son application à l'échelle européenne en annulerait les prétendus vertus.  Ils rêvent également tout bas d'une Europe impériale en remplacement  de l'Amérique l'euro remplaçant le dollars comme monnaie de réserve c'était aussi d'une certaine manière le rêve d'Emmanuel Todd dans "Aprés l'empire ". Rêve à mon sens dangereux puisque c'est l'internationalisation du dollars qui a été fatal à long terme à la puissance américaine,car en permettant à l'Amérique des déficits commerciaux permanent, il a rendu possible la totale destruction de l'appareil productif naguère le plus puissant du monde et de loin.  Une telle ambition pour l'Europe relève finalement du vieux mécanisme de la puissance, celle qui a permis les empire coloniaux dont nous payons toujours le prix historique, non le rêve de puissance ne nous mènera nul part ailleurs qu'au désastre.

 

Mais en dehors des USA la GB est leur deuxième cible. Puissance qui a eu l'outrecuidance de ne point rentrer dans l'euro celle-ci doit être puni par dieux... par le marché. Regarder ces pauvres anglais dont la monnaies s'est dévalué de 30% et dont le déficit publique devient abyssale et qui en plus est englué dans un problème d'instabilité politique.  IL parlent de crise historique pour la GB, je crois qu'ils oublie la période des années 70 et la période Thatcher. Enfin il oublie que le principale problème de la GB s'est la désindustrialisation et son corolaire le déficit commercial. Or j'ai fait un papier il n'y a pas si longtemps qui analysait la situation Britannique et les chiffres du commerce extérieur sont bon la balance des paiement est positive et le déficit de la balance commerciale s'est redressé. Voila qui est bien embêtant pour des partisans chevronné de l'euro alors ils n'en parle pas bien sure.   Je ne fais pas bien sure l'apologie de la GB on leur doit le néolibéralisme en Europe. Cependant le grand pragmatisme des anglais constitue un barrage certain aux délires technocratique issu du vieux continent et dont les gens du LEAP sont d'assez bon représentant.

 

Alors bien sure ils peuvent toujours dire: "En effet, même si leurs dirigeants se rendaient compte de la folie d'une stratégie consistant à isoler chaque jour un peu plus la Grande-Bretagne alors même que la crise mondiale passe à la vitesse supérieure, ils se heurteraient à cet euroscepticisme public qu'ils ont entretenu au cours des années passées." et nous pourrions leur répondre: " En effet, même si leurs dirigeants se rendaient compte de la folie d'une stratégie consistant à unifier chaque jour un peu plus la France à l'Europe alors même que la crise mondiale passe à la vitesse supérieure, ils se heurteraient à cet eurobéatitude publique qu'ils ont entretenu au cours des années passées." Quitte à faire du sophisme sans démonstration factuelle allons y n'est ce pas? En fait cette haine de la GB est bien compréhensible pour des européïstes qui voient leur château de carte s'effondrer, puisque l'Europe c'est un peu la raison de vivre de ce groupuscule. Passer sont temps à vomir sur le voisin est bien pratique pour éviter de voir les contradiction inhérente à l'euro et à la construction européenne. Et tout les grands discours ne changeront pas la fait que l'UE est l'homme malade de la planète se trainant avec des taux de croissance ridicule depuis plusieurs décennies et dont le taux de chômage était déjà proéminent avant la crise.  Et on peut rajouter cette constatation empirique, plus l'Europe s'unifie plus elle décline à l'échelle mondiale, étonnant non ?

 

Le blog de Paul Jorion la spéculation, toujours la spéculation, rien que la spéculation. 

 

  Je vais parler ici du blog de Paul Jorion, globalement et pas uniquement de monsieur Jorion car globalement les intervenants de ce site ont une grande proximité d'analyse et il faut bien dire que les propos discordant sont assez rare dans les commentaires. Je ne parlerais pas de la censure pratiqué sur ce blog, d'autres,  comme mon collègue RST en on fait leur cheval de bataille. Je constate par contre que certains sujet ne sont jamais abordé, des sujets qui sont quand même extrêmement important comme les balances commerciales  ou les problèmes de taux de change.

 

Le blog de Paul Jorion est uniquement consacré à la question de la spéculation  et l'analyse de monsieur Jorion se résume à attaquer cette dernière. Je parle ici bien sure de la question économique ne rentrant pas dans les prétentions scientifiques de certains textes présents sur ce blog. Pour Paul Jorion notre monde est uniquement malade de la finance et de sa cupidité, je n'est pas bien sure la volonté de dédouaner les financiers ils ont une partie de la responsabilité mais seulement une partie. Car Paul Jorion ne s'interroge pas sur l'origine du besoin latent de l'occident vis à vis de la dette, il ne s'attaque pas non plus aux problèmes des déficits commerciaux.  François Leclerc intervenant fréquent de ce blogue à tel point que l'on pourrait appelé ce blog de sont nom, n'a d'ailleurs jamais caché sont attachement au libre-échange. Et c'est là que le blog et les analyses de Jorion tombent par terre, il constate l'accroissement des inégalités, mais semble gêné dès qu'il s'agit d'en chercher l'origine. La spéculation est le résultat de la dérégulation mais aussi de l'accroissement des inégalité économiques. Les riches ayant des moyens de plus en plus grand tendent à ne pas savoir quoi faire de ces revenus, ils les jouent donc en bourse ou dans la spéculation immobilière.

 

Mais pourquoi une telle concentration de capitaux?  Les partisans d'économiste comme Jacques Sapir ou Jean Luc Gréau le savent pertinemment, c'est la libre-circulation des marchandises qui en est à l'origine. Faute de s'attaquer à çà il est illusoire de croire que l'interdiction des paris sur la fluctuation des prix ou quelque marotte marxiste que ce soit puissent régler le problème car les capitaux iront toujours à la recherche d'un moyen de s'auto-amplifier par la spéculation. La dernière prise de position d'Angela Merkel dont se réjoui Paul Jorion ne va faire que déplacer le problème, à la rigueur pourrait-il proposer le contrôle des capitaux à court terme mais il ne le fait pas.

 

 

 

   L'interdit qui frappe le blog de Paul Jorion sur la question des limites et des frontières est à mon avis caractéristiques des intervenants majoritaires de ce blog. Ils sont d'obédience marxiste et dont définitivement ennemis des nations, ils n'aiment pas les frontières et considère les solution nationales comme des non solutions. Car les marxistes s'ils ont bien des point de divergences avec les libéraux qu'ils conspuent ont aussi bon nombres de croyances en commun et celle de la fin des frontières et d'une humanité unifié en est un gros point. Les marxiste bien conscients des problèmes engendré par la mondialisation essaient donc de trouver des solution qui rentre toujours dans le même cadre post-national et ils font face, il me semble, à une butté infranchissable puisque c'est la mondialisation et la surpression des frontières elle même qui sont la cause de la crise, n'en déplaise à Paul Jorion. Il pourra inventé tout ce qu'il veux comme astuce pour règlementer la spéculation çà ne fonctionnera pas parce que la spéculation est en grande partie une conséquence et non la cause des problèmes. Il y a là une vrai divergence entre les alternatifs qui se retrouve d'ailleurs dans la sphère politique puisque le Front de Gauche et Debout la République qui sont deux partis alternatifs au partis classique s'oppose justement sur la question du fait national.

 

On échappera pas à une confrontation, il ne suffit pas de vouloir changer les choses encore faut-il savoir comment, et c'est bien les moyens qui font divergence. Je constat au passage que monsieur Jorion se réjoui de la remonté de l'euro comme dans le cas du LEAP on peut se demandé pour qui il roule. Pour ma part je pense que seule une forte dévaluation pourrait sauver l'euro à l'inverse de monsieur Paul Jorion, mais il est vrai que ce qui m'intéresse c'est la situation de l'industrie française et non celle des actifs financiers.

 

 

Jacques Généreux

 

 

 

La vidéo de Jacques Généreux fait partie de ces analyses pédagogiques et rationalistes telles qu'on aimerait en voir plus à la télévision. Bien qu'ayant de gros points de divergences avec les solutions de Généreux  cela fait toujours plaisir d'entendre un intellectuel construire une argumentation à l'ancienne avec des Si des Mais des Parce Que et des Donc et un bon vieux plan thèse, antithèse, synthèse,  conclusion. Il faut bien dire que le pays de Descartes semble atteint de pourrissement cérébrale surtout à la télévision où personne ne prend le temps d'écouter personne et où la politique se résume à des slogans publicitaires.

 

  L'intervention de Généreux si elle décrit très bien l'origine de la crise, sa genèse financière du moins, tout comme elle exprime les difficultés de la zone euro, révèle aussi un point d'achoppement avec les thèses que je défend et les hypothèses de sortie de l'euro. Car on voit bien à la fin de l'interview que la sortie de l'euro ne fait pas partie des solutions pour Jacques Généreux. Et vue le poids intellectuel de Généreux sur le Front de Gauche, je présume que sa position est également celle de son parti, les éventuels lecteurs appartenant au FG qui seraient en désaccords avec cette hypothèse peuvent bien sure le dire en guise de commentaire. Après tout Généreux peut très bien appartenir à un parti et avoir sa propre opinion sur la crise qui ne soit pas totalement en accords avec la ligne que son parti défend, ce serait étonnant mais pourquoi pas.

 

    Quoiqu'il en soit Généreux rejoint ici ce que je nommes les financiaristes à la suite de Paul Jorion, des gens pour qui la crise est essentiellement du à la finance et aux structures du  capital. Cela relève encore une fois plus du marxisme que du keynésianisme même si grâce à la propagande libérale bon nombre de personne confondent maintenant  les deux courants de pensés.   Je ferais donc les même remarques que pour Paul Jorion que fait donc Généreux avec l'eurodivergence? Comment faire pour établir la balance commerciale à l'intérieur de la zone euro, comment réagir à la stratégie individualiste de l'Allemagne? On brule des cierges et on prit en direction d'Angela Merkel?

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

Laurent Pinsolle 23/05/2010 13:24



Papier très intéressant. Sur LEAP, on peut rajouter qu'ils prévoient en permanence l'apocalypse imminente. Il y a un an, les Etats-Unis et la Grande Bretagne étaient censés faire faillite dès
l'été (2009), on voit ce qui est arrivé.


Sur Généreux, même si c'est un économiste très pédagogue, je suis assez déçu par ses réponses sur l'euro...



yann 22/05/2010 21:53



@Tous


Un peu hors sujet;


Merci pour les commentaires j'ai un gros problème pour accéder correctement à mon blog avec mon navigateur préféré Opera, je ne sais pas avec quel navigateur vous surfez mais dite moi, au cas où
vous l'utiliser, si  vous avez les mêmes problèmes. Je vais devoir me contenter de  Firefox en attendant.


 


@Olaf


Ce qui m'énerve le plus c'est cet espèce de nombrilisme chronique, c'est une constante chez certains et même s'il faut un certain égo pour oser s'exprimer, trop point n'en faut.


Sinon tu as raison le fait de gagner sa vie par ses livres et son blog fausse très certainement sont jugement. Et puis on entre vite dans la course à l'audimat quand on tient un blog, même quand
on ne gagne pas d'argent avec. On peut être tenté par la facilité, on va modifier ses propos pour plaire à un maximum et faire de l'information Omnibus comme disait ce cher Bourdieu. Je dois dire
d'ailleurs que moi même j'évite au maximum de regarder les stats du blog pour ne pas être influencé et pourtant je ne gagne rien du tout avec. C'est juste une affaire d'égo qui peut nuire à
l'honnêteté intellectuelle, il me semble que Jorion devrait en être conscient surtout en tant qu'Anthropologue.  


@valuebreak


Il est vrai que l'on ne peut pas être omnipotent et tout savoir sur tout. Cependant ici le problème n'est pas de l'ordre des limites humaines je suis persuadé que Jorion ou le LEAP font exprès
d'éluder certaines questions qui les dérangent. On a le même phénomène à gauche sur les problèmes d'intégration certain préfère ignorer les contraintes qui leur déplaise plutot que d'essayer d'y
apporter des réponses. Cela prouve en tout cas qu'on est toujours pas dans une période parfaitement rationnel j'ai même la désagréable impression d'un retour au pensés magiques.


 


Alors bien sure Jorion ou le LEAP font beaucoup pour ouvrir les esprits sur certains problèmes mais je ne souhaite pas échanger une doctrine par une autre, j'aimerais juste le retour du
rationalisme total dans les affaires humaines. Que l'esprit scientifique oriente  les affaires humaines plutôt que les intérêts ou les idéologies.


@RST


Oui je t'ai un peu caricaturé en parlant de cheval de bataille mais il faut dire que le nom Jorion a toujours un effet tout à fait fascinant sur toi. La monnaie se n'était pas vraiment ma
préoccupation ici. Ce qui me gène ce n'est pas qu'il est tort finalement, mais qu'il élude certaines parties très importantes de l'analyse économique  et je ne peux mettre çà que sur le dos
de son orientation idéologique. D'ailleurs quand il a annoncé la fin du capitalisme je crois qu'il n'y avait plus de doute quand à son orientation. Il a en plus tendance à faire du
sensationnalisme pour faire grimper l'audimat de son blog cela rejoint l'analyse de Olaf, il y a une contradiction entre le fait d'analyser l'économie et le fait de vivre de cette analyse. On le
peut le mettre dans le même sac que Patrick Artus ou Marc Touati du coup. Sapir ou Lordon n'ont pas ce problème puisque eux ont des postes stables qui les mettent à l'abri du besoin, ils sont
donc neutre par rapport à la chose qu'ils analysent, c'est un point très important pour  faire un raisonnement scientifique.


 


 


 



RST 22/05/2010 17:24



Ha oui, j'oubliais : très bon article, une fois de plus (si je peux me permettre)


Je vais arrêter de le dire, ça devient lassant



RST 22/05/2010 17:13




Yann


Tu déformes un peu les choses. Je n’ai pas fait mon cheval de bataille de la dénonciation de la censure pratiquée par Jorion. Je la dennonce effectivement quand je peux, compte tenu de la
notoriété grandissante du monsieur dont je partage le souci de lutter contre la spéculation et la finance. Le problème c’est que le combat qu’il mène est faussé dès le départ puisqu’il a une
analyse totalement erronée du fonctionnement du système bancaire. Comment peut-on prétendre résoudre un problème si l’on n’en comprend pas l’origine ? Cela pose bine évidemment la question
de savoir pour qui roule P.Jorion (en dehors de lui-même) ?




olaf 22/05/2010 14:13



La difficulté de Jorion, c'est de se retrouver en slip de retour des USA et du monde de la finance, étrange pour un anthropologue se revendiquant de Bourdieu qui l'aurait peut être qualifié de
"jaune".


Il a donc fait un business model où il a à vendre des bouquins ou cotisations pour vivre, rien de répréhensible, il fait comme il peut. Sauf que ça limite son indépendance, qu'il n'a pas à
l'évidence. Je suis vache, mais pas autant que la situation où il se trouve.


Après Woodstock, Altamont et la dure réalité des contingences bassement matérielles.