Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 20:59

    Ce n'est pas vraiment une nouvelle étonnante la crise a accéléré la prise de poids du géant chinois, la récession qu'à connu le japon en 2009 a permis à la Chine de lui ravir la place de numéro deux mondiale en terme de PIB. Certains journaux exultent et s'extasient devant le miracle, d'autres cherchent au contraire à manipuler les chiffres pour minimiser le poids de la Chine. Ainsi voit-on des économistes relativiser le PIB de la Chine en disant qu'en terme de PIB par habitant elle reste un poids plume et un pays sous-développé, ce qui est totalement vrai. Sauf que c'est justement cette situation qui permet à la Chine d'absorber une partie de plus en plus importante du tissu industriel mondial. Car l'autre chiffre qui a été moins mis à l'avant est le fait que la Chine est devenue le premier exportateur mondial devant l'Allemagne.

 

  Autre facteur qu'il faut prendre en compte c'est la sous-évaluation massive de la monnaie chinoise, en réalité ce pays pèse bien plus lourd qu'il n'y parait au premier abord. La Chine est le premier marché de portable au monde, le premier producteur de télé, de voiture, elle produit 38% de l'acier mondial et la moitié du ciment de la planète, mais officiellement elle n'a que le deuxième PIB mondiale....  Dans un monde où le système monétaire est  à change flottant comparer les nations avec un PIB exprimé en dollars ou même en PPA (parité de pouvoir d'achat) ne signifie en réalité pas grand chose. Une seule chose est sure, la Chine est de loin la première puissance industrielle en terme de quantité de production, et il fut un temps pas si lointain  où cette seule réalité faisait de vous la première puissance mondiale. Mais les occidentaux toujours promptes à ne pas regarder la réalité s'inventent des histoires rassurantes. La question du PIB par habitant est par exemple absurde pour mesurer le poids d'un pays, il est certain qu'il vaut mieux vivre en Norvège qu'en Chine cela ne fait pas de la Norvège une grande puissance. Une nation a imiter sous certains aspects certainement, mais pas une grande puissance. Que la population chinoise soit encore en grande partie pauvre assurément, mais l'on ne peut plus ignorer la masse économique chinoise en se disant que de toute manière on est quand même plus riche par tête. Les gens qui pratiquent ce genre de raisonnement on juste peur d'admettre que le centre du monde c'est maintenant l'Asie et rien d'autre. Évidement cela veut dire remettre en question les dogmes économique qui ont réussit l'exploit en à peine deux générations de transférer la totalité de la richesse productive de la planète de l'occident vers l'Asie, on comprend que certains devant la catastrophe cherchent à ignorer cette réalité pour ne pas avoir à se remettre en cause.  Une dictature est donc maintenant la première puissance économique réelle du monde on applaudit les artistes du néolibéralisme intégral.

 

La Chine actuelle est une fabrication occidentale, une fabrication du néolibéralisme

 

  Le bond spectaculaire de l'économie chinoise en l'espace de quelques générations aurait été impossible sans la mondialisation d'essence néolibérale. Le Japon qui a lui aussi su se développer à grande vitesse à la fin du 19ème et début 20ème n'a pas eu la chance de la Chine.A cette époque reculée où l'occident était encore peuplé de nations conscientes d'elles mêmes, le Japon n'a pu compter que sur son propre marché intérieur et sur ses étudiants qui partaient à l'étranger pour rapatrier des techniques et des savoir-faire. C'est ce qui explique que la croissance japonaise fut extrêmement inflationniste et très brutale pour le japon, il n'y avait pas d'entreprises occidentales délocalisant ses activités et donnant des usines clef en main. A la veille de la seconde guerre mondiale le japon était encore très en retard et ne rattrapa l'occident qu'après guerre, le libre-échange avec les USA n'étant pas étranger à ce rattrapage.

 

    Sans la mondialisation économique il aurait certainement fallu plus d'un siècle à la Chine pour faire ce rattrapage. C'est d'ailleurs l'argument préféré des libre-échangistes , qui présentent cela comme quelque chose de miraculeux, ils oublient bien sure que le prix à payer fut la destruction des économies productives d'occident. Sans compter le fait que cette croissance fulgurante à assis la légitimité désormais très forte du parti communiste chinois. Si la Chine avait du se développer toute seule il y aurait eu certainement de grands bouleversement sociaux et politique et peut-être une démocratisation. A l'inverse maintenant que l'occident décline et que la Chine monte vous pouvez être assuré que la démocratie va sortir grandement affaiblit de ce changement de rapports de force à l'échelle internationale. De quoi légitimer n'importe qu'elle dictature sur la planète.

 

On a assisté ces trente derniers années à un jeu de vase communicant sans enrichissement réelle mais à un  transvasement de richesses du bas vers en haut de la pyramide des revenues que ce soit en occident ou en Chine. D'un coté la production en Chine permettait de dévaluer le travail salarié en occident permettant aux classes sociales aisées de se passer des ouvriers d'occident et donc de ne plus participer à la répartition des richesses à travers la hausse des salaires, c'est la fameuse classe mondiale actuelle très cosmopolite et haineuse face au méchant nationalisme. De l'autre la Chine a eu un moyen de s'industrialiser gratuitement, c'est à dire sans avoir à faire les investissements nécessaires dans l'humain et la machine pour faire ce rattrapage. Elle pouvait augmenter sa production sans augmenter les salaires grâce aux exportations donc pas d'inflation. Grâce à son ingénieux système de protectionnisme à long terme, elle a su sortir gagnante d'un duel avec les élites occidentales prêtent à vendre nation, peuple, père et mère pour quelques profits supplémentaire. En fait la victoire de la Chine c'est la victoire du patriotisme sur le l'individualisme occidental, si cela pouvait au moins servir de leçon à certain tout ne serait pas perdu.

 

Le vertige occidental face à néant qui l'engloutit

 

  Les élites occidentales n'ont pas encore complètement perçu la gravité de leur situation et les conséquences de leurs actes. Ces élites continuent de rêver à un marché chinois qui achèterait une myriade d'objets hitech provenant de chez nous. Cette vision est le résultat d'une incompréhension totale de l'industrialisation et du procès de création qu'il soit technique, scientifique, artisanale ou agricole. Nous sommes dirigés par des gens qui ont une culture purement commerciale et une vision purement marchande des relations entre nations et individus. Pour faire des techniques avancées ils faut avoir les mains dans le cambouis, on ne peut pas réellement avancer de façon abstraite sans un mélange entre la pratique et la théorie, Alcatel en sait quelque chose. Et de toute façon la quantité d'ingénieur et de scientifique que produit la Chine chaque années est largement supérieure à ce que produisent les USA et l'UE réunies, les centre de recherche eux même vont donc s'installer en Chine. Et une fois la Chine en tête dans la fabrication technique elle ne partagera pas ses savoirs, toute l'histoire de la Chine montre une xénophobie relativement forte et un faible penchant pour la générosité envers l'étranger. Par exemple la chine a gardé le secret de la soie pendant des siècles pour maintenir son monopole, faire sortir un ver à soie était ainsi puni de mort. Il en sera de même demain quand nos pays se retrouveront en retard et ne pourront bénéficier des techniques nouvelles chinoises. Les chinois ne sont pas des occidentaux et ne raisonnent pas comme nous à court terme, c'est ce qui explique la durée de vie de cette civilisation qui est la seule à avoir connu l'age du bronze et a être encore en vie sur terre. Plutôt que de continuer l'échange asymétrique avec l'occident la Chine se fermera progressivement une fois qu'elle aura acquis sa domination technique. Elle ne sera ouverte qu'avec les puissances capables de lui fournir des matières première, elle ira d'ailleurs peut-être se servir tout seule. Elle ne commercera qu'avec ce qu'elle pense être son pré-carré l'Asie de l'est le Japon, peut-être l'Australie, l'Europe et les USA croupiront elles dans ce qui sera le nouveau tiers-monde.

 

Car la Chine n'a plus besoin de nous, mais nous ne pouvons plus nous passer d'elle. Plus le temps passe plus il sera difficile pour nos nations de réindustrialiser, la perte des savoir-faire étant en effet irréparable. Il faudrait former de nouveau jeunes à certaines techniques pour mettre en place des secteurs industriels mais s'il n'y a plus personne pour les leurs enseigner comment fera-t-on?Sans parler des machines outils et de tout le matériel nécessaire à une production moderne, tout rebâtir à la base prendrait des siècles. La rupture que connait l'occident à l'heure actuelle est sans précédent historique dans son ampleur, et les mirages de la société post-industrielle vont vite s'estomper lorsque les pénuries commenceront à apparaitre dans les magasins. On en aura plus rien à faire des vendeurs quand ils n'auront plus rien à vendre.   A cette débandade industrielle s'ajoute en plus la destruction de notre agriculture et son incapacité à survivre sans pétrole, çà aussi c'est une première dans l'histoire . Nous vivons une époque charnière il est encore possible de réparer, du moins en Europe, mais dans 10 ou 15 ans ils sera probablement trop tard. L'arrivée de la Chine comme deuxième puissance mondiale si tôt est donc un symbole non pas de la puissance de ce pays, mais de la stupidité fondamentale d'une société mue uniquement par des intérêts individuels et égocentriques. La Russie a bu le communisme je crains malheureusement  que le néolibéralisme n'est bu l'occident.

 

PS: A voir sur Marianne un interessant interview d'une spécialiste de la Chine partie 1 et partie 2 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

yann 25/08/2010 20:11



@RST


Il faut croire que l'expérience des uns ne sert vraisemblablement pas aux autres. La Chine semble effectivement faire les mêmes erreurs que nous pendant les trente glorieuses, ils le regretteront
un jour. On peut déjà imaginer la gueule des villes chinoises lorsque les banlieues en béton qu'ils auront construit auront les mêmes problèmes qu'en France mais à l'échelle de la Chine.
Finalement la Chine ressemble plus à la France des années 60 qui a perdu le lien avec son passé qu'avec le Japon qui a lui réussit à  conserver  une part de son histoire.


 


Pour ce qui est de la dépendance à l'occident en matière culturelle, il faut attendre. A l'heure actuelle les USA continuent de contrôler l'image mondiale. Mais lorsque la Chine sera la première
puissance du monde officielle et que l'Amérique sera synonyme de bidon-ville il y a fort à parier que l'influence US dans ce domaine aura disparu. Dans les 20 ans qui viennent nous verront la fin
du soft-power US car il est indubitablement lié à la domination du dollars et du système économique centré sur les USA. On pourrait même voir un  recul de l'anglais au profit du mandarin et
des langues asiatiques dans les sciences. Quand plus de 50% des publications scientifiques dans le monde viendront d'Asie nul doute que la langue scientifique deviendra le chinois. Il y a déjà
 eu des langues dominante dans l'histoire comme le français, et à chaque fois le déclin des puissances a entrainé  à retardement le déclin de la domination culturelle. Le latin a
continué longtemps après la mort de Rome à dominer, mais il a fini par disparaitre il en ira de même avec la puissance culturelle US et l'anglais internationnal. 



RST 25/08/2010 17:12



@ Yann


Article excellent, merci.


Le prix à payer du développement de la Chine est la destruction des économies productives d’occident mais aussi de la Chine elle-même, de son histoire, de sa culture. Le pays s’occidentalise à
vitesse supersonique, faisant table rase du passé. On le constate dans l’architecture des mégalopoles, dans le fait que les chinois occidentalisent leurs noms pour optimiser les contacts dans le
business. Comme j’ai eu l’occasion de l’écrire sur mon blog il y a quelque temps déjà, pour le dépaysement typique « made in China », il vaut mieux se balader dans les Chinatown
de  Kuala Lumpur en Malaisie ou de Yokohama au Japon qu’à Shanghai ou Dalian


Tu dis : « Les chinois ne sont pas des occidentaux et ne raisonnent pas comme nous à court terme » tu as en partie raison, notamment pour leur rapport avec le temps qui n’est
certainement pas le même que le notre. Mais pour combien de temps encore ?


« la Chine n'a plus besoin de nous » Pas si sûr. Je pense que tu sous-estimes l’attrait du monde occidental, du monde de l’homme  blanc sur les Chinois. Il n’y a qu’à
voir l’explosion de la chirurgie esthétique dans ce pays où les femmes se font débridées les yeux pour ressembler aux occidentales. Une anecdote révélatrice selon moi : la sculpture censée
célébrée les 50 ans de Dalian grande métropole de la côte, fleuron de la construction navale, représente deux enfants aux traits nettement occidentaux, à croire qu’elle a été fondée par … des
blancs !