Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 21:39

 

sysiphe.pngBon c'est décidé, Yann reprend du service. Vous allez me dire qu'il était espèce de fainéant et vous n'auriez pas tort de le dire. C'est que la tenue d'un blog est un exercice difficile et de longue haleine. Il faut de l'inspiration et de la motivation. Ce blog existe par intermittence depuis 2009. Il fut créé après glorieux, mais trop fugace blog Horizon de l'ami Malakine aujourd'hui disparu du NET. Le temps a passé, les idées se sont affinées, et la France a continué de couler comme prévu et même plus vite que prévu. L'euro est un fiasco, l'Europe un cimetière, et l'occident tout entier agonise pendant que le reste du monde se demande comment se débarrasser du cadavre de l'Ouest pour éviter que les émanations n’empuantissent la planète. Je caricature bien sûr ici. La Chine a encore besoin de pratiquer sur nous le cannibalisme pour grossir encore un peu, le temps pour elle de nous remplacer. Il ne faudrait cependant pas qu'elle succombe à son tour à fort de manger de la viande avarié.

 

Que le temps passe vite finalement. Je me rappelle de l'élection de Sarkozy et de ses idées ridicules. Sarkozy ses amis milliardaires et son Tee Shirt NYPD. Sa passion dévorante pour l'argent et son peu d'intérêt pour la nation sauf dans les discours. Et le voilà tout penaud se présentant comme le remplaçant idéal au guignol qui dirige ou fait semblant de diriger le pays depuis 2012 . En attendant on nous sert toujours les mêmes recettes, toujours la même démagogie libérale. Tapons sur les pauvres, les fonctionnaires, la dette dont on ne sait même pas d'où elle vient. Et partout dans les médias l'on entend la même ritournelle, baissons les dépenses publiques, luttons pour la sainte compétitivité. Pourquoi on ne sait pas, mais c'est ce qu'ils font ailleurs alors, faisons pareil ? Coincée entre paresse et bêtise, stupidité et dogmatisme religieux, l'élite française, qui n'a jamais porté aussi mal son nom, continue d'occuper le seul terrain qu'elle connaît, celui de la communication. Et malheur à ceux qui ne rentrent pas dans le champ lexical de la communion libérale. L'on peut critiquer Éric Zemmour sur bien des choses, notamment sur ses obsessions migratoires, et son argumentation bien peu scientifique dans sa démarche. Il a au moins le mérite de mettre les dominants en face de leurs erreurs. Et que d'erreurs depuis quarante ans ! Je ne sais si c'est parce que nous sommes aujourd'hui bien mieux informés que par le passé sur l'action des hommes politiques. Ou si c'est parce que la nullité des dirigeants actuels n'a aucun précédent historique. Mais nous devons bien admettre que nous vivons au moins un temps exceptionnel sur ce plan.

 

La mondialisation c'est la crise !

 

C'est que les élites ne semblent pas encore s'apercevoir que c'est toute la structure économique que l'on appelle doctement « Mondialisation » qui est source des déséquilibres dont ils s'émeuvent par ailleurs. N'ayant plus aucun concept d'intérêt général dans leurs têtes et réduisant l'action collective à une juxtaposition d'intérêts individuels disparates, elles sont perdues. Elles agissent dans le vent, combattant des moulins tels Don Quichotte . Et que l'on ne s'étonne guère de ne voir comme solution que des emplâtres sur des jambes en bois. L'Allemagne qui accumule des excédents commerciaux, et qui se plaint en même temps du déficit de ses voisins qu'elle a elle-même creusé. Les USA qui pensent qu'en injectant de l'argent inlassablement vers les banques et les multinationales ils vont relancer leur croissance. La Grande-Bretagne qui part en chasse contre ses pauvres. Le Japon qui se met à faire comme l'Amérique avec le même succès. Et la Chine qui devient officiellement la première puissance économique mondiale au moment même où elle tombe en panne. Mais ce n'est guère un hasard qu'un pays qui vit essentiellement de ses exportations tombe en panne au moment où il devient trop gros par rapport aux pays vers lesquels il exporte. Et que dire de l'effroyable déconnexion entre production et consommation qui touche l'économie chinoise, un pays où l'on épargne 50 % des revenus et où la part de la consommation locale n'a cessé de décroître ces dix dernières années. La Chine comme l'Allemagne n'ont jamais autant ressemblé au contraire des USA. Ces pays sont tout aussi extravertis et déséquilibrés. Des pays dont on fait malheureusement des modèles alors qu'ils sont tout autant responsables de la crise que les pays déficitaires.

 

Nous voilà donc en cet octobre 2014 dans un monde qui vacille encore une fois. Un monde qui continue à défendre un modèle qui porte en lui les germes de la misère planétaire et qu'il ne faudrait surtout pas commencer à remettre en question. Laurent Pinsolle se désole sur son blog de l'accélération de l’agenda néolibérale en France, alors même que paradoxalement c'est bien cet agenda qui est appliqué à la lettre depuis quarante ans. Que dire d'autre sinon continuer inlassablement à expliquer et à tordre les évidences libérales qui ne sont évidentes que pour quiconque n'a jamais réfléchi aux questions économiques et monétaires.

 

-Non, le but d'un pays n'est pas d'exporter, mais de pourvoir à ses propres besoins. La France ne devrait importer que des matières premières. Il est absurde pour un pays qui a des millions de chômeurs d'importer des marchandises qu'il pourrait produire lui même. Surtout lorsque ce pays accumule les déficits commerciaux et exporte ses capitaux.

 

-Non, les excédents commerciaux ne sont pas possibles dans tous les pays en même temps, de sorte qu'un pays en excédent mettra forcément à mal le pays en déficit. Un système économique mondial n'est viable que s'il instaure une obligation d'équilibre des balances des paiements.

 

-Non, le marché ne s'autorégule pas, il n'y a aucune raison pour que la somme des actions individuelles soit égale à l'intérêt collectif.

 

-Non, l'inflation n'est pas l'ennemie des salariés, c'est même historiquement le contraire.

 

-La concurrence ne fait pas forcément baisser les prix. Et la baisse des prix n'est pas forcément une bonne chose si elle met à mal l'investissement.

 

-Le commerce n'est pas la source du progrès économique, c'est la technologie et la productivité physique qui l'est. Et parallèlement l'accès à des ressources de matières premières. Mettre le commerce au cœur de l'économie comme s'il était à lui seul le moteur de la croissance est l'un des dogmes les plus puissants et les plus erronés des temps modernes. Que certains pays aient construit leur prospérité sur le malheur d’autrui n'en fait pas des modèles à imiter, c'est même plutôt le contraire.

 

-Non, la concurrence ne doit pas avoir pour but l'amoindrissement des salaires, mais l'accroissement de la productivité du travail physique. De sorte que la concurrence n'a de sens qu'entre égaux. Faire entrer en concurrence les salariés du textile français avec ceux du Bangladesh n'améliore pas la productivité physique globale, elle ne fait que réduire les salaires. Il va falloir expliquer aux libéraux ce qu'est la concurrence. Ils n'en comprennent manifestement pas le sens.

 

Je pourrai continuer longtemps à citer les pensées fausses du libéralisme, mais il m'en faut garder pour de prochains textes. Quoi qu'il en soit, les temps sont troubles, et l'avenir incertain. La seule certitude que nous ayons c'est qu'une prochaine catastrophe va se produire en Europe ou ailleurs, car aucune des contradictions inhérentes à la mondialisation n'ont été surmontée. La sous-rémunération du travail à l'échelle mondiale, et les déséquilibres commerciaux qui s'aggravent à nouveau, ne peuvent que produire une nouvelle crise. Peut-être qu'elle partira cette fois d'Asie, le nouveau centre productif du monde étant en état de surproduction avancé comme le signal Patrick Artus. Elle ne devrait pas partir d'Europe, car c'est ce que prévoit l'homme qui s'est toujours trompé Jacques Attali. Sinon je vous retrouverai régulièrement sur le blog pour faire le point. Du moins le plus régulièrement possible. Il est temps de faire vivre à nouveau la pensée souverainiste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

Lelien 28/10/2014 15:42


Ca fait plaisir de voir que tu reprends du service!

yann 22/10/2014 23:15


 


Je m'excuse pour les retards dans mes réponses. Je n'ai pas le Web en permanence pour des raisons personnelles donc je réponds quand je peux.


 


@RST


 


Oui je suis un grand fainéant et je l'assume.


 


@ jard


 


Je n'étais pas bien loin en fait.


 


@José


 


Merci


 


@tocquelin


 


Merci. Je ne sais pas si mon esprit est éclairé, mais il est effectivement indépendant c'est déjà çà.


 


@D.T


 


Je vais lire çà.

tocquelin 17/10/2014 23:06


merci a Yann de revenir Nous avons besoin d'esprits indépendants car nous vivons une époque très dangereuse

José 15/10/2014 21:09


Au grand plaisir de vous relire!

A-J Holbecq 15/10/2014 18:40


Bravo Yann, j'espère que tu pourras émettre des billets assez régulièrement .


 


@ DT : Nouvelle Donne, c'est pas exactement l'inverse des souverainistes, des européistes convaincus ?