Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 10:47

    La vidéo qui suit représente bien les illusions qui peuvent se produire lorsque l'on raisonne de façon cartésienne c'est à dire en cloisonnant ses réflexions dans un cadre trop limité. Les deux comiques de gauche suivant nous explique en gros les positions de l a gauche française sur le problème des retraites. En réalité il n'y aurait pas de problème parce qu'en fait les gains de productivités feront qu'en réalité en 2040, chaque français produira bien plus de choses par tête qu'un français de 2010. De quoi subvenir aux besoins des vieux, même plus nombreux. Ils critiquent donc à juste titre la vision statique de la droite patronale qui fait ses calculs à niveau de productivité constante.

 

 

 

 

   Cependant ce que nos deux zigotos n'ont pas réalisé c'est qu'il raisonne eux aussi avec des axiomes qui ne seront peut-être pas vrai dans le futur proche. En fait, on peut même faire des scénarios bien plus noir que ceux du gouvernement. Il y a deux arguments imparables qui peuvent nous conduire à des futurs extrêmement dangereux qui condamnerait tout système de retraite qu'elle qu'il soit.

 

1-Le choc pétrolier

 

  La productivité du travail telle qu'elle s'est faite depuis le début de la période industrielle s'est assise sur l'énergie fossile, énergie dont nous savons pertinemment qu'elle est en train de s'épuiser.  Il s'en suivra donc une hausse progressive du coût de l'énergie, hausse qui ne pourra être éviter sauf révolution technique actuellement inexistante. Cela aura donc comme conséquence une baisse et non une hausse de la productivité physique. Puisque nos deux amis de gauche font les malins en citant  l'agriculture en exemple se sont ils seulement demander comme faire pour produire la nourriture actuelle sans pétrole? La réponse elle est dans les documents que j'ai fourni récemment, c'est impossible. Pour nourrir la population sans pétrole, il faudra complètement changer notre agriculture et dans tout les cas il faudra nettement plus d'agriculteur qu'à l'heure actuelle donc une baisse de la productivité de chaque agriculteur et une hausse des prix de la nourriture. Ce sera la même chose dans l'industrie il faudra complètement réorganiser nos systèmes de productions et trouver des ersatz à nos produit utilisant du pétrole et des matières rares. Bien malin celui qui pourra prouver que tout cela permettra tout de même une hausse de la productivité du travail. Il y a plus de chance que la productivité baisse pendant la transition qu'elle n'augmente. Or si nous admettons une baisse de la productivité du travail les estimations sur les retraites deviennent bien plus pessimistes que celle du gouvernement car non seulement le nombre d'inactifs augmente par actifs mais en plus chaque actif se met à moins produire d'où un appauvrissement inéluctable. Il y a de forte chance qu'en telle situation les retraites soient purement et simplement supprimées. On ne doit pas prévoir le futur en le prolongeant avec une droite ce n'est pas comme cela que çà marche le monde réel. On peut être progressiste sans pour autant s'illusionner sur le progrés en lui même, car il est souvent chaotique et non-linéaire pouvant même s'inverser momentanément l'histoire le montre.

 

2-La désindustrialisation

 

  Le deuxième argument est que nos pays produisent de moins en moins de choses et que nous importons de plus en plus ce que nous consommons. Dans ce cadre et en prolongeant dans quelques décennies on ne peut que conclure à une paupérisation absolue de la population française. En clair à l'heure actuelle,et en prolongeant l'évolution présente, la France de 2040 sera un pays pauvre ne vivant que du tourisme et de trafique, rien qui ne pourra subvenir aux retraites des travailleurs actuels. On peut également souligner qu'une bonne part de la productivité française actuelle est fictive, car en important des produits fabriqués dans des pays à bas coût nous importons leur productivité qui vient gonfler artificiellement la notre d'un point de vue comptable.  D'où cette illusion d'une productivité qui progresse alors que toute les usines ferment ce qui est paradoxale puisque normalement une productivité en hausse devrait au contraire nous prémunir des délocalisations.  Le fait est que la productivité n'est qu'une illusion comptable. Dans ce cadre non plus les retraite ne pourrons pas être sauvegardées et cela s'ajoute au premier point du pic pétrolier. Les deux scénarios s'additionnant  produirait  un futur  d'une noirceur inimaginable avec retour des famines et mort prématurée des individus ce qui règlerait de facto le problème les retraites, comme à l'ancienne si je puis dire.

 

Conclusion

 

Le problème des retraites n'en est pas un, il faut cesser de raisonner en terme de vieillissement et de part des actifs. Ce qui assurera les retraites c'est avant tout la sauvegarde de notre tissu industriel et la pérennité de nos modes de productions. La priorité des priorités c'est de sauvegarder une capacité de production qu'elle soit agricole ou industrielle car tout le reste découle de cela, il faut abandonner les raisonnements comptables  quine sont qu'illusion. Nous devons avant tout nous attaquer aux problèmes énergétiques, à la mondialisation libérale et à l'union européenne. Car au final  bien nous occuper de nos salariés et de nos entreprises d'aujourd'hui  est la seule façon de protéger nos retraités de demain.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

erick 06/09/2010 21:27



@ Joe L


Exigeant avec les autres moins avec moi ... Je n'ai pas lu l'article cité


Voila mon impatience calmée, alors.


Bien à vous


 


 



valuebreak 05/09/2010 21:37



bonsoir Yann.


je voudrais rajouter un point 3 et un point 4.


3. si les gains de productivité suffisaient, on aurait pas besoin de recourir à l'emprunt pour financer les retraites alors que c'est pourtant le cas. si la France devait emprunter plus cher dans
les années qui viennent,, cela renchérirait considérablement le coût des retraites sans même une variation des autres paramètres.


4. une baisse de l'euro de, mettons 20% ou davantage, renchérirait le coùt de tout produit importé et diminuerait ipso facto la productivité ... une hausse de l'euro du même ordre produirait une
nette dégradation à l'export, conduisant à une décélération des etp...


5. enfin et surtout, la gauche comme la droite considère que si nous augmentons la productivité mettons par deux en 20 ans,  nous vendrons forcément deux fois plus de richesses, à
l'intérieur ou à l'extérieur. dans leur monde, il n'y a pas de place pour un effondrement de nos exportations et/ou de notre consommation intérieure en suite à une modification de la psychologie
des masses qui deviendraient plus prudentes ...



Joe Liqueur 05/09/2010 19:36



@ Erick


Dans un billet tout récent, Yann proposait tout de
même ceci :


-Rompre avec l'Europe et pas uniquement avec l'euro (il parlait bien sûr de l'Union européenne et non pas de l'"Europe").


-Dénoncer le libre-échange et annoncer que la France sort de l'OMC et ne respectera plus les traités.


Si cela ne vous suffit pas dans le genre "mettre les pieds dans le plat", c'est que vous êtes vraiment exigeant… peut-être trop !


@ Yann


Dans le billet en question, vous avez juste omis de citer l'UPR, que vous connaissez pourtant, et dont les propositions vont EXACTEMENT
dans le sens que vous indiquez (je me permets de copier ce bout de commentaire sur la page concernée). Il est vrai qu'à l'UPR (j'en suis) nous avons quelque réticence à envisager des alliances
avec les diverses tendances souverainistes "étiquetées" à droite ou à gauche et par ailleurs bien plus modérées que nous en termes d'indépendantisme (précisément). Mais c'est délibéré (j'en
profite pour répondre au passage au commentaire fort pertinent de Mister Jacquot). En gros il nous faudrait :


 


1/ Convaincre tout ce beau monde d'adopter des positions idéologiques plus neutres - et là, il faudrait par exemple convaincre les gens du POI de mettre leur marxisme en veilleuse, les orphelins
de Villiers de mettre leurs bondieuseries en veilleuse, les déçus d'E&R de mettre en veilleuse leurs gesticulations "antisionistes" à caractère pétomane, etc : pas évident.


2/ Convaincre tout ce beau monde d'adopter pleinement cette position centrale que vous avez le grand mérite d'exposer sans détours : rompre avec l'Union européenne et non pas seulement avec
l'euro - vous admettrez qu'avec les gens de DLR, ce n'est pas du tout évident !


Vu l'urgence, vu la gravité de la situation, nous pensons qu'il n'est plus temps d'élaborer des stratégies d'alliance plus ou moins tortueuses et sophistiquées. C'est pourquoi nous avons adopté
le principe du rassemblement transpartisan large, centralisateur et sans conditions ; et c'est pourquoi nous nous y tenons fermement.


Au fait, Mister Jacquot, vous avez oublié les déçus du P"S", du P"G" et du P"C"F, encore une longue cohorte… Ils sont quelques-uns à l'UPR.


Pour finir je précise que le choix du terme "indépendantiste" me paraît tout à fait judicieux… et aussi que l'UPR est ouverte aux doubles appartenances. Citoyen de DLR, si tu adhères à l'UPR, on
ne te demandera pas de jeter au feu ta carte DLR… (ce n'est qu'un exemple).


Dernière chose : si je devais moi-même choisir un nom pour ce parti indépendantiste, je ferai encore plus sobre et direct : DEF - Démocratie En France.



betov 05/09/2010 10:02



"sauf révolution technique actuellement inexistante"

La position qui veut que ce qui n'existe pas... n'existe pas, est trop courte. On sait que les brevets ont, entr'autres comme objet d'interdire l'accès de la concurrence à une chose dont on ne
veut pas qu'elle existe dès maintenant. Exemple type: Le moteur Stirling.

http://www.moteurstirling.com/applications1.php

Ensuite, il y a le problème de désintérêt sur des méthodes connues mais rejetées pour de mauvaises raisons. Exemple type: Le thorium, qui, bien qu'il soit une ressource importante, a le
désavantage majeur de ne pas déboucher sur... des armes atomiques (???!!!).

http://www.enerzine.com/2/3463+L-Inde-pourrait-alimenter-ses-centrales-au-Thorium+.html

Egalement, des choses qui, bien que certaines en pratique, ne sont pas encore au point. Exemple type: La torsion magnétique (fusion).

L'article passe bien légèrement sur le fait que si le pétrole est incontournable, c'est bien parce que l'on a voulu qu'il en soit ainsi. Les pays "émergés" n'auront pas cette volonté.




Erick 05/09/2010 03:59



Yann


Je vous lis avec plasir, j'apprends des choses, et parfois même vous ne rendez colère ;-) . J'ai l'impression , tout comme pour Zemmour, que vous tournez autour DU problème sans l'aborder. Le
problème est idéologique et cette idéologie à sa Sainte Chapelle à Bruxelles. Il est temps de mettre les pieds dans le plat, et dire que la Communauté Européenne n'est et ne sera pas la solution
(tant que le dogme sera) Il faut donc en Sortir point.


Reprenons notre destin.