Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 23:02

  La recherche fondamentale expliqué par un chercheur français émérite Jean Robieux, un des créateurs du principe de fusion nucléaire par laser. Cette vidéo a été faite par Solidarité et Progrès une organisation que je n'apprécie guère sur certains aspects, ils sont peu enclins au débat et font preuve d'un certain sectarisme. Mais cette intervention d'un grand scientifique est extrêmement intéressante. Jean Robieux explique notamment le rôle joué par le Général de Gaulle dans la recherche française et son orientation. Il explique aussi les perspectives de développement de la fusion nucléaire par laser, il n'est pas un partisan d'ITER  projet controversé et dont l'explosion des coûts pourrait d'ailleurs lui être fatal. Je pense qu'en cette période de contrition économique, période qui sacrifie l'investissement pour engraisser des banques, il est bon de rappeler d'où vient le progrés et l'amélioration de la qualité de vie de nos concitoyens.

 

Ce ne sont pas les riches, les banques, les marchands ou les footballeurs qui ont fait avancé l'humanité, mais les créateurs, les  scientifiques, les artistes et les intellectuels. Il est peut-être temps de rendre à ces derniers la place qui leur revient en commençant par investir massivement dans la recherche scientifique. L'énergie est la priorité des priorités pour les années avenir et l'argent gaspiller à sauver les rentiers serait bien mieux employée à créer les énergies du futur quelque soient ces dernières biomasse, biocarburant de seconde génération ou fusion nucléaire. L'important c'est aujourd'hui de mettre des moyens humains massifs vers cet objectif comme avait su faire le Général de Gaulle ou Kennedy avec le programme spatial américain. Sans ces investissement s d'hier il n'y aurait ni téléphone portable, ni ordinateur, ni laser, ni satellite, et la sacro-sainte croissance aurait été bien mince.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans politique
commenter cet article

commentaires

yann 04/07/2010 23:22



@Red2


 


Pour ce qui est du déclin de la science dans les cursus des élèves cela a commencé dans les années 90, je me rappel que déjà à l'époque les profs se plagner de la baisse des effectifs. Mais à mon
avis c'est que les jeunes s'adapte au marché de l'emploi français les USA ont connu le m^me processus mais avec 10 ou 15 ans d'avance comme d'habitude. Avec le libre-échange et la
désindustrialisation on a dévalué l'emploi technique et scientifique, pas uniquement les filières pointu çà touche tout les niveaux. Et le fait est que le marché de l'emploi en France pour les
gens formés en science n'est vraiment pas terrible.  Comme on préfère importé les produits finis d'Asie les ingénieurs et les techniciens de France ont perdu leur utilité. Il suffit de voir
le nombre de postdoc qui partent à l'étranger. Ces gens très formés qui ne trouvent pas à s'employer en France il parle à leur famille leurs amis à leurs proche. Et aujourd'hui les jeunes savent
qu'une formation scientifique ne garanti pas l'emploie loin s'en faut donc ils s'en détourne. 


 


Bien sure tout ceci est un raisonnement à court terme dès que la France arrêtera ses délires libre-échangiste et européiste les métiers essentiels reprendront leur places et là effectivement on
aura une grave pénurie de techniciens, d'ingénieurs et de scientifiques, on risque même de manquer d'agriculteur. Bref on va manquer de tout les métiers qui produisent quelque chose.


 


Pour ce qui est de la complexité de la science elle a toujours existait. Je ne crois pas que l'industrie soit vraiment plus complexe aujourd'hui qu'il y a 50 ans. Je pense même que les médias
modernes comme internet simplifient grandement l'accès à l'information et donc accélèrent la compréhension même grossière de l'intérêt de telle ou telle technique. On ne demande pas aux
politiques d'avoir des connaissances pointus dans tout les domaines, personne ne le peut, mais au moins d'avoir un intérêt pour les sciences et l'industrie, pas besoin d'être doctorant en
physique des plasmas pour voir l'intérêt de la fusion nucléaire par exemple. C'est quelque chose d'intuitif. Il faut des esprit curieux et ambitieux. Comme disait Einstein mieux vaut un esprit
bien fait qu'un esprit bien plein, c'est valable pour les scientifique comme pour les politiques.



red2 04/07/2010 20:07



@Joe Liqueur


D'accord avec vous sur a peu près tout. Et puis de toute façon il y a une place et un besoin pour le nucléaire et le solaire, simplement je pense que les temps de développement ne sont pas les
mêmes en mettant l’investissement nécessaire dans les deux filières on peut espérer un développement massif du solaire a court terme et espérer peut être un réacteur expérimental de fusion
nucléaire dans 50-100 ans.


"A propos de la conquête spatiale : c’est pour demain si on le décide ; d’ailleurs l’homme sur la Lune c’était il y a déjà 40 ans ; il a suffi que Kennedy le décide."


bravo pour cette phrase, on pourrait faire la même au niveau Français avec Ariane, Airbus, le TGV, les programmes nucléaire civil et militaire… Mais ne jamais oublier quand même que si tout ces
projets ont pu fonctionner c’est parce que les participants avaient une vision y croyaient, aujourd’hui je pense que c’est ce qui manque le plus...




red2 04/07/2010 19:05



J’avais bien compris que tu ne faisais pas la pub de la fusion nucleaire, simplement ça me fait toujours râler de voir comment le nucléaire sait se vendre quand le solaire galère a se faire une
place digne dans les medias traditionnels et alternatifs….


 


Sinon, je suis évidemment d'accord avec toi sur le manque de place fait à la science aujourd’hui. C’est assez critique de mon point de vu, surtout dans l’université ou :


 


- les filières de commerciaux parasites et autre manager sont pleines a craquer dans de superbes bâtiment neuf en centre ville bien souvent. (Comme celles de Droit d’ailleurs).


 


 


les humanités  sont compléments saturées, il faut dire que c’est plutôt sympa de se faire plaisir a acquérir une culture générale de qualité en vivant une pseudo vie de boheme…
(je suis un peu sévère mais pour moi l’histoire, la littérature et la politique  sont des plaisirs et le minimum de culture que se devrait d’avoir tout citoyen responsable…)


 


Les réelles filières scientifique ou effectivement il faut faire un minimum de math et d’effort, qui agonisent par manque d’étudiant… Et en plus quand elles existent et fonctionnent comme les
écoles d’ingénieur on supprime de plus en plus de cours de fond sur la physique de la spécialité pour les remplacer par du vernis et des cours de communication…


 


Tout ça parceque aujourd’hui dans une start up, ce n’est plus le docteur que a développé la techno le mieux payé mais le commercial fraichement sorti d’école de commerce qui a rien glandé et se
ramène au lancement de la boite… Le pb c’est que un jour ça va se voir ! Quand nous n’auront plus les spécialistes nécessaires au bon fonctionnement du système, des choses qui nous
paraissent toute simple comme gérer le réseau électrique français, faire les calcule de structure et entretenir nos grands ouvrages, poseront problème. Je lisais la lettre de la société française
de métallurgie il y a quelques mois ils sont très inquiets, le boulot disparaît, les filières universitaires fermes et la France perd un savoir faire qu’elle ne récupérera plus et qui est une des
bases de toutes l'industrie...


 


Dans notre monde moderne, la technique est partout et prend de plus en plus de place, et comme si c’était normal et qu’il n’y avait pas de boulot derrière, on forme de moins en moins de
techniciens et de scientifiques compétents, bref on court à la catastrophe... (Sans parler de la concurrence des Asiatique, qui eux forment ingénieurs et techniciens à la pelle)


 


 


Ce qui me désespère le plus je crois, c’est le manque de culture scientifique dans la société en général, le manque de conscience du fonctionnement d’un laboratoire, du travail de fourmi qui
petit à petit publication après publication amène à la réalisation de grandes choses que l’on sait parfois faire sans vraiment les comprendre complètement. L’image du savant fou seul dans son
labo a encore la vie dure même si elle ne correspond plus du tout a la vie du chercheur ou de l’ingénieur aujourd’hui. Et ça, ça amène cette démocratie d’expert a la Allegre spécialiste d’une
infime partie de la géophysique et s’exprimant d’une ton péremptoire sur toute sorte de sujet qu’il ne maitrise forcement pas… A mon avis c’est ça le réel problème que tu poses : Comment
faire aujourd’hui pour conseiller nos politiques dans des domaines scientifiques de plus en plus pointus et complexes dans un monde ou le temps manque?


Pas évident, rien que dans le solaire il ne peut pas y avoir de spécialistes généralistes : Thermique ou photovoltaïque ? Si Photovoltaïque => génération  1 ou 2 ou
3 ? => Quelle spécialité ? Synthèse, caractérisation de matériaux, caractérisation électrique de composant ? => Quel matériaux et quel procédé de synthèse utilisé ?....


 


Donc les quelques conseiller de Borlo dans le domaine d’où viennent il la dedans ? Et comment le ministre s’y retrouve ? J’imagine même pas Pecresse à gérer les choix stratégiques de
recherche a l’université et au CNRS, ou Estrosi ceux du CEA…




yann 03/07/2010 20:46



@red2


 


En fait mon but n'était pas de mettre en avant la fusion nucléaire mais le rôle du politique dans les grands projets scientifiques. Et dans ce cadre j'ai trouvé l'histoire de Jean Robieux et son
rapport avec De Gaulle très interessant. Donc mon but n'était pas de parler de solutions pratiques à la sortie du pétrole mais du rôle de la politique dans le dynamisme scientifique. Comme le
disait très justement Joe il n'y a aucune chance pour que le secteur privé investisse à perte et c'est bien normal d'ailleurs ce n'est pas son rôle. Sans l'intervention de l'état il n'y
 aurait jamais eu ni programme spatial, ni informatique, ni aviation civile etc.. L'état doit encourager et orienter les initiatives scientifiques et industriels, c'est lui qui doit prendre
les vrais risques en terme de cout on ne peut pas demander çà au secteur privé, c'est quelque chose que les américains ou les japonais font très bien du reste.Il n'y a qu'en Europe où l'on
abandonne les grands programmes scientifiques nous vivons sur les reste des trente glorieuse mais cela s'épuise de plus en plus. 


@Olaf


Pour ce qui est de l'énergie solaire il est claire qu'elle abondante. D'ailleurs il faut rappeler que pratiquement tout l'énergie sur terre provient du soleil le vent, le pétrole le charbon ou et
même les courant marins sont le fruit du soleil directement ou indirectement. il n'y a que l'énergie géothermique et le nucléaire qui ne proviennent pas du soleil.


Mais a titre personnel je ne suis pas un grand fan de l'éolien et des panneaux solaire. D'abord parce qu'il faut les produire or comme le disait joe cela nécessite des matières premières ensuite
parce que se pose un autre problème. Le pétrole ne fait pas que fonctionner les voiture il sert aussi à produire les plastics les pesticides les engrais, il entre dans la composition de quelque
chose comme 300000 produits. Or là les panneaux solaire ou les éolienne n'y peuvent rien. C'est pourquoi je préfère les biocarburant de seconde génération et notement le pétrole à base de
micro-algues j'en avais parlé dans ce texte au début de mon blog si cela vous intéresse.  L'idée c'est de produire directement du pétrole à partir de
micro-organismes et du soleil sans avoir à attendre des millions d'années comme cela s'est fait dans le cadre du pétrole naturel. LE fait est que là on aurait un pétrole renouvelable qui
règlerait non seulement le problème de l'énergie mais aussi le problème des plastics et nombreux usages que l'on fait du pétrole. De plus une fois ces micro-algues bien comprises et les processus
bien maitrisé, il n'y a pas besoin d'industrie lourde comme celle des semi-conducteur pour les mettre en œuvre même les pays en voie de développement pourront rapidement produire leur propre
pétrole à algues. C'est à mon sens la technologie la plus prometteuse maintenant cela n'enlève rien à l'intérêt de la fusion.


 @Olaf


Utiliser la fusion pour produire des matières premières est théoriquement possible mais est-ce que ce sera intéressant du point de vue économique j'en doute. Ou alors pour produire des matières
qu'on ne trouve pas dans la nature en quantité suffisante genre les derniers éléments de la table de Mendeleïev. Aller chercher des matières premières sur des astéroïdes de façon automatiser me
semble plus à même d'être réalisable. Bien sure à l'heure actuelle cela reste de la science fiction.  Mais comme la totalité des matières première qui sont sur la surface terrestre provient
d'astéroïdes tombés après le refroidissement de la terre, l'exploitation de ces derniers qui sont extrêmement nombre me semble des plus porteuse. Qui sait on enverra peut-être des robots mineurs
exploiter les ressources spatiales pour ensuite les renvoyer sur terre.


 


@joe


Merci pour le compliment. Je trouve incroyable le peu de place que l'on fait pour la science en générale dans nos sociétés. Les gens utilisent tout les jours des gadgets incroyables mais semblent
se foutre royalement de la démarche qui a produit ces objets. Et cela ne touche pas que les politiques. Par exemple est-ce que vous savez que l'on vient de découvrir des fossiles vieux de plus de
deux milliards d'années! Des organismes multicellulaires dépassant les 2 milliards d'années alors que jusqu'à présent on pensait qu'ils n'étaient apparu qu'il y a 600 millions d'années voir cet article. Dans les années 80 cela aurait fait la une des journaux on aurait eu des reportages etc.. et bien là rien tout le monde s'en fout. Et çà c'est bien
le symbole d'une certaine décadence, notre civilisation jadis si curieuse est devenu un tas d'amorphes obsédés par leur portefeuille et leurs séries télés. Nos politiciens sont quand même assez
représentatif de l'état général de la société. Il est bien loin le temps où Cousteau fasciné les foules avec ses documentaires et où la jeunesse voulait être astronaute. 


 



olaf 03/07/2010 14:23



A vrai dire, les recherches sur le nucléaire civil auraient l'avantage d'ouvrir des voies concernant la création de matières premières, atomes, pour remplacer l'approvisionnement de matières
premières issues des gisements fossiles. Vieux rêve d'alchimiste qui pourrait se concrétiser.


Concernant la fusion, il y a aussi la Z Machine...


http://fr.wikipedia.org/wiki/Z_machine


Mais le capitalisme actuel bloque tout projet à long terme, les politiques s'en foutent royalement.


D'où la nécessité d'un véritable autoritarisme vis à vis de la finance et du commerce international. On y est pas.