Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 17:30

  Emmanuel_Todd.jpg

C'est en lisant cet article sur l'évolution des bureaucrates bruxellois sur la question du libre-échange, ainsi que la dernière analyse du LEAP que j'en viens à me demander si finalement l'UE pourrait se décider enfin à contrôler ses frontières commerciales. Il est important de bien comprendre que ce qui compte en réalité ce ne sont pas les discours tenus, mais bien les pratiques courantes des politiques. En ce sens si le discours officiel de la commission européenne reste largement favorable au libre-échange total, dans les faits il semble qu'il y ait quelques timides changements. Peut-être faut-il y voir aussi l'influence de la puissance allemande qui contrairement aux idées reçues souffre autant que nous de la concurrence asiatique et particulièrement chinoise. Ainsi l'Allemagne a connu un déficit commercial avec l'empire du Milieu d'environ 20 milliards d'euro cette année, c'est loin d'être négligeable. Cela contredit d'ailleurs ceux qui pensent que l'euro fort est très bien supporté par l'Allemagne. En effet, les variations de l'euro n'ont pas d'effets sur la situation interne de la zone euro puisque tous les pays membres ont la même monnaie, en revanche c'est sur le commerce avec l'extérieur que l'on voit les effets de ces variations monétaires. Et lorsque l'on se penche sur la situation du commerce allemand, on voit bien que celle-ci est en difficulté avec le reste de la planète, mais compense par ses excédents à l'intérieur de la zone euro. Bien sûr, cela se fait au détriment des autres pays membres et cela produit les faillites en série que nous connaissons.

 

Une Europe au bord d'une catastrophe

 

      Les contradictions intrinsèques à la construction européenne sont démultipliées dans le cadre actuel de la compression de la demande mondiale et surtout occidentale. Jusqu'à présent si ces contradictions n'étaient pas aussi voyantes c'était avant tout dû au fait que l'Europe, comme le reste de la planète, pouvait compter sur les déficits jumeaux américains. Ce n'est pas un hasard finalement si ces deux zones économiques sont dans cet état catastrophique simultanément. L'Europe a longtemps tiré sa croissance de ses excédents avec les USA, durant toutes les trente glorieuses, notre continent a joué le rôle que joue aujourd'hui l'Asie pour l'économie US. À la différence près que chez nous les salaires et les niveaux de vie au départ étaient bien plus proches de ceux des Américains, et que l'Europe n'a pas la taille démographique de l'Asie. La construction européenne s'est faite dans ce cadre économique où l'Oncle Sam produisait des relances de la demande intérieure à un rythme régulier. À cela, s'ajouter bien évidemment le système de Bretton Woods qui garantissait une certaine stabilité monétaire. Pour les USA la situation était viable tant que les états européens ne pesaient pas trop sur le commerce extérieur. À l'Europe s'est ensuite ajouté le Japon dans les années 70, et là, la barque a atteint ses premières limites.

 

(Ci-dessous la baisse tendancielle de la proportion d'actif chez les hommes entre 25 et 54 ans, c'est une évolution qui montre bien le sous-emploi chronique apparu dans les années 70. Il est le fruit du libre-échange et  du fait que les pratiques mercantilistes se répendent sous l'influence allemande et japonaise. Les USA ne sont pas les seuls fautifs de la crise actuelle les pays excédentaires ont aussi une lourde responsabilité. Ils auraient du remplacer les USA en terme pôle de croissance et de hausse de la demande, mais ils se sont contentés du rôle de pays excédentaires et spectateurs)

 

   tauxemploiOCDE.jpg

 

Aujourd'hui il est évident que la fonction américaine de pôle de relance de la demande mondiale est devenue intenable. Le monde est trop gros pour les USA qui ne peuvent plus pratiquer leur relance, et d'ailleurs ces dernières ont de plus en plus de mal à maintenir un niveau de demande suffisant à l'échelle mondiale pour permettre une croissance durable et le plein usage des capacités de production planétaire. Le problème c'est que le reste de la planète ne semble pas comprendre le caractère non viable des politiques de l'offre sans une politique de relance de la demande s'effectuant en parallèle. Si certains se réjouissent de la fin de la domination américaine, il faut quand même comprendre quel rôle important joue ce pays dans l'organisation économique mondiale actuelle. Aujourd'hui, ni les pays européens ni les pays asiatiques n'ont de politique de relance de la demande intérieure. Tous s'amusent à vouloir faire sa croissance au détriment du voisin en produisant un excédent soit par la contraction de la demande intérieur, stratégie allemande et maintenant européenne, soit par des dévaluations compétitives en Asie et en Chine. Et d'ailleurs même si la zone asiatique s'amusait à faire des relances il est probable que les seuls bénéficiaires en seraient les Asiatiques eux-mêmes et à la rigueur les producteurs de matières premières.

 

L'Europe dans ce Nouveau Monde est isolée. Elle ne peut plus espérer tirer sa croissance de ses excédents vers les USA comme elle le fit entre 1998 et 2001, et elle est de plus en plus durement concurrencée par l'Asie et la Chine. Dans ce contexte il était plus que temps que l'Europe retrouve un peu la raison en commençant à contrôler ses frontières commerciales. Mais le protectionnisme seul n'est pas la solution à tous nos problèmes, il n'est qu'une variable nécessaire, mais non suffisante à lui tout seul. Une politique protectionniste doit nécessairement s'accompagner d'une politique de relance massive. Une relance qui ne passe pas forcément par des politiques de grands travaux à l'image des politiques de Roosvelt, mais surtout par une politique favorable à la hausse des salaires et de la demande intérieure. C'est un point que les défenseurs de la dévaluation ou du protectionnisme ont tendance à oublier et qu'il est quand même bon de rappeler. Le but du protectionnisme, quelle que soit sa forme ou son échelle, c'est de permettre la relance de la demande intérieure pour rétablir la croissance économique afin d'atteindre le plein emploi. Le protectionnisme tous seul dans son coin n'a aucun intérêt.

 

  Or si effectivement l'Europe ou les états membres  tournent lentement le dos au libre-échange, en tout cas on peut l'espérer. Les élites européennes sont par contre totalement incapables d'imaginer des hausses de la demande intérieure pour rétablir le plein emploi par la croissance. D'ailleurs même chez les défenseurs de la sortie de l'euro on ne trouve pas vraiment de politique de relance de la demande intérieure. On parle d'investissement productif, de sortie du pétrole, de nationalisation, tout ça, c'est très bien. Mais on ne voit pas de politiques de hausse salariale. Or encore une fois, les politiques d'investissement seules ne pourront pas tirer la demande avec suffisamment de force pour rétablir le plein emploi. Dans des pays qui ont de gros besoins d'investissement peut-être, mais nos pays, même s'ils font n'importe quoi depuis trente ans, ont encore des infrastructures et un tissu urbain développé. Il n'est pas certain non plus que l'investissement "vert" seul puisse occuper suffisamment nos entreprises pour atteindre l'objectif du plein emploi. Un pays comme le Japon l'a d'ailleurs amplement démontré ces vingt dernières années. Des plans de relance à répétition et une incapacité à maintenir une demande suffisante pour tirer la croissance longtemps. La seule chose que n'ait jamais fait le Japon c'est la hausse des salaires. Malheureusement s'il est une chose encore plus tabou aujourd'hui que le protectionnisme c'est bien la hausse des salaires. Elle est presque considérée comme un crime, voire comme une incitation au chômage de masse. Or c'est tout l'inverse, ce n'est pas la faiblesse des salaires qui permet le plein emploi, mais une juste rémunération en fonction des gains de productivité. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ces vingt dernières années ont vu la productivité croitre beaucoup plus vite que les salaires, l'Allemagne est d'ailleurs caricaturale en la matière.

 

 

Le fait est que le risque en Europe est que nous passions d'une politique libre-échangiste à une politique protectionniste, mais sans hausse de la demande intérieure, et paradoxalement une telle situation serait propice à une forte hausse du chômage. En effet, le protectionnisme, la dévaluation, voir les deux en même temps, produirons mécaniquement une hausse des prix des produits importés ce qui devrait produire un recule de la consommation intérieure. Sans parler des politiques protectionnistes qui seront prises dans des pays concurrents touchés par le protectionnisme européen. Il faut impérativement compenser cet effet par une hausse de la demande intérieure sinon nous pourrions provoquer l'effet inverse de l'effet désiré. Et il ne faut pas avoir peur de l'inflation, celle-ci sera de toute façon nécessaire à la redistribution des cartes au niveau de la répartition des richesses. Les producteurs étant favorisés par rapport aux services financiers ou autres, le changement dans la répartition des richesses ne peut pas se faire sans inflation.

 

 

 

Vers un mercantilisme européen?

 

Mais si l'Europe commence à changer son fusil d'épaule, c'est peut-être aussi parce que les bureaucrates commencent à se rendre compte que la construction européenne actuelle, et le libre-échange ne peuvent en aucun cas fonctionner ensemble. Le protectionnisme européen vise donc à permettre aux pays déficitaires membres de compenser la hausse de l'euro. Et comme on l'a vu même l'Allemagne aujourd'hui souffre de la concurrence asiatique. Cependant, cela ne compense pas les déséquilibres internes à cette zone monétaire, pas plus d'ailleurs que la dévaluation ne compenserait cela. En fait, le seul moyen pour permettre aux pays lourdement déficitaires de la zone d'équilibrer leurs comptes commerciaux, tout en maintenant les excédents extravagants que l'Allemagne a sur eux, serait que la zone euro connaisse de forts excédents avec l'extérieur....

 

Et là, je crains malheureusement que nos bureaucrates européens n'aient une telle politique comme objectif. Dans leur tête il est impossible de revoir l'organisation de la zone euro en permettant par exemple aux pays déficitaires de se prémunir contre les pays excédentaires de la zone par des mesures de quotas ou de taxe. Ce serait pourtant une solution simple que celle d'interdire en pratique les excédents entre nations européennes. Cela pourrait d'ailleurs pousser les Allemands à augmenter leurs propres salaires et ainsi à réduire les déficits grecs, espagnols, italiens ou français tout en réduisant massivement le chômage en Allemagne. On pourrait garder l'euro tel qu'il est tout en résolvant ces problèmes de déséquilibres commerciaux. Mais c'est sans compter sur la peur de l'inflation et des hausses de salaire. Pour nos élites il serait plus commode de faire comme les Chinois, c'est-à-dire d'exporter leurs problèmes à l'extérieur de leurs propres pays par des politiques commerciales agressives. Car un fort excédent de la Grèce par exemple avec des pays non membres de la zone euro lui permettrait de compenser ses déficits avec l'Allemagne. Je crains donc que l'Europe n'aille vers le mauvais protectionnisme, celui qui n'est motivé que par des buts mercantilistes et qui cherchent à expulser les contradictions internes de la zone euro, plutôt que permettre des politiques de plein emploi par la hausse de la demande intérieure. Si l'Europe tend vers une telle orientation, elle ne sera plus seulement le problème des Européens, mais deviendrait un pôle de dépression pour la croissance mondiale, un deuxième pôle s'ajoutant à la Chine.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

valuebreak 19/05/2011 08:47



@ Yann.


merci du lien pour les chiffres allemands.


donc pour être précis, les 6 premiers debouchés export comprennent 4 pays de l'EU et deux autres, soient US et UK.


4 de ces 6 pays sont potentiellement en faillite !!!



samuel_ 18/05/2011 20:16



 Pour la pub, moi aussi qui suis très puritain, j'aime pas. Je ne vous ressors pas toutes les raisons très puritaines de ne pas aimer la pub, en particulier sur un blog... Mais tant pis je
viendrai quand même lire votre blog, en râlant un peu a chaque fois voila tout...



yann 18/05/2011 19:44



@RST


Oui désolé pour le dérangement ce site devient affreusement mercantile. Rassure toi je n'en suis pas encore à lancer
une campagne de donnation comme certains, et je suis le seul à écrire sur mon blog je ne fais pas encore de sous-traitance. A vrai dire c'est ton histoire de rémunération des blogs qui m'a
inspiré. Si c'est vraiment gênant je l'enlèverai dès que je pourrai.



RST 18/05/2011 19:24



Yann


C'est nouveau cette pub sur ton blog ?



yann 18/05/2011 17:59



@valuebreak


Oui pour que l'inflation ait un effet positif il faut évidemment prendre quelques précaution comme toujours. Mais avec une politique protectionnistes de toute façon l'inflation serait surtout le
fruit des hausses de salaires c'est la grande hantise de nos dirigeants..


Pour les chiffres du commerce extérieur allemand il sont durs à trouver sur les sites français, comme par hasard .
J'avais lu un article il y a quelques temps sur le figaro qui souligné les 20 miliards de déficits de l'Allemagne avec la Chine. Mais votre question a poussé ma curiosité je suis donc allé sur le
site des statistiques officielles allemandes. Heureusement le site a une version anglaise mon allemand étant un peu rouillé depuis le lycée. Et bien en fait le déficit est de 22.9 milliards
d'euro sur 2010. Vous pouvez lire ce document au format PDF, ou aller sur le site destatis:


http://www.destatis.de/jetspeed/portal/cms/Sites/destatis/Internet/EN/Navigation/Statistics/Aussenhandel/Handelspartner/Handelspartner.psml


Au passage le premier excédent allemand c'est la France avec 28.9 milliards d'euros. Grace à nous l'allemagne peut se payer ses importations chinoise voir un peu plus, c'est génial l'euro.