Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 21:40

  Il est quand même incroyable que le peuple français n'ait pas été consulté sur la question de la départementalisation de l'île de Mayotte. Et il semble que comme cela devient une habitude seul Marine Le Pen ait soulevé cette question, après la laïcité, le libre-échange ou l'euro voilà maintenant le FN seul parti à critiquer cette drôle d'adhésion. En effet et au risque de choquer, Mayotte est très éloignée du territoire français et contrairement à la Réunion ou aux autres restes de l'empire colonial, cette île est faiblement française sur le plan culturelle. L'arabe y est plus parlé que le français et le territoire est composé à 95% de musulmans voilà un beau sujet pour l'indentité française. Peut-on être français en ne partageant aucune affinité avec le comportement social français, en ne connaissant pas le principe de laïcité, et en ne parlant pas français?Car les pratiques sociales locales ne correspondent pas vraiment aux pratiques nationales le coran faisant figure de religion et de loi bien au-dessus des principes de la république. Il est étrange qu'un gouvernement qui a fait tout tapage médiatique sur l'identité nationale soit aussi celui qui transforme en département un territoire manifestement étranger. Car après cette affaire on peut vraiment se demander ce que c'est d'être français, c'est posséder un bout de papier plastifié en fait.

 

  Et cerise sur le gateau cette île est revendiquée par les Cormores et une résolution de l'ONU la reconnait comme faisant partie de l'Union des Comores et non du territoire français. L'union Africaine et l'ONU critiquent la présence française sur cette île et l'on ne doute pas de la validité de leurs arguments, il suffit de regarder une carte pour voir que Mayotte est un état Africain. Etat qui en plus historiquement appartient à l'Union des Comores. Alors pourquoi donc avoir donné la nationalité française à un territoire aussi peu français en réalité. Quand on pense à toutes les remarques sur les difficultés qu'il y aurait à intégrer éventuellement les Wallons en France. Là pour intégrer une île qui n'est française, ni par la géographie, ni par l'histoire, ni par la langue, ni par la culture, on ne discute même pas. Pas de débat rien, c'est comme ça et puis c'est tout. 

 

F_2000_Map_Dom-Tom_YS.jpg

 

Un universalisme délirant

 

        A titre personnel je pense qu'il doit y avoir contiguïté sur le plan territorial, c'est-à-dire que les frontières d'une nation doivent former un bloc. Car les territoires isolés et éloignés finissent toujours par produire une divergence culturelle et linguistique à long terme qui finit  par produire une autre nation. Personne aujourd'hui n'irait proposer le rattachement du Québec à la France, pourtant ce territoire est nettement plus français que Mayotte, on a même des hésitations pour la Wallonie au cas où la Belgique éclaterait elle est pourtant à coté. Et d'ailleurs si cela arrivé il y aurait certainement un référendum en France pour une telle adhésion, on se demande vraiment pourquoi le peuple français n'a pas été interrogé sur Mayotte. Finalement tout ceci donne la désagréable impression d'une perpétuation de l'esprit colonial, celui-ci avait quand même comme moteur un universalisme qui prétendait transformer toute l'humanité ou presque en français. Comme si être français était quelque part le but à atteindre pour toute l'humanité.

 

  En réalité, il est probable que Mayotte souffrira de sa dépendance à la nation française, c'est un vrai cadeau empoisonné. C'est déjà le cas d'ailleurs, puisque l'on sait que les aides sociales et le système médical français ont créé une véritable aspiration des populations environnantes vers Mayotte. Les habitants locaux sont littéralement écrasés sous le poids de l'immigration, celle-ci représentant déjà prés de 40% de la population, ce rapport de l'assemblée nationale nous éclaire sur le sujet. On imagine les réactions en métropole avec de tels taux. Alors bien évidemment vous me direz oui, mais les locaux eux sont pour être français. C'est oublier que c'est probablement pour des intérêts économiques ou géopolitique à court terme rien d'autre. Si demain les Sénégalais réclamaient le rattachement à la France pour améliorer leur quotidien à  court terme, faudrait-il pour autant leur octroyer ce qu'ils veulent? Quelque part la différence de niveau de vie invalide l'idée qu'il s'agisse d'un choix parfaitement neutre produit par le désir d'être français. L'île aurait un niveau de vie élevé et serait totalement autonome pourquoi pas, mais ce n'est pas le cas. D'autre part je crois que c'est aussi la peur d'être manger par l'union comorienne qui motive cette attachement à la France. En ce cas on peut très bien imaginer une politique de défense pour l'île, lui garantissant son autonomie vis-à-vis de son voisin sans pour autant en faire un territoire français. Qui plus est l'île utilise l'euro, comme nous, puisque c'est un territoire français. Mais si cette monnaie est trop élevée pour l'économie française, je vous laisse imaginer les dégâts sur les producteurs locaux de ce territoire notablement en retard et mal équipé. Ce faisant en collant cette monnaie à ce territoire on le vide de sa substance productive et l'on en fait un parasite vivant des subsides de l'état métropolitain. Est-ce vraiment souhaitable pour les habitants de Mayotte? Et ce que je dis là pour l'euro était déjà valable à l'époque du franc, la situation n'ayant fait que s'aggraver avec la monnaie unique européenne.

 

Il faut donner l'indépendance à tous les DOM-TOM 

 

  Lors des manifestations de 2009 en Martinique, on est finalement passé à côté d'un débat pourtant nécessaire, il me semble, parce que je crois totalement inefficace la gestion centralisée de territoires aussi éloignés de la métropole. Ces régions gagneraient beaucoup à mieux s'insérer dans leur localité et à développer des rapports économiques avec leurs voisins plutôt qu'avec une nation trop lointaine. Une grande partie des problèmes de la Martinique par exemple est liée à cette attachement économique au territoire français. Les DOM-TOM ont un peu le même problème avec la France, que la France avec l'Union Européenne. Une seule politique pour des territoires aussi disparates est une catastrophe même en tenant compte des redistributions. Mayotte,  pour en revenir à elle, a une démographie largement plus rapide que celle de la métropole, il lui faudrait donc un accroissement de la masse monétaire et une inflation beaucoup plus importante pour pouvoir produire plus d'emplois. Lui coller le franc et maintenant l'euro c'est un acte immonde pour le développement local. Si le tourisme en Martinique ou en Guadeloupe est moins performant qu'à  la République dominicaine, par exemple, c'est en grande partie parce que l'euro est trop fort pour nos îles. Et même un retour au franc n'arrangerait pas les choses, il leur faudrait leur propre monnaie adaptée à leur économie. De plus  pour maintenir les incohérences de politiques économiques on arrose ces territoires d'argent ce qui a pour effet de développer la corruption et le copinage. Ce n'est pas comme cela que ces régions se développeront. 

 

Les DOM-TOM sont bien sûr tous des cas particuliers, et il faut voir comment les insérer dans leurs régions économiques particulières au cas par cas. Il nous faut définitivement tourner la page de la colonisation et pour cela faire en sorte que ces territoires ne soient plus dépendant de nous comme il le sont à l'heure actuelle. Cela ne veut pas dire bien évidemment rompre tout rapport avec ces régions, mais il faut changer l'organisation économique pour que petit à petit ces peuples entrent en coordination avec leurs voisins. Car cette relation de dépendance avec la France n'est pas bonne pour ces territoires qui souffrent des effets de déconnexion avec leur climat économique local. Mais ce n'est pas bon pour la France elle même, qui est oblige de dépenser des sommes importantes pour maintenir à flot des territoires, qui pourtant, sans notre présence, pourraient bien mieux s'en sortir. La première étape pour la marche vers une certaine indépendance serait à mon sens d'octroyer à ces régions leur propre monnaie, une dévaluation sur ces territoires permettrait une amélioration rapide de leur compétitivité. Nous devrions nous préparer à couper le cordon ombilicale entre nous et nos ex-colonies pour leur intérêt à elles, mais aussi pour le notre. Faire de Mayotte un département français est un contresens historique qui risque de coûter cher à la France mais aussi aux mahorais .

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans politique
commenter cet article

commentaires

D.T 11/06/2011 13:02



Bonjour j'ecris un peu en retard parce que je me pose une question quand a la possible monnaie des DOM TOM. Ce sont des îles ou des terres qui ont besoin d'importer la plupart des biens. C'est
peut être une question bête mais je me demande comment ils pourraient equilibrer leur balance commerciale si la plupart des produits deviennent plus cher. Produisent ils assez de biens ? Est il
possible de delocaliser des industries de metropole vers ces petits territoires sans trop les degrader ainsi que l'augmentation du tourisme due a la devaluation ?


Pour finir merci pour ce blog aussi interessant qu'accessible.



fabrice 04/04/2011 20:36



@yann


vous avez peut être raison, peut être que c'est la meilleure solution sur le long terme c'est difficile à dire. Tout ceci pourrait même arriver plus vite qu'on ne le croit si une crise économique
majeure ébranle l'occident, le tout couplé avec la fin du pétrole et de la mondialisation, nous sommes peut être à l'aube de changements majeurs, en ce qui concerne la Réunion elle a toujours été
un territoire français ( elle était totalement inhabitée  à l'origine).


 


En tout cas j'espère que si ces changements ont lieu ils se passeront progressivement et dans le calme et que les populations d'outremer ne seront pas violemment rejetées en se faisant traiter de
boulets mais quand je vois la faculté des politiciens actuels à détourner l'attention des vrais sujets ( people et buzz permanent, débats bidons, affaire des Roms, aveuglement idéologique ou
carriériste,...) je me dit que c'est mal barré.


 


En effet j'avoue que je suis géné en voyant sur internet des insinuations qui vont dans ce sens ( vous le comprenez, vous avez aussi une fierté ) personnellement les membres de ma famille ont
toujours travaillé très dur physiquement ( la plupart sont ouvriers ou agriculteurs, sauf la dernière génération, c'est comme si nous avions une génération de retard par rapport à vous) mon père
n'a quitté l'île qu'une fois: c'était pour son service militaire. Mais malgré çà notre département est plus pauvre que la moyenne française (mais nous sommes beaucoup plus riche que la moyenne de
l'océan indien ) et donc nous faisons figure d'assistés. Ceci vous donne peut être raison sur un point: si certains pensent que nous sommes des boulets alors c'est que la solidarité avec les
DOM-TOM n'est pas "naturelle" donc que nous ne formons pas un ensemble cohérent. Personnelement je souhaite que ce ne soit pas le cas.


 


@La Gaule


En ce qui concerne mon attachement à la France je ne peux pas vous dire si il  est partagé sincèrement par les jeunes réunionnais : en effet c'est un sujet qu'on aborde pas vraiment, la
politique ça fait "naze" mais je vit en métropole ces dernières années et c'est en fait la même chose qu'ici. Je pense
quand même que la grande majorité des jeunes sont conscients de la chance qu'ils ont d'être nés sous la bannière tricolore.


En ce qui concerne les adultes ceux ci ont vu leur niveau de vie grandement s'améliorer tout au long de leur vie ( enfants mes parents n'avaient pas l'électricité par exemple ) et les hommes
gardent un bon souvenir de leur service militaire effectué en métropole donc ils sont bien attachés à la France. Cela ressemble à la situation que vous décrivez pour la Guyane même si il doit y
avoir des différences, les DOM-TOM se connaissent peu entre eux je crois.


 


 


Cordialement


 


 


 


 



La Gaule 04/04/2011 00:24



@ Fabrice


 


« …j'aime la France et pas seulement à cause de l'argent comme le diraient certains,.. »


 


En Guyane, je me souviens avoir ressenti des choses très contradictoires concernant l’attachement à la France des locaux. La force de celui-ci
chez les anciennes générations m’a toujours stupéfait, tout comme la manière tout à fait classique de ces gens de manier la langue française. Les anciens guyanais me sont très vite apparus en
fait comme plus français que moi-même, et de la même trempe civique que mes propres grands parents de racine paysanne.


 Mais cet attachement semblait s’estomper progressivement en descendant le fil des générations,
débouchant parfois, chez une minorité, sur la haine déclarée de la tutelle française.


 Je reconnais aussi que cet affaiblissement du sentiment national pouvait tout à fait être comparé
au mien à la même époque (j’étais alors beaucoup plus jeune) avec probablement les même causes, en premier lieu la perméabilité intellectuelle (effet pervers de l’allongement de la scolarité) aux
modèles culturels  anglo-saxons hégémoniques y compris dans leur version « colorée » (de Sam Cooke à Bob Marley).


De la même façon, ceux que j’identifiais comme les « haineux » étaient-ils si différents dans leur motivation que certains jeunes
niçois que j’ai rencontrés (par exemple et au hasard), et qui affectent de s’identifier entre eux par rapport « aux français » ?


 


Les effets pervers identitaires de la globalisation nous réservent encore bien des surprises, bonnes et mauvaises, mais qui devraient,
reconnaissez-le, prêter beaucoup plus à conséquence pour des pays situés à 8000 bornes de Paris (comme la Guyane ou  votre île merveilleuse) que
l’ancien Comté de Nice. Là-dessus Yann est bien dans le vrai.


 


Quant à l’argent, ne soyons pas naïfs, le couple métropole DOMTOM est, comme tous les vieux  couples, pétri d’histoires de gros sous et je ne vois pas comment il pourrait en être autrement. Ces territoire ont aussi leurs élites qui correspondent de
manière caricaturale aux nôtres, les quelles émargent déjà largement elles-mêmes chez guignol côté scène. Le moins que l’on puisse dire est que leur désintéressement m’a échappé…


 


Cordialement.


 


@ Ben


 


Salut cousin, c’est Gaulo le Naze, le cafardeux quoi ! (http://www.youtube.com/watch?v=KsbNxl814TQ)


 


 Je connais la solution de ton problème, vous allez pouvoir causer tout seul dans vos poésies
respectives :


 


 http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/28-march/


 


Non n’aie pas peur, t’es pas chez Satan, et la meuf va te filer un mot de passe (apparemment c’est gratuit).


 


Sous toute réserve, elle serait même prête à rentrer avec toi au bled dans un charter de marbre rose fendant les flots, alors que, féerie, l’air
brûle de huit milliards de papier d’identité incandescents.


 


Après, je me doute bien que vous reviendrez, mais quelles vacances !


 


Pendant ce temps, là je vais revisiter mes classiques, d’autres « personnes » dont la virtuosité technique témoigne tout autant d’une
grande soif d’Infini et d’Absolu (l’humour en plus) :


 


http://www.youtube.com/watch?v=QH7i7CthG0Y


 


Affectueusement.


 


PS : Si t’as rien compris, c’est pas grave, il faut donner du temps au temps (Todd l’a prévu).


 



yann 03/04/2011 22:21



@fabrice


Sur la compétitivité je reprends juste le terme . Cepdendant l'euro est une monnaie encore plus catastrophique pour les
régions les moins biens lotis ce qui est le cas des DOM-TOM. A la rigueur on pourrait très bien créer des monnaie locale en plus pour palier à ce problème. J'avais même proposé la création de
monnaies locales pour résoudre nos problèmes d'inégalité territoriales y compris en métropole.


 


Sinon je comprends bien votre point de vue mais l'éloignement fait quand même qu'en générale on connait mieux ses voisins que ceux qui habitent à 8000km, même avec les nouvelles technologies.
Maintenant concernant l'attachement l'indépendance ne le remet pas en cause. Les USA ont toujours une relation spéciale avec la Grande-Bretagne et les autres pays anglosaxon, la France a des
relations particulières avec le Quebec malgré ce qui s'est passé historiquement. C'est un peu comme avec nos parent on les aime ils nous ont élevé et on aura toujours des relations spéciales avec
eux,mais un jour il faut les quitter pour devenir grand si je puis dire. Il en va de même avec les colonies il me semble. D'autant que ce cordon ombilicale n'est pas bon pour les raisons que j'ai
expliqué. Maintenant on peut étaler un tel processus dans le temps comme le dit La Gaule, mais cela me semble irrémédiable à moins que l'on trouve le moyen de réduire les distances physiques.


Concernant Mayotte il y a en plus un problèmes c'est que le peuple mahorais est un peuple ancien avec une histoire. Ce n'est pas comme la Guadeloupe ou la Martinnique qui étaient vierges lorsque
les français ont débarqué (quoique en Guadeloupe on a chassé les espagnole qui avait chassé les amérindiens il me semble). Et Mayotte est un territoire réclamé par les Comores qui sont juste à
coté, la France y est quand même moins légitime quoiqu'on en pense.


@ben


C'est pas avec des arguments pareils que vous allez convaincre au contraire même.



ben 03/04/2011 18:01



je parle a celui qui a ecrit cet article,si on connait pas faut pas raconter de la merde,ya que des haineux dans ce monde ou quoi?si t pas content va apprendre les droits et les devoirs de la
france sale con va