Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 17:43

marianne de la croix  Bertrand Renouvin vient à nouveau de parler du rassemblement de toute les force contestataires non affilié au FN, c'est un débat lancé au départ par Malakine, il y a peu, lui parlait d'un rassemblement de tout les souverainistes.Ce débat  doit intéresser quiconque à conscience du besoin pour la France d'un changement radical dans ses politique publiques et économiques, sans pour autant tomber dans la démagogie du FN.  Car bien évidement le protectionnisme fait partie intégrante de la vision du FN, tout comme il fait partie de la plupart des conceptions nationalistes. Il est donc primordial de ne pas laisser ce thème au FN, tout comme il est primordial de ne pas laisser la lutte des classes aux marxistes, ou encore l'écologie au verts. Avec l'effondrement du Sarkozysime et la crise économique qui continue sont petit chemin et qui va marquer encore les esprit d'ici 2012, la question du libre-échange va devenir de plus en plus centrale. Et malheureusement pour nous, les thématiques qu'utilise et continuera à utiliser l'UMP, celle de l'immigration et de la délinquance, sont aussi des points avantageux pour le FN.

 

    En fait tout se passe comme si l'UMP optimisait le vote pour le FN en essayant d'éviter le débat que tout les hommes politiques du centre essaient d'éviter depuis trente ans, la mondialisation et l'Europe.  Comme nous l'avons vue dans un autre texte, la volonté de ne pas débattre sur ces sujets est très forte, et même les prétendus hommes alternatifs de Bayrou à De Villepin n'abordent jamais ces questions, sauf à ressasser les poncifs du libéralisme triomphant des années 80. Il est donc évident que seul des groupes nouveaux, moins liés au marché du libéralisme mainstream des médias, peuvent assurer un discours protectionniste et eurosceptique. Mais le problème avec les outsiders, c'est que par nature ils ne pèsent pas beaucoup, surtout au début. Or les médias ne donnent la parole qu'à ceux qu'ils estiment avoir une chance de remporter une élection. C'est ainsi que le seul parti capable de faire des discours protectionnistes qui soient entendu est le Front National. Il vampirise les aspirations protectionnistes et décourage les citoyens qui sont protectionnistes mais ne veulent pas du reste du programme du FN. Le FN est en fait le meilleur moyen pour le système libéral de se protéger contre la volonté des masses, et cela fait maintenant trois décennies que ce parti stérilise une part de l'électorat  en permettant l'évitement du débat protectionniste et anti-mondialiste  par la caricature. Et personnellement je ne crois pas du tout à la victoire d'une Marine Lepen ni en 2012, ni en 2017, ni jamais,  elle pèsera peut-être plus lourd que son père, mais une grande part de l'électorat préfèrera l'abstention au vote FN. Si cela continue comme cela, les prochaines présidentielles auront une majorité de non-votant, il y aura 15% pour le FN et le reste pour le PS ou l'UMP. Ce traquenard répété depuis les années 80 avec une amplification continue de l'abstention favorise donc systématiquement les partis adeptes du laissez-faire, qu'ils soient théoriquement de gauche ou de droite. Car  même avec 16% au premier tour et une abstention de 40 ou 50%, ils continueront à se partager le pouvoir comme si de rien n'était.

 

    Il faut donc une autre voie pour casser ce système, certains rêvent d'une révolution mais le degrés de  souffrance nécessaire à cette réalisation est telle qu'il faudra encore de nombreuses années pour que cela se produise. Et puis les révolutions on sait comment cela commence, jamais comme cela se termine. Non c'est bien l'alliance des partis alternatifs qui permettra la naissance d'un espoir, mais cette alliance ne peut se faire que sur un programme allant à l'essentiel et oubliant les sujets qui divisent. Ce qui rassemble est assez simple en fait et pourrait se résumer à un terme, la souveraineté du peuple français, sa capacité à choisir son propre destin. Le terme souverainiste pourrait effectivement réunir ce groupe, mais il est mal considéré par la population et ringardisé par certains hommes politiques qui en ont fait un mauvais usage. Un groupe républicain n'aurait lui non plus aucun sens, tant ce mot a été torturé et modifié dans son essence. En effet quand un homme comme De Villepin joue sur le communautarisme  pour gagner des voix se réclame de la république, ou lorsque des hommes de gauche se réclament du libre-échange et de la mondialisation au nom de la république, c'est que ce mot ne veut plus rien dire. On ne doit donc plus se réclamer de la république, d'autant que la France ne saurait se résumer à son régime politique même si celui-ci dure depuis 1789 ( avec des hauts et des bas). Je ne  vois alors qu'un seul mot pouvant nous permettre d'unifier ces courants et qui a la bonne idée d'avoir en fait une définition proche de celle de la souveraineté, l'indépendance.

 

Pour un mouvement indépendantiste français

 

  Les termes indépendances et indépendantistes sont souvent accrochés aux luttes de libération, ils ne sont pas entacher par l'histoire au contraire même. L'idéologie du multiculturalisme n'a eu de cesse de valoriser les luttes indépendantistes et anti-coloniales d'après guerre, il serait donc assez opportun de récupérer ce mot pour représenter les mouvements protectionnistes et anti-européens. De plus l'indépendance est un objectif qui définit toute volonté de réel démocratie, si une nations peut-être indépendante et non-démocratique, on a jamais vue un pays dépendant et démocratique puisque par définition la démocratie ne peut exister que si le peuple est libre de ses choix.

 

  Ce terme unificateur peut donc nous donner l'espace dans lequel le programme commun pourrait être envisagé, cela concernerait avant tout l'économie et la politique étrangère.  Les sujets les moins aptes à l'unification sont l'immigration et les questions sociétales, là en effet aucune chance de pouvoir raccordé des gens de gauche et de droite, et cela doit être accepté comme cela. En cas de victoire ces sujets devrait être laissés de coté si possible, ou alors des référendums et des votes devraient départager ces sujets épineux.

 

L'économie doit être au cœur d'un programme commun avec comme objectif l'indépendance du pays 

 

1- Il faut rompre avec l'Europe et pas uniquement avec l'euro

 

2- Dénoncer le libre-échange et annoncer que la France sort de l'OMC et ne respectera plus les traités

 

  3- Il faudra choisir quelles méthodes nous emploierons pour protéger notre commerce. Il y a de multiples voies à choisir, le protectionnisme réclame des réflexions bien plus grandes que le laissez-faire. Il faut bien connaitre l'économie du pays avant de faire n'importe quoi.  Par exemple quel secteur peut directement être protégé sans craindre un effet inflationniste, plus nous sommes auto-suffisant moins il y a de risque d'inflation par les taxes à l'import. On peut également envisager des quotas pour l'acier, le textile, ou l'agriculture. Les quotas sont plus simple à pratiquer et ne ferme pas complètement les frontières. On dirait par exemple que seule 20% de la consommation de textile en volume peut-être importé, nous éviterions l'enfermement total sans subir les effets néfastes de la concurrence chinoise

 

  4-Le rôle de l'émission monétaire reviendrait à l'état et à la banque de France. C'est un point important qui peut encore diviser certains indépendantistes. De fait la méfiance à l'égard de l'état est devenu très importante en France. La propagande a bien fonctionné et aujourd'hui lorsque vous défendez l'émission de crédit publique on vous sort les risques de clientélisme et d'inflation du à la démagogie politique. C'est oublier que l'inflation n'a explosé qu'après 74 c'est à dire après que l'émission monétaire fût privatisée. Il est donc injuste de mettre sur le dos de l'état l'émission monétaire inconsidéré puisqu'en fait c'est la privatisation de celle-ci qui a produit la crise monétaire que nous connaissons. Ainsi depuis l'avènement de l'euro il n'est pas rare de voir l'accroissement de la masse monétaire dépasser les 10% alors que la croissance économique atteint péniblement les 2%. Les banques privées plus sage que l'état est un mythe comme l'autorégulation des marchés d'ailleurs.

 

  5-Il faudra un retour du contrôle des capitaux en entrée et en sortie. Fini la fraude fiscale et le n'importe quoi financier, seul les IDE seront autorisés à voyager, le reste devra rester en France, l'épargne française devant développer l'économie française. Car  toute fuite en la matière oblige l'état à accroitre la masse monétaire en circulation pour compenser,  ce qui ne peut que nuire à la stabilité économique du pays. Il est en effet difficile de jauger correctement les entrées sorties des capitaux quand ceci sont totalement libres.  Dans un cadre protectionnistes les IDE (investissement directs d'entreprises) ne seront plus aussi dommageables qu'aujourd'hui. En effet à l'heure actuelle une entreprise française qui fait sortir de l'argent pour investir au Maroc par exemple, le fait souvent dans l'intention de délocaliser une activité, c'est à dire produire au Maroc pour vendre en France or  ceci est inacceptable. Par contre en régime protectionniste ce genre d'opération n'aurait plus de sens, les entreprises qui investiraient à l'étranger ne le feraient donc plus que pour développer de nouveaux marchés et pour y produire localement ce qu'ils y vendent. Un vrai protectionniste n'est pas pour empêcher les autres nations de se développer, mais pour faire en sorte que ce développement ne soit pas un jeu de vase communicant. En créant un tel système de liberté de circulation des investissements direct couplé à des  protections aux frontières, nous obtiendrons la vrai mondialisation, celle de Friedrich List et non celle de Ricardo. Le développement s'étendrait alors par cercle concentrique autour des pays développés, ceux-ci restant industrialisés, mais leurs voisins moins avancés les rattrapant petit à petit par les effets des transfères de savoir-faire par les IDE. Ce serait d'autant plus efficace que le savoir est aujourd'hui massivement accessible grâce aux technologies de l'information.

 

  6-Il faut impérativement faire gonfler la masse salariale. C'est un autre point très important sur lequel je terminerai. En effet si nous prônons le protectionnisme ce n'est pas par haine congénitale de l'étranger, mais tous simplement parce que le libre-échange empêche toute hausse salariale. De plus en créant une interdépendance excessive entre les nations, il nuit gravement à la liberté des peuples à disposer d'eux même et donc à leur indépendance. Dans notre programme le protectionnisme tout seul ne permettra pas le rétablissement d'une hausse salariale, la masse des chômeurs est trop importante pour cela. On pourrait prôner des politiques d'investissement pour stimuler l'économie mais même d'immense projets (et il en faudra) ne pourront suffisamment employer notre capacité de production pour tirer longtemps la demande. Nos amis japonais qui ont fait plus de 15 plans énormes de relance depuis la crise des années 90 n'ont jamais réussit à relancer la machine par de simple grand travaux. Il ne reste donc qu'un seul mécanisme pour arriver à relancer l'emploi  c'est la hausse des salaires. Celle-ci doit être  puissante de façon à casser le pessimisme et à relancer l'investissement des entreprises, elle devra être planifié sur plusieurs années du genre +8% par ans pendant cinq ans. Il y aura certainement hausse de l'inflation mais cela permettra de transférer les revenus du capital vers le travail et donc de rééquilibrer la répartition des richesses. Je rappels au passage qu'il est en fait bien plus simple de géré une entreprise lorsqu'il y de l'inflation. En effet quand les prix augmentes un chef d'entreprises peut augmenter ses salaires sans perdre ses marges, il peut même en gagner parfois en augmentant moins  ses salaires que ses prix... L'inflation donnera de la souplesse dans la gestion des entreprises et relancera l'accesseur sociale qui est aujourd'hui complètement bloqué par la déflation. Enfin il nous faudra peut-être créer beaucoup d'emplois à l'avenir dans le secteur agricole. La fin du pétrole annonçant, en partie,  la fin d'une certaine agriculture, c'est un secteur qui sera extrêmement important dans les décennies qui viennent.   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans politique
commenter cet article

commentaires

Tythan 13/09/2010 17:55



Juste pour revenir sur quelques points:


Debout la République ne souhaite pas la fin de l'UE. Pour être clair, DLR souhaite une réorientation massive et radicale de l'UE, mais pas sa disparition. Tout simplement parce qu'il faut un peu
arrêter les conneries: certes la construction européenne est ô combien imparfaite, mais elle n'est pas la cause de tous nos maux! De très nombreux aspects sont extrêmement positifs. Il faut bien
se rendre compte qu'aujourd'hui nous sommes extrêmment interdépendants, il serait complètement idiot de cesser toute coopération économique (et l'UE dépasse même ce cadre).


 


Le programme de DLR peut-être trouvé dans le petit livre mauve qui date un peu (2008, mais il s'est passé bcp de choses depuis ce temps là).


 


Concernant l'union de tous les souverainistes, j'en ai raz-la casquette de toutes ces querelles à la con. Pour l'upr et autres groupuscules, je ne vois même pas pourquoi on prend la peine d'en
parler: ces partis ne se présentent pas aux élections , regroupent (au mieux) quelques centaines d'adhérents... Concrètement ils ne servent à rien si ce n'est à échauffer les esprits de quelques
esprits exaltés. Car rappelons-le quand même: ces groupes (upr, upf) passent une partie non-négligeable (à se demander si c'est leur unique but politique...) de leurs temps à insulter et à
calomnier Nicolas Dupont-Aignan. Avec la plus parfaite mauvaise foi en sus. Sur la page de l'upr, on m'a laissé ainsi débattre... Jusqu'à ce que je démontre l'incohérence et la débilité crasse de
cette fameuse histoire de young leaders, et là on m'a bien évidemment censuré en tronquant mes propos (mais tout en laissant les insultes de mes contradicteurs, bien entendu!).


Même pour le FN, c'est la même chose: parce que Nicolas Dupont-Aignan avait osé refuser l'odieuse tentative de récupération de DLR par les mouvements d'extrême droite les plus sulfureux (qui
n'avaient pas hésité à se prévaloir du soutien de DLR qu'ils n'ont jamais eu que dans leur imagination malade), Marine Le Pen a traité NDA de "patriote en peau de lapin".


 


Comment voulez-vous que Nicolas Dupont-Aignan (qui est toujours resté dans le débat d'idées et s'est toujours refusé à de telles bassesses (enfin à une exception près sur un tiers au débat))
s'allie avec des gens qui passent leur temps à l'insulter?



yann 05/09/2010 23:34



@Joe


Enfin on ne peut malheureusement pas négliger les médias. On a une crise économique dramatique et les sondages révèlent que ce sont des type comme DSK qui en profitent avouez quand même qu'il y a
de quoi se flinguer si je puis dire. NDA qui l'un des plus connu des souverainistes eurosceptiques il ferait quoi aujourd'hui, 2% grand maximum. Il faut être réaliste pour l'instant on pèse rien
du tout et ce malgré l'effroyable démonstration de la nullité de la construction européenne. Il faut arriver à percer dans les médias si l'on veut que des idées alternatives arrivent à être
populaires, si on se fait exclure de çà on fini inconnu au bataillons. L'UPR est encore moins connu que DLR ce sera encore plus difficile pour ce mouvement de se faire entendre. A moins que vous
n'ayez des idées pour vous faire connaitre je ne vois pas comment concrétiser un score relativement important.Et d'ailleurs malheureusement, à l'heure actuelle, seul le FN semble être
l'anti-européen qui existe, la Gaule vous parlera  il est insatiable sur ce sujet. C'est donc le seul parti qui
rassemble les anti-européens le problème c'est que sur à peu prés tout les autres sujets le FN est une catastrophe ce qui en fait un repoussoir définitif. Résultat le bipartisme continu comme si
de rien n'était. Les prochaines élections vont à mon avis battre tout les record d'abstention surtout si c'est DSK contre Sarkozy au second tour.



Joe Liqueur 05/09/2010 22:45



@ Yann


François Asselineau n'est pas mon "chef", je ne veux surtout pas de "chef". Il est juste le président d'un parti dont je suis adhérent. Par ailleurs je ne pense pas du tout qu'il participe à la
division, bien au contraire, et ce pour les raisons que j'expose plus haut. Il tente à l'inverse de rassembler. C'est aussi ce qui distingue l'UPR de partis tels que DLR. L'autre différence
essentielle est la suivante : l'UPR défend la sortie unilatérale de l'UE via un recours à l'article 50 du traité de Lisbonne. Bien sûr, on peut supposer qu'NDA en rêve la nuit, ou y pense en se
rasant, mais Asselineau, lui, le dit, le répète, et l'écrit dans la charte de son parti. Ce n'est pas la même chose.


Concernant l'histoire de NDA-young-leader, je ne me suis pas privé de dire tout le mal que je pensais de ce genre de procès en sorcellerie ; et je l'ai dit non seulement chez vous, mais aussi sur
la page Facebook de l'UPR (quand je vous dis que ne veux pas de chef…). Au fait, NDA a bien été un "young leader", c'est avéré. En fait j'ai juste dit que je m'en foutais royalement.


Honnêtement je ne saurais dire quel est le fond de la pensée de NDA (et il ne m'aide pas beaucoup), mais en tout cas je trouve que votre argumentation est bien misérable. Se réfugier derrière les
"media", quand même… c'est un peu court. Que je sache, les media n'ont pas empêché les citoyens français de rejeter le TCE par referendum. Quand vous dites qu'"il faut prendre aussi en compte
l'influence médiatique dans le jeu politique", je vous réponds que la politique n'est pas un jeu, que les media ne sont jamais que des media, et que dans la politique il faut d'abord prendre en
compte la politique.


Je crois que vous faites trop peu de cas des citoyens. Ils peuvent sortir très soudainement de l'état d'abrutisssement dans lequel ils sont plongés, et alors les media n'y peuvent rien. Le fameux
referendum de 2005 l'a prouvé de belle manière.



yann 05/09/2010 21:27



@Joe


On pourrait citer beaucoup de monde en fait car les déçus du système politique français actuel sont largement majoritaire dans le pays. Il n'y a qu'à voir les incroyables revirement au niveau de
la popularité des politiques, les français cherchent vainement quelqu'un ou un parti capable de répondre à leurs problèmes mais ils n'en voient pas. C'est ce qui explique le comportement
apparemment lunatique du peuple français et ces couillons de socialiste compte bien bénéficier du prochain changement. Je n'ose imaginer encore 5 ans avec une équipe de sociaux-libéraux ou de
libéraux-sociaux. La dégradation du pays est tel que quelques années de plus dans ce bourbier et le pays explosera. Laurent estime que la vrai chance de changement sera pour 2017, mais vue la
rapidité de la dégradation économique (et cela va s'accélérer) je ne veux même pas imaginer l'état du pays alors.  


 


Concernant l'UPR j'ai oublié de le citer mais votre chef il participe aussi à la division entre petite parties. N'avait il pas soutenu que NDA était un Yougleader vous savez cette espèce d'idée
absurde pour dire qu'il serait une taupe américaine. Le genre de stupidité dont abuse l'extrême droite. Concernant DLR il me semble quand même qu'ils sont prêt à rompre avec l'UE je pense que ce
qui arrête NDA c'est avant tout les médias, une fois lâché la proposition de sortir de l'UE les médias vont lui tomber dessus. Et il aura encore moins accès à la télévision, il faut prendre aussi
en compte l'influence médiatique dans le jeu politique. Si on parait trop extrême on est grillé, même si on a raison les médias se foutent de la vérité. Il faut faire progresser ces idée petit à
petit, les tentions sur l'euro qui vont apparaitre sous peu seront de bon moment pour soutenir la sortie de l'UE.



Joe Liqueur 05/09/2010 19:43



Je ne peux qu'applaudir…


Vous avez juste omis de citer l'UPR, que vous connaissez pourtant, et dont les propositions vont EXACTEMENT dans le sens que vous
indiquez. Il est vrai qu'à l'UPR (j'en suis) nous avons quelque réticence à envisager des alliances avec les diverses tendances souverainistes "étiquetées" à droite ou à gauche et par ailleurs
bien plus modérées que nous en termes d'indépendantisme (précisément). Mais c'est délibéré (j'en profite pour répondre au passage au commentaire fort pertinent de Mister Jacquot). En gros il nous
faudrait :


1/ Convaincre tout ce beau monde d'adopter des positions idéologiques plus neutres - et là, il faudrait par exemple convaincre les gens du POI de mettre leur marxisme en veilleuse, les orphelins
de Villiers de mettre leurs bondieuseries en veilleuse, les déçus d'E&R de mettre en veilleuse leurs gesticulations "antisionistes" à caractère pétomane, etc : pas évident.


2/ Convaincre tout ce beau monde d'adopter pleinement cette position centrale que vous avez le grand mérite d'exposer sans détours : rompre avec l'Union européenne et non pas seulement avec
l'euro - vous admettrez qu'avec les gens de DLR, ce n'est pas du tout évident !


Vu l'urgence, vu la gravité de la situation, nous pensons qu'il n'est plus temps d'élaborer des stratégies d'alliance plus ou moins tortueuses et sophistiquées. C'est pourquoi nous avons adopté
le principe du rassemblement transpartisan large, centralisateur et sans conditions ; et c'est pourquoi nous nous y tenons fermement.


Au fait, Mister Jacquot, vous avez oublié les déçus du P"S", du P"G" et du P"C"F, encore une longue cohorte… Ils sont quelques-uns à l'UPR.


Pour finir je précise que le choix du terme "indépendantiste" me paraît tout à fait judicieux… et aussi que l'UPR est ouverte aux doubles appartenances. Citoyen de DLR, si tu adhères à l'UPR, on
ne te demandera pas de jeter au feu ta carte DLR… (ce n'est qu'un exemple).


Dernière chose : si je devais moi-même choisir un nom pour ce parti indépendantiste, je ferais encore plus sobre et direct : DEF - Démocratie En France.