Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 18:49

  2007-05-16-merkel-und-sarkozy-property-poster.jpgLa prise de décision d'hier méritait bien un titre en allemand puisque les gesticulations verbales de Nicolas Sarkozy et de sa maîtresse allemande ont surtout servi à cacher le refus allemand dans la fuite en avant européenne. Et ce n'est pas la proposition d'une misérable taxe sur les échanges financiers qui y changera quelque chose. L'idée des eurobonds a, fort heureusement, été définitivement enterré, c'est la seule bonne nouvelle dont on peut se réjouir. Car malheureusement rien de concret n'a été annoncé pour résoudre la fameuse quadrature du cercle infernal de l'euro et de la crise des dettes européennes. Il est vrai que, dans le cadre des outils intellectuels et économiques dont disposent nos dirigeants politiques européens, il n'y a tout simplement aucun outil capable de résoudre la contradiction structurelle de l'euro.  Et l'Allemagne, qui commence à sentir la contradiction qu'il y a dans son modèle économique extravertie, ne semble pas décidée à prendre la seule direction qui vaille. Celle de la relance des salaires et des politiques d'équilibre des balances des paiements pour chaque membre de la zone euro. L'Allemagne au contraire déduira de la situation actuelle qu'elle souffre de l'euro et qu'il lui faudra en sortir. C'est décidément le scénario le plus probable, même si paradoxalement il est le plus dangereux pour l'économie germanique. La réflexion intellectuelle dominante baigne dans de telles erreurs conceptuelles, que les hommes politiques se verront en quelque sorte contraints de prendre des décisions catastrophiques. Les idées défendues sur ce blog, ou par certains économistes politiques et intellectuels, à savoir les idées de régulation commerciale par variation monétaire et par le protectionnisme visant à rendre possible à la fois des politiques de plein emploi et l'équilibre des balances de paiements, ne sont pas majoritaires dans ces groupes sociaux loin de là. Dans les milieux autorisés comme le disait un certain humoriste, l'ambiance est toujours libérale et la logique politique se résume à des raisonnements purement comptables à court terme. Il ne faut donc pas attendre de ces groupes d'individus des solutions alternatives. Ils auront des réflexes qui correspondent à leur cadre de pensée. Même si cela nous conduit irrémédiablement à la catastrophe.  

 

La taxe Tobin, une escroquerie intellectuelle

 

L'une des propositions phares de cette petite réunion fut de créer une taxe sur les transactions financières. C'est une espèce de tarte à la crème qui revient généralement chez les pseudoalternatifs, ceux qui font des propositions pour que seules les apparences changent. Il faut savoir que la taxe Tobin fut à l'origine proposée pour empêcher la fuite des capitaux aux USA lorsque le dollar fut décroché de l'or en 1971. À l'époque, la grande peur des économistes américains, et en l'occurrence celle de James Tobin, était de voir les capitaux s'enfuir à cause d'une éventuelle dégradation de la valeur du dollar. Cette taxe ne fut en fait jamais mise en place et c'est au contraire à cette période que les capitaux du monde entier ont commencé à affluer pour nourrir la bulle économique qu'est devenue l'économie américaine depuis. En réalité, les taxes sur la circulation des capitaux dans un système mondial où ces capitaux sont libres d'aller où ils veulent n'ont un sens que si TOUS les pays du monde font la même chose en même temps. Sinon la seule chose que produirait cette taxe serait de faire fuir les capitaux vers des zones non taxées. En vérité, cette pseudorégulation vise surtout à faire oublier la seule solution possible qui est un retour au contrôle des changes et au contrôle de la circulation des capitaux. Ce qui signifie mettre fin aussi au système des changes flottants qui a montré depuis longtemps sa nocivité. Un contrôle que nous aurions bien fait de ne jamais supprimer. De nombreux pays pratiquent d'ailleurs déjà ce type de politique. On pourrait citer la Malaisie,Singapour, la Chine, etc. En général, ce sont des pays qui résistent bien mieux aux crises, car ils n'importent pas chez eux les problèmes de voisins. Ils contrôlent la valeur de leur taux de change et la circulation des capitaux ce qui les rend imperméables aux facéties de certaines nations et des certains groupes financiers. Avec de telles politiques, l'influence de la finance se réduirait instantanément. Évidemment pour en arriver là encore faudrait-il que nos hommes politiques ne soient pas si proches sociologiquement des milieux financiers. Comme l'avait souligné l'économiste Joseph Stiglitz, ce sont les pays asiatiques contrôlant leurs changes et la circulation des capitaux qui ont réussi à éviter les graves conséquences de la crise asiatique de 1997. La taxe Tobin sert donc surtout à amuser la galerie en faisant semblant d'agir sans rien changer de réellement concret d'autant que son application pratique est toujours renvoyée aux calendes grecques.

 

Plus d'europe c'est surtout plus de problèmes

 

La deuxième grande annonce ne fut guère plus reluisante. Là encore, nous sommes dans la publicité mensongère. En effet, l'annonce d'un gouvernement européen est une vaste blague. Comme je l'avais déjà dit précédemment, l'idée d'une solidarité sur les dettes, à travers le mécanisme des eurobonds, a été oublié. Ce n'est pas pour accoucher d'une solidarité encore plus forte à travers un gouvernement fédéral. Car un réel gouvernement fédéral devrait avoir un budget à la hauteur de ses ambitions. Ce qui signifierait nécessairement un transfère de revenu important entre les états nations actuels et le fameux état fédéral. On parle ici d'au moins 10% du PIB de la zone euro, soit dix fois le budget actuel de l'UE. Il y a fort à parier que les peuples, et les différents états membres y seront opposés. Encore une fois, il n'y a pas de peuple européen et donc pas de solidarité suffisante pour accoucher d'une nation européenne. Une telle évolution ne pourrait se faire que de force et nous conduirait tout droit vers une dictature à la façon soviétique. Qui plus est, cette centralisation extrême, entre des régions économiquement, et démographiquement aussi disparates, ne pourrait que produire des déséquilibres encore plus forts que ceux que nous connaissons à l'heure actuelle. Face à ces disparités, les états membres sous l'autorité suprême du nouveau Politburo bruxellois n'auront plus aucune capacité à diriger leurs propres politiques. Sans dévaluation, sans contrôle sur les impôts qui deviendraient européens avec une « harmonisation fiscale » mettant fin aux libertés des peuples à choisir leur propre modèle social, et sans aucune possibilité pratique de faire quoi que ce soit, la seule solution qui resterait pour équilibrer les comptes extérieurs des pays membres serait l'aggravation des compressions salariales et des budgets publics. Une grande purge libérale pour l'éternité des siècles en quelque sorte.

 

Un état fédéral européen ne serait viable que dans une énorme panne de croissance. L'Europe serait alors unie dans le déclin. Un tel état ne ferait qu'augmenter les politiques régressives que nous connaissons depuis trente ans. L'histoire le prouve d'ailleurs, plus d'Europe c'est surtout moins de croissance, moins d'emplois et moins de hausses salariales. Ceux qui pensent pouvoir à long terme faire du continent un véritable pays avec ce type de politiques se font des illusions, car il est impensable que les populations d'Europe acceptent cette situation sans réagir. Il est de toute façon illusoire de penser que cet état européen puisse un jour exister. Les contradictions de l'UE actuelle sont suffisantes pour couler les structures actuelles. Qui plus est, les exemples abondent sur la dynamique des pays non membres de l'eurozone. On pourrait citer la Suède qui manifestement se porte assez bien malgré le fait qu'elle ait gardé sa propre monnaie. On peut aussi citer l'Islande qui s'est redressée de façon spectaculaire simplement parce que la démocratie y a été respectée, et que les dévaluations ont permis à l'économie et à l'industrie locale de repartir. Ces multiples exemples sont là pour rappeler aux Européens que l'UE et l'euro ne sont pas une obligation. Et que nos peuples ne sont pas obligés de mourir pour réaliser la sainte union des européistes. Cela fait trente ans que les dirigeants français on fait le choix de l'Europe contre celui du plein emploi et de la croissance. Ils avaient promis monts et merveilles. Or tout ce qu'ils trouvent à dire face à la catastrophe à laquelle ils nous ont conduits, c'est qu'il faut plus d'Europe pour s'en sortir. Mais de qui se moquent-ils? J'ose espérer que nos concitoyens si mal informer finiront tout de même par voir la réalité eux qui aujourd'hui sont massivement pour le protectionnisme. Il faut que nos concitoyens passent à l'étape suivante et se rendent compte que rien ne se fera tant que nous serons membres de la zone euro et de l'UE. Rien à part une dégradation constante de leur qualité de vie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

nina 19/08/2011 16:37



N’ayant pu, malgré mes démarches en ce sens, faire valoir mes droits en justice - j’ai en effet contacté des responsables, des institutions et personne n’a pour l’instant voulu m’apporter son
soutien, pourtant nécessaire. Cela a eu toutefois le mérite de faire passer un petit peu mon témoignage - j’ai donc décidé de faire un scandale, le plus énorme possible et c’est pourquoi je fais
circuler l’adresse de deux blogs que, pour l’instant, j’ai pu publier à la suite de ces démarches infructueuses, dans l’espoir qu’à force de tapage, cela suscite suffisamment d’interrogations de
la part des gens pour que je puisse enfin voir les faits que je relate au moins examinés par la justice et être entendue. C’est tout ce que je demande.


 


http://blog-etc-temoignage?.blogspot.com/ 


http://swaplitteraire-nina?.blogspot.com/


 


-------------------------------------------------------


Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez. 


Votre adresse IP (88.124.137.76) sera archivée.



Joe Bserve 19/08/2011 14:37



Un contrôle que nous aurions bien fait de ne jamais supprimer. De nombreux pays pratiquent d'ailleurs déjà ce type de politique. On pourrait citer la Malaisie,Singapour, la Chine, etc. En
général, ce sont des pays qui résistent bien mieux aux crises, car ils n'importent pas chez eux les problèmes de voisins.


J'aime beaucoup ce blog mais la je me porte en faux, la Chine importe l'inflation américaine avec son peg, très loin de s'affranchir des problèmes monétaires américains elle s'en rend
volontairement esclave afin de mener à bien sa politique mercantiliste.


Elle tient d'ailleurs un extraordinaire double discours : les états unis impriment trop de monnaie ... alors on la rachète.


Personne ne met un flingue sur la Chine pour qu'elle rachète le PQ, seulement elle doit expliquer à sa plèbe l'augmentation des prix, le ricain est la victime toute trouvée.


 


Elle rejoind ainsi l'Espagne du XVIéme siècle qui a importé des tombereaux d'or du nouveau monde conduisant le peuple espagnol à la fainéantise et l'inflation, ou plus vraisemblablement le Japon
de la fin du XXème et sa bulle des actifs, la chine importe en masse de la monnaie qui vient s'incarner dans ce qu'elle trouve de tangible, au début simplement l'immobilier et les marchés actions
puis maintant la nourriture...


 


"Il n'est de richesses que d'hommes", remarque fait par Jean Bodin constatant il y'a 500 ans l'inflation en espagne due à l'abondance d'or. Je croyais que l'on savait cela sur ce blog,
nombres de billets en témoignent. 


 


Cela dit je suis ok pour le contrôle des changes, et si un pays commence à le faire les autres pays "victimes" suivront. Et l'on retrouvera l'idéee de nation et de croyance
collective, sinon l'anarchie.(je cite plus ou moins E.Todd)



Trubli 18/08/2011 14:42



Ah Yann,


ce texte est magnifique. Dommage que les fautes de grammaires viennent chatouiller mes yeux. Mais voilà vous avez compris toute l'absurdité de la situation actuelle. Moi qui ai longtemps été
socialiste je suis déçu par Mitterand. Le coulage de la France a commencé le jour où les financiers ont pris le pouvoir : Pompidou, ancien de la banque Rothschild, Giscard, fils de
financier. 



Max 18/08/2011 13:21



Bonjour,


Pour que le titre soit exact il faut écrire au pluriel, ce qui donne


Sie sind Dummköpfe


En revanche, si c'est Merkel qui s'adresse à Sarkozy cela donne :


Sie sind ein Dummkopf ou plus familier Du bist ein Dummkopf


Tres bon article, comme toujours.



Trubli 18/08/2011 11:54



Bonjour à tous,


la taxe Tobin pourrait être appliquée rapidement, seulement cela demande de revenir sur la très libérale liberté de circulation des capitaux, soit au niveau national soit au niveau de l'eurozone
mais ça m'étonnerait car ce n'est pas l'intérêt du Luxembourg.