Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 21:40

  decouverte-petrole-consommation.jpgSi les révoltes du monde arabe entraînent généralement un mouvement de sympathie de la part des populations occidentales, même si celles-ci ont tendance à oublier les dangers inhérents à des révolutions, elles ont aussi la fâcheuse habitude d'oublier dans le même temps l'impact de ces mouvements sur nos propres sociétés. Et l'effet le plus important qui va produire quelques problèmes, surtout en Europe, c'est la forte augmentation du prix du pétrole dans les années qui viennent. L'entrée en instabilité de la Lybie est par exemple une véritable bombe pour les importations énergétiques européennes, en attendant l'Algérie. Et quand on regarde l'histoire ont sait pertinemment que ces pays prendront du temps avant d'arriver  à une situation politique stable. C'est d'autant plus dangereux sur le plan énergétique que nous avons déjà franchie le pic pétrolier, la production avait déjà tendance à ne pas pouvoir suivre la consommation avec des régimes stables on se demande vraiment comme elle pourrait augmenter avec des mouvement populaires de masse et des régimes à courte durée de vie. Il a fallu plus d'un siècle à la France pour trouver un régime correct après la révolution et dans les autres pays  ce ne fut guère plus rapide. Il va donc falloir s'habituer à un moyen-orient encore plus instable qu'à l'accoutumée et pour longue période, donc à une inflation pétrolière encore plus rapide que prévu. Il ne s'agit pas bien sûr ici de critiquer ces révoltes, par ailleurs tout à fait légitimes, tout cela aux noms de nos propres intérêts, mais de prévoir une situation inéluctable et d'en conclure des réponses politiques appropriées.

 

 

L'Europe première victime de la forte hausse du pétrole 

 

      Si la hausse du pétrole à court terme est dangereuse pour la France et la plupart des pays développés, il n'en va pas de même pour les USA. Cette hausse est peut-être un cadeau inespéré pour maintenir l'empire encore quelques années. En effet le dollars étant la monnaie principale utilisée pour les échanges internationaux des matières premières et particulièrement du pétrole, une hausse de la valeur de celui-ci permet d'écouler plus de dollars sur le marché internationale. Il y a en effet comme un lien quasi incestueux entre le pétrole et la monnaie américaine, la valeur du pétrole soutient la valeur du dollars américain et permet en partie à l'oncle Sam d'être sûr d'écouler ses dollars en surplus produit par l'épongement monétaire permanent de ses déficits commerciaux. La crise actuelle au moyen-orient qui peut sembler au premier abord être une brèche en formation dans l'imperium américain, est peut-être en fait sont plus sûr soutien. Il ne me surprendrait pas d'apprendre d'ailleurs dans quelques années que les USA ont soutenu les révoltés et pourquoi pas organisé l'effondrement des régimes arabes, tant cette instabilité politique favorise leurs intérêts économiques à court terme. C'est bien tombé ces révoltes au moment où l'économie US n'en fini pas de sortir de sa crise économique, et au moment où les plans de relance creusent à nouveau les déficits commerciaux qui n'ont jamais été totalement résorbé même avec un PIB en forte contraction et un dollars en chute libre. Bien sûr pas question ici de faire de la conspiration, les USA ne font en fait que profiter d'une situation qui aurait un jour ou l'autre évoluée d'elle même en ce sens. Mais même si les USA n'y sont pour rien, force est de constater que la hausse du pétrole n'est pas une catastrophe pour eux bien au contraire. Évidemment certains objecteront à ces assertions que les producteurs de pétroles pourraient très bien se passer du dollars pour échanger leur pétrole à long terme, mais cela reste une pure vue  de l'esprit, du moins pour l'instant.

 

      Maintenant pour le reste du monde la situation est différente, tout le monde ne possède pas les moyens d'imprimer de la monnaie internationale. Cependant dans la mondialisation actuelle certaines régions ont d'autres atouts à faire valoir. La Chine par exemple n'a en fait pas grand chose à craindre de la hausse du pétrole, son énorme tas de dollars accumulé et qui continue de gonfler année après année, lui garantit de pouvoir se payer son énergie. Elle bénéfie de plus d'une politique énergétique intelligente et souverainiste, elle est aussi maintenant en situation de monopole sur les terres rares, situation dont nous avions parlé il y a quelques mois. Il en va de même pour la plus part des pays en voie de développement asiatiques, ils ont assez d'avantages commerciaux pour se payer leur pétrole. Pour l'Europe et le Japon c'est une autre affaire, leurs marges externes se réduisent de plus en plus, nos pays qui naguère n'avaient aucun concurrents sur les biens avancés, sont aujourd'hui en perte de vitesse. Si le premier choc pétrolier n'a pas eu d'effets d'effondrement pure et simple de nos économies dans les années 70, c'était avant tout parce que les pays producteurs avaient besoin de nos voitures, de nos télévisions, de nos outils etc... Aujourd'hui non seulement les pays producteurs de pétrole importent de plus en plus d'Asie ces marchandises, mais en plus nous importons nous mêmes de plus en plus d'Asie des biens de consommation et des produits finis. Dans ce cadre là, la seule solution sera la contraction de la consommation, nous n'aurons tout simplement pas d'autres choix, nous allons devoir nous passer de pétrole et même de gaz à plus long terme. Et même si demain le dollars est abandonné comme monnaie d'échange l'euro ne sera probablement pas accepté par ces pays. Après tout pour ces pays le plus intéressant à long terme serait de vendre leur pétrole en Yuan, puisque c'est de Chine que provient une masse de plus en plus écrasante des produits qu'ils consomment. Il ne leur servirait rigoureusement à rien d'avoir des euros en lieu et place du dollars.

 

  A moins bien sûr que les élites européennes ne soient judicieuses et ne transforment rapidement l'euro en une monnaie commune d'échelle eurasiatique, au lien d'être cette monnaie asphyxiante qu'elle est pour les peuples d'Europe. En effet en proposant aux pays producteurs de pétrole de faire de l'euro une monnaie de réserve à laquelle ils pourraient participer, nous les aurions de notre coté. Car peut-être qu'ils n'ont pas envie à long terme d'être totalement dépendant des chinois comme ils ont pu l'être des USA. Un euro qui serait la monnaie commune de tout le contient Européen et de tout les pays du pourtour méditerranéen ainsi que des pays d'Asie voulant participer, voila de quoi créer une bonne monnaie internationale. Elle n'appartiendrait à aucune nation en particulier, mais n'aurait pas les inconvénients de l'or.  Cependant dans quelques années il sera trop tard, car la Chine progresse à un rythme qui nous dépasse largement, le temps joue donc pour elle. Si les européens n'abandonnent pas leur construction actuelle pour faire de l'euro une vrai alternative au dollars alors c'est le Yuan qui jouera ce rôle. Il y a bien sûr 99% de chances pour que ce soit ce deuxième scénario qui se concrétise, il va donc falloir penser à une stratégie post-pétrolière.   

 

Les états européens seules face à leurs destins

 

      Comme je l'avais déjà expliqué dans un autre texte les puissances européennes, mais aussi partiellement le Japon,  vont être les premières à devoir sortir du règne des hydrocarbures. Nous n'en avons pas, ou du moins pas assez et nous ne pourrons bientôt plus les importer. Il reste bien entendu à savoir si nous comptons baisser notre consommation de pétrole ou de gaz en passant par la case misère généralisée, ou par une sortie vers le haut, c'est à dire en faisant une transition énergétique vers d'autres ressources, durables de préférence.  Notre continent isolé et en perte de vitesse va devoir apprendre à se passer de beaucoup d'importations à plus ou moins long terme. Et l'instabilité accru du monde arabe ne va faire que précipiter ces nécessaires orientations macro-économiques. Mais ces difficultés pourraient très bien être également une opportunité, en effet ces contraintes obligeront les européens à se réinventer, à reconstruire une société plus auto-centré et capable de devenir réellement durable. Et c'est un chemin que de toute façon l'humanité tout entière devra un jour traverser, même la Chine, car leur victoire commerciale à court terme ne fera en faite que repousser cette question chez eux. Est-ce qu'il est possible de concilier une société industrielle avancée avec  un développement durable? C'est peut-être impossible, mais c'est en Europe qui sera le terrain de test pour cette futur société. Je viens de lire d'ailleurs qu'une nouvelle espèce de microalgue semble extrêment prometteuse pour la production de biopétrole, qu'attendons nous pour nous lancer en France et en Europe dans ce type de production? Va-t-on encore attendre dix ans pour sortir du pétrole? Faudra-t-il que les famines reviennent en Europe pour que nos élites décident enfin de financer des choses utiles en lieu et place de la bourse,de la finance et des banques?

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans écologie
commenter cet article

commentaires

interlibre 28/02/2011 19:48



Va-t-on encore attendre dix ans pour sortir du pétrole? Faudra-t-il que les famines reviennent en Europe pour que nos élites décident enfin de financer des choses utiles en lieu et place de
la bourse,de la finance et des banques?


Vu comme c'est parti je pense qu'on reagira que lorsqu'on sera dans le mur.



olaf 28/02/2011 11:55



Oui, mais on te dira que l'Euro fort ca permet d'acheter moins cher.