Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 20:37

  vers-wallonie-francaise-L-1.jpegNicolas Dupont Aignan a décidé de faire parlé de lui dans les médias par des coups très en dehors de la pensée unique. Le voilà qu'il propose à nos concitoyens de se préparer à un rattachement de la Wallonie à la France. On avait déjà parlé de ce sujet dans un précédent texte, mais il semble que l'histoire s'accélère. Visiblement les flamands ne veulent rien entendre et malgré des reculs constants les wallons se retrouvent au pied du mur, la Belgique semble en voie d'explosion inéluctable. Et comme il vaut mieux une séparation à l'amiable qu'un crêpage de chignon, le député de DLR a décidé de mettre le sujet du rattachement de la Wallonie à la France en vedette.

 

  Je ne dirai rien sur la stratégie de NDA sur cette question, s'il est sincère dans ses convictions, il utilise aussi cette situation pour faire entendre parler de lui, c'est de bonne guerre d'ailleurs. Et cette stratégie de la rupture qui le différencie des "autres" est plutôt bonne à mon sens. Il nous refait ici le coup intelligent sur l'euro pendant la crise grecque ou il abvait bien expliqué que les grecques n'avaient d'autre choix que de dévaluer et donc de sortir de l'euro. D'ailleurs  crise n'est que mis entre parenthèse pour l'instant , nous en reparlerons ultérieurement, les chiffres de l'économie grecque étant catastrophiques.  Cependant en nous questionnant correctement est- il vraiment dans l'intérêt des wallons de rejoindre la nation française? Et pourquoi une petite nation ne pourrait elle pas survivre toute seule?

 

La Wallonie en France qu'elle intérêts?

 

C'est la première question nous viens à l'esprit lorsque l'on parle de cette situation.  Pour la France l'intérêt serait de voir son poids démographique et économique augmenter rapprochant ainsi la grande nation de la période où elle redeviendra la nation la plus peuplé d'Europe de l'ouest. Situation de toute manière inéluctable vue les évolution démographiques comparative entre la France et ses voisins. Mais franchement à quoi servirait cette prise de poids alors que nous continueront à être totalement asservis aux politiques européennes. Imaginons que le Languedoc Roussillon se voit rattacher l'Auvergne l'essentielle de la politique économique continuerait quand même à être le fait de Paris, le Languedoc n'y aurait en fait aucun n'avantage puisque les politiques essentielles celle de la monnaie, des frontière et des politiques publiques resterait dans la capital française. El en va de même avec le rattachement de la Wallonie, dans le cadre européen ce rattachement n'a aucun intérêt puisque de toute manière nous n'avons plus aucun pouvoir réel au niveau français. La France vient même de se voir condamner, certes symboliquement, mais tout de même, par le parlement de Strasbourg pour sa politique à l'égard des Roms. Notre pays n'est même plus maitre de ses frontières et l'on veut se gargariser du rattachement de la Wallonie à la France? C'est du chauvinisme bien mal placé à mon sens.

 

On peut faire le même raisonnement pour nos amis wallons, en effet quel intérêt pour eux de se voir relier à un état qui de toute manière a la même politique économique celle de Bruxelles. Le rattachement n'aura aucun impact en quoi que ce soit pour la société wallonne qui aurait pourtant bien besoin d'une dévaluation et d'une politique de réindustrialisation mais ce n'est pas la France dans le cadre actuel qui la lui donnera.

 

Vers une Wallonie pseudo-indépendante dans l'UE

 

       C'est le schéma vers lequel nous nous dirigerons car de toute manière nos dirigeants n'ayant plus aucune volonté n'oserons rien faire qui sorte des clou de l'euro-dictature.  L'avenir est donc à la division en trois parties de la Belgique, une partie Wallone, une partie Flamande et enfin Bruxelles qui deviendrait un état indépendant. Il s'agit là surement du rêve ultime des bureaucrates bruxellois qui aurait pensent il l'équivalent de Washington pour les USA. A la grande différence que Bruxelles serait plus proche du Vatican que de Washington dans son fonctionnement. En effet contrairement à Bruxelles, Washington a des politiques qui varient en fonction des conditions économiques et géopolitiques, Washigton ne fait pas tout le temps dans l'idéologie. Au contraire Bruxelles a un esprit scolastique,  il s'agit toujours de se référer aux textes sacrés, les fameux traités et aux principes libéraux. De par son  fonctionnement l'UE montre que l'Europe a bien des racines chrétiennes puisque ce sont bien les raisonnements de type religieux qui lui tiennent lui de réaction face au réel. D'où bien sûr les erreurs grotesques que se soit en matière de géopolitique ou d'économie.  Analyser le réel en lui collant des idées souvent fausse ne permet généralement pas d'agir de façon correcte et scientifique. Donc que nos amis wallons se rassure il n'y aura aucun changement pour eux en matière économique, le chômage, la délinquance, les frontières poreuses, le déclin économique, tout çà pourra continuer tranquillement grâce aux grands principes européens qui nous guide "Gloire à Adam Smith et à Saint Hayek".

 

Rattachons la Wallonie à la condition de sortir de l'UE

 

  Je ne serais favorable au rattachement qu'à la condition que nous retrouvions notre propre indépendance et pas avant . Une sortie de l'UE couplé au rattachement de la Wallonie serait d'ailleurs un symbole fort, celui du retour de la grande nation parmi les peuples libres. Un immense coup de poker face au pessimisme européen du déclin inéluctable et du laissez aller qui nous sers de politique économique. C'est d'ailleurs l'unique possibilité qui rendrait viable un tel rattachement, on pourrait alléger les finances wallonnes par une petite remis à zéro de la dette publique couplé à l'intégration de leur système sociale au notre. C'est seulement en retrouvant notre indépendance économique et la possibilité de dévaluer et de protéger notre commerce extérieur, que nous pourrons donner aux wallons une vision positive du rattachement. Et c'est à cette unique condition que ce rattachement deviendra durable et ne se finira pas par un nouveau divorce. Dans ces conditions  cette élargissement du territoire français serait bénéfique, il pourrait même entamer un renouveau de l'histoire européenne et la fin d'une vision pessimiste de l'avenir de notre continent. La prise de poids française poussant les autres nations à se réveiller face à leur propre déclin économico-démographique, la peur de la puissance française pourrait sonner la fin de l'Europe qui s'aime et qui décline, et le retour de l'Europe de la compétition . Certes celle-ci s'est fini en deux tragédie mais l'Europe des bisounours elle nous conduit à la tombe.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans politique
commenter cet article

commentaires

Malakine 14/09/2010 13:14



Non Bruxelles, n'est pas "au milieu" de la Flandre ! :-) je crois que la distance qui sépare le territoire de la région bruxelloise et la wallonie est entre 3 et 10 km, et est composé de communes
majorité francophones. De toute façon la politique de purification linguistique des flamands entrainera d'elle même des déplacements de populations.


Pour ce qui est du sondage, le voici. En effet, le rattachement n'est pas l'option majoritaire, mais la tendance reste forte. Après, il faudrait sûrement nuancer avec les régions. J'imagine bien
qu'à Namur ou à Liège, on doit se sentir davantage français qu'à Bruxelles.


http://www.rtlinfo.be/info/belgique/politique/736064/les-flamands-souhaiteraient-un-etat-bruxellois-independant


Sur les tensions, j'avoue que je ne vois pas non plus de conflit armé, mais diverses expressions de violences privées et sporatiques, ça oui, c'est possible. J'ai vraiment été impressionné de ce
que m'avait raconté mon pote liégeois. C'est beaucoup plus tendu qu'on ne le pense entre les deux communautés. Je savais l'hostilité des Flamands à l'égard des wallons. Désormais la réciproque
est également vraie. Ils en ont vraiment marre !



yann 14/09/2010 12:52



@Malakine


 


Je ne suis pas sûr que les wallons soient si enthousiaste que çà pour le rattachement éventuel à la France. De toute façon il faudra un référendum en Wallonie et en France avant de faire quoique
ce soit sur cette question. Et Bruxelles reste un énorme problème puisque elle est au milieu de la Flandre alors qu'elle très majoritairement peuplée de francophone. On pourrait imaginer un
échange de territoire pour obtenir des frontières contiguës mais cela supposerait des déplacements de population tel qu'on en a pas vue en Europe de l'ouest depuis la fin de la guerre. C'est
pourquoi faire de Bruxelles une espèce de ville état peu sembler séduisante elle élimine le besoin de retailler les frontières.


 


Pour ce qui est de la dette si l'Europe n'était pas géré comme elle l'est il suffirait de la monétiser après tout la dette belge c'est rien du tout à comparaison du reste.  Tout en arguant
que la situation est exceptionnelle et qu'elle justifie donc des solutions elles aussi  exceptionnelles.


 


Sinon je te trouve quand même bien pessimiste imaginer carrément une guerre civile c'est un peu abusif non? A la rigueur quelques jets de tomate et des insultes, mais on ne va quand même pas en
arriver à une situation type Irlande du Nord ou pire Yougoslavie.



Malakine 14/09/2010 12:36



Excuse moi yann, mais ton article est truffé d'erreurs qui montrent que tu connais mal ce dossier.


- Tout d'abord, s'il existe un sentiment national en Flandre, il n'en existe aucun en Wallonie. la "nation walonne" n'a jamais existé et n'existera jamais.Je suis frontalier et à ce titre, il
m'arrive d'écouter la télé ou la radio wallonne. Leur attachement à la France est quelque chose de tellement évident que je ne comprends même pas qu'on le mette en discussion. La Walonnie pour la
France c'est un peu ce qu'est l'Ukraine pour la Russie. L'histoire a pu parfois séparer ces peuples dans des entités politiques différentes (mais pas toujours) mais ils vivent bel et bien dans le
même univers culturel. Alors que Wallons et Flamands vivent dans deux mondes qui n'ont plus aucune connection. En outre, les Wallons que j'ai pu rencontre m'ont dit carrément se sentir Français
et être persuadé le devenir un jour.J'ai même récemment eu l'occasion de discuter avec un jeune Liegeois qui m'avait fait la liste de tous ce qu'ils gagneraient et perdraient en devenant Français
!


- On peut aussi comme tu le fais, rejeter tout argument d'ordre affectif. "la nation est un plébicite de tous les jours", ce genre de chose ... pour tout appréhender exclusivement sous l'angle
économique. L'intérêt du rattachement est ni plus ni moins que le financement des système sociaux ! On évalue actuellement entre 7 et 11 milliards d'Euros les transferts financiers entre Flandre
et Bruxelles-Wallonie, où je te le rappelle il y a un taux de chômage de 17% Je peux te dire qu'ils ne sont pas très sereins en ce moment et effectivement, il y a de quoi être inquiet.


Aujourd'hui les francophones semblent privilégier une union Bruxelles-Wallonie. Un sondage récent met cette solution en tête avec une courte majorité avec quand même plus d'un tiers pour le
rattachement. C'est en tout cas la solution qui est actuellement privilégiée par les responsables politiques et la presse wallonne. L'inconnue porte cependant sur la viabilité économique de cet
ensemble, surtout s'il hérite de la dette Belge au prorata de la population. Comme je l'ai dit dans un mon bloc note de rentrée, je m'attends à une méchante attaque spéculative des marchés
financiers dès que cette solution apparaîtra sérieuse. L'intérêt économique, c'est tout simplement et d'abords la stabilité économique du pays.


Il ne faut pas rigoler avec l'affaire belge. Elle peut à la fois se transformer en nouvelle Grèce et pourquoi pas en nouvelle Yougoslavie, car les tensions communautaires y sont très vives et on
peut très bien s'attendre à ce que ça dégénère.


- Enfin, cette histoire de bruxelles qui deviendrait un district européen est un pur délire qui n'existe que dans l'esprit des anti-européens les plus farouches ou des européïstes les plus
fervents. Depuis le temps que je suis le dossier Belge, je n'ai jamais-jamais-jamais lu quoique ce soit qui accréditerait sérieusement cette hypothèse. Bruxelles pourra peut-être devenir une
Ville-Etat un peu comme le Luxembourg mais jamais un territoire géré par l'Europe !


Sinon, je suis d'accord avec ta conclusion. Tout ça ne prendra sens que lorsqu'on sortira de l'UE, mais à la différence de toi, je n'en ferais pas un préalable. Déjà parce que je pense qu'on ne
peut pas laisser tomber nos compatriotes wallons en attendant cet hypothétique moment. Et surtout parce que je pense que le rattachement sera de nature à réveiller le sentiment national en
France, préalable à la sortie de l'UE. On peut même dire que le poids financier qu'il impliquera pour les finances publiques françaises hâtera la sortie de l'Euro. ceci dit, on peut très bien
aussi rançonner les flamands en exigeant d'eux un soutien transitoire.


-



yann 13/09/2010 18:24



@Tythan


Je n'avais pas vue mes propos sous cet angle en fait. Je ne dis pas que NDA dit ce qu'il dit par hypocrisie, je dis qu'il utilise la situation à son avantage même s'il s'agit de conviction de sa
part. Cela n'a rien de répréhensible, c'est au contraire tout à fait intelligent et logique. Quand au fait que DDV ou JPC n'en parle pas c'est effectivement curieux, mais le plus grave à mon avis
c'est le faible écho des problèmes belges dans les médias français. Nous avons quand même une frontière, une langue et une histoire que nous partageons avec eux! On nous bassine sans arrêt avec
des conflits lointains et quand il y a des problèmes à nos portes c'est silence radio, c'est très très  curieux. A croire qu'il faille attendre une guerre civile pour que les médias s'y
intéresse.


@Ldf


La compétition fait partie de la vie tout comme la coopération elle sont toute les deux vitales à l'évolution. La compétition n'est répréhensible que lorsqu'elle est inégalitaire comme c'est le
cas à l'heure actuelle entre les différente nations du monde. Mais une compétition avec des règles et un arbitre en l'occurrence l'état est tout à fait profitable. Il ne faut pas jeter le bébé
avec l'eau du bain.


 


@red2


C'est un argument qui revient souvent. Il est vrai que dans la mondialisation actuelle les multinationale sont devenue plus grosse que certains état. Cependant dans le cadre que je préconise et
qui de tout façon s'imposera à nous faut de pétrole les marchés rétréciront à la taille des nations. Une fois la mondialisation défaite les multinationales n'existeront tout simplement plus. Les
entreprises reprendront des tailles proportionné aux marchés nationaux.  De plus il ne faut pas oublier que les états et les nations dispose d'un pouvoir en réalité infiniment plus grand que
les multinationales. Personne n'ira mourir pour son entreprise, on meurt pour son pays pour sa famille, pour des idéaux par pour du fric. Quelque soit la différence de taille les multinationales
seront toujours un pouvoir relativement faible. Encore faut-il bien sûr que les états soient dirigés par des gens de convictions et non par des corrompus.


 


@Simplet


 En fait cette question je l'avais abordé dans un texte précédent. Il est évident que tout ce que j'ai dis se passe en conformité avec les principes démocratique et c'est évidement en
dernière instance aux peuples wallons et français de choisir s'ils s'unissent ou pas.


 



Tythan 13/09/2010 17:36



Si je suis globalement tout à fait d'accord avec votre article et y avoir trouvé des informations utiles, je me dois, comme partisan de Nicolas Dupont-Aignan, de réagir à la façon dont vous le
présentez. En effet, vous écrivez:


"Je ne dirai rien sur la stratégie de NDA sur cette question, s'il est sincère dans ses convictions, il utilise aussi cette situation pour faire entendre parler de lui, c'est de bonne guerre
d'ailleurs"... Ou comment accuser hypocritement quelqu'un d'hypocrésie... Ce ne serait pas l'hopital qui se fout de la charité?


Nicolas Dupont-Aignan est à l'évidence sincère sur cette question, tout comme sur celle de l'euro: tout son parcours politique, toute son idéologie rend cette hypothèse la plus probable. Pourquoi
le soupçonner d'arrières pensées (lesquelles d'ailleurs?) inavouables?


Ensuite, NDA est un homme politique. Son job, c'est de proposer une vision, de critiquer les politiques en place et de proposer des alternatives. Et comme nous sommes en démocratie, le but n'est
pas de conquérir le pouvoir par la force, mais de convaincre les électeurs. Et donc de le faire savoir!


De la remarquable solitude de Nicolas Dupont-Aignan sur cette question, je ne vois qu'une chose de remarquable: que seul il soit capable de briser les tabous, d'affirmer ses opinions à la
différence de personnes soi-disant gaullistes (DDV) et autres (JPC) qui se taisent.


Je ne vous comprends donc pas: au lieu de saluer le courage de NDA, la seule chose que vous trouviez à dire (pas sur le fond de la question bien sûr, de cela vous en parlez fort justement), c'est
de jeter le soupçon sur lui!


Très cordialement,


Tythan, sympathisant DLR.