Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 18:53

 mass100-vip-blog-com-280355Barack_Obama.jpgAinsi donc, les politiques contradictoires de l'occident font-elles à nouveau surface. Avec d'un côté une Amérique qui officiellement s'inquiète de la hausse de son taux de chômage, et de l'autre une Europe qui s'enferme dans une politique de contrition salariale et de baisse de la dépense publique. On ne pourra bien sûr que pencher en faveur de l'Amérique pour ce qui est de la volonté de faire baisser le chômage. Il semble bien que même corrompu au plus haut niveau, comme ses consœurs européennes, les élites américaines gardent encore un soupçon de bon sens face à la réalité du monde. Il faut dire également que l'Amérique n'a pas décidé de sortir de l'histoire et de laisser aux autres peuples le soin d'écrire ses orientations économiques ce qui n'est pas le cas de la vielle Europe aujourd'hui dominer culturellement et mentalement. Les USA gardent une farouche volonté politique et restent persuadés que ce sont bien les politiques menées qui orientent l'évolution économique, et non une espèce de météorologie hasardeuse poussant un coup vers la récession, puis un autre vers la crise. L'Europe, elle, se laisse flotter sur le flot de l'évolution économique considéré comme naturelle et comme étant la résultante de l'orientation du saint marché. Nous voyons dans cette affaire que c'est bien l'Europe et non les USA le royaume le plus achevé du libéralisme triomphant. Et c'est aussi dans cette région du monde que les crises seront les plus violentes et destructrices tant l'abandon de toute forme de politique y est devenu la seule et unique pratique. La politique n'étant plus considérée que comme un moyen de communication pour faire croire que l'on fait quelque chose.  

 

Les USA dans l'impasse libre-échangiste

 

   

La proposition de Barack Obama de vouloir faire une nouvelle relance de 447 milliards de dollars est tout à fait pertinente. Quoi qu’en dise les malades mentaux de l'équilibre budgétaire que sont ses opposants républicains, ou les dégénérés qui se pensent sage et qui dirigent la construction européenne. Tout montre pourtant que les politiques de laissez-faire ou de contrition de la demande ne font en général qu'aggraver le problème en détruisant les ressources. Même le très officiel organisme du CNUCED le reconnaît. Nous en avons parlé ici moult fois et la situation de la Grèce nous montre vers quoi les politiques de réduction de la demande dans le but de rééquilibrer les comptes publics ne règlent jamais les problèmes d'endettement, mais les aggrave.  Cependant, il y a trois obstacles majeurs qui s'opposent et s'opposeront à nouveau à la réussite du plan de relance d'Obama. Des obstacles qui font que ce nouveau plan ne marchera pas mieux que le premier et peut-être même moins bien.

 

 

 

 

   En premier lieu, la nature de ce plan de relance est loin d'être optimale pour réactiver l'économie. L'une des mesures habituelles aux USA étant de baisser les impôts ce qui en pratique n'est pas la meilleure méthode pour relancer la demande, car ce genre de baisse ne touche pas prioritairement les ménages qui ont la plus forte propension à consommer. De plus, on sait que les impôts sont trop bas aux USA surtout pour les populations les plus riches. Les USA connaissent aujourd'hui un niveau d'inégalité aussi élevé qu'au début du vingtième siècle, la baisse d'impôt n’est donc pas une bonne idée, il faudrait très certainement fortement les augmenter sur les tranches les plus élevées. Rappelons d'ailleurs au passage qu'après l'époque de Roosevelt les impôts sur les tranches les plus élevées atteignaient 94% des revenus. C’est seulement avec ce traitement de choc que la course à l'inégalité, qui empêchait le bon fonctionnement de l'économie en produisant des bulles de toute sorte, a pu être enrayée. En focalisant la relance sur la baisse d'impôt, vous minimisez ses effets en maximisant la production d'épargne, car les revenues supplémentaires dégagées par ces baisses ont de fortes chances de ne pas être utilisé dans la consommation courante, mais plutôt épargnée. Je rappelle ici que la propension à consommer est d'autant plus forte que le niveau de vie est faible, un pauvre utilisera naturellement une plus grande part de l'argent qu'il gagne dans la consommation qu'un riche. Bien sûr, cette règle n'est pas générale, il y a des exceptions et des façons d'être culturelles qui rentrent en compte. Un chinois pauvre aura ainsi plus tendance à épargner qu'un américain pauvre. Cependant le bon sens nous indique tout de même qu’au fur et à mesure que notre revenu augmente l'on a plus de mal à l'utiliser dans la consommation courante, même en étant très imaginatif. On transforme donc le nouveau revenu en épargne, ce qui collectivement se traduit par une forte augmentation du niveau de capitaux disponibles. Capitaux, qui s'ils ne trouvent pas d'utilité, produiront soit des bulles, soit une dépression à cause de la diminution de la vitesse de circulation monétaire que cela engendre. La thésaurisation étant la pire ennemie d'une société à forte productivité.

 

 

historic-tax-rates-usa.jpg

 

saez.jpg

 

Mais au-delà des choix dans l'organisation du plan de relance, il y a un autre élément qui va nuire au plan d'Obama. C'est la nature même du système politique américain. Les républicains vont tout faire pour empêcher l'application de ce plan en réduisant sa portée. Comme ils l'ont fait avec le précédent d'ailleurs. La politique demi-keynésienne d'Obama n'aura jamais le soutien de ses adversaires et le poids des lobbys de toute sorte fera que ce dernier sera réduit à peau de chagrin. De plus, le niveau du plan de relance est tout à fait insuffisant pour véritablement relancer la croissance. Pour tout vous dire le premier était déjà largement sous-dimensionné par rapport aux besoins en terme d'emploi et de croissance. Pour s'en rendre compte, il suffit de calculer ce que font 447 milliards de dollars par rapport au PIB du pays. En prenant le chiffre de 14500 milliards de dollars pour le PIB US, le plan de relance ne pèse en fait que 3% du PIB ce n'est en fait pas grand-chose. À l'époque de Roosevelt, les dépenses avaient atteint des taux nettement supérieurs sans pour autant être suffisantes pour relancer la machine durablement. Ce n'est qu'en atteignant le niveau des dépenses de guerre des années 40 que l'économie a pu atteindre le plein emploi. Comme le disait Keynes, il semble que les dépenses massives, les états n'en soient capables que pour faire la guerre et non pour remplir la satisfaction des besoins de leurs propres populations. Les comptables libéraux cessent d'ailleurs leurs critiques dès lors qu'il s'agit des affaires de la guerre et des intérêts de leurs proches. En ces périodes, ils sont alors d'invraisemblables dépensiers, mais jugent ces mêmes dépenses de gaspillage dès lors qu'elles sont dirigées vers la construction d'hôpitaux, de HLM, ou d'investissement public. L'Amérique est en partie en proie à ce dilemme, on se souvient que le keynésianisme guerrier de Regan n'avait pas vraiment heurté les chantres de l'équilibre budgétaire à l'époque, car il s'agissait de vaincre les méchants Soviétiques. Cette dichotomie de l'esprit qui consiste à juger les dépenses de solidarité comme du gaspillage et les dépenses militaires ou financière ( par exemple les aides aux banques), comme des nécessités font partie des bizarreries qui feront certainement rire les historiens du futur qui se pencheront sur l'origine de l'effondrement des civilisations occidentales.



Dernier point qui est le plus important à mon sens, le plan de relance va surtout accroitre les importations comme le fit le premier plan. Je l'ai déjà dit dans d'autres textes, mais je le répète. Les USA sont dans la même situation que la France en 1983 et probablement en pire. Le niveau de dépendance aux importations est tel qu'il réduit à néant l'impact sur l'emploi productif les effets de plan de relance. Ces derniers ne réactivant que la production d'emploi de service ce qui creuse inexorablement les déficits commerciaux. C'est d'autant plus vrai que l'Amérique est seule à faire ce type de politique tout comme la France était seule à faire une relance au début des années 80. Dans ce type de cas de figure, il faut impérativement prendre des mesures pour minimiser les importations et maximiser la consommation locale. Or on n’entend absolument rien comme proposition sur cette question, Obama avait d'ailleurs récemment fait un discours sur les bienfaits du libre-échange. L'Amérique a oublié sa propre histoire. Et le fait que jusqu'en 1945 les importations étaient taxées à 50% en moyenne ce qui avait comme avantage certain de faire que les politiques de relance réactivaient surtout la production locale. Consommer des produits chinois fabriquera certes des emplois chez Wall Mart, mais créera mécaniquement une fuite de la masse monétaire vers l'extérieur du pays. Ce n'est pas un hasard si avec l'augmentation des importations les effets des plans de relance diminuent année après année pour devenir pratiquement nuls comme en 2008-09. Il est tout simplement impossible de réactiver une croissance auto-entretenue si le pays a de forts déficits commerciaux. Injecter des liquidités dans ce contexte revenant à verser de l'eau dans une passoire en espérant la remplir. On a affaire à une politique semi-keynésienne, c'est à croire que les élites américaines ne comprennent pas le concept de circuit économique. Les USA ne sont plus assez gros pour ignorer le reste du monde et l'Asie. Ou peut-être que les élites US comptent sur une forte dévaluation du dollar, mais il y a fort à parier qu'en pareil cas le yuan suivrait, les Chinois ayant collé leur monnaie à celle du des USA. En pareil cas, la compétitivité des USA ne s'améliorerait que contre celle de la zone euro, mais cette dernière pratiquant des politiques de déflation salariales, le gain économique potentiel pour les USA ne serait guère élevé. Si les USA continue dans cette direction, les réactionnaires monteront au pouvoir en prônant des politiques à l'Européenne au nom du « bon sens » comptable. Tout comme l'on fait les idéologues néolibéraux en France après la rupture de 83. Une rupture que l'on a appelé le tournant de la rigueur et dont nous ne sommes jamais sorties. Si Obama veut vraiment une politique de plein emploi, il lui faut s'attaquer aux intérêts des grands groupes et il faut des politiques protectionnistes d'accompagnement aux politiques de relance.



L'Europe l'empire libéral en décrépitude

 

trichet.jpegPour l'Europe la situation est en fait plus simple, le continent continue dans sa direction d'autodestruction macroéconomique qu'il pratique depuis les années 70-80. La seule différence c'est qu'aujourd'hui la locomotive américaine qui donnait l'illusion que ces politiques étaient saines a disparu. L'Europe a un PIB trop gros pour être tirée uniquement par le dynamisme économique du reste du monde et notamment des USA, c'est d'autant plus vrai que ces derniers sont eux même en proie aux difficultés dont nous avons parlé. Jusqu'aux débuts des années 2000, l'Europe a vécu aux crochets des politiques de relance de l'oncle Sam. Le problème c'est qu'aujourd'hui elle est fortement concurrencée par l'Asie qui la remplace en matière de zone d'exportation et qu'en plus elle s'est empêtrée dans une monnaie unique qui ne pouvait en aucun cas marcher. L'Europe est sans doute la seule zone du monde où les dirigeants croient réellement aux fadaises libérales. La mécanique européenne a d'ailleurs été un outil formidable pour atteindre l'idéal libéral d'une société sans état et sans responsabilité collective.

 

La crise de l'euro loin d'être le réveil que l'on aurait pu attendre, a été au contraire une occasion pour les idéologues néolibéraux d'accroitre encore la pression sur les états membres. L'Europe se lance dans la folle politique de déflation salariale volontaire alors même qu'elle ne peut plus compter sur les exportations pour tirer sa croissance économique. Mais les élites ne cherchent même pas à résoudre le problème du chômage. La seule chose qui les intéresse ce sont les cours de la bourse et la prospérité du système financier. L'Europe est devenue une immense corporation dirigée par des intérêts privés qui se cachent de moins en moins et dont les discours ne font même plus semblant de s'intéresser aux problèmes de la population. C''est probablement là que la division entre les USA et l'Europe était le plus palpable. Bien qu'étant moi même peu soupçonnable de proaméricanisme, je dois dire que je trouve les priorités de l'état US plus nobles que celles de l'élite européenne. On peut dire ce que l'on veut des USA, force est de constater que même s'ils font n'importe quoi une partie de l'élite a encore conscience des intérêts de sa population, on ne peut pas en dire autant de la très très vieille Europe. Il ne nous reste plus qu'à espérer que l'explosion de l'euro fasse chavirer cette construction c'est la seule porte de sortie pour les peuples d'Europe. Sinon, ces derniers devront s'habituer à une crise sans fin encore plus difficile que celle des années 30.

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 22:33

 

Nouvelle forte baisse boursière ce vendredi. Comme prévu les chiffres économiques grecs et américains sont mauvais, mais ce n'est une surprise que pour les marchés boursiers et les vendeurs de soupe qui servent d'économiste à la télévision. Malgré les tripatouillages statistiques, le chômage US continue d'être à son plus haut niveau. Plus grave, comme nous l'explique Jean Luc Gréau dans ce texte, c'est que le taux d'emploi déjà mauvais avant la crise reste très en deçà de son niveau d'avant 2007.  Le nombre d'emplois aux USA est inférieur de 7 millions aux chiffres de 2007. Or durant ce laps de temps de quatre années la population active s'est accrue, on comprendra dès lors pourquoi le taux de chômage ne risquait pas de baisser. Les USA ne sont pas l'Allemagne, ils n'ont pas une démographie en déclin capable de produire une baisse du taux de chômage en période de contraction du nombre d'emplois. Il leur faut comme pour l'économie française une création d'emploi annuelle minimale, ne serait-ce que pour stabiliser le taux de chômage. La Grèce elle non plus n'a pas rassuré les marchés, et pour cause, le déficit public se creuse encore malgré la bonne purge infligée à son économie. Le déficit atteindra ainsi les 8,8 % cette année et la récession devrait dépasser les 5% aux dernières estimations. Comme prévu la diminution de la demande intérieure par la contraction brutale des dépenses publiques a produit un affaiblissement de son PIB si important que les rentrées fiscales ont plongé plus vites que les économies effectuées par le gouvernement. En considérant les états comme des acteurs micro-économiques, c'est-à-dire comme des particuliers ou des entreprises devant équilibrer leurs propres comptes, les économistes néolibéraux ont produit et préconisé des politiques suicidaires.

 

 

 

  Car les états ne sont pas des acteurs normaux, ce sont eux qui font en quelques sortes le lien entre tous les acteurs économiques du pays. Chaque membre de la société est à la fois producteur et consommateur, et les emplois publics si décriés, font également fonctionner les acteurs privés, même si ces derniers n'en ont pas souvent conscience. La monnaie circule ainsi entre tous les acteurs du système et cet échange se retrouvant dans les bilans. Certains voient l'échange en positif sur leurs comptes, et d'autres en négatif.  Nous sommes tous à la fois clients et producteurs de richesse, et cet échange se fait par la masse monétaire en circulation dans le pays. Le déficit public de l'état n'est en réalité pas une mauvaise chose pour tout le monde. En fait, le déficit veut dire que l'état fournit à la collectivité un investissement et un travail supérieur en valeur à ce que l'état demande à cette même collectivité sous forme d'impôt. Ce n'est pas un hasard si les déficits publics explosent en période de récession. C’est simplement dû au fait qu'il y a une réduction de l'activité économique qui se traduit par une réduction des dépenses des acteurs privés. In fine à masse monétaire constante il est normal que le bilan bancaire des états devienne alors fortement négatif. Le seul moyen pour que l'état maintienne son équilibre budgétaire en période de faible activité économique étant de réduire cette masse monétaire, or on sait en pratique que cela provoque des récessions, puis des dépressions économiques. Autre point sur lequel il faut insister, les déficits commerciaux produisent eux des fuites monétaires qui doivent elles aussi être compensées quelque part par le système économique pour éviter l'effondrement total de l'activité. Il y a un mécanisme qui transforme, par les multiples intermédiaires qui composent la société, le déficit commercial en déficits publics et privés puis en endettement.



La collusion de déficits commerciaux incompressibles à cause de certains dogmes et les politiques de contrition économique ne pouvait donc que produire ces mauvais chiffres économiques. Et l'on ne voit pas bien comment la situation pourrait changer tant que ces boulets seront attachés au pays de ces nations en perdition et la France en fait partie.

 

La réalité US en chiffre

 

 

Pour en revenir à des considérations plus concrètes concernant la rechute d'aujourd'hui, nous allons réactualiser notre grille de donnée sur la situation macroéconomique américaine. Car c'est bien la situation américaine qui est au cœur du problème économique mondiale eu égard à la place que ce pays tient dans l'organisation actuelle de la planète. En regardant le site shadowstats, on peut observer les évolutions de l'emploi US depuis 2007, le graphique ci-dessous montre ainsi la création d'emploi secteur par secteur depuis le début de la crise. Bien entendu, celle-ci fut négative près de 7 millions d'emplois ayant été détruits depuis cette période. Les créations récentes n'ont pas vraiment compensé les pertes. Le seul secteur à avoir vraiment créé des emplois est celui des services médicaux et de l'éducation, ces secteurs ayant probablement bénéficié d'une forte intervention visant à contrecarrer les effets de la récession.

 

 

emplois-perdusUS.gif

US-trade.png

 

 

 

    Le problème c'est que ce type d'emplois, s'ils sont bien évidemment nécessaires, ne produisent rien sur le plan industriel. Ce sont des emplois de  services. Ces emplois ont donc eu un impact certainement positif sur le plan de la consommation intérieur, mais négatif sur celui de la balance des paiements.  Si la croissance américaine retombe, c'est que les emplois qu'elle crée sont d'une part trop peu nombreux pour compenser les pertes. De ce point de vue, les économistes comme Krugman ont eu raison de dire que les plans de relance US d'Obama étaient bien trop timorés. Mais, en plus, ils n'étaient pas commercialement viables, car aggravant le gouffre commercial qu'est devenue la balance des paiements US. L'augmentation de la masse monétaire aux USA ne peut plus se faire qu'à coup de planche à billets, maintenant que l'imprimante à bons du trésor est tombée en rade, plus personne à l'étranger ne voulant en acheter. Le rôle de monnaie internationale du dollar et l'intérêt de certaines nations fortement exportatrices aux US permettent toutefois à la monnaie américaine de continuer à flotter contre toute logique monétaire. On remarquera également en regardant la quantité totale d'emploi privé aux US sur le graphique ci-dessous que la situation américaine est mauvaise depuis 2000. Sur le plan de l'emploi, on peut parler d'une décennie perdue puisque le nombre total d'emplois ces dix dernières années a stagné. Je rappelle pourtant que la population en âge de travailler a fortement augmenté aux USA durant cette période la population étant passée de 282 millions d'habitants en 2000 à 311 millions en 2011. Soit une augmentation de près de 10%, la simple stagnation de la quantité d'emploi ne pouvait donc que produire une forte hausse du chômage sur la même période.

 

emploi prve US

 

 

À la suite de Jean Luc Gréau, on peut rester dubitatif devant l'aveuglement de nos élites sur la situation américaine. Le même diagnostic pouvant également se faire avec les champions du néolibéralisme comme la Grande-Bretagne ou la pauvre Espagne dont la population commence à nouveau à émigrer alors même que le pays est déjà vieillissant. La quadrature du cercle produite par la logique libre-échangiste qui rend impossibles le plein emploi et la croissance atteint aujourd'hui son paroxysme. Les bourses et les marchés commencent seulement à percevoir l'impasse dans laquelle leur idéologie dominante a plongé l'humanité. Je dis l'humanité parce qu'il faut être particulièrement idiot pour croire que des pays comme la Chine ou l'Inde pourront à court terme remplacer les USA dans leur rôle de consommateur en dernier ressort. Ce genre d'analyse est pourtant répandue et parfois même plébiscitée par certains alternatifs. On cite ainsi souvent la célèbre revue de la chronique agora ou encore l'économiste Olivier Delamarche. Un économiste qui même s'il a du bagout et un certain sens de la communication n'en demeure pas moins un borgne sur le plan de l'analyse économique. Il croit lui aussi que nous assistons à une passation de pouvoir de l'occident vers l'orient, il pense que la situation actuelle se décantera lorsque les Asiatiques prendront le relais de la fameuse croissance. La chronique agora et Olivier Delamarche font partie de ces libéraux lucides qui voient bien l'impossibilité qu'il y a dans le modèle actuel, mais qui reste avec leurs réflexions économiques de comptables. Car c'est malheureusement oublier bien vite la nature même de ces économies qui sont extraverties et qui dépendent largement de leurs exportations vers l'occident pour maintenir leur croissance et leurs investissements délirants. La chute de la maison US produira une crise planétaire et pas seulement occidentale, et bien malin qui pourra deviner quel trait prendra l'économie mondiale d'après. En tout cas, cette journée noire nous montre à nouveau l'absence totale de rationalité des marchés qui brule aujourd'hui ce qu'ils ont adoré hier.

 

La demi-bonne analyse d'Olivier Delamarche:

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 22:35

440px-Codex_Magliabechiano_-folio_70r-.jpg Je vous rassure tout de suite, le blog ne se lance pas dans la théologie, simplement force est de constater que nos dirigeants correspondent parfaitement à la phrase supposée du prophète des chrétiens. La multiplication des plans de contrition montre que les dirigeants n'ont encore rien compris à la nature de la crise. Ils ne cessent de l'amplifier par comportement mimétique et leur casuistique libérale est incapable d'expliquer la nature de la crise que sa propre raison a engendré. Certes, il y a chez certaines de ces élites un cynisme certain, mais je doute honnêtement que ce soit le cas de la majorité des dirigeants français. Lorsque l'on voit ce pauvre parti socialiste qui se lance dans un concours pour savoir qui est le meilleur pour faire de l'austérité, et qu'en plus il y voit un gage de sérieux. On a juste envie de rire. Les partis dominants me font de plus en plus penser à des canards sans têtes qui continuent de courir dans tous les sens simplement parce que les muscles et les nerfs fonctionnent encore. On les voit s'agiter en criant "Il faut plus de libéralisme, il faut moins d'état, il faut plus d'Europe". Ils répètent sans cesse les mêmes politiques que pourtant ils pratiquent depuis le gouvernement Barre dans les années 70. À l'époque le gros premier ministre français vendait sa camelote frelatée mélangeant les pires idées anglo-saxonnes avec les pires idées autrichiennes avec comme but la sortie du tunnel. Vous souffrirez aujourd'hui, mais vous verrez. Demain, vous raserez gratis. Les Français ont bien souffert, mais le bout du tunnel ils ne l'ont jamais vu. Et c'est avec les mêmes politiques qu'encore une fois l'on va essayer de résoudre la crise.  

 

Il est vrai que ces trente dernières années les accalmies relatives ont pu faire croire à certains que la crise des années 70 était finie. Et que, moyennant une bonne attente et l'effondrement démographique, l'on pourrait voir un jour la fin du chômage. C'était ne pas voir que le néolibéralisme et les politiques anti-étatistes primaires ne pouvaient perdurer que grâce aux stabilisateurs keynésiens et aux multiples délires de surendettement qui ont pu exister grâce à la libéralisation totale de la finance. Ce sont les gabegies que les libéraux n'ont eu de cesse de critiquer qui ont empêché le système économique de s'effondrer totalement. Et cela durant toute cette longue période d'agonie intellectuelle, industrielle et politique que furent les années 73-2007. Comme le dit si bien Emmanuel Todd les néolibéraux sont maintenant seuls face à la réalité. Car les libéraux ont détruit leurs adversaires non sur le plan intellectuel, mais par l'accaparement de tout l'espace médiatique. Les libéraux sont en effet les premiers à violer leurs propres principes tout comme les communistes naguère, la liberté d'expression n'est bonne que pour ceux qui étaient dans le camp des "raisonnables" et du cercle de la raison. Le résultat nous le voyons aujourd'hui, les élites ne comprennent rien, leur unique grille de lecture  leur fait répéter inlassablement les politiques qui ont pourtant provoqué la situation. Ils sont à l'image d'un pompier essayant d'éteindre un incendie avec de l'essence et pensant que la seule chose qu'il puisse faire c'est d'accroitre le débit pour éteindre le feu. Les politiques ne sont pas les seules à ne rien comprendre d'ailleurs il suffit de lire les articles des journalistes pour s'en convaincre. Ainsi l'on peut rire en lisant le titre de la dernière dépêche AFP concernant la hausse du chômage.

 

"La conjoncture économique plombe la lutte contre le chômage "

 

Si vous ne voyez pas ce qui est drôle, alors je ne peux rien faire pour vous. C'est une inversion totale de la logique de l'économie réelle, car c'est la hausse du chômage qui plombe en réalité l'économie. Nos journalistes et nos dirigeants en sont à un tel point d'incompréhension du réel qu'ils pensent l'économie comme un truc externe au travail, à la vie des gens, aux salaires, etc.. Pour eux il y a l'économie qui fonctionne toute seule, et puis si elle est gentille et si on lui fait des sacrifices (en réduisant les salaires, en cassant des fonctionnaires ou en brulant des communistes), peut-être qu'elle daignera produire des emplois. On marche littéralement sur la tête, on a affaire à des adorateurs de totems magiques. À ce stade-là l'économie est plus proche du Vaudou qu'autre chose.  On voit les mêmes réactions ailleurs avec des raisonnements cloisonnés ignorant les fondamentaux du fonctionnement économique. Ainsi en lisant un article informatique je tombe sur ce lien de la tribune nous annonçant un effondrement des ventes de PC en Europe. En effet, les ventes ont baissé de 19% au printemps. Pensez-vous que le journaliste aura fait le lien avec la conjoncture et l'effondrement de la croissance et de la production partout en Europe? Non, c'est la faute aux tablettes graphiques, aux notebook, à la pluie, aux extraterrestres et probablement à la démission de Steve Jobs qui a provoqué un afflux vers les produits Mac. En aucun cas, cela ne peut être la faute de la stagnation des salaires et de la dégradation de l'emploi. Nos journalistes sont tellement habitués à trouver normal qu'il y ait de la croissance de la consommation sans hausse de salaire qu'ils n'arrivent pas à comprendre que cette croissance provenait des crédits et que l'arrêt de la consommation à crédit ne pouvait que provoquer cette baisse de la consommation. Trente ans de néolibéralisme n'auront pas seulement désertifié notre appareil industriel. Cela aura également désertifié les cerveaux de nos contemporains. Cette affaire de grigri économique me fait d'ailleurs penser à l'excellent épisode de Southpark sortie en plein crise des subprimes, je crois que cet épisode est même encore en dessous de la réalité par certains côtés:

 

 

 

 

Faire la bise aux riches, pour taper les pauvres

 

La plus grosse blague est quand même cette histoire d'impôts sur les riches que ces derniers consentiraient à faire (qu'ils sont généreux") à condition de bien casser l'état providence et les "rentes" sociales. J'use du terme de rente sociale parce qu'il me semble que c'est la vision que ces gens ont de la politique sociale, pour eux c'est une rente et une anomalie. Alors même que les riches vivent eux-mêmes de rente beaucoup plus considérable lorsque l'on connait la répartition du patrimoine. Car les vrais parasites ce sont bien les riches qui coutent infiniment plus qu'ils ne servent la société dans laquelle ils vivent. Pour vous donner un ordre de grandeur, vous pouvez lire l'article de Patrick Raymond. Il montre d'ailleurs l'impossibilité qu'il y a à sauver l'économie par les taxes sur les pauvres. C'est d'autant plus grotesque que l'on sait pertinemment que les riches sont globalement moins taxés que les autres eu égard à leur capacité à jouer sur les lois pour planquer d'énormes masses de capitaux dans les paradis fiscaux. Ils le savent d'ailleurs pertinemment, la hausse d'impôt même forte n'aura aucune incidence tant que l'état ne mettra pas fin à la libre circulation des capitaux. Tout ceci n'est qu'un grotesque plan marketing visant à justifier toujours plus de sacrifices pour ceux qui subissent déjà les effets de la crise. Une crise provoquée par ces mêmes couches supérieures et leurs délires libertaires.   On parle souvent de dégraisser le Mammouth en critiquant l'éducation nationale. On pourrait enfin penser à dégraisser les riches, dont la plupart en France, comme dans d'autres nations occidentales, ne sont que des héritiers. L'héritage qui est pourtant la quintessence de l'immobilisme qu'ils critiquent tant.

Partager cet article
Repost0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 22:44

friedmantime.jpgL'une des idées les plus néfastes exprimées par la "pensée" néolibérale fut probablement de vouloir présenter le vice sous les traits de la vertu. Non seulement en préconisant contre le bon sens naturel des individus l'égoïsme, et la compétition sans règle qui se résume au massacre des plus faibles par les plus forts, mais aussi en présentant les inégalités entre les êtres humains comme un phénomène naturel. Les néolibéraux sont même allés jusqu'à justifier la croissance des inégalités à des niveaux délirants, comme le connaissent à l'heure actuelle les USA, en produisant tout un verbiage savant cherchant à démontrer que toute la société finirait par bénéficier de ces inégalités. On connait ainsi le proverbe néolibéral qui présente le communisme égalitariste comme étant une doctrine partageant équitablement la misère. Le raisonnement néolibéral pensant au contraire qu'en favorisant les individus "exceptionnels" que seraient les entrepreneurs et les créateurs de richesses, on augmenterait la richesse globale et donc le niveau de vie des moins bien lotis. La pensée néolibérale est ainsi en partie une perversion des théories de Darwin. Théorie probablement incomprise des néolibéraux eux-mêmes, celle-ci s'attelant surtout a expliqué l'évolution des espèces sur de longues périodes de temps. Appliquer les idées de l'évolution par la compétition directement à la sphère culturelle et économique est en fait une démarche bien peu scientifique. D'autant que l'on sait que la coopération et les symbioses existent aussi dans la nature où tout ne se réduit pas à la compétition.  

 

  On pourrait même dire par certains côtés que le néolibéralisme est une caricature des pensées inégalitaires de la fin du 19e siècle coincé entre le naturalisme d'un Nietzsche ultrasimplifié et un délire de darwinisme social. L'idée de se référer à la science naturelle pour justifier les comportements les plus méprisables est de toute façon une constante dans le fonctionnement de la pensée économique. On peut penser à Mandeville et ses abeilles par exemple. Le néolibéralisme partage aussi avec les réflexions du 19e siècle le scientisme, et cette espèce de conviction de toute puissance lui interdisant le doute sur ses propres réflexions. Une absence d'humilité qui condamne en réalité toute réflexion réellement scientifique, car le doute est la base même de la raison et de l'esprit scientifique. Réduire d'ailleurs la vie humaine à une question d'optimum économique révèle le caractère essentiellement maladif des penseurs du néolibéralisme.

 

Le néolibéralisme, une sauvagerie faussement libérale

 

 

  Il y a également une opposition logique entre le fait de rechercher la liberté et le fait de supprimer les règles et les mécanismes d'organisation sociaux. En effet, la notion de liberté est une notion fortement élastique dès que l'on commence à chercher et à comprendre un peu le sens des mots. Comme je l'avais dit dans un texte précédent, on est jamais libre dans l'absolu, on est libre par rapport à quelque chose. Nous ne serions réellement libres de tout que si nous étions des êtres éthérés sans aucun besoin d'aucune sorte. Mais qu'adviendrait-il alors de nous si nous n'avions aucun besoin? Dans le monde réel, nous avons des contraintes qui sont le fruit de notre existence, nous devons manger, boire, dormir. Nous craignons le froid, nous aimons, nous détestons, nous sommes curieux, etc.. Autant de choses qui sont à la fois des contraintes et des motivations à l'existence, car ce sont ces contraintes qui font que nous existons. Nous naissons donc esclaves, en quelque sorte. La liberté dans ce sens est donc très relative, et elle consistera essentiellement à nous rendre libres de choisir la façon dont nous répondrons à nos contraintes. La liberté est essentiellement une notion qui interviendra dans la recherche de la satisfaction de ces besoins, ce n'est donc pas la liberté dans l'absolu.

 

 

C'est ici qu'il faut un peu sortir des raisonnements purement individualistes comme le font les néolibéraux et qu'il faut un peu commencer à se questionner sur la mécanique collective. En effet, nous vivons dans un monde physique limité. Par exemple un monde où il y a autant d'hommes que de femme et donc un monde où il sera difficile de parvenir à satisfaire les envies et les désirs sexuels de tous en même temps. Car la nature n'est pas ainsi faite que chacun puisse trouver un partenaire à la hauteur de ses désirs, si tant est que cette hauteur soit réellement atteignable. Le domaine de la sexualité est d'ailleurs fortement intéressant, car il s'agit probablement du lieu sur lequel le marché libre et sans règle a fait le plus de dégâts. En effet en amour il n'existe pas de gain de productivité pouvant accroitre le gâteau. Et en attendant le jour très fantasmé chez nos amis japonais où les robots sexuels feront leur apparition, comme dans « Ghost in the shell », le marché du sexe restera un gâteau stagnant. De fait, la logique de compétition produit une maximisation non de la satisfaction en moyenne, mais de la satisfaction d'une petite partie de la population. Et une immense frustration chez tous les moins bien lotis. À cela s'ajoutent la mécanique marchande et les médias de masse qui nous ont inculqué des désirs de perfection trop excessifs pour que notre entourage proche puisse y répondre. Le marché du sexe est donc une caricature de ce vers quoi conduit une logique de pure confrontation des individus sans règle et sans limitation collective. Cela mène vers une société très inégalitaire malheureuse et fortement dépressive où quelques-uns ont tout, et les autres riens.

  

Dans le domaine économique, l'absence de règle ne conduit pas à la victoire des individus les plus aptes à améliorer le sort de la collectivité, mais de ceux qui au contraire sauront maximiser leur ponction sur le reste de la société. La compétition sans règles ne mène qu'à la barbarie et à la domination, non pas des plus intelligents ou des plus travailleurs, comme aiment à le dire les néolibéraux, mais à la domination de ceux qui sont le plus aptes à violer les plus élémentaires des règles de vie sociale. La profusion de corruption et l'inefficacité spectaculaire de nos élites malgré les milliards qu'elles pompent sur le dos de l'appareil productif, devraient nous faire enfin comprendre une chose, l'individu qui n'est mû que par l'appât du gain n'est pas le plus efficace pour diriger une société. Et l'absence de règles n'a pas libéré la créativité, elle l'étouffe en écrasant ceux qui aiment les arts, les sciences, la création au profit de ceux qui n'aiment que l'argent que ces processus créatifs produisent . Notre société néolibérale favorise ceux qui aiment créer pour gagner un statut social et non ceux pour qui l'acte de créer est le but même de leur action. C'est ce qui explique le déclin généraliser les arts et des sciences occidentales. Au lieu de favoriser les meilleurs, le néolibéralisme favorise les plus mauvais pour l'intérêt collectif. Maximiser l'individualisme n'a pas maximisé l'efficacité collective, et ce n'est guère étonnant en réalité.

 

L'inégalité réduit l'efficacité économique

 

Mais au-delà des questions d'ordre philosophique,si l'on s'en tient à la simple question économique, les raisonnements néolibéraux qui consistent à présenter les inégalités comme un moyen d'optimiser la croissance et la prospérité sont tout simplement faux. Ils sont faux non seulement dans la pratique, les nations fortement inégalitaires n'étant pas plus productives, mais aussi d'un strict point de vue logique. Tout d'abord, rappelons que comme je l'ai dit précédemment l'absence de règle de limite ne permet pas aux créateurs, ceux qui créent pour créer et non uniquement pour gagner de l'argent, de s'imposer. Ces derniers sont en général écrasés par les individus les plus égotiques et moins créatifs. Sans règle les gros écrasent les petits et les nouvelles idées, les nouvelles techniques peuvent avoir bien du mal à sortir. On sait d'ailleurs d'expérience que les marchés sans règles et sans acteurs externes pour limiter les abus conduisent toujours au monopole ou au cartel. Dans un tel cadre, la compétition et la concurrence n'ont plus guère de sens. L'univers sans frontière et sans règle des néolibéraux conduit donc à l'inverse de ce qu'ils semblent chercher à promouvoir. Un peu comme l'on remarquera avec Frédéric Lordon que le néolibéralisme est une politique qui produit du surendettement et non du désendettement public et privé. En un sens, le néolibéralisme est naturellement antinomique avec ses objectifs affichés.

 

Ensuite si l'on raisonne au sens collectif et plus uniquement au niveau des individus, l'idée de maximiser les inégalités consiste au final à concentrer la consommation des biens en haut de la pyramide sociale. L'idéal, en ce sens, étant la société victorienne de la fin du 19e siècle en GB, toutes les richesses étant essentiellement accaparées par une fine tranche de la population. Le problème de ce raisonnement est que d'une part l'on ne voit pas en quoi il serait normal que ceux qui produisent la richesse ne bénéficient pas de son accroissement fruit de leur labeur. Car il ne faut quand même pas oublier ici que ceux qui s'enrichissent sont essentiellement ceux qui possèdent les moyens de production, on ne contredira pas Marx sur ce point. Et que les possesseurs de ces moyens de production sont rarement les créateurs dont je parlais précédemment, mais bien plus souvent des héritiers bien nés y compris et même surtout aux USA. Ensuite, cette concentration des richesses produit le fameux problème des débouchés que Keynes a si bien décrit. À savoir que les riches ont une propension à consommer qui décroit au même rythme qu'ils s'enrichissent. En quelque sorte, il est bien difficile de continuer à gaver quelqu'un qui n'a plus faim.

 

De ce fait, il arrive un moment où la quasi-totalité de l'augmentation des richesses des plus aisée se transforme uniquement en épargne et en capital. C'est la situation absurde ou nous arrivons en Europe et aux USA. Et cette épargne contrairement à la vulgate libérale ne se transforme pas en investissement, car l'investissement n'est pas égal à l'épargne. Une bonne partie va se planquer à la bourse faisant monter artificiellement les cours, ou va faire grimper les prix de l'immobilier, ou alors va nourrir les dettes des états ce qui accroitra encore le fossé entre riches et pauvres, ces derniers devant s'acquitter des impôts pour rembourser les dettes. Et plus les inégalités sont fortes d'ailleurs et moins l'investissement sera fort, car pour investir il faut de la demande. Car c'est l'augmentation de la demande qui rendra à long terme rentable les investissements qu'une entreprise fera. Donc non seulement la hausse des inégalités produit un assèchement de la demande, un riche consommant toujours une part moins grande que mille pauvres ayant collectivement le même poids économique. Mais en plus cette baisse de la demande stérilise l'épargne dégagée par la concentration vers le haut des revenus. C'est ce qui explique que les USA ont conjointement eu une forte hausse des inégalités et une baisse des investissements productifs ces vingt dernières années. L'inégalité économique est non seulement moralement inacceptable, démocratiquement dangereusement, mais en plus économiquement c'est une aberration.

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 18:06

impact.jpgLes bourses semblent s'être momentanément calmées ce lundi, les médias en profitent pour détourner l'attention de la population vers ce qui se passe en Libye. Même s'il est vrai que l'occident agit là-bas comme naguère les puissances européennes le faisaient. Le conflit libyen est typiquement un conflit théâtral, car qui peut croire un instant que la volonté occidentale et surtout américaine est réellement de vouloir installer dans ce pays un régime démocratique alors même que la démocratie est morte en occident. À moins que l'on appelle désormais démocratie tout régime en accord avec les intérêts occidentaux. Quoi qu'il en soit le guignol au pouvoir va tomber, on va pouvoir voir à quoi ressemblera la démocratie libyenne. Avec un régime politique qui devrait fonctionner à l'occidentale, c'est à dire par le jeu d'une gauche libérale qui fait semblant d'être contre la droite libérale, mais qui sont tous fondamentalement proaméricain et pour le libre-échange intégral. Pendant que cette mauvaise farce continue à se jouer, le monde occidental continue lui son rapide déclin dans le monde réel. La situation en Europe est particulièrement préoccupante puisque l'on vient d'apprendre que grâce aux "remèdes" miraculeux proscrits par les néolibéraux européens la Grèce connait un véritable plongeon économique. Ainsi son PIB pourrait reculer de 5.3% cette année. Ce qui devrait rendre négatifs les effets des plans de contrition économique sur les déficits et la dette publique. Comme prévu les politiques de déflation salariale et d'austérité économiques n'ont aucun effet positif, surtout si tous les pays font la même chose en même temps, ce qui est aujourd'hui le cas sur toute la zone  euro et sur une large partie de l'occident décadent. C'est dans ce contexte-là que la sortie de l'euro, loin de produire une catastrophe comme nous le répètent les médias, pourrait nous donner au contraire une bouffée d'oxygène. Mais encore faudra-t-il faire un bon usage de cette sortie et de l'éventuelle dévaluation qui s'en suivrait.  

 

Sortir de l'euro ne détruira pas la France, bien au contraire 

 

  Pour rassurer mes lecteurs sur l'hypothétique catastrophe que représenterait la fin de l'euro, comparons un peu les quelques pays européens membres et non membres de la zone euro sur le plan de la croissance économique. J'ai pris l'exemple de pays ayant beaucoup souffert de la crise parce que c'est dans ces cas là, que la différence entre le fait de faire ou non partie de la zone euro se fait le plus sentir. Commençons tout d'abord par deux pays membres des fameux PIGS l'Irlande ex-championne de la croissance européenne, et la Grèce, le pays de la feta du sirtaki, et des fainéants. Si l'on en juge par les simplismes racistes qui ont nourri nos médias depuis que la crise grecque a commencé. Le premier graphique représente l'évolution du PIB irlandais.

 

PIB-Irlande.png

 

PIB-Grece.png

 

 Dans les deux cas, on constate que la croissance n'est toujours pas revenue à un niveau d'avant crise. Et même si l'Irlande semble connaitre une remontée celle-ci stagne à un magnifique 0.037% de croissance en moyenne annuelle pour janvier 2011. On remarquera également dans le cas de l'Irlande que la croissance a fortement ralenti lorsque le tigre celtique a rejoint la monnaie unique à la fin des années 90. L'avantage de ces graphiques à plus ou moins longue durée c'est que contrairement au verbiage des économistes de salon, ils nous disent la vérité au sujet de l'euro. Quoi qu'il en soit nos deux PIGS sont loin d'être sorties de la crise. Et la rechute qui s'annonce un peu partout que ce soit aux USA où la croissance ralentit, en Allemagne où la production industrielle baisse, ou même en Chine où la croissance connait un déclin progressif, ne devrait pas améliorer la situation de ces deux nations. D'autant que comme je l'ai dit au début de ce texte les politiques visant à faire des dévaluations compétitives à travers les compressions salariales et la contraction de la demande intérieure ne peuvent fonctionner que dans un monde ou peu de nations les pratiques. Ce n'est plus le cas aujourd'hui puisque l'humanité a décidé de s'enfermer toute seule dans une vaste dépression salariale et économique.  Dans ce contexte-là, vouloir tirer sa croissance par l'exportation  est probablement du suicide à plus ou moins long terme sauf peut-être pour des pays de petite taille comme nous allons le voir maintenant. Si l'on regardait la situation dans quelques pays non membres de la zone euro :

 

PIB-Suede.png

PIB-Islande.png

 

Première remarque, ces deux pays la Suède et l'Islande sont comme la Grèce et l'Irlande des petits pays par leurs marchés intérieurs. Ils sont donc naturellement plus influençables que les grands pays aux variations économiques mondiales. D'autant que ces pays ont tous plus ou moins choisi de faire du commerce extérieur un élément essentiel de leur économie. Il est donc normal que ce genre de pays subissent des secousses plus grandes lorsque la terre économique tremble. La Suède et l'Islande ont toutes les deux subi une forte récession en fin 2008, comme tout le monde, mais en plus fort. Dans le cas de l'Islande, ce fut même dramatique puisque ce pays avait la situation bancaire la plus catastrophique loin devant l'Irlande par exemple. Nous avions d'ailleurs déjà parlé du cas islandais dans ce texte. L'Islande n'a heureusement pas fait le choix de nationaliser les pertes bancaires du secteur privé contrairement à ses homologues du reste du continent, elle a ainsi évité la crise sur la dette que les Européens subissent aujourd'hui. Quoi qu'il en soit son PIB s'est fortement contracté en 2008. Cependant, la forte dévaluation de la monnaie locale a permis au commerce extérieur du pays de rapidement connaître une amélioration . On peut dire aujourd'hui que contrairement à la Grèce et à l'Irlande, l'Islande est belle et bien sortie de la zone rouge. Ce que ne dit pas  ce graphique c'est que la balance commerciale du pays est aussi dans le vert et que le chômage recule. Même chose en Suède où la croissance est redevenue très forte, elle progresse même à un rythme asiatique. Et c'est bien la dévaluation de la couronne suédoise et le fait que le pays ait gardé sa monnaie qui permet à la Suède d'afficher de tels taux de croissance, à un moment où  le reste de l'Europe sombre dans le marasme.

 

Il est probable d'ailleurs que la bonne santé de la suède soit en fait indirectement un effet de la monnaie unique. En effet, la Suède fait l'essentiel de ses échanges avec le reste de l'Europe et notamment la zone euro.  Si le reste de la zone connait une surévaluation prolongée de sa monnaie, la Suède peut engranger facilement des excédents commerciaux, en ce sens la Suède a bel et bien un modèle à l'asiatique vis-à-vis de la zone euro. Mais on voit bien ici la limite du raisonnement, il s'agit ici de petits pays dont les PIB ne représentent qu'une faible part du PIB du continent. Si la Suède et l'Islande nous montrent que la dévaluation et le fait d'avoir sa propre monnaie ne sont pas les catastrophes annoncées par certains, il n'est pas certain que des dévaluations mêmes de cette ampleur auraient les mêmes effets dans des pays au PIB plus important comme la France ou l'Italie. On le voit avec l'Allemagne qui même avec de très gros excédents ne connait pas un rythme de croissance très important. Il faut bien prendre en compte la taille des nations pour évaluer les effets des politiques, et c'est particulièrement vrai lorsque toute l'économie mondiale se contracte et que tout le monde pratique la dévaluation compétitive ou la contrition salariale.

 

La sortie de l'euro, seule, ne suffira pas



Dans le cas de pays comme la France l'Italie ou l'Espagne, la dévaluation et la sortie de l'euro devraient impérativement s'accompagner d'une politique de relance de la demande intérieure. Celle-ci peut prendre n'importe quelle forme, du moment que la demande stimule l'appareil productif du pays à un moment où les exportations seules ne pourront pas tirer notre croissance, faute de demande mondiale suffisante. C'est un point que les partisans de la sortie de l'euro peuvent parfois oublier, mais qu'il est bon de rappeler. Si dans le cas de la Grèce ou de l'Irlande la simple dévaluation peut être suffisante, la France, l'Italie ou l'Espagne sont trop grosses pour que la relance ainsi provoquée puisse être durable et d'un niveau suffisant. Seule une politique coordonnée de relance de la demande intérieure et d'une dévaluation, et d'un certain protectionnisme pourront contrecarrer le destin vers lequel la situation actuelle nous conduit. En régime de dépression planétaire, la dévaluation seule, ou les politiques de relance dans un cadre de libre-échange ne mènent nulle part, surtout pour les pays de taille importante. Nous ne devons pas substituer une politique déséquilibrer, celle de la relance sans protectionnisme et dévaluation, par une autre tout aussi déséquilibrer et qui consisterait à remplacer le dumping salarial par le dumping monétaire. Les dévaluations ou le protectionnisme ne doivent servir qu'à soutenir des politiques de plein emploi et d'investissement. Ce sont les politiques de dumping et de dévaluations agressives visant à l'accumulation d'excédents commerciaux qui ont mené l'économie mondiale à la situation actuelle. Nous ne devons pas rentrer dans ce cercle infernal en essayant d'expatrier à travers des excédents commerciaux nos problèmes.

Partager cet article
Repost0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 18:49

  2007-05-16-merkel-und-sarkozy-property-poster.jpgLa prise de décision d'hier méritait bien un titre en allemand puisque les gesticulations verbales de Nicolas Sarkozy et de sa maîtresse allemande ont surtout servi à cacher le refus allemand dans la fuite en avant européenne. Et ce n'est pas la proposition d'une misérable taxe sur les échanges financiers qui y changera quelque chose. L'idée des eurobonds a, fort heureusement, été définitivement enterré, c'est la seule bonne nouvelle dont on peut se réjouir. Car malheureusement rien de concret n'a été annoncé pour résoudre la fameuse quadrature du cercle infernal de l'euro et de la crise des dettes européennes. Il est vrai que, dans le cadre des outils intellectuels et économiques dont disposent nos dirigeants politiques européens, il n'y a tout simplement aucun outil capable de résoudre la contradiction structurelle de l'euro.  Et l'Allemagne, qui commence à sentir la contradiction qu'il y a dans son modèle économique extravertie, ne semble pas décidée à prendre la seule direction qui vaille. Celle de la relance des salaires et des politiques d'équilibre des balances des paiements pour chaque membre de la zone euro. L'Allemagne au contraire déduira de la situation actuelle qu'elle souffre de l'euro et qu'il lui faudra en sortir. C'est décidément le scénario le plus probable, même si paradoxalement il est le plus dangereux pour l'économie germanique. La réflexion intellectuelle dominante baigne dans de telles erreurs conceptuelles, que les hommes politiques se verront en quelque sorte contraints de prendre des décisions catastrophiques. Les idées défendues sur ce blog, ou par certains économistes politiques et intellectuels, à savoir les idées de régulation commerciale par variation monétaire et par le protectionnisme visant à rendre possible à la fois des politiques de plein emploi et l'équilibre des balances de paiements, ne sont pas majoritaires dans ces groupes sociaux loin de là. Dans les milieux autorisés comme le disait un certain humoriste, l'ambiance est toujours libérale et la logique politique se résume à des raisonnements purement comptables à court terme. Il ne faut donc pas attendre de ces groupes d'individus des solutions alternatives. Ils auront des réflexes qui correspondent à leur cadre de pensée. Même si cela nous conduit irrémédiablement à la catastrophe.  

 

La taxe Tobin, une escroquerie intellectuelle

 

L'une des propositions phares de cette petite réunion fut de créer une taxe sur les transactions financières. C'est une espèce de tarte à la crème qui revient généralement chez les pseudoalternatifs, ceux qui font des propositions pour que seules les apparences changent. Il faut savoir que la taxe Tobin fut à l'origine proposée pour empêcher la fuite des capitaux aux USA lorsque le dollar fut décroché de l'or en 1971. À l'époque, la grande peur des économistes américains, et en l'occurrence celle de James Tobin, était de voir les capitaux s'enfuir à cause d'une éventuelle dégradation de la valeur du dollar. Cette taxe ne fut en fait jamais mise en place et c'est au contraire à cette période que les capitaux du monde entier ont commencé à affluer pour nourrir la bulle économique qu'est devenue l'économie américaine depuis. En réalité, les taxes sur la circulation des capitaux dans un système mondial où ces capitaux sont libres d'aller où ils veulent n'ont un sens que si TOUS les pays du monde font la même chose en même temps. Sinon la seule chose que produirait cette taxe serait de faire fuir les capitaux vers des zones non taxées. En vérité, cette pseudorégulation vise surtout à faire oublier la seule solution possible qui est un retour au contrôle des changes et au contrôle de la circulation des capitaux. Ce qui signifie mettre fin aussi au système des changes flottants qui a montré depuis longtemps sa nocivité. Un contrôle que nous aurions bien fait de ne jamais supprimer. De nombreux pays pratiquent d'ailleurs déjà ce type de politique. On pourrait citer la Malaisie,Singapour, la Chine, etc. En général, ce sont des pays qui résistent bien mieux aux crises, car ils n'importent pas chez eux les problèmes de voisins. Ils contrôlent la valeur de leur taux de change et la circulation des capitaux ce qui les rend imperméables aux facéties de certaines nations et des certains groupes financiers. Avec de telles politiques, l'influence de la finance se réduirait instantanément. Évidemment pour en arriver là encore faudrait-il que nos hommes politiques ne soient pas si proches sociologiquement des milieux financiers. Comme l'avait souligné l'économiste Joseph Stiglitz, ce sont les pays asiatiques contrôlant leurs changes et la circulation des capitaux qui ont réussi à éviter les graves conséquences de la crise asiatique de 1997. La taxe Tobin sert donc surtout à amuser la galerie en faisant semblant d'agir sans rien changer de réellement concret d'autant que son application pratique est toujours renvoyée aux calendes grecques.

 

Plus d'europe c'est surtout plus de problèmes

 

La deuxième grande annonce ne fut guère plus reluisante. Là encore, nous sommes dans la publicité mensongère. En effet, l'annonce d'un gouvernement européen est une vaste blague. Comme je l'avais déjà dit précédemment, l'idée d'une solidarité sur les dettes, à travers le mécanisme des eurobonds, a été oublié. Ce n'est pas pour accoucher d'une solidarité encore plus forte à travers un gouvernement fédéral. Car un réel gouvernement fédéral devrait avoir un budget à la hauteur de ses ambitions. Ce qui signifierait nécessairement un transfère de revenu important entre les états nations actuels et le fameux état fédéral. On parle ici d'au moins 10% du PIB de la zone euro, soit dix fois le budget actuel de l'UE. Il y a fort à parier que les peuples, et les différents états membres y seront opposés. Encore une fois, il n'y a pas de peuple européen et donc pas de solidarité suffisante pour accoucher d'une nation européenne. Une telle évolution ne pourrait se faire que de force et nous conduirait tout droit vers une dictature à la façon soviétique. Qui plus est, cette centralisation extrême, entre des régions économiquement, et démographiquement aussi disparates, ne pourrait que produire des déséquilibres encore plus forts que ceux que nous connaissons à l'heure actuelle. Face à ces disparités, les états membres sous l'autorité suprême du nouveau Politburo bruxellois n'auront plus aucune capacité à diriger leurs propres politiques. Sans dévaluation, sans contrôle sur les impôts qui deviendraient européens avec une « harmonisation fiscale » mettant fin aux libertés des peuples à choisir leur propre modèle social, et sans aucune possibilité pratique de faire quoi que ce soit, la seule solution qui resterait pour équilibrer les comptes extérieurs des pays membres serait l'aggravation des compressions salariales et des budgets publics. Une grande purge libérale pour l'éternité des siècles en quelque sorte.

 

Un état fédéral européen ne serait viable que dans une énorme panne de croissance. L'Europe serait alors unie dans le déclin. Un tel état ne ferait qu'augmenter les politiques régressives que nous connaissons depuis trente ans. L'histoire le prouve d'ailleurs, plus d'Europe c'est surtout moins de croissance, moins d'emplois et moins de hausses salariales. Ceux qui pensent pouvoir à long terme faire du continent un véritable pays avec ce type de politiques se font des illusions, car il est impensable que les populations d'Europe acceptent cette situation sans réagir. Il est de toute façon illusoire de penser que cet état européen puisse un jour exister. Les contradictions de l'UE actuelle sont suffisantes pour couler les structures actuelles. Qui plus est, les exemples abondent sur la dynamique des pays non membres de l'eurozone. On pourrait citer la Suède qui manifestement se porte assez bien malgré le fait qu'elle ait gardé sa propre monnaie. On peut aussi citer l'Islande qui s'est redressée de façon spectaculaire simplement parce que la démocratie y a été respectée, et que les dévaluations ont permis à l'économie et à l'industrie locale de repartir. Ces multiples exemples sont là pour rappeler aux Européens que l'UE et l'euro ne sont pas une obligation. Et que nos peuples ne sont pas obligés de mourir pour réaliser la sainte union des européistes. Cela fait trente ans que les dirigeants français on fait le choix de l'Europe contre celui du plein emploi et de la croissance. Ils avaient promis monts et merveilles. Or tout ce qu'ils trouvent à dire face à la catastrophe à laquelle ils nous ont conduits, c'est qu'il faut plus d'Europe pour s'en sortir. Mais de qui se moquent-ils? J'ose espérer que nos concitoyens si mal informer finiront tout de même par voir la réalité eux qui aujourd'hui sont massivement pour le protectionnisme. Il faut que nos concitoyens passent à l'étape suivante et se rendent compte que rien ne se fera tant que nous serons membres de la zone euro et de l'UE. Rien à part une dégradation constante de leur qualité de vie.

Partager cet article
Repost0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 12:45

 

voyage_dans_le_temps.jpgNous avions déjà abordé cette thématique lorsque nous avions parlé du problème des retraites, mais il me semble important de bien comprendre le lien qu'il y a entre la question de la monnaie et la question du temps qui passe. Le temps est une machine infernale qui avance sans relâche modelant nos vies les entrainant sans cesse vers l'avant et le changement. Le temps permet aux choses de naitre, de vivre et de mourir, c'est un compagnon de tous les jours que nous cherchons souvent à oublier, car l'on sait qu'un jour le temps nous consumera et que notre vie aura un terme. Il en va de même pour toutes les choses que nous connaissons. Pour les plantes, les astres, les gens, les animaux, les actes, le travail, tout est assujetti à l'horloge qui tourne. Du coup, il est étrange de voir que la monnaie que nous utilisons tous les jours est, elle, imperméable au temps qui passe. Le temps est un acteur fondamental, dans le fonctionnement de l'économie il est pourtant bien souvent totalement ignoré des économistes. La plupart étant enfermé dans une vision instantanée du fonctionnement des choses. La célèbre théorie des avantages comparatifs qui légitime le libre-échange est ainsi particulièrement représentative de cet oubli manifeste de la « science » économique. En effet, la théorie des avantages comparatifs est une théorie instantanée qui prend les avantages à un instant t et les figent pour l'éternité des siècles. Elle ne prend pas en compte la transformation des sociétés et les effets que ces politiques de libre-échange entrainent dans le fonctionnement à plus long terme des sociétés. Il vaut souvent mieux perdre à court terme, en payant des objets plus cher que l'on fabrique soi même, que d'importer et de gagner plus momentanément, mais en produisant une perte massive de savoir-faire qui condamne en réalité la prospérité à long terme de la société.

 

L'échange, la monnaie et le temps

 

Le premier lien entre le temps et l'économie se retrouve dans la question monétaire. Comme je l'ai dit en commençant mon texte le temps agit sur tout ce qui nous entoure. Il use les objets et les hommes. Votre pain ne conservera pas sa fraîcheur plus d'une journée. Pourtant l'argent avec lequel vous l'avez acheté hier a gardé l'entièreté de sa valeur. La monnaie est un quantificateur médiocre qui perd une grande partie de la nature de l'échange lorsqu'elle est utilisée. La monnaie n'est pas un voile transparent comme aiment le penser nos amis libéraux. Sa nature même pollue l'échange en éliminant le temps et l'usure des choses ou des services qu'il produit. Le fait est que le temps qui passe ne s'inscrit pas dans la nature de la monnaie que nous utilisons. Le temps est effacé dans la transformation du travail échangé en monnaie. La plupart des crises que nous connaissons proviennent de cette rupture entre la réalité de la richesse du travail qui est instantané, et qui est soumis à la seconde loi de la thermodynamique, et la monnaie qui représente la richesse, mais qui ne subit pas les affres du temps qui passe.

 

Cette déconnexion produit les crises que nous connaissons en déformant la représentation des richesses réelles. L'inflation et les crises sont en fait en grande partie les remèdes ou les résultats de ces déformations sur une longue période. À un moment donné, la réalité reprend le dessus et la déformation excessive entre la mesure des valeurs et la réalité du monde se met à apparaître au grand jour. L'idée d'un pays de rentier qui ne vivrait que de sa rente financière apparaît alors pour ce qu'il est, une absurdité. De la même manière que l'épargne s'effondre si la richesse réelle du pays, celle qui est le fruit de sa capacité à répondre à ses propres besoins, a disparu. L'accumulation de signes monétaires ne fait pas la richesse. Celle-ci n'est véritable que s'il y a la possibilité d'user de cette richesse accumulée dans le monde réel. Si toutes les usines ont fermé et que plus personne ne produit ce dont vous avez besoin, vous pouvez avoir toute l'épargne du monde, elle ne vaudra plus rien. L'inflation traduit en partie cette baisse de la valeur de la monnaie en regard de ce qui est produit. L'exemple le plus parlant sur ce sujet c'est celui des retraites par capitalisation aux USA. Certains voient dans ce mécanisme un meilleur moyen de gérer les retraites que notre système par répartition, rien n'est plus faux en réalité. Les générations des années d'après-guerre ont accumulé un capital pendant une période où les USA étaient encore un pays productif et où la démographie était avantageuse, les actifs étant bien plus nombreux en proportion. Mais ils vont utiliser leur épargne à une époque où la pyramide des âges a changé et où le pays s'est profondément désindustrialisé. Le résultat c'est que le pouvoir d'achat de cette épargne s'est dégradé avec le temps et se dégradera encore fortement lorsque le dollar tombera en provoquant une inflation massive. Car in fine que l'on soit dans un système par répartition ou dans un système par capitalisation ce sont toujours les actifs qui payent pour les inactifs. Dans le cas de la répartition, les choses sont claires, mais dans le cas de la capitalisation il y a une multitude de facteurs qui rendent ce lien indirect. L'un de ces liens est la dépréciation des actifs qui sont le produit de la dégradation de la situation économique réelle du pays. Quelle que soit la stratégie des épargnants, ils n'échapperont pas finalement à la dégradation économique réelle du pays. Et il ne faut pas oublier le coût inhérent à la retraite par capitalisation liée à tous les intermédiaires à nourrir qui sont bien plus couteux que les fonctionnaires de la sécurité sociale française. L'épargne n'est donc qu'une illusion de protection en réalité. Si la société dans son ensemble se dégrade au fur et à mesure que le temps passe, cela finira fatalement par se ressentir sur les actifs financiers et l'épargne.

 

L'industrie, les savoir-faire et le temps  

 

C'est probablement sur l'accumulation de savoir-faire d'un pays que le temps a le plus d'influence sur les questions économiques. La fameuse théorie des avantages comparatifs dont je parlais dans l'introduction de ce texte a été créée à une époque ou l'industrie était relativement négligeable dans les échanges marchands. À l'époque c'était l'agriculture qui représentait l'essentielle des activités humaines. C'est probablement cette réalité qui a induit en erreur les théoriciens libéraux. Dans le domaine agricole, la spécialisation spatiale est relativement logique et il est assez vraisemblable que la culture des bananes en Islande ne deviendra jamais rentable. Il est donc assez logique de faire dans ce cas une spécialisation spatiale des économies. Dans le cas de l'industrie, il en va autrement.

 

La plupart des industries n'ont pas de contraintes spatiales en terme d'avantages économiques. Une industrie de semi-conducteur peut être identique que ce soit en Chine, en Australie ou en Islande. Les contraintes géographiques si elles peuvent agir en partie sont surtout liées à la proximité d'un marché de vente, au coût de la main d'œuvre en regard de la productivité locale, ou au taux de change. Mais ces contraintes-là sont humaines et artificielles, elles peuvent être rapidement changées contrairement aux contraintes géographiques. Les avantages comparatifs sont dans le cas de l'industrie des avantages construits et non naturels et cela change tout par rapport à la question agricole. Les avantages sont fabriqués et cette fabrication prend du TEMPS. Le temps entre en jeu très fortement dès qu'il s'agit de construire des savoir-faire. Car il faut former la main-d'œuvre et apprendre à faire le métier. Comme on dit communément Rome ne s'est pas faite en un jour, il en va de même dans les questions de production industrielle. Il faut du temps pour passer de l'état de novice à celui de maître. Or ce temps d'apprentissage de construction n'est absolument pas pris en compte par la théorie du libre-échange.

 

Le cas de la Corée du Sud fera ici un bon exemple. Dans les années 70, le FMI conseillait à ce pays d'abandonner sa production de voiture au profit des importations japonaises notamment. La Corée qui avait alors un énorme avantage comparatif sur la sidérurgie aurait dû, selon les dogmes courtermistes en place, se spécialiser dans ce qu'elle avait de plus efficace. Elle aurait pu ainsi à court terme consommer de meilleures voitures que les horribles voitures coréennes de l'époque, et ce, à moindre prix. Mais les Coréens ne l'ont pas entendu de cette oreille et ont continué à taxer les importations de voitures. Ils ont continué à rouler dans des voitures moins belles et moins efficaces, mais leurs entreprises ont appris ainsi petit à petit à améliorer leurs produits en copiant les voisins. C'est ainsi que de grandes marques de voiture sont aujourd'hui Coréenne, Daewoo, ou encore Hyundai en sont de grands exemples. D'autre part, ces industries ont stimulé l'investissement et la recherche dans d'autres secteurs. Et l'informatique et électronique qui n'étaient pas du tout des spécialités coréennes dans les années 70, s'y sont développées. Grâce en partie à l'industrie auto qui fut heureusement protégée. Le fait est que le temps a changé les avantages comparatifs de la Corée du sud qui si elle avait écouté le FMI serait resté un pays pauvre fabriquant essentiellement de l'acier et des bateaux. Et qui serait aujourd'hui en difficulté face à la montée en gamme dans ces secteurs de pays comme la Chine ou l'Inde.

 

Il faut donc prendre en compte le temps si l'on veut voir les coûts qu'engendrent les politiques de libre-échange. Nos économistes à courte vue qui ne s'intéressent qu'à leur portefeuille du présent et limitent les avantages économiques sur une durée maximum de six mois sont tout simplement incapables de voir le prix exorbitant qu'engendre le libre-échange sur certains pays désavantagés pour telle ou telle raison. Il faut prendre en compte l'apprentissage économique si l'on veut vraiment appréhender la question des couts. Combien d'entreprises et d'activités ne se sont jamais créées en France simplement parce que l'on a préféré importer à moindre prix à court terme? Combien de grandes entreprises ne sont jamais nées en France simplement parce que l'on n’a pas planté les graines qui nous permettraient aujourd'hui d'en récolter les fruits? La France qui a de grands informaticiens n'a pas développé ses propres logiciels d'exploitation et utilise aujourd'hui le monopole mondial de Microsoft. Que se serait-il passé si l'état avait protégé notre secteur informatique et investit dans la création de solutions locales dans ce domaine? Étant donné les savoir-faire de la France dans ces secteurs au début des années 80 il est probable que Google ou Windows auraient eu des équivalents français peut-être même plus performants. On ne le saura jamais puisque l'on a préféré ne pas protéger et ne pas intervenir. En supprimant un secteur d'activité à court terme, vous ne supprimez pas uniquement lui. Vous supprimez toutes les graines qu'il aurait pu planter, toutes les activités qu'il aurait pu favoriser, tout l'avenir qu'il aurait pu créer. À ce compte-là, on réalise l'appauvrissement considérable qu'a engendré en France le laissez-faire généralisé. Le temps est l'allié de celui qui prend soin de son jardin, c'est également vrai pour l'économie. On peut préférer avoir une grosse récolte à court terme en épuisant les sols et ce faisant en appauvrissant les futures récoltes. Ou on peut récolter moins à court terme, mais en étant sûr d'améliorer les récoltes sur une plus longue période. Finalement, l'économie française et occidentale est aujourd'hui à l'image de son modèle agricole, en voie d'épuisement à force de courte vue.

 

La succession des générations

 

Dernier point qui n'entre jamais dans la réflexion des économistes, et qui est pourtant essentiel, la succession des générations. Comme dans le cas des savoir-faire, le temps va agir sur le comportement des citoyens, car chaque génération n'aura pas vécu et été éduquée de la même manière. Le fait est que c'est cette succession des générations et leurs différences inhérentes construites par la variation de leur expérience qui vont constituer l'essence même de ce que l'on appelle l'histoire. Chaque génération connaissant une vie différente de la précédente, elles auront chacune leur propre vision des choses et des priorités. La génération 68 était différente de celle de ses parents en ce sens qu'elle n'avait connu ni la guerre, ni la misère. Son hédonisme est le fruit en partie de la société particulièrement prospère que la génération de ses parents lui avait légué. Génération qui, elle, n'avait connu que misère et conflit. L'esprit de la génération 68 celui qui a résulté du progrès des trente glorieuses poussera cette génération dans l'erreur. Elle construira finalement les germes des crises qui détruiront la société dont elles avaient hérité. On constate à nouveau ces phénomènes de changement générationnel. On sait par exemple que les jeunes d'aujourd'hui épargnent comme jamais dans l'histoire récente. La peur du lendemain, le fait de vivre dans une société instable et qui s'appauvrit ont construit une génération de jeune méfiant et pessimiste à l'inverse de leurs propres parents.

 

L'expérience des nouvelles générations qui arrivent aujourd'hui sur le marché de l'emploi est celle du chômage de masse, de la précarité, des salaires faibles et des loyers exorbitants. C'est une génération dont la grande ambition dans la vie, c'est de fonder un foyer, guère plus. Cette mentalité entraine donc à son tour un changement comportemental qui finit par produire des effets sur la société dans son ensemble. Cette génération ne votera d'ailleurs certainement pas comme celle de ses parents. Les notions de protections de régulation sont des notions qui horrifiaient la génération 68, elles ont au contraire le vent en poupe dans les générations récentes. C'est du moins ce que l'on peut espérer à plus ou moins long terme puisque c'est justement de protection et de régulation que la société française à besoin, surtout dans le domaine économique. On peut donc émettre ici l'hypothèse que les grands cycles de libéralisme et de protectionnisme sont liés en partie aux conditions de naissances des générations qui se succèdent. Les générations bien nées, et ayant une vision d'ascension dans une société en progrès sont libérales et provoquent la chute de la prospérité. Celles nées dans l'incertitude et le pessimisme sont protectionnistes et régulationnistes, elles produisent une régénération de la société et de son économie dont leurs enfants bénéficieront à plus long terme, avant de tout casser à leur tour.

Partager cet article
Repost0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 18:00

  d 04C'est fait, pour sauver l'euro l'Union européenne se met à imiter les USA et à vouloir monétiser la dette des états membres. L'on pourrait croire qu'effectivement cette politique pourrait éventuellement maintenir la zone en état. Je prône d'ailleurs moi-même une monétisation progressive d'au moins une partie des dettes publiques européennes. Cependant dans le cas de la zone euro dans son ensemble, c'est oublier bien vite que cette politique ne peut en aucun cas résoudre les problèmes de fond des déséquilibres commerciaux extra et intraeuropéens. La solution de la monétisation par la BCE n'est qu'une solution momentanée à un problème structurel. A moins bien sûr que la BCE ne soit partante pour une purge régulière des dettes de la zone. Car ces dettes se reconstruiront rapidement une fois la première purge faite. Les déficits commerciaux qui sont au cœur des déséquilibres ne sont pas comblés, et rien n'indique le début d'un commencement d'une politique de rééquilibrage des balances commerciales de la part des dirigeants de la construction européenne. Par contre, on peut s'attendre à une nouvelle aggravation des politiques d'austérité. La BCE profitant de la crise pour accroitre encore son pouvoir autocratique sur les états de la zone euro en les poussant à s'affaiblir.

 

 

  Les Shadoks et Diafoirus sont au pouvoir

 

  Jamais les élites politiques et les économistes mainstreams n'auront autant ressemblé au docteur Diafoirus qu'à l'heure actuelle. Les mêmes qui n'ont pas vu venir la crise, et qui ne l'ont d'ailleurs toujours pas compris, produisent aujourd'hui des politiques qui aggravent encore la situation. Tels les Shadoks, les grands dirigeants du monde et leurs conseillés triés sur le volet pour n'avoir aucune idée originale, continuent à pomper et à pomper encore. Cette fois la BCE s'est mise à pomper de l'argent ex nihilo pour remplir les  passoires italiennes, espagnoles, grecques et bientôt françaises. Les sources des dettes restent, mais l'on pompe pour maintenir le niveau d'activité artificiellement. Ces pays ont besoin de rééquilibrer leurs balances extérieures, soit par une dévaluation, soit par une forme de protectionnisme, ou les deux, mais le dogme l'interdit. Les autorités sont donc dans une impasse et donnent des solutions temporaires qui en général aggravent la situation au bout de quelques mois et cela dure depuis 2008 tout du moins en Europe.  Combien de temps l'Europe va-t-elle tenir en rachetant les bonds des états membres?



Le paradoxe c'est que dans le même temps on préconise des politiques de restriction des budgets publiques. La France va probablement se voir infliger une lourde politique d'austérité même s'il est peu probable que les dirigeants les appliquent avant les élections. À moins d'une surprise électorale nous aurons des Diafoirus socialistes au pouvoir à la prochaine présidentielle. Des gens "sérieux" qui, pour effacer les dettes, feront revenir le droit social au niveau de celui du moyen-âge avec de la chance. Une dette dont pourtant les budgets publics ne sont en réalité pas responsables puisqu'essentiellement le fait du rafistolage régulier de la finance et des banques. Ce sont quand même les contribuables et les couches pauvres et moyennes de la population qui payeront au final les dégâts provoqués par un système financier absurde. J'en profite pour rappeler au passage qu'une bonne part de la dette française d'avant la crise était aussi le fruit d'une autre crise économique celle du SME en 1993-94, et de la politique du franc fort. Une époque où c'était, monsieur Balladur, le papa spirituel de notre actuel président qui était premier ministre. Sous Édouard Balladur la dette augmenta fortement pour soutenir le franc fort et permettre la future monnaie unique. Le franc fut ainsi collé au Deutshmark au début des années 90. Il suffit de voir le graphique de la dette au sens de l'OCDE pour voir que celle-ci augmente périodiquement quand les élites commencent à torturer l'économie du pays avec une monnaie surévaluée. Ce fut le cas durant toute la première période des années 90, et c'est le cas depuis que l'euro est passé à plus de 1,1€ pour un dollar.

 

dette-francaise.png



Accuser les dépenses publiques d'être responsable de la dette est donc complètement hypocrite ou être amnésique. Ce sont les contraintes stupides que nous donnons à notre économie qui sont responsables d'un PIB atone et d'une augmentation déraisonnable de la dette publique. La monnaie surévaluée produisant des crises et un ralentissement économique qui produit mécaniquement la baisse des rentrées fiscales et une hausse de la dette. Ajoutons à cela l'aberration qu'il y a eu à emprunter sur les marchés pour financer les investissements intérieurs. Que nos gouvernants cessent l'emprunt sur les marchés pour l'investissement public et qu'ils arrêtent le système de change flottant et le libre-échange, et la dette redeviendra rapidement raisonnable. Il est vrai cependant que nos élites font tout pour éviter ces sujets. On préfère amuser la galerie et provoquer la population en éliminant les maigres avantages dont les populations pouvaient encore bénéficier au risque de provoquer de graves crises politiques et sociales.

Les effets des contritions vont vite se faire sentir



Cependant, la crise en Europe ne commencera réellement à mettre en danger l'euro que lorsque son pilier central, l'Allemagne, commencera à flancher. Pour l'instant, la domination allemande et l'apparente bonne santé de l'économie outre-Rhin semblent interdire l'explosion de l'euro. Même si beaucoup y pensent là-bas. Les politiques d'austérité vont rapidement ralentir la demande en provenance des autres pays de la zone. On peut s'attendre à de très mauvais chiffres économiques en Allemagne lorsque la France, le premier partenaire commercial de l'Allemagne, commencera sa purge libérale. Une purge qui sera pratiquée par Hollande ou par un autre guignol du PS ou de l'UMP, une fois l'élection de 2012 passée. Étant donné que la France est le premier pays où l'Allemagne fait des excédents commerciaux, la contraction en France aura rapidement des effets sur la balance des paiements allemande. On peut d'ailleurs déjà voir les effets des premiers ralentissements sur la balance commerciale allemande. Le tableau suivant montre par exemple qu'en juin la production industrielle a reculé de 1,1 %. Globalement, la première moitié de l'année 2011 est moins brillante que celle de 2010.

 evolution-production-industrielle-allemande.png

source le site des statistiques allemandes :http://www.destatis.de/

 

Les contractions de l'Europe latine commencent déjà à faire ses effets. D'autant plus que les USA ou la GB ne seront plus là pour tirer encore les exportations allemandes. Lorsque le chômage recommencera à augmenter en Allemagne, il est probable que la population ou les politiques locaux, toujours avides d'externaliser les problèmes, sauteront sur l'occasion pour accuser les pays latins et la crise des dettes. À ce moment-là, l'Allemagne sera prête politiquement à la rupture avec l'euro, une rupture qui paradoxalement pourrait lui être fatale. Si la BCE pour l'instant semble donc avoir calmé le jeu sur les dettes italiennes ou espagnoles, les politiques d'austérité et la nécessité d'équilibrer les comptes, dans un cadre qui contraint à la seule régulation par le chômage, vont préparer la nouvelle crise de l'euro. Une crise qui sera essentiellement politique et que l'on peut attendre pour la fin de 2012, le temps que l'austérité française fasse son effet en Allemagne. Nos médecins européens sont les meilleurs ennemis de la zone euro, ce sont leurs politiques qui le plus surement feront sauter la zone euro. Il est possible également que le peuple français refuse de mettre un bourreau de l'UMPS à sa tête et rompe lui-même avec la monnaie unique, ce qui serait dans son intérêt. Mais il faut bien reconnaître malheureusement qu'il y a peu de chance pour que nous puissions y échapper. Je continue à penser que c'est plutôt d'Allemagne que viendra la mort de la monnaie unique.

 

Partager cet article
Repost0
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 16:25

image003C'est la question que l'on peut se poser après la dégradation-surprise de la note de la dette américaine. Cette annonce fait l'effet d'un coup de théâtre. Même si, en réalité, l'on pouvait être surpris par la très grande tolérance, dont des agences de notation, on fait preuve vis-à-vis de la situation catastrophique des finances des USA ou de leurs cousins britanniques. Parce que ces pays ont en réalité des situations tout à fait comparables sinon plus dramatiques que celle du Portugal ou de la Grèce. Leur seul avantage est en réalité la possibilité de dévaluer, mais c'est justement ce que des investisseurs peuvent craindre lorsque ces dévaluations sont fortes et prolongées. Or il se trouve que pour sauver l'industrie US ou britannique, ou ce qu'il en reste, les monnaies respectives de ces nations devront fortement se dévaluer, et sur une longue période. On comprendra donc pourquoi les investisseurs peuvent s'inquiéter pour la valeur de leur titre de dette américain. Dès lundi on pourrait donc assister à une vente massive de ces titres désormais pourris. Pour empêcher cela, la Fed et le gouvernement américains seront dans l'obligation d'augmenter les taux pour rendre leurs titres de dettes toujours attractifs. Et cette augmentation des taux aura un cout extrêmement important pour le budget US, un budget qui est déjà fortement dans le rouge. Avec la pression du parti républicain et la faiblesse d'Obama il est impensable que les USA entrent en rupture avec le modèle néolibéral. On assistera donc à des coupes budgétaires énormes et à une compression de la demande sans précédent aux USA. Les conséquences se feront vite sentir sur le commerce extérieur et les importations, ce qui devrait mettre fin à leur rôle de consommateur ultime de la planète. Aucune région du monde ne voulant consommer pour les autres, on devrait rapidement se retrouver avec une dépression mondiale, celle qui a été évitée de justesse en 2008 grâce justement à ces politiques contracyclique et aux injections monétaires des USA. Il ne faut jamais oublier que dans un système économique mondial les exportations des uns sont les importations des autres et que par conséquent les déficits extérieurs importants des USA sont la source des excédents chinois ou allemands. Il n'y a pas de bon ou de mauvais élèves, il y a juste une structure économique mondiale totalement absurde qui contient en elle même les germes de sa propre déliquescence. Une économie-monde qui maintient des déséquilibres, et permet à certains de faire leur croissance au détriment d'autres régions du monde ne pouvait que conduire à la catastrophe. Il est maintenant difficile de continuer ces contradictions sous un tas de dettes privées ou publiques.    

 

Les conséquences pour l'économie mondiale

 

Dans cette affaire, il faut bien comprendre qu'il n'y aura pas de gagnants contrairement à ce que certains commentateurs affirment. Ainsi l'on dit que cette affaire va renforcer la Chine, c'est bien mal connaitre la réalité des interdépendances que son modèle d'expansion a construit avec les USA. La Chine est très loin de pouvoir se passer de la demande américaine ou européenne. Il semble pourtant que les autorités de Pékin, enivrées par leurs illusions passablement nationalistes, se croient plus fortes qu'elles ne le sont en réalité. La croissance actuelle de la Chine doit beaucoup aux divers plans d'injection de liquidité de Barack Obama entre 2008 et 2009, et aux multiples plans de relances que les puissances occidentales ont pratiqué. L'abandon de ces politiques pour cause d'endettement aura nécessairement des répercussions catastrophiques sur l'économie chinoise. D'autant que les plans de relance de la chine sont extrêmement inflationnistes notamment sur les denrées de bases, la structure productive chinoise étant une structure de pays lourdement exportateur. La Chine n'est pas l'Amérique de 1929, l'essentielle de sa production est exportée, et les besoins des Chinois de bases sont assez éloignés des biens que produisent massivement les industriels chinois. En cas de disparition de la demande occidentale, les plans de relance chinois en vue de pallier à ce manque à l'export relanceront surtout la consommation de produits de base. Produits sur lesquels il faut attendre une très forte inflation, car les usines auront du mal à suivre. À l'inverse cela relancera à peine la consommation des produits gadgets qui sont surtout exportés au Japon, en Europe et aux USA, le chinois moyen voulant l'eau courante avant d'avoir l'iPhone. Par ailleurs, l'on sait que la Chine est déjà en proie à une énorme bulle spéculative dans l'immobilier et les infrastructures. Le taux d'épargne délirant et le surinvestissement risquent de rendre caducs les plans de relance du gouvernement. L'arrêt de la consommation occidentale sera donc extrêmement violent pour l'économie chinoise. En espérant toutefois que cette situation ne pousse pas l'oligarchie en place à se lancer dans des aventures militaires pour rester en place. On a déjà connu de telles situations en Europe.



L'Europe justement qui devrait-elle aussi en prendre plein la figure avec cet arrêt de la surconsommation US. La locomotive allemande devrait ressentir lourdement l'éventuel effondrement de la demande US. On l'a vu en 2008-09, le PIB allemand est celui qui a le plus reculé avec la panne de l'économie américaine. Qui plus est à court terme l'on pourrait assister à un renchérissement de l'euro face au dollar et cela malgré les difficultés de l'Italie, de la France ou de l'Espagne. C'est une course à qui tombera le plus vite entre l'euro et le dollar et cette dégradation de note devrait permettre au dollar de tomber plus vite, ce qui aggravera encore la situation explosive en Europe. En effet, il est de notoriété publique que c'est la forte valeur de l'euro qui condamne les pays méditerranéens de la zone euro à l'impasse. Et à l'effondrement de la demande US s'ajoute la multiplication des compressions des demandes internes dans la zone euro. On le voit donc, l'Europe devrait encore être la zone la plus touchée par la crise, car elle concentre toutes les politiques les plus mauvaises qui soient et accumule les tares. Monnaie forte, effondrement des exportations à l'extérieure, compression de la demande intérieure et course à la déflation salariale sous l'effet de maximisation de la concurrence entre états que produit l'existence de la monnaie unique. Il n'y a pas d'autres régions dans le monde, où l'on voit une telle concentration de politiques aberrantes. Les Américains vont souffrir, mais certainement moins que les Européens,car la baisse du dollar soulagera l'industrie US. L'Europe elle est condamnée par ses contradictions qui ne laissent aucune porte de sortie aux nations d'Europe, à moins d'une rupture radicale dont on a peine encore à imaginer la réalisation.



Dans le reste du monde, on devrait rapidement se voir dessiner des crises, mais aussi voir poindre le monde d'après la mondialisation. Le Brésil par exemple commence à vouloir détacher son économie du reste de la planète avec des mesures protectionnistes. L'incendie mondial devrait produire exactement le même phénomène que dans les années 30. Le protectionnisme et les frontières étant les seuls mécanismes permettant de rapidement reprendre le contrôle d'une économie trop imbriqué dans une économie mondiale ingérable. Le protectionnisme est le seul moyen pour permettre une régulation économique concrète. Loin des propos de principe qui font bien dans les diners, mais qui ne changent pas grand-chose dans le monde réel. Avec la fin du consommateur en dernier ressort, c'est l'idée même de mondialisation qui va petit à petit s'effondrer. Car c'est bien les USA qui permettaient à ce grand n'importe quoi de fonctionner. Ce sont les fameux déficits US qui ont maintenu la demande mondiale et permis à la mondialisation de fonctionner malgré ses contradictions. Sans eux l'économie monde issue du système de Bretton Woods ne peut pas marcher. Il n'existe aucune alternative sérieuse au rôle de régulateur mondial, même si la Chine se voit bien jouer ce rôle. On va donc assister à la démondialisation qui sera mécanique. Car soit les pays reprendront le contrôle de leur économie qui passe par un contrôle des frontières commerciales et par le contrôle monétaire et financier. Soit ils couleront et subiront les effets de la dépression mondiale qui se prépare. La seule inconnue est de savoir si la démondialisation se fera sur des bases nationales traditionnelles ou sur des bases un peu plus larges formées de groupe nationaux. Je pense personnellement que dans le cas des pays latins il serait intéressant de s'appuyer sur une Europe méditerranéenne comme je l'avais écrit dans ce texte. Des pays aux caractères similaires s'appuyant sur l'expérience ratée de l'UE et de l'euro pour éviter les erreurs pourraient tracer une alternative intéressante pour l'avenir.

Partager cet article
Repost0
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 22:40

  Obama_mad-magazine-cover.jpgAprès l'étrange panique boursière de ces derniers jours (étrange parce que la nullité des chiffres de l'économie mondiale on les connait depuis longtemps), le pauvre Barack Obama s'est cru obligé de tenir des propos positivistes concernant le futur de l'économie américaine. Ainsi la déclaration du président américain ressemble de plus en plus à la bonne vieille méthode Coué, c'est d'autant plus vrai que ce pauvre président a dû se battre récemment pour faire admettre aux républicains la nécessité de relever encore une fois le plafond de la dette du pays. Cette situation au passage montre à quel point l'organisation politique des USA est archaïque, le pouvoir même bien élu y est relativement faible, surtout face aux divers lobbys qui se partage l'influence sur la chambre des représentants. Quoi qu'il en soit la tenue des propos d'Obama se résume à cette phrase tirée de la dépêche AFP: "nous allons nous en sortir, les choses vont s'améliorer". À cette phrase gratuite, s'est ajouté un vibrant plaidoyer pour la relance de l'économie américaine: "Nous devons créer un cycle qui s'autosuffise, dans lequel les gens dépensent et les entreprises embauchent tandis que l'économie croît". Cette phrase est importante, mais elle est contradictoire avec les propos que tient régulièrement ce même Obama sur les questions du commerce extérieur, ce dernier étant un farouche défenseur du libre-échange comme tous les bien-pensants dominant les USA. Or c'est totalement contradictoire avec ses propos sur la nécessité tout à fait réelle de créer un cycle de croissance auto-entretenu. Le pauvre Obama continue de chérir la cause des problèmes de l'Oncle Sam, sans qu'en apparence la contradiction ne le frappe. Au rythme où ça va, Obama devra rapidement échanger son célèbre slogan par un "Yes, we lost".

 

Une Amérique toujours empêtrée dans son déficit extérieur

  

  J'en parle souvent sur ce blog de la question des déficits extérieurs. C’est parce que c'est au coeur du problème, surtout aux USA.  Obama a fait une énorme relance. Bien sûr, elle était mauvaise, car elle a été mal gérée, et avec des priorités étranges comme sauver les plus riches et les banques au détriment de la classe moyenne et pauvre,et probablement insuffisante. Elle aurait dû surtout faire en sorte que les gens puissent garder leurs logements et relancer les bas salaires, mais les USA ont quand même bien fait une relance dite keynésienne. Ce n'est que dans un deuxième temps lorsqu'il devenait manifeste que la relance ne marchait pas vraiment, en tout cas, que la croissance n'allait pas à un rythme permettant un retour rapide au plein emploi, que les républicains ont contre-attaqué avec leurs idées idiotes et très européennes de faire une contraction généralisée des dépenses. C'est d'ailleurs drôle comme remarque quand on connait l'europhobie et surtout la francophobie naturelle d'une grosse partie de la droite américaine. Si on leur expliquait que leurs recettes sont justement déjà appliquées en Europe, ils n'en reviendraient pas. Cependant il est vrai aussi que la plupart des membres du parti républicain pensent que la France est un pays communiste.

 

  Comme je l'avais expliqué au tout début de ce blog en fin 2009, un plan de relance keynésien a des conditions d'application. Conditions qui font que l'argent dépensé par l'état sous la forme d'emprunt public (on évitera ici la question de la nature de cet emprunt sur marché financier ou vis-à-vis de la banque centrale), doit impérativement revenir dans les caisses de l'état au bout d'un certain temps. En clair, la relance ne fonctionne que si l'augmentation artificielle de la masse monétaire se fait en circuit relativement fermé. Si vous injectez 100 milliards de dollars pour relancer l'activité des entreprises américaines, mais que 90 milliards vont en Chine, en Allemagne ou en Corée du Sud sous la forme d'achat de produits, votre relance n'aura fait que creuser votre déficit extérieur et n'aura relancé l'emploi que dans les services locaux. Le cœur du problème américain et des problèmes de tous les pays en crise à l'heure actuelle ce sont les déficits extérieurs. Car c'est vrai pour les différents membres de la zone euro qui sont en crise y compris la France. Car ce sont ces déficits qui tôt ou tard entrainent un surendettement externe et une faillite brutale lorsque l'on se rend compte que le pays a détruit sa base industrielle et ne pourra donc jamais rembourser les dettes contractées. Et quand on regarde les chiffres US comme je le fais régulièrement depuis ma lecture de Todd et de son « Après l'empire » en 2002 , on ne voit nulle amélioration sur ce point aux USA. Il y avait eu une vraie rupture en 2008 avec la crise puisque le déficit extérieur avait alors été divisé par deux, mais depuis le déficit recommence régulièrement à augmenter.

 

ustrade.jpg

deficit-exterieur.png

 

Les derniers chiffres de mai qui viennent directement des statistiques officielles des USA confirment que les USA pour leur reprise font à nouveau une consommation excessive de produits étrangers. La relance Obama de 2008-09  a bien fonctionné, mais elle a surtout relancé les importations et elle a accru la croissance de la Chine. Obama se retrouve donc dans le dilemme de Mitterrand en 1983 quand la relance à l'époque en France ne marchait plus et creusait trop les déficits extérieurs. Les USA n'ont toujours pas choisi entre le modèle de plein emploi par la relance nécessitant un protectionnisme pour en éliminer les effets sur le commerce extérieur, et le modèle européen de régulation du commerce extérieur par le chômage de masse et la réduction de la demande intérieure. Mais si les USA n'ont pas eu à choisir jusqu'à présent c'est essentiellement à cause du rôle du dollar chose maintenant assez connue de mes lecteurs. Il se trouve que le niveau de dette commence à sérieusement mettre en doute ce rôle de devise absolue de réserve. Même Putine, venant de déclarer que les USA ne sont qu'un parasite économique, semble s'être aperçu du problème et a dit tout haut ce que d'autres pensent tout bas. On peut donc s'attendre un jour ou l'autre à la remise en cause du statut du dollar, et à une brutale chute de celui-ci . Bien sûr, étant donné le rôle des USA, celui de grande tractrice de la demande mondiale, le reste du monde connaîtra alors une crise bien plus forte que celle qu'il a traversée en 2009. Au passage en 2009 le déficit extérieur US n'a été divisé que par deux. Je vous laisse imaginer la tête des grandes économies exportatrices, lorsque les USA, mais aussi la France, l'Espagne, la GB ou l'Italie, se mettront à équilibrer leurs comptes extérieurs. Et cela quels que soient les moyens utilisés pour y parvenir, le résultat sera catastrophique pour les pays exportateurs.

 

Car si Obama veut réellement un cycle auto-entretenu il lui faudra nécessairement passer par la case protectionnisme et dévaluation. C'est le seul moyen pour que les politiques contracycliques puissent fonctionner eu égard aux écarts de compétitivités entre les USA et ses principaux pays d'importation. Bien évidemment, cette réalité est un point de vue qui ne s'échine qu'à réfléchir sur la problématique purement économique, il faut prendre aussi en compte ici la réalité politique des USA. Obama est sur le déclin, il a laissé passer sa chance en donnant trop aux lobbys financiers. Il n'a pas su s'appuyer sur l'enthousiasme qu'il a déclenché lors de son élection. Il aurait dû alors soulager les plus faibles, annuler les dettes produites par les subprimes et ainsi sauver la consommation à court terme, cela aurait empêché l'effondrement de l'immobilier. Par la suite, il aurait de toute façon fallu s'atteler à équilibrer les comptes extérieurs, mais Obama aurait été plus fort sur le plan politique à court terme. Ce qui lui aurait permis d'échapper aux délires de l'extrême droite US. Il n'avait malheureusement pas la carrure et les idées pour en arriver là, après tout comme notre cher président il est le fruit d'une époque où seule compte la « communication ». C'est ce qu'il continue de faire le mieux d'ailleurs, comme, Sarkozy il communique. En attendant la crise, continue et emporte tout sur son passage. Une fois l'euro disparu il ne restera plus de fusible pour protéger l'économie américaine et sa monnaie du désastre.

Partager cet article
Repost0