Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 17:20

Beowulf-1309.jpg

Décidément, l'histoire s'accélère sur le continent européen malgré la vieillesse de la population, ou peut-être à cause d'elle en fait. Le Danemark a décidé de rétablir ses douanes et ses frontières avec ses voisins, sans doute pour arrêter Grindel qui semble s'être échappé de Tunisie ou de Lybie, on ne sait pas trop. Oui parce que malheureusement ce retour des frontières est essentiellement centré sur la question migratoire figurez-vous ? Non que les mouvements de populations ne soient pas un problème, mais j'aurais préféré une réflexion plus profonde sur les questions commerciales. Encore une fois, les Européens modernes me surprennent par leur capacité à l'incohérence politique. Les élites politiques du Danemark arrivent à se mettre d'accord sur la fermeture des frontières pour les personnes, mais pas sur le commerce des marchandises c'est un peu étrange, non?  Le gouvernement est apparemment arrivé à un accord sur ce retour des frontières parce qu'il devait composer avec l'extrême droite. Je rappelle au passage que le Danemark a eu l'ingénieuse idée de ne pas renter dans l'euro ce qui quand même simplifie grandement la gestion de la situation économique de ce petit pays de 5.5 millions d'habitants. Cette remise en place des frontières tend donc à penser que ce pays n'est plus guère enthousiaste quant à son appartenance à l'UE. En effet si le Danemark refuse l'euro et qu'en plus il décide de ne plus accepter la règle la plus emblématique de la construction européenne, celle de la liberté de circulation des personnes, alors on peut se demander pourquoi le Danemark ne sort pas simplement de la construction européenne.

 

La preuve par le Danemark

 

 

  Cette affaire montre en tout cas que contrairement à ce que les libéraux et les européïstes racontent tous les jours, il est tout à fait possible de rétablir rapidement les frontières d'un pays, y compris au sein de l'UE. Même si bien évidemment cela déplait aux pseudoautorités bruxelloises qui restent spectatrice en ce domaine. Le Danemark montre encore une fois que le pouvoir réel n'est pas à Bruxelles il ne l'a jamais été. L'Europe sert d'excuse en réalité à des politiques qui seraient rejetées par les populations, si elles n'étaient faites sous l'obscure raison supérieure de la construction européenne. Le Danemark rétablit ses frontières et il n'y aura aucune sanction à son encontre et de toute manière l'Europe n'a aucune capacité réelle d'autorité, c'est en réalité une immense farce jouée par les élites nationales à l'encontre de leurs peuples respectifs. C'est d'autant plus vrai que le Danemark n'est pas un pays dépendant de l'aide européenne, et c'est un pays qui a gardé une base industrielle importante.

 

 (ci-dessous le taux de chômage au Danemark source Indexmundi)

 

Taux de chômage

 

 

Au passage, on remarque aussi que le petit Danemark ne connait pas de déficit commercial, lui qui a opté pour rester avec sa propre monnaie, la Couronne danoise. Le fait est que le pays n'a pas connu de formidable dégradation économique comme d'autres nations européennes. Son chômage est à des niveaux extrêmement faibles pour un pays européen à 4% et sa croissance a été plus forte que celle de la moyenne des pays membres de l'euro. Pourtant, c'est un pays qui vieillit lui aussi, et rapidement la natalité n'étant guère vigoureuse même si au-dessus de la moyenne européenne à près de 1,9 enfant par femme. On remarque d'ailleurs que le Danemark fait partie de ces rares pays européens avec la France a connaître un léger rebond de la fécondité. C'est d'autant plus remarquable que ce pays est petit et n'a pas de marché intérieur de grande taille, il est donc sous l'influence économique de ses voisins notamment de l'Allemagne. Or celle-ci connait en réalité une crise et une très faible croissance depuis dix ans. Malgré le fait que le Danemark est entouré de pays malades, il a réussi à tirer son épingle du jeu. Et un peu à l'image de la Suisse ce pays joue le rôle de révélateur, il montre aux yeux des Européens crédules que ce pour quoi on leur a vendu l'UE et l'euro est un immense mensonge. Un minuscule pays sans ressource et sans grande population arrive se débrouiller seul dans la mondialisation, et il y arrive d'autant mieux qu'il n'obéit qu'à une seule chose son intérêt propre. C'est parce qu'il a sa propre monnaie qu'il réagit mieux aux évènements macroéconomiques qui le frappent. La taille d'une nation n'a rigoureusement rien à voir avec sa capacité d'adaptation économique.

 

 (Ci-dessous la balance commerciale du Danemark source Gecodia)

 

balancecom.png

 

Vers une dislocation progressive de la construction européenne

 

 

Cette affaire arrive au plus mauvais moment pour la construction européenne déjà passablement ébranlée par l'instabilité économique croissance des PIGS. Nous avions parlé de la situation grecque dimanche dernier, mais il semble que le plus gros morceau sera l'Espagne qui coule à une vitesse tout à fait prodigieuse dans l'indifférence médiatique totale, en tout cas en France. Figurez vous que le PIB espagnol baisse plus vite que ce qu'avait prévu le gouvernement, ce qui n'est guère étonnant vu les « remèdes » économiques pratiqués par ce dernier. En plus, les revenus ont aussi baissé plus vites que prévu. Les revenus en Espagne ont ainsi dégringolé de 16,2 % rien que çà, alors que le gouvernement tablait gentiment sur 12 % et des brouettes. On remarque donc une accumulation de nouvelles dramatiques remettant en cause la nature même des structures économiques de la construction européenne actuelle. Mais le plus étrange c'est que ce sont en fait les pays les moins touchés par la crise, ceux qui apparemment souffrent le moins qui commence à remettre le plus vite en question l'organisation européenne. À l'exception de la Grèce, et encore, il est possible que la menace de sortie de l'UE soit uniquement un moyen de pression pour les négociations, on remarque que les pays qui commencent à s'éloigner du bordel européen sont des pays comme le Danemark ou encore la Hongrie. On voit, également les futurs membres de la construction européenne commençaient, à douter de leur intérêt pour la chose, ce n'est pas demain que l'Islande rejoindra la construction européenne par exemple.

 

 

  On peut donc imaginer que les pays qui feront exploser le système ne seront pas forcement ceux qui en aurait le plus besoin, mais ceux qui ont l'impression de payer pour les autres. Je pense bien sûr ici à l'Allemagne, c'est d'ailleurs un journal allemand Der Spiegel qui a révélé l'affaire grecque, ce n'est peut-être pas un hasard. Étrangement, le vieillissement qui serait responsable de la stagnation du continent et de son enfermement dans la stagnation, comme le prétend Todd, pourrait ici produire un mouvement historique. C'est l'égoïsme des vieux riches au Danemark ou en Allemagne qui pourrait avoir la peau de la construction européenne et cela probablement au détriment de la force encore productrice de ces pays, surtout de l'Allemagne. C'est un véritable paradoxe que de voir un phénomène démographique qui a paralysé le continent, se transformer soudain comme par magie, en un phénomène de basculement historique. Pour l'instant la fermeture des frontières ne concerne au Danemark que les personnes, ce qui montre l'origine sociologique de ce choix (celui d'une classe d'âge relativement élevée), mais peut-on franchement croire que ce pays en restera là ? De la même manière, cet événement devrait produire rapidement un phénomène de boule de neige. Chaque pays se demandant pourquoi il obéirait alors que son voisin passe outre les accords passés à l'échelle européenne. Je pense de plus en plus que nous irons vers une sortie de l'UE et de la zone euro de l'Allemagne et de ses satellites les plus proches. On assistera comme au Danemark à une politique non pas dirigée par la raison économique, mais par les peurs d'une partie vieillissante, mais également dominante de l'électorat. L'Europe est peut-être en train d'inventer un nouveau mouvement révolutionnaire historique, celui des vieux radins. Mais à l'inverse de celui des jeunes qui étaient  motivé souvent par la volonté d'égalité et d'amélioration du niveau de vie, comme dans le monde arabe à l'heure actuelle. C'est le genre de révoltes qui comme en 68 aboutissent généralement à l'effet inverse. Nous pourrions avoir des révoltes de vieux motivés par l'égoïsme et la défense de la rente, mais aboutissant finalement à une amélioration des conditions de vie des travailleurs et à l'étiolement de la rente financière. Ce serait probablement l'une des fameuses ruses de l'histoire pleine d'ironie et de paradoxes, si la révolte des vieux riches radins finissait par détruire la machine inégalitaire et monétariste qu'est l'Union européenne.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans politique
commenter cet article

commentaires

nyquist 16/05/2011 13:47


Le Danemark est juste le plus mauvais exemple à choisir pour comparer un pays dans l'euro et hors euro. Le Danemark possède une économie florissante, est plus riche que la France (par habitant),
indépendant énergétiquement et a une balance commerciale excédentaire. Ah oui être assis sur une réserve de 313 Millions barils de pétrole aide l'économie et les exportations. La gaz naturel aide
aussi. C'est sur que dans ces conditions, le danemark est plus fort hors de l'euro que dans l'euro.


yann 15/05/2011 21:21



@Montagnard


merci


@valuebreak


Je ne met pas tout les vieux et tout les jeunes dans le même panier. Disons le vieux riches ceux qui ont beaucoup accumulés et qui forment aujourd'hui  la classe dominante en France  en
Allemagne ou dans notre cas présent au Danemark. Il y a aussi des pauvres chez les vieux, et des riches rentiers chez les jeunes, il ne faut jamais oublier ce qui se cache derrière le calcul
d'une moyenne.


@Bertrand


 On pourrait aussi parler de boomerang  historique.


 


@Damien


 


Comme quoi le réel fini par rendre même les bureaucrate moins cons... Il ya encore de l'espoir.


@A-J Holbecq


Ce n'est pas tout à fait le sujet du texte, j'essaierai de voir çà à tête reposé.


@RST


 


Je comprend ton inquiétude, cependant je ne parle pas ici de ce que je souhaites. A titre personnel je préfèrerai une alliance républicaine ou un retour à la raison des grands partis politiques.
Mais je constate que partout le pouvoir s'enferme dans sa bulle, ce qui produit en contre-réaction une poussée des parties extrêmistes les plus virulents. Et encore en France on est des petits
joueurs. Comparé à l'exrême droite autrichienne, américaine, danoise ou hollandaise, le Fn est un parti d'extrême gauche.  La population cherche une solution électorale et comme les
raisonnables sont tenue hors des médias ou des grands partis il ne reste que les extrêmes. Cette affaire devrait nous rendre un peu plus compréhensif vis-à-vis de nos ancêtres durant la période
des années 30. Il y a eu exactement le même phénomène, il est probable que la plupart des allemands n'adhéraient pas au idées Nazis, mais c'était le seul parti à leur proposer autrechose face à
un centre arc-bouté sur sa politique libérale.


@ olaf


Une expérience personnelle ne fait pas une compréhension sociologique. L'Allemagne est statistiquement un pays de vieux c'est un fait. Et c'est un pays qui viellit de plus en plus. MAis
localement il est certain que l'on trouve des endroit moins vieux que les autres, mais en moyenne le pays est le plus vieux d'Europe.


 



RST 15/05/2011 09:36



Je vais avoir une position un peu paradoxale moi qui suis très critique vis-à-vis de la construction européenne telle qu’elle est menée. Il me semble que si les
décisions unilatérales du type de celle du Danemark se répètent, cela risque en fait de mal finir surtout si ces décisions sont inspirées par des partis d’extrême droite comme Yann le décrit dans
son article. Je suis le premier à dire qu’il faut qu’on arrête de nous bassiner avec l’Europe qui nous assurerait la paix. Je me demande néanmoins, sans trop d’arguments précis je l’avoue, si un
démontage désordonné et uniquement motivé par des considérations très égoïstes de ce qui a été mis en place ne risque pas de provoquer des déflagrations aux conséquences désastreuses?



A-J Holbecq 15/05/2011 08:47



Vous connaissez "les droits de douane déductibles"  ?


 


"Cumul des avantages du protectionnisme et du libre échange sans les inconvénients ni de l’un ni de l’autre?  Cette formule rends t-elle caduque l’idée de la TVAS ?"



Brueghel 14/05/2011 11:03



Les articles se suivent et se ressemblent par la qualité et la pertinence de leur vision.


Vous mettez en évidence ce que Hegel appelait "La Ruse de la Raison" ou "hétérothélie" chère à Jules Monnerot.