Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 21:30

  Le débats des extrêmes comme aiment à le décrire les journalistes mainstream vient de se faire sur BMFTV, un débat opposant les deux partis outsiders de la gauche et de la droite. Le partie de gauche de Jean Luc Mélenchon et le FN dirigé désormais par Marine Lepen. Le débat a finalement été relativement respectueux même si parfois l'on pouvait voir un certain agacement chez Mélenchon qui comme à son habitude fait montre d'une certaine agressivité de ton face à ses contradicteurs. A l'inverse le ton de Marine Lepen fut posé et calme mais son argumentation se révélait souvent être des attaques personnelles. En effet elle n'eut de cesse de présenter Mélenchon comme un homme du système avec pour but vraisemblablement de le décrédibiliser aux yeux de certains de ses électeurs. Il est vrai que Mélenchon a un passé politique qui le rend complice sur certain points de la situation actuelle. Mais voir Marine Lepen se focaliser sur ce genre de détails alors qu'elle dispose d'arguments montre en un sens qu'elle est bien la fille de son père. Je pense également qu'elle manque de maîtrise sur les sujets économiques qu'elle aborde, ce qui explique peut-être cette stratégie visant  à faire perdre son assurance à l'adversaire.

 

Au cas où vous auriez raté le débat voici ici les vidéo de BFMtv:

 

 

Première partie du débat
 
Seconde partie
 

  Le débat se centre très rapidement sur les divergences de fond entre ces deux partis dit populistes. La première différence est celle qui aujourd'hui à mon avis sépare réellement la gauche de la droite, y compris chez les souverainistes et les gaullistes à savoir la question de l'immigration.  Je me définie moi même comme étant de droite essentiellement parce que je ne suis pas un adepte de l'immigration et si je peux me retrouver en accord sur certains thèmes avec une  gauche protectionniste souverainiste comme celle de Chevènement, je ne soutiendrai jamais une politique visant à  accroître la présence d'immigrés sur le sol français. Je crois qu'il y a là un vrai clivage droite-gauche pour ceux qui auraient du mal à distinguer les deux cotés, même si à mon sens ces problèmes son secondaires par rapport aux questions du libre-échange et de l'euro. Marine Lepen a bien insisté sur le fait que la libre circulation des personnes faisait le jeu en réalité du patronat en entraînant une baisse des salaires. L'argument de Mélenchon qui consiste à répondre qu'une régularisation totale des immigrés permettrait d'éviter ce phénomène n'est en réalité pas très solide.  
 
    En effet même en imaginant que les immigrés soient traités de la même manière que les français, leur simple présence en nombre croissant produit une pression sur les maigres bassins d'emploi du pays. L'argument de l'égalité des droits n'est valable que si l'on considère que le marché de l'emploi est saturé ce qui est loin d'être le cas. Les chômeurs même français font déjà pression sur les salariés grâce au chantage à l'emploi du patronat, le fait de régulariser les sans papier ne réglera donc pas ce problème de sous emploi massif. A cela on pourrait d'ailleurs ajouter qu'à chaque régularisation il y a un effet d'aspiration démographique surtout avec les mouvements politiques actuels en Tunisie ou en Egypte, toutes les régularisations massives se suivent d'une nouvelle vague d'immigration. Enfin on peut se demander si le destin de ces gens est vraiment de venir en Europe. Ne serait-il pas préférable de faire prospérer leur propre terre?Toute l'humanité n'a pas vocation à s'installer sur notre territoire exigu. De plus l'argument chiffré de Mélenchon est hautement discutable, des études contraires montrent que l'immigration en France coûte nettement plus cher qu'elle ne rapporte, si l'on veut user d'arguments économiques. Nous avions même vue dans ce texte que les immigrés faisaient sortir des milliards sous forme de don vers leur pays d'origine. Sur le plan comptable cela rentre dans la catégorie balance des transfères courants sans contrepartie. Il suffit de voir le graphique suivant pour apercevoir  une bonne partie du coût de l'immigration pour la France:
 
transferts-avr10-copie-1 
 
 
  De plus il faut rappeler à Mélenchon qu'une large majorité des immigrés en France qui viennent à l'heure actuelle, le font par regroupement familiale, ce n'est pas une immigration de travail. Cette population pèse sur les services sociaux et elle n'a qu'un faible capital. Dans un système économique où le pays connaît déjà des délocalisations, des déficits commerciaux, un déficit sur les investissements directs, et qui ne peut plus émettre sa propre monnaie c'est un véritable suicide économique.  On peut comprendre les immigrés et leurs raison de départ, on peut être humain le plus que possible, mais il faut aussi penser à l'intérêt du pays et de la population française dans son ensemble. Les hommes politiques français et les élus doivent défendre  l'intérêt de leurs électeurs, il est toujours facile de donner de l'argent qui n'est pas le notre ce n'est pas Mélenchon qui subit les effets de ces politiques "morales".  La France n'a pas vocation à être la mère Thérésa de l'humanité, elle n'en a d'ailleurs absolument pas les moyens. Sur la question migratoire je me trouverais donc plutôt du coté de Marine Lepen dans le diagnostique, même si par contre je ne suis absolument pas pour les mesures qu'elle propose comme la préférence nationale dans tout les domaines. Je ne vois aucun candidat à l'heure actuel s'attaquer réellement aux sources de l'immigration, les uns pensant qu'elle est forcement bénéfique, les autres en donnant des solutions qui n'en sont pas à l'image des pseudo-mesures du FN. J'avais moi même tenté de donné une autre approche dans ce texte. Donc au final pour cette première partie du débat, je pense qu'aucun de ces deux candidat ne se s'est réellement montré convaincant sur cette question, même si encore une fois je suis plus proche du FN sur la question du constat globalement négatif de l'immigration.     

 
  Sur les questions économiques qui sont abordées dans la deuxième partie, les deux candidats ne son guère plus convaincant. Si Marine Lepen m'avait bluffé sur certaines questions, notamment sur le changement de la lois Pompidou/Giscard de 73, elle a été relativement mauvaise sur l'argumentation économique au cours de l'émission, faisant montre d'une assez mauvaise maîtrise des questions monétaires par exemple. Si je ne puis que la soutenir quand elle propose de sortir de l'euro, ses arguments pour défendre cette position se sont révélés extrêmement légers. Car dire de l'euro qu'il est responsable de la vie chère est certes vendeur sur le plan de la communication, mais cela reste un argument non recevable et facile à attaquer. Le vrai problème de l'euro on ne le répétera jamais assez c'est que dans un régime de libre-échange totale il empêche la seule forme de protectionnisme commercial possible, la dévaluation. Ce faisant la seule adaptation à la concurrence reste la baisse salariale et la sous-consommation nationale qui se transforme en chômage de masse.  Mais il est plus simple de lire le dernier texte de Jacques Sapir sur cette question de la sortie de l'euro. Cependant faire de l'euro le responsable de tout nos malheur est par essence caricatural et l'on ne suivra pas Marine Lepen dans ce sens, l'euro est un facteur très important mais il n'est pas le seul. Sur cette question Nicolas Dupont Aignan, l'autre pourfendeur de l'euro, est bien plus au point.  
 
    Mélenchon lui semble un partisan du statu-quo monétaire, il est  favorable à une intensification de la construction européenne allant jusqu'à créer un SMIC européen. C'est une position fédéraliste et l'on peut probablement voir là l'influence de l'économiste Jacques Généreux membre du PG. Si théoriquement les solutions fédéralistes sont tout à fait admissibles, dans la pratique elles se révèlent toujours infaisables. C'est au nom de la construction d'un état fédéral que l'on a fait l'euro et que l'on se retrouve dans la situation actuelle. Or comme le dit très justement Jacques  Sapir dans son dernier texte c'est une solution politiquement impossible, les peuples n'en veulent pas.  Le jacobinisme de Mélenchon allié à son universalisme latent, le condamne à ne pas voir malheureusement cette cruelle vérité, il n'y aura jamais d'état européen. On peut toujours en parler dans les bureaux, faire de grands discours, l'Europe ne sera jamais qu'un machin sans tête et sans cohérence dont le seul dénominateur commun ne peut-être que laissez-fairiste. En réalité la seule solution rationnelle est de remettre des frontières que ce soit pour les capitaux, les marchandises ou les hommes. Seule les frontières permettent aux états une réelle politique économique mais Mélenchon et son internationalisme mal compris ne semble pas capable de l'admettre. Ce faisant il est vraiment un idiot utile du capital pour reprendre un terme à la mode.    
 
De plus l'argument massue qu'il emploie contre le retour du franc est passablement malhonnête. En effet dire du retour du franc qu'il provoquerait une hausse de la dette publique alors même que l'on peut très bien transformer la dette en franc avant de faire le décrochage relève de la mauvaise foi. De plus Marine Lepen s'était expressément employé à dire que l'état n'emprunterait plus sur les marchés, mais directement au près de la banque de France, les problèmes d'emprunt sur les marchés internationaux deviennent alors secondaire dans ce cadre. Cet argument est d'ailleurs d'autant plus de mauvais foi, que Mélenchon lui même est pour que l'état emprunte à nouveau directement à la banque de France. Évidemment il ne peut pas dire qu'il est d'accord avec le FN sur ce point, car à gauche on est très tatillon sur les frontières idéologiques, à défaut d'aimer les frontirères nationales. Enfin le coup de l'inflation est risible Mélenchon est suffisamment intelligent pour savoir que l'inflation n'est pas un mal en soit, tout dépend des conditions d'évolution salariale. De plus une inflation sur les produits importés est une bonne chose puisque nous cherchons à relocaliser les activités économiques industrielles et agricoles. Il faut bien augmenter les prix des importations par les taxes ou la dévaluation si l'on veut que le pays n'ai pas de déficit commercial non? Encore une fois si l'argumentation de Marine Lepen est approxiamtive, les contradictions inhérentes aux discours de gauches pris entre la haine des frontières et l'amour de l'égalité sociale font que la lutte est veine. Marine Lepen semble cohérente face à un Mélenchon pris dans le tapis marxiste de l'internationale.   
 
 
 
 
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans politique
commenter cet article

commentaires

erick 17/02/2011 23:13



Pour sortir de  l UE il suffit d'appliquer l'article 50 du traité de Lisbonne, pas besoin de violer la "LOI"  lisez et regardez les textes et vidéo de l UPR et de son fondateur
Asselineau ...


 


Bien à vous Toutes et Tous


 


Erick


 


 



Alex 16/02/2011 22:07



Alors c'est donc vrai, le FN est devenu fréquentable. On fait table rase tu passé. Le révisionisme de son ancien dirigeant et la violence physique de ses militants n'ont plus d'importance.



samuel 16/02/2011 19:47



@ A-J


 


 Voila monsieur A-J j'ai mis un billet sur Médiapart mais il passera surement inaperçu malheureusement.



A-J Holbecq 16/02/2011 15:41



Voilà, j'ai proposé sur Agoravox .. si l'un de vous est "modérateur" il peut donner son avis de publication


http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=88997



A-J Holbecq 16/02/2011 14:28



@Samuel


 


Je n'ai plus le temps de rien


Mais oui, je vais faire un article pour Agoravox .


Pour Marianne, je n'ai aucune "entrée" et il en est de même pour Mediapart.


 


Merci d'essayer...