Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 20:13

carte-geographique-allemagne.jpgL'Allemagne se crispe de plus en plus sur la question grecque, la rigidité dont fait preuve l'Allemagne mais aussi sa confiance et son syndrome de supériorité apparent cachent-ils une réelle monté en puissance, l'Allemagne retrouvant son rôle de nation dominante du continent qu'elle a eu de Bismarck à la guerre de 39/45, où est-ce plutôt le signe d'une prise de conscience d'un déclin qui semble inéluctable?Comme dans le cas de l'empire tombant US, on ne peut qu'être frappé par  l'agressivité et le ton supérieure que la puissance Allemande emploie, notamment ses élites vis à  vis des autres nations d'Europe.

 

    Et ce n'est pas vraiment nouveau au moment de la mise en place de l'euro on se souvient que les critères aberrants de la monnaie unique furent le fruit des désirs de l'Allemagne. Il faut donc regarder de près l'évolution de la puissance germanique pour voir ce qui caractérise le comportement de ses élites, et pour comprendre en quoi le couple franco-allemand est condamné par les divergences de plus en plus grand qui se font jours entre les deux nations

 

 

 

 


1-L'économie Allemande

 

  L'économie Allemande est depuis longtemps la première d'Europe, la monté en puissance de l'Allemagne date de la deuxième moitié du 19ème siècle. Le niveau scolaire élevé de l'Allemagne lui a permis de rapidement rattraper son retard sur la puissance Britannique, sans parler d'une natalité vigoureuse qui lui permettra de voir sa population augmenter fortement lors de la transition démographique. Il faut aussi dire que l'Allemagne comme le reste de l'Europe va commencer à protéger certaine de ses industries par des protections douanières comme nous l'apprend Paul Bairoch. Ainsi  l'Allemagne commencera à se protéger par des droits de douanes à partir de 1885 et la croissance allemande passera de 1.3% par an en moyenne sur la décennie précédent le protectionnisme(1875-1885) à 3.1% sur la décennie suivante 1886-1896. A noter qu'a cette période la France et l'Italie passent aussi au protectionnisme en 1887 pour l'Italie et en 1892 pour la France dernier grand pays européen à s'y mettre.

 

    Tout le début du vingtième siècle n'est qu'une ascension, l'Allemagne culminant à tout les points de vue, la famille souche garantissant un haut niveau de performance scolaire grâce à son autoritarisme, ce pays produira les plus grands génie de ce siècle. La puissance Américaine doit d'ailleurs beaucoup à son pillage des cerveaux Allemands sans lesquels il n'y aurait eu ni industrie spatial (Wernher von Braun), ni industrie informatique (Von Neumann), ni nucléaire (Einstein), ni physique quantique (Niels Bohr), en clair l'industrie technologique américaine fut  construite par des allemands.  Cette puissance va produire un écart de développement entre l'Allemagne et ses voisins, ceux qui bien entendu nourrira des idées de grandeurs aux élites allemande et des peurs instinctives chez ses voisins français. Ces fantasmes nourrirent de part et d'autre du Rhin les deux conflits mondiaux qui seront fatales à l'Allemagne et dont elle ne s'est probablement jamais vraiment remise. Même si l'après guerre va permettre au pays de connaitre un véritable miracle la machine Allemande semble cassé, elle n'est plus le lieu ou se produiront les transformations techniques, ce sont les USA qui ont repris le flambeau en la matière.

 

  Reste que l'Allemagne va tout de même connaitre une forte croissance, mais inférieure à celle de la France et de l'Italie tout au long des trente glorieuses. Il est d'ailleurs à noter que la croissance allemande fut plus faible que celle de ses deux concurrentes continentales tout comme son inflation. L'idée saugrenue que l'inflation serait un ennemie du progrès technique et de la croissance est complètement fausse la France et l'Italie de 1950-1971 sont là pour le prouver. Malgré cette période de forte inflation, la France avait une inflation de 4.5% par an en moyenne encore plus en Italie, c'est justement à cette époque que ces deux pays semblaient rattraper l'Allemagne. Donc en fait la période d'après guerre fut une période dynamique pour l'Allemagne, mais une période de  déclin relatif si l'on regarde au niveau de son poids économique relatif en Europe.  Il faut aussi préciser que ce déclin relatif est en partie lié à l'évolution démographique du pays j'y reviendrait par la suite. Il y a une autre remarque à faire si la croissance du PIB allemand est plus lent que celle de la France, la croissance par tête est plus rapide pendant cette période, la croissance française fut plus quantitative et celle de l'Allemagne plus qualitative. C'est ce qui explique peut-être l'effet productivité et l'efficacité allemande plus grande au niveau des exportations. Les allemands ont moins d'enfants, ils peuvent donc leur consacrer plus d'investissements par tête ce qui globalement agit sur le niveau de productivité, on peut évidement faire le parallèle avec le Japon.

 

Depuis 1971

 

  La structure économique mondiale a profondément changer en 1971 et l'Allemagne va elle aussi transformer son économie pour s'adapter à sa façon aux nouvelles conditions économiques. En décrochant le dollars de l'or les américains vont créer le système de change flottants, système dont nous ne sommes toujours pas sortie. Les effets vont être dévastateur pour bon nombre de régions, la crise  mexicaine de 1982 est un cas d'école. Mais les nations européennes plus grosses vont relativement résister à la déflagration monétaire mondiale, même si la croissance économique va se casser définitivement à partir de cette période. Avec la libéralisation du commerce et des capitaux l'Allemagne va transformer son économie en machine à produire des excédents commerciaux. Il faut préciser que la croissance allemande va ralentir comme celle des autres pays comme le montre les graphiques suivant les excédents ne se traduisent pas par une plus forte croissance contrairement à la vulgate libéro-mercantiliste des néolibéraux.

 

croi.png

BMHistoComplexe

 

Comme on peut le voir en comparant la croissance économique allemande et sa balance commerciale l'excédent n'a véritablement aucun effet sur le dynamisme du pays, bien au contraire les excédents enregistrés ces dernières années coïncident avec une croissance faible. La croissance Allemande était bien plus forte lorsque sa balance était à l'équilibre contrairement à ce que semble penser les dirigeants allemands, à moins bien sure que la croissance ne soit plus désirable puisque celle-ci est toujours accompagnée d'une inflation comme on le voit dans le graphique suivant:

 

Inflation.png

 

    Ici il faut tordre le cou à une idée reçue même si l'Allemagne n'a pas connu de pic d'inflation aussi fort que la France ou l'Italie, elle avait quand même de jolies 7% et 5% bien loin des taux actuels, et même pendant les trente glorieuses l'inflation était présente. Il n'y a pas eu grande rigueur allemande ou je ne sais quel résistance à l'inflation, il s'agit là d'arguments visant à légitimer des politiques anti-inflationniste dont on voit bien ici qu'elles sont également anti-croissance.   En cassant les économies de ses voisins par ses excédents l'Allemagne a cassé la demande voisine en même temps. Cependant cette croissance par les excédents a permis momentanément à l'Allemagne d'avoir de la croissance sans hausser ses salaires, ces politiques d'excédents commerciaux ont donc pour base un rapport de force sociale à l'intérieur même de l'Allemagne. Cette préférence pour la faible croissance et la non inflation  à donc surement comme explication majeure le changement massif qu'a connu ce pays ces trente dernières années à savoir un profond effondrement de la natalité et un changement de rapport de force entre la rente et le travail qui découle du vieillissement démographique.

 

2-La démographie Allemande


La démographie allemande a surpassé celle de la France pendant tout le 19ème siècle. Cette période est d'ailleurs caractérisée par un long déclin démographique relatif au niveau français. En effet la France va  faire un véritable surplace pendant que le reste de l'Europe va croitre. Ainsi en 1800 l'Allemagne comptait 21 millions d'habitants et la France 29 millions, en 1900 la France est à 40 millions contre 56 millions pour l'Allemagne, en un siècle la population allemande a été multiplié par 2.6 celle de la France par 1.9. La prise de poids de l'Allemagne a donc était normale d'autant que le niveau d'éducation était en faveur de l'Allemagne ce qui aggrava encore le déséquilibre, on comprend ainsi mieux les inquiétudes de la France de l'époque vis à vis de l'Allemagne. 


Mais les choses changent au 20ème siècle, à partir des années 20 la natalité allemande passe en dessous de la natalité française celle-ci connait un petit rebond qui a un gros effet quand on y ajoute la baisse de la mortalité enfantine. Ainsi en 1930 la natalité allemande est à 2.18 enfants par femme contre 2.68 pour la France les évolutions démographiques qui allaient survenir après guerre étaient donc en germe avant la boucherie de 39-45. Les délires nazi n'ont d'ailleurs eu aucun effet sur la natalité allemande bien que ces derniers furent largement nataliste. Mais la natalité allemande va tout de même se maintenir au seuil de reproduction jusqu'a la crise des années 70. 


Il est en effet visible que la natalité non seulement allemande, mais européenne va connaitre une inflexion marqué à partir de la crise économique des années 70.  Ce ne peut pas être un hasard si de telle variations se produisent en même temps dans différentes latitudes c'est d'ailleurs la même chose aux USA et au Japon. La pilule n'y est pour rien puisque celle-ci est commercialisé dès 1960 bien avant la chute de la natalité. Ou plutôt elle va transformer le pessimisme économique en pessimisme des berceaux alors que les crises économiques d'autrefois n'influençaient pas la natalité celle-ci va pour la première fois casser la reproduction des états développés. Il faut croire que la pilule a créé un lien entre l'évolution économique et la démographie, il faut maintenant désirer un enfant pour en avoir ce n'est plus le fruit du hasard, on a pas fini de payer ce changement radical au niveau collectif. Les pays de l'est sont d'ailleurs là pour en témoigner. 

Natalle.png

Mais revenons à l'Allemagne, on voit sur le graphique ci-dessus la chute et la stabilisation autour de 1.4 enfants par femme contre une remonté à presque deux pour la France et à 1.8 pour la Grande-Bretagne. Ces chiffres s'ils restent ainsi, vont provoquer un déclin démographique prononcé dans les décennies qui viennent comme indiqué ci-dessous:


EvoPopo.png


Comme nous le voyons ici, si la natalité se maintient telle quel l'Allemagne sera dépassé par la France vers 2050. Et même avant en réalité, puisque ce qui compte pour une nation ce n'est pas tant sa population globale que sa population d'actif, or la proportion de personne en age de travaillé en 2050 sera nettement plus forte et plus jeune que celle de l'Allemagne. Le vieillissement déjà bien avancé en Allemagne a déjà un impact sur les politiques publics la haine de l'inflation est un signe de l'arriver d'une majorité de vieux au pouvoir. L'inflation est l'ennemie absolue de la rente, en effet impossible de maintenir des rentes avec des salaires et des prix qui augmentent plus vite que les taux d'intérêts.


D'où les orientations déflationnistes et exportatrices des politiques économiques allemandes, c'est d'ailleurs un piège pour la démocratie que ce vieillissement, car l'intérêt de la majorité des habitants du pays devient contraire à l'intérêt réel de la nation à long terme. Bien sure on peut prôner l'immigration comme solution mais nous savons qu'il n'est guère possible de redresser une pyramide des ages pareils avec une immigration même massive, sans oublier les graves conflits que cela produirait. D'autant qu'un pays vieillissant aura du mal à fournir suffisamment de jeunes pour participer à l'intégration des nouveaux venus. 

 

3-Un déclin de longue duré


Les prévisions démographiques montrent la direction probable de l'Allemagne au moins pour les vingts prochaines années. Il est tout de même à souhaiter que les Allemands réagissent même si ce déclin à pour effet de remettre la France au centre de l'Europe, il n'est pas bon d'avoir une nation mourante à ses portes d'autant que l'Allemagne n'est pas la seule dans ce cas.


Mais les français doivent prendre conscience que l'Allemagne a désormais des intérêts divergents des notre, son attachement au dogmatisme monétaire n'est plus seulement un reste des mauvaises expériences du passé, mais un intérêts de classe sociales âgés et rentières, aujourd'hui dominantes en Allemagne. La France ne peut pas subir le même traitement macro-économique que l'Allemagne à cause de sa population plus jeune. C'était déjà vrai dans les années 80-90 cela le sera de plus en plus dans les années qui viennent. La paix et l'équilibre précaire qui prévalait en Europe depuis la fin de la guerre est terminer le continent est entrain de renouer avec des déséquilibres ce qui implique des changements de stratégie pour éviter que de graves conflits ne reviennent en Europe. 

 

4-L'éclatement de l'euro et de l'UE


Le déclin Allemand annonce donc la fin de l'équilibre des puissances tel que nous l'avons connu en Europe depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Or il faut bien comprendre que c'est cet équilibre qui est probablement à l'origine de la stabilité du continent, en tout cas, il s'agit d'un facteur aussi important, si ce n'est plus, que celui de la présence de puissances extérieures comme les USA ou l'URSS. Le poids du continent va nécessairement décliner dans les décennies qui viennent à cause de cela, comme la France déclina de 1800 à 1900 en terme relatif je l'ai déjà longuement expliqué ici. Mais il faut prendre conscience de cela pour tenter d'éviter les catastrophes.


La monnaie unique doit être éliminer pour laisser chaque nation trouver ses propres équilibres en fonction de sa propre évolution démographique. L'union économique et monétaire est d'ailleurs un poison pour l'Allemagne elle même. Non pas pour les raisons que les néolibéraux s'évertuent à donner, à savoir que la sage Allemagne serait escroqué par les PIGS par exemple, l'une étant vertueuse avec ses excédents et les autres d'affreux voleurs déficitaires et irresponsables, la vrai raison c'est qu'en facilitant son modèle exportateur l'Allemagne n'a pas à faire face à sa propre évolution économique et démographique. Si les allemands étaient obligé à équilibrer leur balance commercial ils seraient forcé un jour ou l'autre d'affronter leurs déséquilibres  et leur manque de demande intérieures. En favorisant ses excès les autres nations d'Europe et surtout la France ont joué un rôle de mauvais génie comme le disait déjà Todd dans l'Illusion économique. 


Mais de toute façon les états européens n'auront pas le choix, à moins de devoir supporter des crises sociales et politiques majeurs que le continent à déjà connu à de multiples moments. Ceux qui présentent l'Allemagne comme une quasi-superpuissance avec ses excédents commerciaux se trompent largement, l'intransigeance allemande n'est  rien d'autre que le fruit de son propre déclin, sa rectitude est une le symbole du fait que la vieillesse est un naufrage surtout pour une nation. Donner un grand coup de poing politique et économique à l'Allemagne ne pourra que lui faire du bien, le protectionnisme et le retour au monnaies nationales ne pourra que sortir cette nation de sa torpeur. Ce qui pensent que l'éclatement de l'Europe produira des conflits se trompent c'est en fait l'inverse, la continuation du pourrissement de notre continent c'est çà qui produit la peur, la haine et l'anxiété, et au final la guerre. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

clovis simard 15/06/2012 01:15


Blog(fermaton.over-blog.com).No.13- THÉORÈME DE BABEL.


L'Oublie est un VOLEUR ?

Viacrucis 04/06/2012 17:32


Entièrement d'accord avec cet article. La démographie est un facteur capital que l'on sous-estime, souvent sciemment et particulièrement dans le cas de l'Allemagne.


Sans compter que l'immigration européenne y est beaucoup plus faible que prévu. Et sans compter non plus le facteur culturel, tout à fait essentiel.

clovis simard 04/11/2011 10:54



Blog(fermaton.over-blog.com).No.13- THÉORÈME DE BABEL.


L'Oublie est un VOLEUR ?



Bouboune 30/03/2010 12:15


Nouveau billet de Lordon : Ce n’est pas la Grèce qu’il faut exclure, c’est l’Allemagne !

http://blog.mondediplo.net/2010-03-29-Ce-n-est-pas-la-Grece-qu-il-faut-exclure-c-est-l


olaf 27/03/2010 15:26


Article sur l'Allemagne :
http://www.alternatives-economiques.fr/l-allemagne--un-modele-pour-l-europe-_fr_art_633_48624.html