Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 16:41

    S'il est une certitude aujourd'hui c'est bien le déclin accéléré des nations dites développées, la crise économique a en faite fortement accéléré un phénomène qui est en réalité ancien. L'abandon par nos nations de ce qui faisait le fondement même de leur  prospérité, l'industrie et la production, a très logiquement fait basculer le centre du monde vers les pays de l'Asie émergente. Cela s'est fait petit à petit, mais les dégâts sont aujourd'hui bien visibles et il n'y  a guère à espérer un retour à la prospérité dans des pays qui ne peuvent qu'importer ce qu'ils consomment. Le graphique ci-dessous reflète assez bien cette évolution qui n'a pas épargné un pays comme le Japon qui est aujourd'hui l'homme malade de l'Asie de l'est. On voit bien ici le fait que l'occident a littéralement fait du surplace en terme de production industrielle sur les dix dernières années, alors que dans le même temps l'Asie  émergente multipliait par trois sa production. Sa consommation n'a bien évidement pas évolué au même rythme puisque ce sont les marchés d'exportation qui nourrissent en grande partie cette dynamique industrielle.

 

declin.jpg

 

    Il est bien entendu normal de voir l'asie nous dépasser en volume puisque ce sont des marchés bien plus peuplés et en retard, il était évident qu'ils allaient un jour ou l'autre nous dépasser en terme de poids. Cependant la stagnation dans les pays développés, elle, est une anomalie directement imputable au libre-échange. De nombreuses industries et activités de productions sont apparu ces dix dernières années, mais elle n'ont pas du tout profité aux pays développés. Il est aujourd'hui évident que les gains de la mondialisation échappent largement à ses promoteurs initiaux. Les pays asiatiques qui ne jouent absolument pas le jeu du libre-échange sont les grands gagnants commerciaux de la mondialisation en régime de libre-échange ceux qui gagnent sont ceux qui ne respectent pas les règles. Ils sont gagnant même s'il y a des effets secondaires comme une grande dépendance aux marchés d'exportation ce qui  pourrait leur nuire par les crises importées des pays occidentaux en voie de paupérisation avancée. Il y a aussi le fait que leur organisation sociale interne devient fortement inégalitaire, mais c'est justement ces inégalités produites par la spécialisation à l'exportation qui produiront le deuxième temps de la prospérité asiatique. En effet un jour où l'autre l'Asie devra tirer sa croissance de son marché intérieur, les conflits sociaux produit par le modèle mercantiliste finiront par les y pousser, mais cela arrivera  trop tard pour sauver nos propres industries.

 

Le suicide commercial de l'occident

 

      Le plus surprenant tout de même c'est l'absence totale de réaction des autorités occidentales, même si l'on commence à critiquer les comportements de la Chine ou d'autres, les pays d'occident restent essentiellement dans des postures purement verbales. On sommes la Chine de remonter la valeur de son Yuan mais si elle n'obtempère pas il n'y a aucune sanction d'aucune sorte. Et là je parle des USA, en Europe c'est pire on ne dit strictement rien à ce sujet tant les élites européennes continuent à penser que le libre-échange est un outil de prospérité. Pourtant un coup d'oeil au graphique précédent montre que la richesse réelle dans nos pays n'a pas progresser en dix ans, seule l'endettement et le gonflement des prix de l'immobilier ont permis d'afficher une pseudo-croissance du PIB. Si la croissance avait été réelle la production industrielle aurait du suivre le PIB, il n'en a rien été puisque la seule chose qui augmente c'est la quantité d'objets importés et les déficits commerciaux qui en découlent. Une croissance par la dette extérieure qui n'a évidement aucune pérennité et qui conduit irrémédiablement à la banqueroute. D'ailleurs si l'on regarde du coté des chiffres du commerce c'est assez édifiant:

 

exportationmonde.jpg

 

   Depuis 2000 en comptant l'effondrement dû à la crise de  2008, les exportations Japonaises ont augmenté de 50% celles des USA de 40% et celle de l'UE de 25%. L'Asie émergente, elle, a vue ses exportations augmenter de près de 300%!!! Sur le comparatif on voit d'ailleurs bien les effets extraordinaires de l'euro en matière de compétitivité commerciale, la zone euro est  de loin la moins dynamique même face au Japon en déclin démographique accéléré. Grâce à la dévaluation du dollars les USA ont clairement amélioré leur position commerciale entre 2008 et 2009 bien que cela soit loin d'être suffisant pour seulement arriver à équilibrer leurs comptes courant.  Cependant les derniers chiffres du commerce US montrent à nouveau un creusement de la balance commerciale. Il est évident qu'une bonne tenue des exportations n'est en soit pas forcement une bonne chose, tout dépend du contexte, après tout  le Japon a vue ses exportations augmenter plus fortement que la zone euro  mais sa situation économique intérieure est plus mauvaise en terme de dynamisme et de croissance. De la même manière la dynamique commerciale allemande n'a pas empêché cette dernière d'avoir l'une des croissances les plus faibles de la zone euro ces dix dernières années.

 

L'Asie n'a plus besoin de nous, mais nous sommes dépendants d'eux

 

          La situation des anciens pays développés est finalement assez similaire à celles des pays du tiers-monde industrie en berne dépendance aux importations et secteur tertiaire hypertrophié,  la différence se situe sur le fait qu'ils peuvent jouer sur leur image d'ancienne puissance industrielle pour emprunter à l'extérieure à des taux relativement bas, du moins jusqu'à présent. Il est probable que nous n'ayons pas encore une image bien claire de la réalité du délabrement de nos économies et du degrés de notre dépendance, les valeurs des monnaies actuelles ne reflétant en aucun cas la réalité des richesses mondiales et de sa répartition. Les bilans comptables sous-estiment largement les importations dont nous nous nourrissons. Nous verrons cette réalité lorsque les pays d'Asie commenceront à en avoir assez de payer les déficits extérieurs des USA et maintenant des pays d'Europe. La Chine ne voudra bientôt plus accumuler les dollars ou des euros qui ne lui servent rigoureusement à rien puisque les USA ne produisent pratiquement rien de tangible. Une fois l'Asie débarrassée des quelques dépendances techniques qui lui reste à copier, elle nous jettera comme une vielle paire de chaussette usagée. Le moment de vérité arrivera lorsque l'excédent chinois se réduira par la hausse de sa demande intérieure, à partir de se moment là, la hausse des salaires en Chine et dans les différents pays asiatiques produiront une inflation qui sera exportée dans les pays occidentaux. Une l'inflation résultant de ce phénomène sera beaucoup plus forte chez nous car nos pays ont créer une myriade d'emplois de service hypertrophié vivant comme intermédiaire entre l'importation des produits asiatiques et leur revente sur nos territoires.  Nous aurons un effet en cascade qui provoquera chez nous une hyperinflation, à cela s'ajouter les effets d'un effondrement monétaire brutal lié à la prise de conscience subite de nos déficiences macro-économiques.

 

   Nous vivrons alors en occident un phénomène totalement nouveau une resflation, une récession accompagnée d'une forte hausse des prix, avec comme résultat une baisse drastique du niveau de vie des populations locales. Niveau de vie  qui finalement ne fera que s'aligner sur la réalité productive de nos pays. Bien évidement un tel scénario n'est théoriquement pas inéluctable mais l'absence totale d'effort pour nous réindustrialiser et l'accélération des délocalisations pendant la crise nous mène malheureusement vers le pire des scénarios possibles. En Europe ce phénomène s'ajoute à l'hérésie que constitue la construction européenne et l'euro qui empêche toute forme de pragmatisme économique. Il n'y a pas une once d'un début de protection de nos industrie, au contraire même on appuie sur l'accélérateur sous l'impulsion de la commission européenne de l'influence des exportateurs allemands.

 

L'Europe tombera en premier

 

    Si la désindustrialisation est un phénomène qui touche tout les pays développés y compris le Japon,  c'est bien en Europe que la situation est la plus dramatique et non aux USA comme aiment à le faire croire les européïstes du LEAP. Ces derniers ont encore le dollars monnaie de réserve internationale comme arme, ils ont en plus une certaine réactivité et n'hésitent pas à dévaluer lorsqu'il le faut. La zone euro, elle, est pétrie de contradictions et sa monnaie est porteuse de déséquilibres internes qui condamnent à court terme celle-ci à l'éclatement. En fait le seul moyen pour empêcher l'euro d'éclater est de maintenir une stagnation économique abominable et fortement productrice de chômage. Les marchés financiers ne sont d'ailleurs pas dupe puisque l'on voit que malgré tout les efforts des états membres les taux d'intérêts sur les obligations d'état recommencent à grimper. On ne fait plus confiance aux états de la zone euro et à juste titre puisque l'on ne voit pas comment ces pays pourront rembourser à terme leurs emprunts, ils se désindustrialisent et ils sont pour la plupart en déficit commercial. Dans le cadre libéral qui constitue le seul de la construction européenne il n'y a qu'un seul moyen d'équilibrer les balances des paiements c'est par la contraction du niveau de vie des populations.  Ce qui bien évidement n'est pas politiquement viable indéfiniment.

 

2738091-3875787.jpg

 

 

   La seule grande puissance en excédent est l'Allemagne mais celle-ci réalise la plupart de son excédent vis à vis des autres membre de la zone euro, ce qui est justement la cause principale de l'euro-diverge qui conduit irrémédiablement cette zone monétaire à éclater. De toute façon sans protectionnisme et sans réindustrialisation cette zone du monde est condamnée à des récessions permanentes. L'Europe a donc toute les chances d'être la première région de l'ancien monde développé à flancher et à montrer les vrais effets de trente ans de  désindustrialisation.  Cependant il est évident que d'un mal peu sortir un bien, ce désastre permettra peut-être un rebond politique et un retour au bon sens, on peu l'espérer du moins. Malheureusement nos pays en passeront certainement par la case misère généralisée avant d'en arriver à un éventuel sursaut  économique.  Dans tout les cas de tout façon le centre du monde est maintenant en Asie tout les chiffres en attestent, il est cependant étonnant de voir à quelle vitesse des nations largement en avance sur le reste du monde, se sont fait dépasser en l'espace d'une seule génération, uniquement à cause de la cupidité hystérique d'une petit partie de leur propre population. C'est une phénomène historique tout à fait fascinant et sans précédent par son ampleur et sa vitesse.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

clovis simard 31/10/2011 15:17



Blog(fermaton.over-blog.com).No-30. THÉORÈME BALTASSAR.--DÉSORDRE SOCIAL ??



yann 08/03/2011 22:20



@valuebreak


Les gens trouvent de l'emploi là où ils peuvent s'ils travaillent dans des services c'est souvent parce qu'ils n'ont pas le choix, bien plus que pour des raisons hygiénistes ou autres.


@olaf


Non je ne crois pas, on va plutôt vers un lent pourrissement, c'est peut-être plus grave en fait....


@Damien


 Oui enfin si l'euro s'écroule ils y perdront beaucoup. Je crois que l'idéologie tient au moins aussi lourd dans la balance que leur intérêts individuels, ils y croient à leur libre-échange
et  à leur euro, c'est çà le pire.



Damien 07/03/2011 20:55



si les Chinois se spécialisent avec quel argent va t-on acheter leurs produits ?


c'est quand même fascinant cette génération de décideurs qu'on eu ,qui fonce tête baissée sans se soucier des conséquences , à croire qu'ils sortent tous des mêmes hautes écoles.


Les sommes astronomiques amassées les empêche de penser en terme de lègue et de transmission.Autrefois un patron gérait sa boite raisonnablement en pensant à sa descendance...Avec tout ce qu'ils
amassent aujourd'hui la famille peut voir venir sur des générations alors "pourquoi se priver ?"


 


 



olaf 07/03/2011 18:51



Avec tout ca le FN a de beaux jours devant lui, nous vla repartis comme en 33.



valuebreak 07/03/2011 06:32



Bj.


très bon articledesynthèse àprésenter ànos familles ...


l'inconvénient est qu'elles se refusent à le lire et encore plus, à lecomprendre ...


faut dire, que, à l'exception de mon humble personne, ils sont tous dans le tertiaire privé, fonctionnaires ou retraités. Donc, l'industrie, c'est sale, c'est polluant,c'est bruyant ... 


il faudra bien effectivement un passage par la case misère pour que ça change. Ce que nos politiques n'ont pas vu encore, c'est qu'avant, il y aura eu un exode des jeunes qualifiés ...