Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 17:03

 

z_Tombe_canadiens.jpgS'il y avait encore quelques personnes pour douter du caractère fortement américaniste de l'UE, et des organisations européennes. Les doutes sont maintenant dissipés. La construction n'est plus qu'une émanation de la structure impériale américaine. Et après avoir dû transformer la chambre des députés français en chambre d'enregistrement des lois européennes, il va falloir maintenant introduire le droit américain en lieu et place. À bien y réfléchir au lieu d'adhérer à l'euro nous aurions dû adhérer au dollar, cela aurait été plus rapide. Plus le temps passe et plus la vérité se fait jour et les comiques de gauche avec leur Europe sociale doivent aujourd'hui se sentir légèrement contrariés. Un peu à l'image de Jean Quatremer qui semble comme un enfant à qui l'on vient de casser son jouet dans son dernier texte. Peut-être va-t-il enfin devenir adulte et voir la réalité de ce qu'est l'Europe ?

 

L'union d'un sidéen avec un cancéreux en phase terminale

 

Je n'ai pas trouvé mieux comme analogie tant la zone atlantique me semble être une zone économiquement morte. Elle est tellement morte qu'elle arrive à trouver dans l'Allemagne un pays dynamique à imiter. C'est dire l'état de léthargie dans lequel se trouve cette zone économique. Il est dès lors très étrange de voir cette espèce d'ambition incroyable qui consiste à faire fusionner ces deux ensembles cadavériques. Comme si, par la force des choses, une alliance redynamiserait par magie l'économie des pays membres. Un peu comme l'Union européenne qui par la magie de l'unification devait faire couler le lait dans les rivières, et faire rajeunir le continent en faisant exploser la croissance. On sait ce qu'il est advenu de ces ambitions. Plus large est l'union, moins grand est le dynamisme, c'est presque une logique inverse que celle du monde réel. L'Europe était en fait bien plus prospère et puissante lorsqu'elle était désunie. L'on sait donc dès lors où nous mènera ce mariage forcé avec les USA.

 

Mais si je critique cette fuite en avant, ce n'est pas par crainte d'une aggravation économique pour l'Europe. Mon collègue Laurent Pinsolle semble lui être vent debout devant cette alliance absurde. Mettant en garde contre le protectionnisme américain il s'inquiète à mon avis à tort des effets macroéconomiques de cette union sur notre économie. Le fait est qu'il surestime comme beaucoup la puissance américaine. Le protectionnisme américain est d'ailleurs très relatif surtout si l'on regarde les faits macroéconomiques. Le protectionnisme US il est comme la politique socialiste de Hollande purement verbale. Aux USA ce sont les multinationales qui dirigent et elles n'aiment pas les frontières commerciales puisqu'elles ont toutes leurs usines à l'étranger. La vérité c'est que malgré une monnaie qui a perdu beaucoup de sa valeur par rapport à l'euro les USA arrivent tout de même à avoir un déficit commercial de 41 milliards d'euros en 2012. Le plus drôle c'est que les USA ont un déficit avec tous les pays de l'UE y compris la Grèce ou la France. Le plus drôle en regardant les chiffres récents du commerce extérieur américain c'est que le pays de la technologie a de gros déficits sur les biens de technologie avancée. Les USA ont même un déficit dans ce secteur avec le pays des fromages qui puent. Il faut parfois se méfier des idées reçues. Et regarder les chiffres crus des statistiques officielles parce qu'ils sont les seules à pourvoir nous permettre de juger le vrai du faux.

 

Balance comme US-UE

 Balance commerciale entre l'Europe et les USA. On constate que l'euro n'est pas surévalué par rapport au dollars si l'on s'en tient à la balance commerciale. L'Europe a surtout des problèmes avec l'Asie. 

Balance-com-US-Asie.png

 Balance commerciale entre l'Asie et les USA

 

On peut assurément se demander en fait si cet accord de libre-échange n'est pas plus dangereux pour les USA que pour l'Europe, et ce pour plusieurs raisons. La première est que la zone euro est en récession et que ses cures d’austérité ne vont pas relancer les importations américaines même en supposant un dollar encore plus faible qu'il ne l'est. Ensuite, l'Allemagne grande exportatrice européenne se cache derrière l'euro. L'euro est largement sous-évalué pour elle. Si les élites allemandes sont pour cet accord, ce n'est pas par dogmatisme contrairement aux Anglais ou aux Français , mais bien parce qu'elle compte encore élargir son périmètre de vente libre sans protection monétaire. Alors que la croissance européenne s'effondre sous les coups de l'absurdité monétaire européenne, l'industrie allemande doit sans cesse élargir son marché. Or comme l'avait très bien analysé criseusa sur son blog que j'avais déjà cité. L’Allemagne n'est réellement compétitive que vis-à-vis d'autres puissances anciennement industrialisées.Contrairement à la légende, l'Allemagne ne gagne rien en Asie et elle est incapable de s'imposer là-bas. Cette région du monde étant largement protectionniste elle. Et au contraire des USA l'Asie se protège, mais sans tenir un discours protectionniste un peu comme la Grande-Bretagne au 18e et 19e siècle. L'Asie est libérale pour les autres et protectionniste pour elle-même. Il ne reste plus pour le commerce allemand que les pays ayant un niveau social comparable au sien l'Europe et l’Amérique du Nord. D'un point de vue allemand le libre-échange total avec les USA, avec l'avantage de sous-évaluation de l'euro, est en fait une une occasion en or. Que cet accord soit mauvais pour les autres nous savons bien que cela n'émeut en aucun cas Berlin comme l'a si bien expliqué Frederic Lordon dans son dernier texte.

 

 

Le commerce n'est pas le moteur de l'économie

 

L'unification du marché transatlantique marque à mon sens le déclin terminal de cette zone économique comme l'a été l'UE pour les puissances purement européennes. On crée un marché artificiellement gros parce que l'on ne grossit plus. On compense la faiblesse de la croissance par un élargissement du marché. Bien évidemment tout ceci est très théorique puisqu'en réalité cela fait bien longtemps qu'il n'y avait plus de protection en Europe et aux USA. On est plus dans la validation d'un processus ancien que dans la révolution politique. Il ne faut pas s'inquiéter outre mesure de cette évolution d'autant que l'expérience de l'ALENA a montré que ce sont surtout les USA qui y ont perdu commercialement parlant. Les USA enregistrant de lourds déficits commerciaux avec le Canada ou le Mexique. Cette évolution tenant au rôle monétaire des USA les empêchant de connaître une quelconque réindustrialisation. Produire de la monnaie étant la seule spécialisation accessible à la puissance américaine.

 

Mais en face de ce pessimisme qui touche mes collègues souverainistes. Je vais pour une fois opposer un optimisme au moins intellectuel. En effet si l'on peut s'effondrer devant l'ineptie de ces accords, sur le fait qu'ils n'apporteront aucune amélioration de quoi que ce soit pour la France si ce n'est des désagréments. Il faut par contre souligner deux phénomènes positifs. Le premier est que pour une fois le cœur de l’intelligentsia française est touché. Les artistes et autres parasites subventionnés du petit et du grand écran proche du pouvoir politique se retrouvent en effet attaqués par la mondialisation heureuse qu'ils ont eux-mêmes défendue contre les bouseux d'en bas pendant des décennies. La mondialisation a commencé à faire d'énormes dégâts chez les classes moyennes supérieures ce qui a pour effet de voir le discours protectionniste plus présent aujourd'hui dans les médias qu'il ne l'était avant la crise de 2007. Mais jusqu'à présent, la couche médiatique dominante était encore épargnée. Avec la fin du protectionnisme « culturel », l'on pourrait assister à une rebuffade soudaine de l'élite parisienne. Là on touche à la vache sacrée, le libre-échange et la concurrence libre et complètement faussée c'est bon pour les autres. On imagine déjà le dandy bien pensant, Francis Huster, défendre le "made in France" au nom de l'intérêt général. Un intérêt dont il s'est fichu pendant les trente années précédentes. Rien que pour ça, avouons que ces accords sont très intéressants pour la France.

 

Ensuite, ce serait l'occasion, une fois le massacre terminé, de reconstruire une nouvelle forme de développement du cinéma et de la production audiovisuelle française comme je l'avais imaginé dans ce texte. Parce qu’il faut être honnête, les subventions éternelles c'est un protectionnisme coûteux idiot et fondamentalement corrompu. C'est ce système qui empêche en grande partie le renouvellement de la créativité du pays. Les copains et les coquins s'entendant pour se partager la manne financière de l'état qui comme dans l'agriculture ne va qu'aux gros. Cette affaire est l'occasion de faire un tabula rasa du système.

 

Et pour terminer, nous pourrons affirmer qu'une fois toutes les fenêtres ouvertes, il n'y en aura plus d'autres à ouvrir. L'argument tout libéral qui donne le commerce comme moteur premier de la croissance sera ici complètement ridiculisé par les faits. La zone atlantique se transformant à l'image de l'UE en une zone de croissance faible et de fort chômage. Et l’Amérique pourra autant qu'elle veut inonder le marché de dollars, la croissance ne repartira pas à cause justement du libre-échange. En attendant comme nous l'avons vue l'Asie protectionniste et mercantiliste compte les points riant du ridicule des libéraux d'occident tout ouvert qu'ils sont à leurs productions. L'occident ignorant l’origine de sa propre prospérité à savoir les politiques industrielles et protectionnistes se suicide collectivement. Pour l'intérêt de quelques multinationales, les puissances occidentales ont décidé de mettre par terre leurs appareils industriels. Ce n'est pas de plus de liberté dont nos nations ont besoin. Ni d'un plus grand marché, mais bien plutôt d'une régulation du commerce et de l'industrie. Au lieu de s'inspirer dans l'ouest déclinant, la vieille Europe aurait mieux fait de regarder vers l'Est.

 

Balance-come-techno.png

 Balance commerciale américaine sur les biens de technologies avancés, comme le matériel informatique ou les biotechnologies. L'on constate que l'avance US n'est pas vraiment visible dans les bilans comptables. Les technologies étant breuvetés aux USA, mais produites ailleurs, cela ne sert pas vraiment l'économie américaine. Mais malgré ces faits les libéraux continuent à vendre la société postindustrielle hitech comme étant notre avenir. 

 

Tous les chiffres sont consultables sur le site du bureau des statistiques US : www.census.gov 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

Pierre 07/07/2013 13:15



yann 25/06/2013 12:06


@RST


Les multinationales n'ont pas de vrai pouvoir. Elles n'ont qu'un pouvoir de corruption. En cela il ne faut pas désespérer. De plus, je ne crois pas que la majorité des Français croient réellement
dans les intentions supposées positives des multinationales. Le MEDEF par exemple n'a pas vraiment bonne presse en dehors des milieux économiquement dominants. Tout le monde sait que ce sont des
égocentriques à courte vue.

RST 23/06/2013 10:42


Ce que je retiens de tout ça c'est que le pouvoir est entre les  mains des multinationales. Là est le vrai problème car il va être excessivement difficile de le leur reprendre si l'on se
contente d'utilser les moyens légaux à notre disposiiton.


Pour bosser dans une de ces multinationales, je sais les trésors d'inventivité qu'elles déploient pour nous convaincre que l'intérêt général est important à leurx yeux. Et la majorité des
employés gobent ça, plus préoccupés qu'ils sont de faire partie du haut du panier que de faire la révolution