Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 19:14

image.jpgL'or vient de battre un nouveau record à la hausse aujourd'hui signe d'une inquiétude croissante sur le marché des devises. En fait l'or nous indique clairement que les monnaies sont entrée en guerre les unes contre les autres comme je l'avais écris récemment . L'instabilité monétaire provenant de ces rivalités commerciales par dévaluation interposée produit des inquiétudes quand à la  valeur des possessions monétaires. De ce fait pour échapper à une éventuelle inflation  et à la dévaluation des actifs exprimé en valeur monétaires, bon nombres d'investisseurs ont décidé d'acheter de l'or pour se prémunir. Il n'y a d'ailleurs pas que les investisseurs privés à faire ce choix, puisque les banques centrales des pays excédentaires, elles aussi, achètent de l'or, la Russie ou la Chine sont de de bons exemples de cette évolution.

 

      L'or n'est bien sûr pas la seule matière première à être achetée massivement, les pays excédentaires se préparent à l'effondrement du dollars en achetant le plus possible de choses tangibles, c'est à dire susceptibles de garder une certaine valeur même si les monnaies s'effondrent. Ainsi les achats de la Chine en Grèce font-ils partie de cette stratégie d'investissement tout azimut qui fait de plus en plus penser à un sauve qui peut généralisé. On fait des achats même mauvais, en ne se souciant pas du prix  élevé parce que l'on est persuadé qu'il vaut mieux perdre un peu, voir même beaucoup, plutôt que tout.  Ainsi l'Asie est-elle en train d'acheter l'Afrique, littéralement, les terres arables étant vendues en grandes quantités à des groupes privés provenant de Corée du Sud, de Chine, du Japon et même des pays pétroliers comme l'Arabie Saoudite. Ces tractations traduisent clairement l'inquiétude quand à l'avenir que ce soit du point de vue purement monétaire ou du point de vue énergétique. Car manque de chance les crises de toutes sortes semblent s'accumuler, et il est possible qu'a terme ce soit  la crise énergétique qui soit la plus dangereuse.  Les achats de matières premières agissent donc comme un révélateur d'anxiété macroéconomique plus que d'un calcul purement rationnel.

 

    Cependant l'or a ceci de spécial qu'il fut pendant longtemps l'étalon monétaire par excellence, même si l'on oublie parfois qu'il ne fut pas seul, l'argent métal a eu aussi son heure de gloire. L'avantage énorme d'une monnaie métallique c'est que sa valeur n'est pas purement théorique, c'est à dire construite sur une convention collective résultat d'une organisation étatique, le métal a une valeur intrinsèque. Alors elle peut certes varier dans le temps en fonction des demandes et de la production, ou des modes du moment, mais globalement le métal a toujours une valeur. On ne peut pas en dire autant des monnaies nationales qui peuvent par mauvais temps s'effondrer. On comprend donc aisément l'intérêt qu'il y  a posséder de l'or plutôt que de la monnaie étatique lorsque l'instabilité s'installe dans le système économique.  L'or a donc pour lui de permettre aux possédants de d'exonérer des effets délétères de l'effondrement économique et monétaire, du moins en partie car les effets collatéraux comme l'effondrement de la sécurité rend parfois la possession d'or extrêmement dangereuse. 

 

Faut-il revenir à l'étalon or?

 

      C'est une question que bon nombres d'économistes se sont posés depuis 1971 date du décrochage de l'or et du dollars par Nixon, et même avant puisque le Général De Gaulle lui même, sous l'influence de l'économiste Jacques Rueff, dans sa célèbre conférence de 1965, avait préconisé un tel retour. L'or a comme énorme avantage de garantir l'égalité dans l'échange c'est à dire de faire en sorte que nul ne puisse produire de la monnaie internationale. Avec l'or comme étalon plus besoin du dollars et du privilège exorbitant qui permet aux américains de s'endetter gratuitement vis à vis de l'étranger. Avec l'or, le système économique mondial ne connaissait pas les déséquilibres que nous avons aujourd'hui, car dans le système de l'étalon or, il était impossible a une nation d'avoir en permanence un déficit commercial. En effet chaque banque centrale doit posséder de l'or et les  déséquilibres commerciaux sont payés par les réserves d'or échanger entre banques centrales. Ainsi les nations avec les plus gros excédents se retrouvaient avec des réserves énormes, tandis que les pays déficitaires devaient impérativement retrouver une balance à l'équilibre pour ne pas se retrouver à court d'or. L'étalon or agissait comme une épée de Damocles au dessus de la tête des dirigeants leur rappelant en permanence qu'ils devaient toujours équilibrer leur balance commercial sous peine d'être rapidement à sec. C'est ce qui explique en parti la relative stabilité de l'économie mondiale avant les soubresauts militaires de 1914, il y avait des crise bien sûr mais l'on ne constatait pas de déséquilibres massif comme c'est le cas aujourd'hui entre les USA et la Chine par exemple. Personne ne pouvant produire de l'or massivement comme le fait aujourd'hui l'Amérique avec ses bonds du trésor et sa planche à billet et donc exporter son inflation à l'étranger.

 

    Il est donc tentant de vouloir prôner à nouveau un tel système puisqu'il assurait la stabilité monétaire. Cependant il ne faut pas oublier que ce système stable avait pour corolaire d'avoir des politiques de protection commerciales. Puisque les dévaluations étaient difficiles sous le régime or, les pays déficitaires pratiquaient le protectionnisme commerciale plutôt que la dévaluation. Une monnaie fixe impliquant d'autre mécanismes collectifs pour rétablir les équilibres commerciaux lorsque ceci étaient en danger. Mais c'était finalement là encore, un avantage du système puisque nous savons désormais que le système des changes flottants est lui naturellement instable, seule la présence d'une inégalité massive dans l'échange, les déficits commerciaux US, permettant de stabiliser le système.

 

    Il y a tout de même de gros problèmes inhérents au système de l'étalon or. Le premier c'est que la masse monétaire est relative stable, du coup il entraine un phénomène de thésaurisation, c'est cela qui faisait dire à Keynes qu'il s'agissait d'une relique barbare. L'étalon or poussait à la retenu dans la consommation et à l'épargne car la faible croissance de la masse monétaire rendait l'argent cher et rare il favorisait la rente au détriment de l'investissement et de la création. Il fallait donc soit que les monnaies nationales se dévaluent par rapport à l'or de façon régulière, soit entretenir un taux de chômage mirobolant. L'étalon or était adapté à un monde stagnant dans lesquels les gains de productivités était pratiquement nul, tout comme la croissance de la  population. Dans un monde où tout stagne un étalon monétaire stable est parfait, cela pose un problème lorsque les échanges, la richesse globale ou la population se met à augmenter.  Là l'étalon or a comme effet d'empêcher les politiques contra-cyclique de relance ou de plein emploi des pays comme la France qui ont maintenu des parités avec l'or se voyait affligé de taux de croissance ridicule avant guerre. De la même manière les taux d'intérêts n'étaient pas contrôlé par les banques centrales, impossible de favoriser les activités productives par des baisses de taux lorsque cela devenait nécessaire. Bref l'étalon or est véritablement une relique barbare puisqu'elle ne peut exister que dans un monde en stagnation qui n'existe plus. Le deuxième problème c'est que l'étalon or était le fruit d'une convention, d'une habitude provenant de pratiques du passé. Personne n'avait imposé l'étalon or, il existait comme phénomène historique qui s'imposait à tous. Je ne vois pas comment aujourd'hui l'or pourrait redevenir un étalon monétaire, personne n'est assez puissant pour l'imposer et d'ailleurs personne n'a réellement intérêt à voir s'imposer à nouveau l'or comme convention monétaire internationale. Cela provoquerait une contraction des investissement et une probablement flambé des taux d'intérêts, il ne faut pas oublier qu'à l'époque de Keynes et de l'étalon or, les taux d'intérêts étaient en moyenne beaucoup plus élevés qu'aujourd'hui.

 

  Nous sommes donc obligés de trouver une alternative, le système du dollars étant un mauvais système qui maintient une empire violent et décadent. Les européens d'avant l'euro étaient probablement sur la bonne voie, en effet l'ancien du SME est probablement une porte de sortie pour l''économie mondiale. Il s'agissait d'un panier monétaire dans lequel chaque monnaie flottait dans un cadre limitatif par exemple 5%, s'appréciant ou se dévaluant en fonction des balances commerciales.  L'échec de ce système tient au fait que seule les nations de l'UE appartenaient à cette structure de fait les chocs externes du dollars et du yen l'ont fait vaciller dans les années 90 où l'Italie et la GB ont dû en sortir. On peut imaginer cependant un système à l'échelle du monde qui y soit similaire. Dans le même ordre d'idée chaque pays serait contraint à maintenir sa monnaie dans un cadre de 5% autour d'une valeur moyenne. Les pays très déficitaire dans ce système pourraient se protéger par des quotas ou des droits de douanes pour revenir à l'équilibre. Ainsi nous éviterions les fameuses guerres monétaires qui produisent d'inlassable déstabilisation, la dévaluation des uns entrainant celle des autres. Ici chaque pays pourrait utiliser des armes précises comme des quotas et les droits de douanes pour frapper un pays ayant des pratique légèrement agressives. Au sein de l'UE un tel système n'existait pas libre-échange oblige, cependant il y avait les compensations par des subventions européennes. On pourrait aussi imaginer une taxe sur les excédents des pays excédentaires, les taxes étant reversées aux pays qui sont déficitaires. Cela découragerait les politiques économiques de dumping sociale ou fiscale, et favoriserait les politiques de relance par la demande intérieure. Enfin ce système ne nécessiterait pas forcement la participation de tout les pays du monde. Certains pays qui le feraient dans leur coin en le décidant d'un commun accords, ils pourrait ainsi montrer la voie, bien sûr en tel cas il faudrait que ce futur mini-système monétaire soit relativement fermé aux autres économies. Il ne faut pas refaire les bêtises des états européens avec l'euro. Cela rend politiquement possible une telle réalisation qui n'a pas besoin d'un consensus général pour pouvoir être créé comme c'est le cas avec l'étalon or.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

yann 06/10/2010 21:02



@La Gaule


Il faut voir que au 19ème siècle la croissance des gains de productivité était encore lente par rapport à ce que l'on a connu après guerre. La croissance des gains de productivité c'était au
maximum du 1.5% par an Paul Bairoch en parle trés bien. Même Keynes n'imaginait pas des gains de productivité supérieur à 2% par an et il pensait qu'au-delà la vitesse des changements techniques
pourrait faire imploser l'organisation sociale, à postériori il n'avait peut-être pas tort. Donc le chômage au 19ème était relativement stable malgré le manque de politiques contra-cycliques. Le
19ème était un monde lent par rapport au notre même s'il était rapide par rapport au 18ème. La rupture est arrivé avec le pétrole et le modèle industriel fordien qui fit faire de tels gains de
productivité que l'organisation monétaire stagnante n'était plus tenable. A moins bien sûr de voir une proportion de la population de plus en plus grande au chômage ce fut la crise des années
trente une crise de croissance en fait, le modèle monétaire ancien ne correspondant plus au nouvelles nécessités.


 


Non votre proposition n'est pas idiote. Le problème c'est que la masse d'or sera fixe ou pratiquement fixe et on en revient toujours au même problème si les échanges entre zone augmentent il
faudra augmenter la masse en circulation ou alors limiter les échanges. Il faudrai tune éventuelle monnaie mondiale c'était le fameux Bancor de Keynes qui ait les avantages de l'or, c'est à dire
l'égalité dans l'échange, sans son inconvénient de stagnation de la masse. Il me semble que Gréau avait proposé un monnaie mondiale composée elle aussi des monnaies européennes du dollars du Yen
du Yuan etc, qui serait assez semblable à l'ancien Ecu européen. Chaque monnaie ayant un poids proportionnelle à la taille du marché monétaire qu'elle représente. Le problème de cette solution
c'est qu'elle nécessite un accord internationnal et comme vous le savez c'est très peu probable, du moins dans les conditions politiques actuelles.  Le plus probable est un chaos
internationnal un effondrement des échanges mondiaux et la création de blocs locaux plus ou moins vaste. A cela s'ajoute l'épuisement du pétrole qui vient aggraver le Schmilblick histoire de
rendre tous çà totalement imprévisible.


 


@RST


 


Disons que l'or c'est le monde d'hier on peut le regretter dans le sens où il a permis longtemps une certaine stabilité. Mais il est clair qu'aujourd'hui il est inapplicable.


 


Sur les coréens, oui vue leur taux de natalité et le nombre de célibataire il semble que l'on ne doit pas beaucoup s'amuser la-bas . Il faudrait que les coréens partent en stage en Amérique du sud pour se dérider de temps en temps et voir la vie sous un autre angle que
celui de l'éternel travail productif.


Sinon il ont le même type familiale que les japonnais, les allemands ou les chinois de la cote. Les thèses de Todd semblent se confirmer largement. Les familles souches et leur ordre
organisationnel très hiérarchique sont définitivement supérieures à toute les autres sur le plan de la production et du niveau scolaire. Par contre elles sont peu fécondes et risque d'entrer en
voie d'extinction c'est leur talon d'Achille si je puis dire. Il me semble d'ailleurs que la Corée du Sud a le taux de fécondité le plus bas du monde à 1.1 enfant par femme.


 



RST 06/10/2010 19:19



@ Yann


 


Tu mentionnes dans ton texte la Corée du Sud. Je trouve ce pays totalement ennuyeux mais néanmoins fascinant. Malgré sa taille (petite) c’est, entre autre choses, un des leaders mondiaux de la
construction d’installation pétrolières et parapétrolières. Daewoo par exemple en est même arrivé à se présenter récemment comme un interlocuteur majeur des compagnies pétrolières en Mer du Nord,
avec comme sous-traitant…une société française, l’un des leaders mondiaux en engineering et, par railleurs, souvent ... concurrent de Daewoo sur de nombreux projets ! C’est le monde à
l’envers puisque qu’il y a encore quelques années, c’était le contraire. Comment font-ils ? Je ne sais pas !


 


Sur l’étalon or, nous en avions parlé au sujet du livre de Norman Palma. Je ne comprends toujours pas comment, de nos jours, quelqu’un de censé peut vouloir revenir à un tel système qui, par
définition limite la quantité de monnaie en circulation et favorise les heureux détenteurs de ce métal précieux. Je sais que quelqu‘un comme Palma défend plus que l’étalon or puisque c’est un
partisan du bimétallisme (et même du tri métallisme je crois)  mais le problème reste le même et je n’ai toujours pas compris les arguments de ceux qui veulent rattacher la
quantité de monnaie à une ressource rare. Il est vrai néanmoins que ton texte a le mérite de rappeler en quelques lignes les avantages qu’a pu procurer à une certaine époque, l’étalon or.


Je suis d’accord avec toi que le meilleur système semble être une monnaie commune avec un système basé sur un panier de
monnaies.



La Gaule 06/10/2010 01:51



Le système de l’étalon or a effectivement produit une sorte de « monde plein » en Europe, dont certains pensent qu’il est la cause de
l’explosion guerrière de 1914 (j’y vois moi la conjonction de cette réalité avec l’accomplissement de ce qui a constitué le principe moteur réel de l’histoire européenne, la guerre civile. Lire à
ce sujet « la guerre civile européenne » de l’historien italien Enzo Traverso, ressorti en poche chez Hachette littérature).


Ce monde plein de faible croissance a pourtant permis l’explosion des deux premières révolutions industrielles, et un saut culturel qui a fait
basculer la civilisation occidentale dans la modernité.


Personne (je veux dire aucun ensemble politique) n’a l’autorité nécessaire pour imposer le retour à l’étalon or. Mais je me demande si une
situation de chaos international ne se substituerait pas de fait à cette autorité, laquelle conviendrait à un « recloisonnement » du monde dans lequel je crois, celui-ci n’empêchant pas
pour autant la prédation des nations faibles ou affaiblies par les nouvelles nations fortes (d’une certaine manière l’étalon or a produit aussi l’expansion coloniale).


Autre question de béotien, vous évoquez le retour du SME, mais une conjugaison des deux systèmes ne serait-elle pas envisageable dans la nouvelle
configuration géopolitique du monde, des monnaies panier circulant dans les ensembles régionaux et l’étalon or servant de lien au niveau global ? Si cela vous semble idiot dites-le.