Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2022 3 09 /11 /novembre /2022 16:16

 

Catastrophe, la mairie de paris qui est désormais noyée sous les dettes va donc augmenter les taxes foncières de 52%, une paille comme dirait l'autre. Si nous étions taquins, nous pourrions souligner que depuis que Paris a un maire rien ne va plus. La Ville lumière se déglingue année après année. Rappelons que jusqu'à l'élection de Jacques Chirac en 1977, Paris avait un statut particulier en France du fait de son rôle de capitale du pays et elle n'avait pas de maire, et ce depuis près d'un siècle. Cela n'avait pas empêché la ville d'être convenablement gérée. Les folles élucubrations de la maire actuelle de la ville devraient faire réfléchir à cette idée certains Parisiens, et si on supprimait à nouveau la mairie ? Doit-on laisser la ville de Paris aux mains des Parisiens qui apparemment en font n'importe quoi ? Mais ce n'est pas vraiment le sujet du jour puisque je vais parler d'une situation que bien peu de gens connaissent même si à titre personnel j'en ai déjà parlé sur le blog. En effet, l'état de Paris et plus généralement de la région parisienne devrait nous faire réfléchir. Plus que partout en France c'est bien ici que les contradictions produites par le libéralisme et la construction européens ont fait le plus de dégâts et accru le plus les tensions et les inégalités.

 

Si la région parisienne est souvent présentée comme le cœur économique du pays en raison de son poids dans le PIB, l'on oublie généralement la constitution de ce PIB. Loin d'être une région dynamique, la région parisienne par bien de ses aspects s'apparente à une région vampirique qui pompe en fait les richesses du reste du pays. Nous sommes loin de l'image qu'en donne par exemple Christophe Guilluy d'une ville qui est dynamique dans la mondialisation. Ce que l'on nomme ville dynamique au cœur de la mondialisation n'est pas en soi quelque chose de positif. Les grandes métropoles que ce soit Paris, Londres, ou New York ne sont pas des lieux de production, ce sont des lieux de consommation qui pompent les richesses du monde par l'intermédiaire des activités tertiaires comme la finance ou les bulles spéculatives immobilières. Cela ne veut pas dire qu'aucune activité productive n'existe en ces lieux, mais que la masse de la richesse qui y circule n'est pas le produit d'activités réellement productives au sens premier du terme. Les grandes métropoles sont devenues prédatrices de leurs propres nations bien souvent. Elles vivent d'activités d'import-export et de bulle spéculatives.

 

La région parisienne toujours plus déficitaire.

 

L'exemple de la région parisienne est en ce sens parlant. Si l'on s'inquiète des déséquilibres budgétaires parisiens, l'on oublie le chiffre incroyable du déficit de la balance commerciale de la région parisienne. Ainsi en 2021 la région parisienne a connu un déficit commercial de 58,5 milliards d'euros, à titre de comparaison, le déficit commercial français a été la même année de 85 milliards d'euros. La région parisienne qui représente environ un tiers du PIB français fait à elle seule près de 70% du déficit commercial du pays. On peut vraiment parler de région parasite d'un point de vue strictement économique même s'il ne s'agit pas ici de juger les Parisiens eux-mêmes. Il s'agit d'un problème structurel lié au libre-échange et à la spécialisation géographique dans ce maelström que représentent le globalisme, l'UE et l'euro. Dans ce cadre très spécifique, la région parisienne s'est spécialisée dans la consommation de produits importés et la bulle spéculative immobilière, car les deux phénomènes sont liés. Les dépenses régulières de la mairie de Paris et de la région nourrissent d'ailleurs la bulle spéculative nécessaire à la « croissance » locale. C'est une espèce de soutien pseudokeynésien à l'économie, mais sans la possibilité d'émission monétaire d'où le gonflement de dette. Et l'argent ne restant pas sur place à cause des déficits commerciaux, il faut pomper toujours plus pour maintenir les activités. Il faut surtout que l'activité de spéculation immobilière se maintienne. Le paradoxe c'est que c'est justement ce renchérissement du coût local du logement qui participe fortement au déclin industriel de la région, c'est un peu un cercle infernal d'autodestruction productive. Au passage on ne sera pas surpris d'apprendre que le principal responsable du déficit commercial français est la Chine.

 

Il n'en a pas toujours été ainsi. Pendant longtemps la région parisienne était productive et fournissait de grandes usines. Le plus bel exemple était l’île Seguin où Renault produisait une grande partie de ses véhicules jusqu'en 1992, date qui correspondant également au oui à Maastricht tout un symbole . Mais la bulle immobilière, le libre-échange et la monnaie unique vont rendre la région beaucoup moins compétitive sur le plan de la production. La concurrence n'est pas seulement étrangère, elle se fait aussi sur notre propre sol. La province va rapidement s'avérer moins coûteuse que la région parisienne et c'est bien évidemment le coût de la vie en général qui va porter le coup de grâce à la production locale. Un nouvel exemple récent avec la startup Air Captif de Michelin qui va étendre son activité dans le Cher plutôt qu'à Paris. Car au-delà de son coût direct, le logement oblige aussi à des rémunérations locales plus importantes. On ne le dira jamais assez, la France souffre globalement d'un niveau beaucoup trop élevé du coût du logement, mais en région parisienne on est dans l'absurde. Là encore, les effets secondaires de l'euro se font sentir avec des taux d'intérêt qui ont été trop bas trop longtemps et une captation du capital national dans l'immobilier beaucoup trop important. Trop souvent négligé, le coût du logement nuit gravement à la compétitivité globale en plus de réduire fortement la mobilité des travailleurs.

 

undefined
Balance commerciale par région française (source direction générale des douanes)

Après la région parisienne n'est pas la seule à souffrir du déséquilibre. La région des Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte d'Azur présentent aussi de gros déficits commerciaux, mais là encore la bulle immobilière n'est pas étrangère çà ce fait . Il est tout de même assez étrange que cette question ne soit jamais abordée dans les médias. Les problèmes de la dette et de la hausse de la fiscalité inquiètent évidement les Parisiens, mais s'ils avaient une idée de la réalité du fonctionnement économique de leur région et des effets du libre-échange sur celle-ci peut-être seraient-ils un peut moins prompt à défendre l'UE l'euro et le libre-échange économique. On rappellera que monsieur Macron fait des scores staliniens en région parisienne, or il est un gros défenseur de ce modèle économique absurde. Un modèle que de toute manière ne pourra pas durer éternellement, la vie de l'euro ne tient déjà plus à grand chose à l'heure actuelle. Il n'y a pas que les surmulots et la délinquance comme problèmes dans la région de notre capitale.

Partager cet article
Repost0

commentaires