Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2022 4 29 /09 /septembre /2022 16:26

 

Quand je disais que nous vivions un moment historique crucial, je ne croyais pas si bien dire. Tout s'accélère et voici les gazoducs Northstream 1&2 victimes d'un sabotage. Les gouvernements locaux ont confirmé qu'il s'agissait bien d'un sabotage et non d'un éventuel accident. On remarquera au passage qu'il s'agit d'énormes tuyaux de grande épaisseur plongés à quelque chose comme 80m de profondeur. Les démolir nécessite donc des moyens humains et techniques qui ne sont pas accessibles à n'importe qui, on écartera donc une entreprise terroriste indépendante ou ce genre de chose. Reste bien évidemment les pays engagés dans la mer baltique sur le plan militaire . En ces temps de conflit avec la Russie, celle-ci a immédiatement été accusée par les comploteurs autorisés. C'est un grand complot russe international le même probablement qui a fait les élections en Amérique pour Trump en 2016, le même qui complote certainement contre la France en Afrique poussant les états africains comme le Mali a médire sur notre action étatique là-bas. Bref la Russie est l'éternel coupable international, sauf que, bien évidement, la raison nous pousse à penser que la Russie est quand même bien le dernier pays a avoir intérêt à cette coupure. Rappelons tout de même que réparer les dégâts va être long, coûteux si c'est possible, et que le potentiel du gaz russe était l'une des armes de négociation les plus fortes de Poutine dans la crise ukrainienne. S'il ne peut plus rouvrir le gaz il est bien embêté pour négocier.

 

Le coupable n'est donc vraisemblablement pas la Russie, mais plus probablement un membre de l'OTAN, voire le maître de l'OTAN qui est quand même un grand habitué de ce genre d'opération.L'on pourrait tout aussi bien accuser la Pologne qui vient juste d'inaugurer un pipeline qui passe par la Norvège. Rappelons au passage que le gaz russe passe aussi par la Pologne pour alimenter l'Allemagne et que la Pologne prend au passage sa petite dîme. Donc du point de vue de la motivation, la Pologne est clairement un suspect, car elle y gagne en terme économique et en termes de rapport de force avec l'Allemagne. On pourrait ajouter à cela une russophobie assez systématique en Pologne et un atlantisme assez prononcé et ce pays est clairement parti pris pour l'Ukraine dans le conflit actuel.

Lien gazier entre l'Europe et la Russie

Cependant comme le rappelait le colonel suisse Jacques Baud spécialiste des renseignements, les USA avaient fait des opérations similaires en Europe dans les années 80, et l'on sait également que les USA ont tout fait pour faire capoter les liens gaziers entre l'Allemagne et la Russie. Car bien sûr dans cette affaire c'est l'Allemagne la première visée . Trump lui-même avait dit qu'il trouvait l'Allemagne trop dépendante du gaz russe. Donc l'autre candidat ayant un motif d'action contre le gaz russe en Allemagne c'est bien évidemment les USA . C'est que l'Empire américain n'a qu'une seule inquiétude, celle de perdre ses satellites et vassaux, qu'ils soient en Europe ou en Asie. N'ayant plus grand-chose à offrir d'indispensable commercialement parlant, seule la méthode forte du coup de matraque permettra à l'Oncle Sam de remettre les vassaux sous l'autorité du grand chef. On l'a peut-être oublié, mais pendant son agonie l'Empire romain passa au moins autant de temps si ce n'est plus à combattre ses vassaux, ses généraux séditieux et les révoltes au sein de l'Empire qu'à combattre les envahisseurs extérieurs. Mais quand l'Empire commence à frapper directement ses vassaux comme cela, c'est probablement un signe que la direction de l'imperium s'inquiète au plus haut point de la situation. Bref, il s'agit surtout à mes yeux d'un nouveau signe de faiblesse de la part des USA qui deviennent de plus en plus agressifs y compris contre leurs meilleurs vassaux. L'Allemagne venait pourtant de faire d'énormes commandes militaires aux USA comme quoi lécher les bottes jusqu'au sang n'est plus vraiment rentable. Les germains qui se rêvaient déjà la première puissance militaire du continent grâce aux avions "fer à repasser" américains (les fameux F35) risque de mourir de froid bien avant d'y arriver.

 

 

Pourquoi frapper l'Allemagne ?

 

Certains pensent qu'il s'agit pour les USA d'attirer l'industrie européenne en privant le continent d'énergie. L'Ukraine étant le moyen pratique d’entraîner les Européens dans un conflit contraire à leurs intérêts réels. S'il est clair que les USA ont tout intérêt à casser le lien économique entre la Russie et l'Europe de l'Ouest, il est plus discutable de penser qu'il s'agisse pour eux d'un moyen de redresser leur situation industrielle. Tout d'abord à part Trump dans ses discours, les USA n'ont pas rompu avec les doctrines néolibérales . Les USA continuent d'importer massivement des objets produits partout sur terre et pas seulement d'Europe et d'Allemagne. Une stratégie visant à la réindustrialisation, qui serait la seule porte de sortie pour eux à moyen terme, ne semble pas vraiment exister, leur déficit commercial bat record sur record sans action gouvernementale évidente. Dès lors si l'industrie allemande et européenne s'effondre pourquoi irait-elle aux USA ? Elle irait d'abord là où ce n’est pas trop cher de produire et où l'on peut exporter les produits facilement. La Turquie pourrait par exemple fortement en profiter surtout quand on pense aux liens pas forcément très sains qui lient la Turquie à l'Allemagne (rappelons qu'Erdogan n'hésite pas à utiliser la diaspora turque en Allemagne pour défendre ses intérêts dans le pays).

 

Donc l'argument économique sur le plan industriel ne tient pas la route. Par contre la monté des taux d’intérêt aux USA pour provoquer une récession et endiguer l'inflation sont déjà une meilleure piste. Les USA vont tout faire pour sauver leur monnaie. Comme la Chine et le reste du monde achètent de moins en moins de titres de dette américaine, tout comme le commerce de matière première se fait et se fera de moins en moins en dollars, les pressions à la baisse augmentent. Les USA ont de plus en plus de mal à faire payer leur inflation monétaire par le reste du monde. Une stratégie de court terme visant à faire s'effondrer l'UE, l'Allemagne et l'euro pourrait donc expliquer leurs manœuvres. En ce cas, l'Allemagne n'est pas visée par les USA parce qu'elle est l'Allemagne, mais bien plus parce qu'elle avait une faiblesse stratégique fondamentale. Les USA étant un empire en réalité assez faible en dehors de leur domination culturelle, ces derniers ne peuvent pas vraiment se permettre des aventures plus violentes . Attaquer directement la Chine et la Russie n'est pas envisageable donc ils tapent là où ils peuvent. L'Allemagne, par son immaturité géopolitique, pensant que la puissance économique faisait tout, a sous-estimé le danger de dépendre essentiellement d'une seule grosse source d'énergie. L'idéologie verte et antinucléaire a fait le reste. Les USA n'ont eu qu'à appuyer un peu sur leur marionnette ukrainienne puis faire sauter quelques tuyaux pour faire tomber l'Empire commercial allemand . Pas grand-chose en définitive, et c'est clairement une opération bien plus rentable que la victoire sur l'Allemagne nazi.

 

Les déboires allemands, une occasion pour la France ?

 

Alors évidemment je vais faire mon cynique, mais les déboires allemands ne sont pas forcément mauvais pour tout le monde. Si nous payons lourdement le tribut à l'Allemagne actuellement à travers le marché européen de l'énergie et le couplage du prix de l'électricité sur celui du gaz (une absurdité totale pour la France), nous pourrions avec un peu de patriotisme sortir gagnants de cette affaire. En effet si nous revenions à la raison sur le plan énergétique, la France pourrait offrir un terrain de choix pour l'industrie allemande en quête d'énergie à un prix raisonnable. Pourquoi ne pas poignarder l'Allemagne par-derrière en lui faisant subir ce qu'elle nous fait subir depuis la mise en place de l'euro ? Bien évidement j'émets ici une hypothèse bien peu réaliste, jamais nos dirigeants actuels ne feront ça. Macron a trahi les intérêts français avec une régularité spectaculaire depuis qu'il est au pouvoir. À tel point que l'on pourrait sérieusement douter du fait qu'il a été acheté ou corrompu par des puissances étrangères. Dans ces conditions, la France ne profitera probablement pas de ce moment de faiblesse germanique. Cependant s'il faut trouver un bon point à la situation présente c'est celui de la dévaluation. Certes, cela entraîne à court terme de l'inflation par la hausse du coût des produits importés, mais cela engendre également une baisse relative du prix de la production française . Si nous arrivons à juguler l'inflation artificielle du prix de l'électricité, l'industrie française pourrait bénéficier sérieusement de ce regain de compétitivité externe.

Partager cet article
Repost0

commentaires