Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 21:10

15115009.jpgNotre époque est formidable par bien des aspects, ainsi certains concepts oubliés commencent à refaire surface. Et certains comportements qui avaient été cachés pendant la période faste de "la fin de l'histoire", qui n'aura décidément pas duré longtemps, semble cette fois se montrer à visage découvert. Plus les crises qui frappent notre monde se font violentes et plus les rapports réels entre les nations apparaissent au grand jour. Qu'il est loin le bon temps où l'humanité allait s'aimer tout entière et où nous serions tous devenus de gentils américains obèses. La réalité des rapports de force nous apparaissent plus crument encore au royaume des bons sentiments planétaires, dans la vieille citadelle européenne aujourd'hui assiégée par des crises à répétitions inhérente à son propre fonctionnement, mais dont elle détourne les yeux. La construction Europénne montre aujourd'hui son vrai visage, et les différentes nations d'Europe commencent à remettre en marche les vielles tactiques des intérêts particuliers qui n'avaient en réalité jamais reculé sauf peut-être au royaume des alliénés français. Mais dans ce match de boxe international, c'est toujours le plus fort qui l'emporte, surtout lorsque le cadre des contraintes issues du monde ancien le lui permet. Il n'est donc guère étonnant de voir l'Allemagne imposer les politiques monétaires à l'ensemble de l'Europe qui lui sont avantageuses.  

 

 L'UE se déchire et les décisions sont de plus en plus ouvertement le fruit des rapports de force brutaux. Ce qui était caché par le langage et les comportements apparents pour construire "l'Europe" se montre désormais au grand jour. Ainsi les grandes puissances d'Europe viennent-elles de condamner à mort le Portugal au nom de leurs intérêts bancaires par une aide qui n'en est pas une puisqu'en aucun cas ce pays ne pourra se sortir de sa crise par les politiques de rigueur. La France et l'Allemagne emprunteront pour prêter au Portugal, une absurdité qui ne fera qu'étendre le danger à ces deux pays. Mais il est vrai aussi que les élites de ces pays ne se soucient guère des effets de ce genre de politique à long terme sur leur propre pays tant il est vrai que ce qui compte c'est plutôt l'intérêt des banques et des copains à court terme. Il faut également sauver la face d'une élite politique pro-euro qui préfèrera  pousser le continent dans le précipice plutôt que de reconnaître ses erreurs. La mort avec l'euro plutôt que la vie sans lui semble être leur devise, bien sûr ce n'est pas vraiment eux qui souffrent de cette mort lente, et là est probablement l'origine de leur grand sens de l'irresponsabilité. Pour résumer la sauvegarde du Portugal, ou plutôt celle des banques françaises et allemandes ayant prêté au Portugal, se feront au prix d'un alourdissement des dettes publiques en France et en Allemagne. Le prix à payer pour ce "généreux" sauvetage sera la suppression de la démocratie au Portugal, enfin en novlangue on dira plutôt :"les pays en difficulté s’engagent à modifier fortement leurs politiques économiques : réduction rapide des déficits publics, amélioration de la compétitivité, le tout devant permettre d’équilibrer la  balance courante.". Vous connaissez le train-train quotidien des remèdes libéraux qui mènent toujours vers des lendemains qui chantent, mais que l'on ne voit jamais arriver. 

 

C'est ce que dit la dernière revue flash de Natixis écrite par Patrick Artus.  Il s'agit ni plus ni moins que d'une nouvelle forme de colonialisme, un colonialisme qui n'use pas de canonnières, mais de titres de dettes que quelques états dirigés soit par des idiots, des corrompus, des gens mal renseignés ou les trois à la fois, ont eu le malheur de contracter. Je vous rassure la France n'est pas mieux guidée, elle est juste en retard sur les PIGS.  D'ailleurs la fiche de nataxis compare les PIGS à l'ex-Allemagne de l'Est, comme si ces pays avaient vocation à devenir de futurs länder allemands... En comparant la situation des PIGS à celle de l'Allemagne de l'Est lors de la réunification, il aurait peut-être fallu que Patrick Artus précise aussi que l'Allemagne de l'Est est morte aujourd'hui. C'est devenu un terrain vague dépeuplé et sans avenir, l'entrée de la RDA dans la RFA a fait chuter la natalité et a vidé les läder l'Est de leur substance démographique et économique. On trouve même en Allemagne des gens pour regretter la réunification. D'ailleurs les coréens, qui ont un problème similaire avec leur voisin du Nord, ont étudier l'Allemagne et cette réunification. ils en ont conclu qu'un tel processus immittant celui de l'Alemagne pour la Corée du Nord serait une catastrophe pour leur pays. Du moins dans les même sonditions que celle qui ont été réalisé pendant les année 90 à savoir une fusion monétaire entre deux états radicalement différent économiquement. Il est donc peut-être mal venu de présenter cette réunification comme un succès. On peut voir d'ailleurs la construction européenne comme une super-réunification Allemande avec les mêmes effets à long terme, dépeuplement et destuction dans les lieux les moins avantagés, et concentration des richesses dans les territoires les mieux lotis. 

 

Donc est-ce vraiment  le genre de solution qu'il faut proposer aux Grecs, aux Espagnoles, aux Portugais et demain aux Français? Toute l'Europe va-t-elle devoir aller vivre en Allemagne pour faire survivre la monnaie unique? On le voit tout de suite et contrairement à ce qu'affirme Artus dans sa fiche, il est absolument faux de dire que les situations des PIGS sont semblables de près ou de loin avec la situation allemande durant les années 90. D'ailleurs un allemand de l'Est est un allemand, il parle cette langue, un portugais non. La mobilité ne sera donc pas la même  à l'échelle européenne qu'à léchelle de l'Allemagne. Il est d'ailleurs certain que l'Allemagne n'aimerait pas accueillir toute la misère d'Europe que ses excédents provoquent. Alors que fait-on pour tous ces gens condamnés à la misère pour rembourser des dettes absurdes? On les laisse mourir? La situation est d'autant plus inquiétante que l'Allemagne de l'Est avait bénéficié d'énormes investissements directs à la réunification, des investissements bien plus important que ceux injecté par les fonds structurels Européens. Investissements qui n'ont quand même pas empêché le déclin de ces régions pour cause de deutschmark trop fort pour elles. On le voit bien, dans le cadre de l'euro il n'y a pas de solution aux problèmes portugais ou espagnoles juste la misère et la mort comme unique perspective. On trouvera toujours quelqu'un pour prôner le protectionnisme européen, mais plus personne n'y croit vraiment sur le plan de l'applicabilité politique. 

 

Elle est belle l'Europe.  La BCE aurait très bien pu émettre de la dette pour effacer l'ardoise, mais les dogmes en ont décidé autrement. Et la réalité c'est que cela mettra à terme en danger la France et l'Allemagne qui sont déjà très endettées. Et quand l'Espagne à son tour se retrouvera dans la situation du Portugal, on se demande vraiment qui en Europe sera capable de la sauver. On imagine déjà les européens aller quémander une aide à Pekin cette dernière rachetant l'Europe avec des titres de dettes chinoises imprimés en un instant. Et dire que pour vaincre l'occident il n'aura fallu que quelques machines à imprimer et une idéologie débile, alors qu'il avait fallu aux occidentaux tout un arsenal militaire pour mettre à bas l'empire du Milieu. 

 

L'Islande dit merde aux créanciers

 

Cependant plus au nord il semble tout de même qu'il reste quelques peuples européens avec un semblant d'esprit d'indépendance et de bon sens puisque les islandais viennent à la quasi-unanimité de rejeter le plan de sauvetage de la banque Icesave. Nous avions déjà vu dans ce texte les effets des politiques alternatives misent en place dans ce pays du grand nord. Cette histoire a connu de nombreux rebondissements, les élites serviles de ce pays n'arrivant décidément pas à convaincre la population qu'il soit juste pour elle de payer pour les risques pris par quelques épargnants britanniques et hollandais trop avares et stupides. Comme vient de l'annoncer cette dépêche AFP la population islandaise a rejeté le dernier plan de sauvetage à 70% soit une écrasante majorité. On remarquera, ironie de l'histoire, que le premier ministre de centre "gauche" Johanna Sigurdardottir se désole du résultat du référendum, comme quoi il n'y a pas que le PS français qui est un parti de droite se prétendant de gauche.  On apprend toujours dans la même dépêche que des menaces se font jour vis à vis de l'Islande. Il est probablement dommage pour les élites britanniques ou hollandaises que l'Islande soit dépourvue d'un Kadhafi local à bombarder. Il faudra trouver autre chose pour justifier d'une intervention militaire au nom des droits de l'homme. Dans un pays qui fait comme l'Islande massivement appel aux référendums, une intervention militaire au nom de la démocratie ferait quand même un peu désordre. Les mensonges ont des limites médiatiquement parlant. 

 

En tout cas, ce comportement néocolonialiste des grandes puissances occidentales montre les mêmes tares que son ancêtre du 19ème siècle. Car la motivation des politiques agressives vis-à-vis de peuples étrangers ne provient pas d'un réel intérêt national, c'est particulièrement vrai dans le cas du Portugal qui se voit carrément mis sous tutelle. L'achat de titre de dette portugaise par la France et l'Allemagne met en danger ces pays bien plus sûrement qu'un effondrement des banques. En réalité le comportement néocolonialiste est le fruit d'intérêts particuliers proches du pouvoir ou des sphères du pouvoir. Et de la même manière que seuls quelques européens se sont réellement enrichis grâce aux empires coloniaux  au détriment  de l'intérêt de leurs nations respectives, les nouvelles formes de colonialisme se font essentiellement au détriment à la fois des peuples victimes et des peuples bourreaux. Ce n'est pas l'intérêt national de l'Allemagne qui est défendu par les prétentions germaniques à l'imposition de politiques économiques aux pauvres Portugais et aux autres mauvais élèves européens, ce sont les intérêts des banques et des multinationales allemandes la nuance est de taille. 

 

Le néocolonialisme des riches

 

En réalité le néocolonialisme économique actuel n'est pas un processus entre nations, car les nations ne sont en fait que les outils de puissance utilisés pour défendre tels ou tels intérêts particuliers.  C'est particulièrement valable aux USA où les lobbys de toutes sortes ont déjà montré leur influence sur l'état américain. On attend ainsi toujours une véritable réforme financière aux USA et un nouveau Glass steagall act, une loi de séparation des banques de dépôt et des banques commerciales. C'est le seul mécanisme capable de vraiment éviter qu'une crise financière ne s'étende à toute l'économie. Le fait qu'il ne s'est rien passé de tangible, malgré le désastre financier d'une ampleur sans précédent depuis 1929, montre que les USA ne sont plus la nation démocratique qu'ils ont pu être à un moment donné de leur histoire. Les groupes d'influence ayant littéralement acheté la démocratie. Heureusement pour nous ces lobbys sont souvent divisés entre eux et ont des intérêts contradictoires. En Europe le parlement est tout aussi coopté par les milieux des affaires qu'aux USA, à croire que plus une structure est grande et moins elle peut se révéler démocratique. L'image d'une Islande qui permet à ses citoyens de s'exprimer sur des questions aussi sérieuses que la dette publique pendant que l'énorme Europe empêche tout débat sur ça est un peu la symbolique de cette idée. Il reste à espérer qu'il y est assez de force chez les peuples des PIGS pour refuser ce dictat économique et cette injustice flagrante qui leur est faite. Les peuples n'ont pas à payer pour les erreurs manifestes de leurs dirigeants, erreur qu'ils continuent pour la plupart à nier. Nous sommes à la croisée des chemins, si nous continuons en Europe dans la voie actuelle la démocratie ne sera plus viable. Et je ne pense pas qu'humilier indéfiniment des nations et des peuples puisse être une situation durable, les Portugais ont encore la possibilité de faire comme les Islandais. La possibilité de se libérer des chaines qui les empêchent d'agir sur leur économie en dévaluant et en retournant à des politiques de monétisation ou de protectionnisme. Le Portugal n'a pas à devenir un sous-länder allemand ou une espèce de protectorat d'un nouveau genre. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann - dans économie
commenter cet article

commentaires

yann 12/04/2011 18:19



@red2


 


Ou mais l'Islande ne paye pas et ne payera pas! Elle met ses créanciés face àleur responsabilité. De plus ce pays a fait el contraire de tout ce que prône les apôtre du libéralisme Européen. Elle
a massivement dévalué et elle s'est mise à contrôler la circulation des capitaux et les résultats sont là. Le chômage baisse rapidement la croissance est repartie et même l'inflation que l'on
prévoyait apocalyptique est retombée. Le pays se relocalise économiquement et connait des excédents comerciaux. On est bien loin de la situation Irlandaise ou Grec alors que la crise et ses
causes étaient similaires, mais plus grave en Islande. Ce pays nous prouve que ces politiques peuvent être pratiqué par n'importe quel pays quelque soit sa taille, notre servitude est
essentiellement volontaire et idéologique. Nous devons rompre avec nos habitudes de pensés. Donc non rien n'est désespéré y compris pour la France.


@La gaule


La force de la finance est surtout dans le domaine idéologique et le comaine de la corruption. Je crois que le système est tellement vorace et absurde qu'il finira par ne même plus distribuer le
pain nécessaire au Panem et circenses qui lui permet encore de se maintenir. La force de la finance est surtout celle de la faiblesse des peuples en cela je suis toddien c'ets l'autodissolution
des nations qui a créer la mondialisation et la finaciarisation pas l'inverse. Que les peuples aient un sursaut et les géants de la finance iront n'en n'auront plus pour longtemps à chanter.
L'islande nous montre que même un minuscule pays peut se défaire de ces puissances financières. Personne n'ira mourrir pour une banque ou une bande de rentiers.


@Ovide


Je vous rassure sans faire mon Jorion  (nouvelle expression), je pense que le systèpme actuel est mortellement
blessé. Je ne parle pas du capitalisme dans l'absolue mais de cette forme de capitalisme telle qu'il s'est construit depuis l'abandon de Bretton-Woods en 1971 quand les USA ont largué l'étalon
or. Depuis le système a empilé des dettes et créer des déséquilibres monstrueux et il a créer de nouvelle puissances celles des BRIC qui n'entendent pas vraiment continuer à maintenir ce système
en place. Il devait finir  par s'écrouler sans que l'on sache vraiment à quoi ressemblera la suite. Le moment actuel est un moment de transition les anciennes puissance coulent sous l'effet
des trentes années d'application d'un régime économique absurde. Les nouvelles sont encore instable et cherchent des solution pour se débarassé des contraintes créés par l'ancien système.
Contraintes qui les ont enrichi mais qui constituent aujourd'hui un boulet pour elles. Je pense ici bien sûr à la relation entre les USA et la Chine. Une fois que ces nouvelles puissances auront
coupé les amares avec l'occident nous seront dans le nouveau système économique mondiale. Quant à la finance occidentale elle se fera certainement racheter par la nouvelle venue d'Asie. On sait
d'expérience que la puissance financière ne reste puissante que si elle s'appuit sur un socle industrielle autrement elle péréclite à l'image de la finance britannique tout au long du 20ème
siècle.



Ovide 12/04/2011 03:27



Décidement, plus je vous lis, plus je vous apprécie.

Nous vivons une ère coloniale également sur le plan de la langue. La domination du globish et sa promotion par nos élites coloniales en est la preuve tangible sur le plan culturel.

Ceci dit, je suis curieux de voir comment va se terminer cette histoire, avec la fin de ce qui soutien tout ce système : le pétrole. Les colonialismes et les impérialismes ont commencé avant et
toujours pour les même raisons : les matières premières, la terre, etc. Aujourd'hui, c'est le pétrole et sa formidable énergie qui permet de maintenir ce système colonial par les banques, etc. à
un niveau jamais vu, puisqu'il est mondial. Avec sa raréfaction, je pense que les choses vont se redefinir à des niveaux plus locaux. Il sera plus difficile de vendre à des chômeurs de biens
fabriqués par des esclaves.



La Gaule 12/04/2011 01:17



Marx avait défini le concept de colonialisme comme un dépassement de celui d’impérialisme.


Il pensait que jamais dans l’histoire, l’exploitation d’une culture sur une autre n’avait été aussi profonde que dans le cas du colonialisme
européen, et méritait donc que l’on invente une catégorie conceptuelle distincte des formes de domination connues jusqu’à présent.


 


J’ignore s’il avait raison (je pense pour ma part que, dans le cas de l’empire romain, il avait tort), en tout cas, il n’avait pas prévu que le
colonialisme européen se retournerait un jour contre lui-même, en secrétant un pouvoir financier évoluant au-delà des états et mettant ceux-ci en coupe réglée par le système du crédit (la réalité
de la gouvernance globale chère à certains zozos savants).


 


Vous pourriez d’ailleurs pousser votre analogie brillante jusqu’au bout. Comment s’est terminée l’aventure coloniale européenne ? Les grecs
se sont libérés des turcs dans la violence, idem pour les irlandais avec les anglais. D’autres grandes cultures belliqueuses comme l’Espagne et la France ne demandent qu’à voir ressurgir leur
refoulé historique (une fois que notre pays aura résolu dans le psychodrame son problème migratoire). Cela pour ceux qui ânonnent depuis soixante dix ans : « l’Europe c’est la
paix ».


 


Mais je suis pessimiste (en réflexion pas en action) sur l’issue de ce combat. Reprendre le contrôle de notre monnaie, mettre à bas le système
bancaire pour en refonder un autre, certes. Mais est-ce que l’industrie financière n’est pas assez puissante et inventive pour trouver des parades (sur un autre blog, j’ai parlé de l’avenir des
dark pools et des transactions financières directes et occultes en général). Est-ce que la mise au pas de cette industrie ne passera pas finalement par la victoire de l’impérialisme (celui des
énormes nations émergentes) sur le néo colonialisme financier, parce que nos nations sont déjà trop vieillies et abîmées pour avoir d’autre choix ?



red2 11/04/2011 22:40



 


Qu’une chose à ajouter : Bravo pour ce texte fondamental !


Par contre te trouves un peu optimiste sur l’Islande ou n’importe quel autre pays qui oserait s’opposer à ce système mortifère et a ceux qui en profite. On va voir combien de temps ils arrivent à
300 00 à résister et jusqu’ou le système est près a allé pour s’imposer…


A part un retournement politique innattendu dans un "grand" pays (typiquement avec les moyens militaires de defendre ses politiques de rupture), je sens plus la renaissance d’un terroriste des
extrêmes et d’un retour des années de plomb, la lutte du faible contre le fort quoi. Quand on voit la morgue et les provocations du PDG de Goldman Sach on se dit qu’il est vraiment trop coupé du
monde et ne se rend pas compte de la haine qu’il engendre pourrait bien provoquer sa perte. (Et notre perte a tous par l’occasion puisque ca serait l’occasion d’un sérieux serrement de vis et la
probable fin de nos « démocratie »…)